Blog Notes d'Alain Juppé

A 380

Publié le 18/01/2005 par Alain Juppé

Légitime fierté française et européenne devant la magnifique réussite technique (et, nous l’espérons tous, commerciale demain) que constitue l’A 380.
Outre un sentiment d’admiration à l’égard de tous ceux qui ont participé au projet – des ingénieurs des bureaux d’études aux ouvriers des chaînes d’assemblage, sans oublier les stratèges et les commerciaux d’Airbus – les images venues de Toulouse m’inspirent une réflexion qui renvoie aux débats actuels sur la politique industrielle.

Je sais bien que les libéraux purs et durs vilipendent toute intervention de l’Etat dans les choix industriels et tout financement public des grands projets , en rappelant que les cimetières du dirigisme abondent en erreurs et en échecs (cf. par exemple un article de Pascal Salin dans Le Figaro, la semaine dernière) . Ce n’est pas faux . Il faut être vigilant et associer étroitement les industriels et les commerciaux à la prise de décision pour éviter les élucubrations bureaucratiques.
Mais pourquoi tomber dans l’excès inverse et ne pas reconnaître la réussite quand elle est éclatante?
La presse nous a récemment informés de l’armistice que Boeing et Airbus viennent de conclure dans la bagarre qu’ils se livrent pour contester les aides publiques reçues par leur concurrent. J’y vois une confirmation: de part et d’autre de l’Atlantique, les gouvernements s’intéressent aux dossiers industriels stratégiques et ne lésinent pas sur les aides qu’ils apportent, sous des formes diverses , à leurs champions industriels. Alors, pas de timidité européenne, de grâce.

Je reviens rapidement sur les aspects techniques et de méthode de ce blog-notes:
– ce n’est pas une multi-nationale, ni même une PME, mais seulement une entreprise uni-personnelle. Pardon si je n’ai ni le temps ni le talent de l’agrémenter d’images ou de musique…
– Je sais que je laisse beaucoup de messages sans réponse personnalisée… pour les mêmes raisons que ci-dessus; soyez indulgents.
– Je mets en ligne le plus possible de messages qui présentent un caractère d’intérêt général; si vous ne souhaitez pas être « publié », signalez-le moi
Merci en tout cas pour votre fidélité.
18/01/05

Partager cet article

8 commentaires pour « A 380 »
  • sébastien ditleblanc
    Le 19 Janvier 2005 à 13 h 17 min
    On ne peut que se réjouir de l'aboutissement, au moins technique, de ce formidable projet. On pense alors à Gide : "les plus belles choses sont celles que souffle la folie et qu'écrit la raison."
    Mais, un point m'inquiète dans cette histoire, c'est la manière dont certains s'accaparent ce succès en vue du référendum à venir. Ce succès serait ainsi celui d'une Europe de la coopération, qui réunit ceux qui le veulent autour de projets précis. A contrario, il faut bien sûr comprendre que c'est là aussi l'échec de l'Europe de la Commission, qui réunit tous les membres de l'Union autour d'objectifs évidemment louables (la 1ère économie du monde en 2010) mais qui ne débouchent que sur des projets abscons, illisibles souvent, et peu en phase avec le quotidien.
    Cette critique peut paraître juste. L'europe, pour avancer, doit s'organiser autour de projets forts et d'une avant-garde capable de les mener.
    L'erreur serait cependant d'en conclure aussitôt que l'europe actuelle ne va pas et qu'il faut donc voter non au prochain référendum.
    D'abord, comme on le voit, l'europe de la commission n'empêche pas des partenariats entre entreprises européennes.
    Ensuite, le projet de traité essaie d'avancer, même si c'est sûrement laborieux, vers la constitution de coopérations renforcées.
    Voter oui n'empêchera pas l'arrivée de nouveaux "Airbus". Voter non retardera la construction politique de l'Union.
    sébastien ditleblanc
  • Cyril Girard
    Le 19 Janvier 2005 à 11 h 44 min
    Comment ne pas être déçu, morose, désabusé, voire dégoûté lorsque l'on compare les propos, vibrantes promesses, pieuses volontés d'un Président, à la politique parfois opposée que sa majorité met en oeuvre.
    Comment ne pas douter de la capacité des hommes politiques à incarner le peuple dont ils sont issus lorsque l'on constate à quel point, dès qu'ils sont titulaires d'un mandat électif, aussi petit soit-il, ils s'éloignent de leurs électeurs pour lorgner vers de plus importantes fonctions ?
    Comment ne pas être inquiet dans un contexte social qui commence à s'agiter ?
    Comment ne pas céder au défaitisme au regard de la triste conjoncture internationale, de la mésentente chronique entre les nations ?
    Comment ne pas être outré de voir que nos sociétés occidentales fabriquent toujours plus d'inégalités, que les liens sociaux se délitent, que de très grands groupes mettent la main sur des pans entiers de l'économie, engrangeant les profits, que chez Walmart ou dans la tête d'Ernest Antoine, on ne pense qu'en terme de "marche ou crève." ?
    Comment croire encore en la démocratie lorsque l'on observe à quel point, outre-Atlantique, la collusion entre pouvoir politique et pouvoir économique est patente, source de trucages et de malversations ?
    Comment ne pas être révolté par ce cataclysme qui a ravagé l'Asie, faute de moyens pour le prévenir ?
    Comment ne pas s'offusquer de voir la communication politique prendre peu à peu le pas sur le débat politique ?
    Comment ne pas s'indigner de devoir assister impuissants aux luttes fratricides que se livrent régulièrement les hommes politiques de l'UMP en passant par le PS, les Verts, les Coco ou les gauchos. (Puisse le FN en succomber !) ?
    Comment ne pas être dépité de constater à quel point, dans quelque domaine que ce soit, les gens semblent exercer leur profession en oubliant que le monde du travail, c'est avant tout, un lieu où l'on s'échange des services. Malheureusement, le pain de ma boulangère qui ne sourit même pas quand elle me le tend, est de moins en moins bon, SFR essaie de m'arnaquer, mon banquier m'oblige à antidater un prêt immobilier parce qu'il est à la bourre, mon médecin s'intéresse plus aux labos qui l'envoient faire du golf gratos en Irlande qu'à ma santé. Une banque essaie de me faire croire à la télévision, de la manière la plus démago qui soit, qu'elle va m'accompagner tout au long de ma vie de rêve (j'ai même failli croire que la superbe femme était livrée avec le PEL...). etc.
    Comment rester zen devant le nombre croissant de sociétés privées de sécurité qui lancent un peu partout dans les rues, les résidences, des ersatz de flics qui se prennent pour des cow-boys ?
    Comment rester serein, envisager d'avoir des enfants quand on connaît la galère que vivent les citadins pour trouver une crèche, "tomber" dans une bonne école, et tout simplement, vous qui avez des enfants, avez dû y penser, comment donner tranquillement naissance à des petits êtres dont on ne sait même pas si le monde, tel qu'on le leur lègue, écologiquement, économiquement ou socialement, leur permettra seulement de vivre une vie normale, sans mourir d'un cancer à 35 ans, sans finir un couteau planté dans le dos à 16 ans, sans connaître le chômage, la dépression nerveuse, les anti-dépresseurs, la jalousie au travail, la bêtise en voiture, les petites méchancetés du quotidien ?

    Je n'ai pas envie de forcer mon gamin à porter une armure pour le protéger de la vie et j'ai bien l'impression que celle que je peux lui offrir ne sera pas de tout repos. Loin de moi l'idée d'un monde parfait, mais des petites améliorations ici ou là sont sans doute possible non ?


    Bon, j'arrête de faire le caliméro mais quand même, il n'y pas tous les jours de quoi sauter au plafond non ?

    Heureusement, ce soir, y'a du foot à la télé et pi aussi Jean-Pierre Pernaut. Dieu merci, nous sommes sauvés...

    (dans quelques jours, on dira si vous le voulez bien pourquoi il y a de quoi se réjouir. On va pas se laisser abattre !!!)

    Bons vents à tous malgré tout

    Cyril Girard
  • Julien
    Le 19 Janvier 2005 à 10 h 37 min
    Le drame asiatique rappel s'il était besoin l'importance négligée de notre environnement.

    Or : "La Commission européenne a menacé la France, mercredi 12 janvier, de sanctions financières si elle persiste à ne pas tenir compte d'arrêts de la Cour de justice qui l'invitent à transposer dans sa législation plusieurs directives sur l'environnement. La France a été condamnée six fois, entre septembre 2001 et juillet 2004, à l'initiative de la Commission, mais elle a ignoré, en tout ou en partie, les injonctions de la Cour. La Commission l'a donc mise en demeure de s'acquitter de ses obligations. Il s'agit, dans trois cas, d'un premier avertissement et, dans les trois autres, d'un deuxième et dernier avertissement, ultime étape avant d'éventuelles amendes infligées par la Cour à la demande de la Commission."
    (http://www.lemonde.fr/web/recherche_resultats/1,13-0,1-0,0.html)

    La préservation de l'environnement est vitale pour les siècles à venir. Concrètement, citons les dérèglements climatiques pour lesquels, si le rôle de l'homme n'est certes pas assuré, le principe de précaution devrait être appliqué. De même, la fin de la biodervisté ne semble pas préoccuper l'Europe (par ex., aucune politique n'est mise en oeuvre pour appliquer la législation concernant l'importation des bois exotiques, protégés par la loi. De même, la protection des espèces protégées dans le reste du monde est loin d'être un centre d'intérêt sensible pour la France, à tort. Etc.).

    S'assurer du déséquilibre des écosystèmes ne pourra, à terme, qu'exposer les populations aux catastrophes humanitaires et sanitaires.

    Outre les polémiques éventuelles quant à la différence, une fois n'est pas coutume, entre le programme de Chirac et son application, que ce comportement de la France (et de l'Europe) vous inspire-t-il ?

    Rien ne sert de rendre le contexte économique et social, sinon favorable, au moins viable, si c'est pour qu'il se déroule dans un environnement où les risques de virus et autres catastrophes naturelles est accrû.

    Doit-on sacrifier les générations futures afin de remporter les suffrages des électeurs actuels ?

    Je croyais naivement que la réforme des retraites présageait d'une meilleure compréhension du danger que cette attitude représente... Visiblement, ce n'est pas le cas...

    Plus généralement, quand pourra-t-on espérer une politique environnementale ambitieuse pour la France ? Pour l'Europe ? Et quand s'interrogera-t-on sur les moyens disponibles de faire pression sur les pays réfractaires, ou sur les alternatives (je pense aux initiatives telles que le Chicago Climate Exchange...)

    Julien
  • Philippe de Mornas
    Le 19 Janvier 2005 à 08 h 48 min
    Bonjour Monsieur, il est vrai qu'à un certain niveau de responsabilité dans la direction des affaires on peut parfaitement mesurer combien d'efforts il a fallu accomplir pour atteindre un tel objectif (et il reste encore du chemin à parcourir avant de voir les premiers passagers monter à bord) Je ne doute donc pas de la prouesse technologique que représente cet avion et je suis heureux que ce soit l'Europe qui l'ait fait en dépit des gué-guerres franco-françaises égoïstes des dirigeants gaulois placés à la tête d'Airbus. Si je ne m'en réjouis pas plus que cela, c'est que franchement, au-delà de l'exploit technique dans le cadre du gigantisme, je ne vois pas en quoi ceci est-il bien un progrès? Et pourtant je parcours chaque année des milliers de km en avion! Ceci répond-il à l'attente des passagers (citoyens) ou bien des transporteurs (intérêts purement financiers)? On va transporter d'un coup 800 personnes à l'autre bout du monde: pour quoi faire?le tourisme de masse et son bétonnage adjacent de terres placides est-il un progrès? Et pourtant je ne suis ni un adepte des Vert ni un fan d'Attac et je vote (deplus en plus par raison mais sans vraie conviction)pour votre parti. C'est vrai, on devrait se réjouir de voir aboutir un tel projet car il y a bien longtelps que je n'avais pas vu une annonce importante comme celle-ci en matière d'union des efforts de plusieurs pays européens (donc suivie de près au niveau politique européen) être suivie d'effets : ça au moins ce n'était pas de la démagogie! mais plus généralement qu'est-ce qu'un grand projet? De la haute technologie ou bien le courage de faire ce qu'il faut quand il le faut?
    Philippe de Mornas
  • Françoise BRUNET
    Le 19 Janvier 2005 à 07 h 00 min
    Après le pont de Millau, l'A 380,la greffe des 2 mains réussie par le professeur Dubernard à Lyon etc...des prouesses technologiques, des salaries français et europééens fiers de leur travail, alors pourquoi cette angoisse, cette tristesse des français?
    Un pays de 62 millions d'habitants et pourtant beaucoup de frilosité individuelle.
    Est ce du au vieillissement? à l'augmentation du nombre de personnes seules?
    Françoise BRUNET
  • Frederic Godfrin
    Le 18 Janvier 2005 à 23 h 47 min
    Quand je vois ce que les europeens sont capable de faire ensemble, je ne peux que fantasmer sur les formidables progrets que cela engendrerait dans un Etat europeen... J'ai toujours coutume de dire : "si on additionne toutes les competences des etats europeens ont obtient quelque chose d'equivalent aux Etats-Unis. Si les etats europeens pouvaient s'unifier en un seul etat, leurs competences ne s'additioneraient pas, elles se multiplieraient!"
    Airbus n'est qu'un commencement du debut de l'apercu de ce que nous serions capable de faire ensemble. En s'additionant on a cree Airbus, en se multipliant on irait sur Mars pour passer nos vacances.
    Frederic Godfrin
  • frederic sgarlata
    Le 18 Janvier 2005 à 21 h 20 min
    je suis ebahi par l'etat catastrophique des cites universitaires.. je sais pertinemment que tout en france fait l'objet de budgets scindés concernant chaque ministere specifiquement et que l'on ne peut donc peut etre pas tout melanger en deshabillant paul pour habiller jacques.. mais est il legitime que dans ma tete un tel etat de fait jette tout un discredit sur la gestion economique et politique des richesses nationales? est ce que j'aurais tendance a raisonner trop vite? le degré de pragmatisme zero est il atteint? la publicité des fonds envoyés en asie du sud est dont on ne connait pas suffisamment le taux reel d'utilisation se justifie t elle de la meme maniere?? et que dire des etudiants a la splendide candeur s'etonnant de l'etat lamentable de leur labo de travaux pratiques quand a la fin des cours ils vont peut etre participer activement et gratuitement a la collecte de dons infinis pour regler les ravages d'un tsunami sur les baraquements de gens deja esclaves et pauvrissimes avant cette catastrophe? remettre un paradis sur pied? quiconque tournait la tete de la couleur de l'eau ne voyait aucun paradis.. je ne juge pas ni ne prends de position categorique presomptueuse et primaire.. mais je suis tres inquiet.. quant au bon sens pollué par le sensationnel.. a bientot mr juppé.
    frederic sgarlata
  • Patrick LESNE
    Le 18 Janvier 2005 à 19 h 01 min
    Je vous rejoins à 100% sur la légitime fierté que nous devons tous éprouver en découvrant la nouvelle création d'AIRBUS, le fameux A380 dévoilé aujourd'hui à Toulouse, ceci pour au moins 3 raisons essentielles à mon avis:
    la première est la prouesse technique bien sûr, la seconde la coopération exemplaire européenne, la troisième d'avoir par cette coopération réussi ainsi à concurrencer la 1ère puissance mondiale et ses BOEING.
    Pourquoi dés lors, face à une telle preuve de savoir faire et de dynamisme économique, les Français sont ils à ce jour moroses et désabusés d'après les médias? parce qu'il y a effectivement une contradiction énorme entre cet AIRBUS et, par exemple,les grèves que nous allons subir pour la nième fois, en particulier dans les transports SNCF, RER et RATP... Dans ce pays rien n'est fait depuis des dizaines et dizaines d'années pour empêcher une minorité de paralyser une majorité.Depuis combien de temps les hommes politiques nous promettent-t-ils un "service minimum" ? au moins 30 ans, voire plus ! les députés, sénateurs, ministres etc... ont ils déjà pris le train, suivi du RER, puis du métro, un jour de grève ? bon courage à eux s'ils s'y risquent un jour ! Je pense sincèrement que les Français, dont je fais partie bien sûr, sont moroses et désabusés tout simplement parce qu'ils constatent une fois de plus que le politique ne résoud aucunement leurs véritables problèmes, en tout premier plan le droit de travailler, lorsque l'on a de plus la chance d'avoir encore un emploi, ce qui devient de nos jours franchement aléatoire ! je crois que le décalage entre le politique et le citoyen se creuse d'avantage chaque jour parce qu'il manque un certain courage politique à ceux qui nous gouvernent, notamment pour prendre les réelles mesures qui s'imposent dans un pays corporatiste,ultra conservateur,et qui finalement n'évolue pas.Ce n'est vraiment pas de la faute du citoyen si les élections l'intéressent de moins en moins, c'est que, quel que soit son vote, à droite ou à gauche, la situation reste la même ! voilà pourquoi les majorités valsent en permanence depuis la 1ère cohabitation : il ne se passe rien, il n'y a aucune amélioration au quotidien et l'avenir est encore plus sombre, si l'on pense au trou de la Sécu ou aux retraites ! Et ça, croyez le, c'est vraiment exaspérant. Comment garder le moral dans ces conditions, comment positiver ? Quand on a le pouvoir, démocratiquement, eh bien on l'exerce !Si Chamberlain et Daladier n'avaient pas lamentablement cédé à Munich en 1938, aurait on eu la seconde guerre mondiale? Daladier aurait dit en atterrissant au Bourget et en voyant la foule l'acclamer,"ah les C... !" : de qui se moque t il , c'est lui qui était au pouvoir, pas la foule ! Voilà, si vous le permettez, mon opinion sur ce décalage énorme, et simultané, entre la sortie du nouvel AIRBUS et l'extrème morosité de nos concitoyens.
    C'est dommage, il suffirait de si peu !
    Patrick LESNE

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux