Blog Notes d'Alain Juppé

29 mai

Publié le 29/05/2005 par Alain Juppé

Referendum.
Aujourd’hui, pour la première fois de ma vie d’homme, je ne peux pas voter.
Souffrance.
29/O5/O5

Partager cet article

4 commentaires pour « 29 mai »
  • Philippe Raimondi
    Le 31 Mai 2005 à 18 h 08 min
    Moi aussi, ce fut le premier scrutin auquel je ne pu participer, me mariant à l etranger et sans procuration possible. Tristesse. et il y en a qui refuse de voter. Dieu que ce droit nous manque quand on ne peut l exercer
    Philippe Raimondi
  • Thomas Jaffré
    Le 30 Mai 2005 à 03 h 39 min
    A l’annonce du Non j’ai été très déçu. J’osais à peine regarder l’écran à l’heure du verdict. Et après un rapide défilement des grands moments de cette campagne, je me suis interrogé sur le sens réel de ce Non. Contestation, refus d’ouverture, souverainisme, désaveu de la politique du gouvernement et de la politique en général, pas seulement. Je respecte trop le suffrage universel, pour croire que les français n’ont pas exprimé une chose de plus concret. D’abord la campagne avait bien mal débuté avec Bolkenstein, les petites phrases de Baroso et l’arrogance de la commission. Puis n’oublions pas le débat récent en France sur la paupérisation, les annonces de records historiques de profits des plus grands groupes, les annonces régulières de reclassement de licenciés de l’industrie pour cause économique dans des pays futurs membres de l’union d’ailleurs, les salaires qui varient d’un facteur 1 à 200 dans certaines entreprises. Les spectres de la mondialisation et de la délocalisation ont eu raison de ce projet. Dans ce sens je crois que l’un des responsables, et donc l’un des perdants, c’est le PS. Si l’UMP, a un projet clair sur l’emploi, le modèle social, la valeur de travail, auquel on adhère ou pas, là n’est plus la question, en revanche, le PS n’a pas su fournir les réponses suffisantes à ces réalités, n’a pas porté assez haut sa volonté d’éviter ça, ni assez fort non plus, sans doute au manque de charisme légendaire de Hollande. Ainsi le PS qui, a priori défend plus le salarié que l’emploi, a laissé le cynisme des patrons, l’arrogance de certains responsables européens, la peur face aux pays émergents, s’inviter en filigrane dans le débat sans proposer de véritable projet, d’alternative à défendre au niveau de l’Europe. Il me semble logique de comprendre que encore une fois l’extrême gauche a mangé le pain blanc du PS. La Gauche a failli faire élire un certain Lepen hier, aujourd'hui c'est la constitution qu'ils font capoter.
    Thomas Jaffré
  • Alexandre Saramite
    Le 29 Mai 2005 à 17 h 56 min
    Comme un enfant qui a peur du lendemain, je n'ai pu dormir. Oui ou Non, Non ou Oui??? Oui mais non, Non mais Oui! Au final y-a-t-il une bonne raison pour s'opposer à ce grand projet? J'ai repris les arguments de ceux qui préconisent le "non", j'ai relu les articles auxquels, ils font références, je comprends certaines de leurs inquiétudes...alors je médite, il faut se dépécher c'est aujourd'hui qu'il faut voter. Oui, je fais parti des indécis, de ceux qui ont la trouille, qui pensent que les jours de notre humanité sur terre sont comptés, et que chacun de nos actes influent sur le grand sablier. Pessimiste, fataliste peut-être, pourtant paradoxalement je crois en l'homme, et je me bats tous les jours pour agir à mon niveau positivement pour notre société.
    Ce vote je crois que c'est le plus important de ma vie, d'où ce trac. Je n'ai que 27ans, je manque de connaissances, et de maturité pour cette décision qui engage plus que moi, ma famille, mon pays, mon continent, mais sûrement le destin de l'humanité. Et pourtant c'est mon devoir. Alors biensûre, j'ai écouté les grands sages, politiques, philosophes, professeurs, responsables d'entreprises, de tous bords...mais maintenant c'est mon choix, la démocratie force à l'épanouissement des individus, en les poussant à réfléchir à leur destin, n'est-ce pas le cas? Et bien ça me fiche le vertige, comme un enfant qui a peur du lendemain, je n'ai pu dormir.

    La j'y vais, je vais voter maintenant, je parts pour le village de mon enfance à côté de Bordeaux, je me sents comme un parachutiste, je vais sauter, je sais que les autres sont avec moi dans l'avion, mais je vais sauter.

    Mon parachute c'est le Oui!
    Son ouverture dépendra en fait de l'utilisation que nous en ferons tous demain, mais faut-il que nous ayons majoritairement choisi le même.

    Avant tout vive la démocratie!

    Alexandre Saramite
    47 rue St James
    33000 Bordeaux
    Alexandre Saramite
  • Sylvain de Mullenheim
    Le 29 Mai 2005 à 15 h 28 min
    Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie
    Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
    (...) Et, te sentant haï sans haïr à ton tour,
    Pourtant lutter et te défendre ;
    Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
    Travesties par des gueux pour exciter des sots,
    Et d'entendre mentir sur toi leur bouche folle,
    Sans mentir toi-même d'un seul mot ;
    (...) Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
    Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
    Alors, les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
    Seront à tout jamais tes esclaves soumis
    Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire,
    Tu seras un Homme, mon fils.
    Sylvain de Mullenheim

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux