Blog Notes d'Alain Juppé

48 heures à Moscou

Publié le 24/06/2005 par Alain Juppé

Conférence devant les étudiants de l’Institut des relations internationales de Moscou, sur un sujet « chaud »: le partenariat entre la Russie et l’Union européenne.
Je n’y vais pas par quatre chemins et je leur parle aussi librement que possible du choc que le NON français au referendum vient de créer en Europe.
J’insiste sur quatre points:
– je suis convaincu que le recours au referendum était nécessaire, sauf à provoquer de graves frustrations dans notre peuple;
– on ne peut continuer le processus de ratification comme s’il ne s’était rien passé; une remise à plat est indispensable;
– la « peur du vide » a joué un grand rôle dans le vote des Français; à force de s’élargir, l’Europe est apparue comme un espace sans frontières, et donc sans cohésion; il faut faire une pause de l’élargissement;
– pour raviver le sentiment européen, il faut que l’Union s’attaque prioritairement aux problèmes qui angoissent ses citoyens: la croissance et l’emploi, les mouvements migratoires, la sauvegarde de la planète…

L’échange est stimulant. Tout se passe en Français et la maîtrise de notre langue dont font preuve ces jeunes russes me remplit d’admiration.

De cette rencontre et des autres contacts que j’établis durant ce bref séjour, notamment avec plusieurs journalistes, je retire l’impression que la réaction russe à la crise européenne est ambivalente:
– d’un côté, on s’inquiète de l’affaiblissement d’un partenaire qui peut équilibrer le poids des Etats-Unis,
– mais d’un autre côté, on se rassure de la moindre attractivité de l’Union sur le voisinage proche de la Russie (Ukraine, Caucase…).

A la question que je pose à mes interlocuteurs sur les grands sujets de discussion qui animent aujourd’hui la vie politique russe, la réponse ne se fait pas attendre: la succession de Poutine… en 2008! Les Russes seraient-ils plus impatients encore que les Français? Je parle bien sûr du monde politique.

Pour les Russes dans leur majorité, les préoccupations sont sans doute tout autres. On me remet un fascicule qui rassemble toute une batterie de sondages sur l’état de l’opinion. C’est passionnant, car il s’agit de séries pluri-annuelles qui permettent d’apprécier les évolutions. J’en extrais une, qui me laisse un peu interloqué:
– à la question : « Quel est est, selon vous, le système politique le meilleur pour la Russie d’aujourd’hui? », 41% des Russes interrogés répondent: « le système soviétique qui existait avant 199O » (48% en 2003), 24% la démocratie de type occidental et 19% le système actuel…
Sans commentaires.
24/06/05

Partager cet article

7 commentaires pour « 48 heures à Moscou »
  • Régis de BONY
    Le 26 Juin 2005 à 19 h 28 min
    Monsieur le Premier ministre,

    Vous insistez sur quatre points:

    - je suis convaincu que le recours au referendum était nécessaire, sauf à provoquer de graves frustrations dans notre peuple;

    Le referendum c'est difficile quand il faut répondre par "oui" ou "non" à une seule question;
    Quand on a droit à une seule réponse sur plus de 400 articles, ça devient carrément complexe.
    Il serait intéressant de savoir ce qu'auraient répondus les Français si seulement les parties I et II leur avaient été
    proposées.

    -on ne peut continuer le processus de ratification comme s'il ne s'était rien passé; une remise à plat est indispensable;

    La remise à plat c'est quoi ?

    -la "peur du vide" a joué un grand rôle dans le vote des Français; à force de s'élargir, l'Europe est apparue comme un espace sans frontières, et donc sans cohésion; il faut faire une pause de l'élargissement

    A force de s'élargir, l'Europe est devenue un espace sans frontières "contrôlées", notamment en matière de migration et d'économie. Sur ce thème, les Français n'ont pas la "trouille", ils sont réalistes et se savent dans
    de nombreux domaines moins opportunistes et performants que leurs partenaires européens.

    -pour raviver le sentiment européen, il faut que l'Union s'attaque prioritairement aux problèmes qui angoissent ses citoyens: la croissance et l'emploi, les mouvements migratoires, la sauvegarde de la planète...

    L'angoisse des citoyens provient avant tout de l'incapacité de leurs représentants locaux, nationaux et européens à leur proposer des solutions simples et effectivement mises en pratique une fois décidées.

    Vous, vous en êtes capable et vous l'avez prouvé : "A Bordeaux, souvent ça gueule, mais ou moins ça bouge"
    A propos, VINEXPO c'était bien. C'est surtout bien que le monde entier soit venu nous remonter le moral.

    Régis de BONY
    Régis de BONY
  • viv castede-couderc
    Le 24 Juin 2005 à 15 h 47 min
    pourquoi introduit-on les entreprises francaises en bourse alors que l'on sait que ce sont les fonds fluctuants des fonds de pension americain qui vont s'en emparer? pourquoi la participation telle que le voulait le général n'a pas ete retenue? ne faisons nous pas de nos futures generations des esclaves qui travailleront pour maintenir un niveau de vie a des boursicoteurs?peut-on repenser celà?
    viv castede-couderc
  • Serge CALMARD
    Le 24 Juin 2005 à 15 h 17 min
    J'ai peu de temps, je vais donc faire direct. Plutôt que de nous parler de CV anonyme, de contrat de travail avec préavis de 2 ans etc....je suis convaincu que si vous nous laissiez embaucher et débaucher librement, nous serions libres, libres de ne pas hésiter pour embaucher, libres de débaucher quand malheureusement la charge de travail n'est pas au rendez-vous, et ainsi permettre de sauvegarder la trésorerie de l'entreprise. Je ne connais pas un seul patron qui soit content de débaucher.....alors laisser nous vivre et construire.
    Je suis à votre dispo pour vous donner mon avis de vive voix.
    Merci
    Serge CALMARD
  • André Ricard
    Le 24 Juin 2005 à 15 h 12 min
    Bonjour, je découvre votre blog.
    Il est intéressant que l'on puisse y émettre des réflexions personnelles sur les sujets proposés et j'apprécie le type de relation directe que vous permettez
    Sur la derniére question la réponse qui indique une certaine nostalgie du régime communiste,semble démontrer que des décennies de ce système ont fortement conditionné ce peuple et plus grave encore la réaction de cette jeunesse qui semble craindre de l'avenir
    André Ricard
  • Gilles Lecannelié
    Le 24 Juin 2005 à 14 h 51 min
    Des mérites de la culpedothérapie : s'il est des coups de pied quelquepart qui se perdent, il en est un qui n'a pas manqué son but... Le Non citoyen européen ( français et danois , je vous le rappelle ) à un mauvais projet, aura eu le mérite de révéler la Tartufferie des membres du Conseil Européen.
    Il est réconfortant de voir que cette même énergie cinétique vous envoie "aux quatre chemins "de la planète expliquer aux voisins ce que vous ne nous avez pas encore vraiment exposé : votre analyse de la situation Européenne.
    Il y a une semaine,le premier tartuffe , c'est J.C. Juncker , le bureaucrate du paradis bancaire, qui se moque du monde lorsqu'il ose - sans aucune autocritique- s'étonner " avec honte" du décalage entre les deux europes : celle des plus riches , et celle des nouveaux arrivants (les pauvres, témoins involontaires d'une discussion de marchands de tapis digne des souks d'Istanbul).Comme si cet élargissement sans reflexion ni préparation pouvait aboutir à un autre résultat!
    Quant à sa reprise ( en echo)du couplet tiers-mondiste de notre Nehru de la Corrèze, cela tient du guignol.
    J'avais suggéré à l'oreille ( droite?) de notre Grand Timonier quelques propositions constructives ... nous avons été servis. Du "mouton noir" à la posture du dogue à jeûn depuis le 29 mai( métaphore d' un ex-ministre...), il y avait pourtant de la marge pour la délégation française.
    "Eh bien ne voilà pas de vos emportements
    Vous ne gardez en rien le doux tempérament
    Dans la droite raison n'entrejamais la vôtre
    Et toujours
    d'un excès vous tombez dans un autre."
    Molière;Tartuffe.
    Haro sur Tony; let's boutons les Anglois hors d'europe! tant qu'on y est.
    Alors , par aigreur, on s'en prend au premier qui passe, celuiqu'on peut jalouser( avec ses 2,3% de chômeurs)en oubliant toute reserve et remise en question. Alors que l'enjeu,c'est d'augmentre le Budget pour mieux accueillir les petits nouveaux, on s'accroche à sa PAC, un outil desuet, inadapté, qui prend 40% du budget pour subventionner un hyperpoductivisme agricole, une mauvaise qualité, un maïs qui pompe nos nappes phréatiques,du lisier qui les pollue, tout cela sans jamais améliorer la situation de 5% des citoyens.Tout cela depuis trente ans , dans un but electoraliste, pour un quidam qui n'a jamais eu d'autre vision de L'Europe. "Pathétique"? en effet.
    Après avoir insulté les polonais et consorts, on vole maintenant à leur secours...
    Le vicomte de G. de Villepin s'en prend maintenant à la B.C.E.( un peu..) Curieux comme les temps changent; dans quelques temps il trouvera la constitution mal faite..
    Quant à F. Hollande, ce Diafoirus de gauche diagnostique une "crise majeure":à peu près aussi lucide que la "Fracture sociale"
    Certains suggérent de mieux associer les parlements nationaux aux institutions européennes ; bonne idée : il va falloir de sérieux efforts à ceux qui (micro-trottoir à l'assemblée nationale ,de LCI) parlent des craintes de "leurs électeurs", des Pbs sociaux "de leur circonscription", de "leurs pauvres". A quand de vrais débats aux niveaux national et européen?
    Vos propositions ,Doc?
    En nous épargnant le coup de la pause, car c'est plutôt le moment de trouver des idées,et si vous êtes capable de faire des cours aux Russes et aux Quebecquois , vous ne devez pas en manquer.
    Gilles Lecannelié
  • D. L.
    Le 24 Juin 2005 à 14 h 30 min
    Monsieur Juppé,

    48 % disent souhaiter un rétablissement du système soviétique. Cela peut surprendre au premier abord.
    Mais examinons cela de plus près :

    - tout d'abord, il y a peut-etre tout simplement beaucoup de personnes qui vivaient (ou avaient l'impression de vivre) mieux à l'époque. La plupart avaient à manger, luxe que tous n'ont pas aujourd'hui.
    - deuxièmement, le bonheur s'apprécie aussi en comparaison avec celui de son voisin. Avant, la fureur collectiviste nivellait les écarts. Aujourd'hui, les "nouveaux" riches rendent la misère des autres plus cruelle encore
    - troisièmement, la propagande à l'époque masquait toute la face noire du régime. Aujourd'hui, les médias internationaux arrosent tout le territoire, et montrent une Russie relativement paupérisée.
    -Enfin, et c'est peut-être le plus important, l'URSS était à l'époque une grande puissance, ce qu'elle n'est plus. Et les Russes sont un peuple fier, nostalgique de cette puissance perdue.
    D. L.
  • walter garret
    Le 24 Juin 2005 à 13 h 15 min
    Compte tenu que vous êtes un de ses proches, son fils spirituel, pouvez vous lui transmettre ce texte trouvé sur un forum. S'il pouvait nous apporter quelques réponses et prendre conscience du véritable état de ce pays et de ce qu'en pense ses habitants.
    << Ce jour étant par tradition récente celui des réglements de comptes, je ne peux que vous inciter à vous connecter sur le site de notre Jacquot pour lui demander d'aborder enfin les sujets qui fâââchent mais qui sont notre quotidien.
    - Pourquoi son bilan de 10 ans n'a pas été publié sous prétexte de référendum,
    - Pourquoi la pauvreté, la misère gagne du terrain tous les jours,
    - Pourquoi celui qui prétend réduire les fracture sociale ne nous présente que les factures de ses échecs,
    - Pourquoi celui qui se demandais si Maggy voulait ses c..les sur un plateau à finir par les avoir?
    - Pourquoi Tony ne veux pas les lui rendre,
    - Pourquoi, font elles, aujourd'hui, partie des joyaux de la couronne?
    - Quelle est sa crédibilité aujourd'hui (autre que celle auprès de ses condisciples présidents de républiques bananières)?
    - Pourquoi la réformes du système des élus fait-elle qu'ils sont de plus en plus nombreux à gagner plus de 30 000€ par mois?
    - Pourquoi son ministre des finances a t-il fini par avouer que la France avait plus de 1100Md€ de déficit alors qu'il espérait que le OUI allait enfin l'emporter et que ce 'problème' allait devenir celui de l'Europe?

    Pour finir, où sont ses résultats ou faut-il offrir aux français des lunettes, loupes, microcospes et journées de RTT pour partir à leurs recherche?
    walter garret

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux