Blog Notes d'Alain Juppé

Aberrations

Publié le 24/03/2010 par Alain Juppé

La SNCF vient d’annoncer un déficit d’1 milliard d’euros, dû pour l’essentiel à la quasi-faillite de sa branche fret. Ainsi donc, malgré les proclamations officielles, malgré la volonté affichée de lutter contre les « murs » de camions qui, sur les grands axes de circulation, massacrent notre environnement, nous sommes toujours incapables de développer le fret ferroviaire. J’entends bien que la crise est passée par là. Mais le déclin du fret est bien antérieur à la crise et on ne discerne aucune perspective d’amélioration.

Il va bien falloir, pourtant, changer nos comportements comme beaucoup de pays européens voisins ont commencé à le faire. Si la vertu ne suffit pas, il faut utiliser l’arme fiscale. C’est la raison d’être de la taxe carbone, aujourd’hui victime de l’éco-scepticisme ambiant depuis l’échec de Copenhague.

Qu’il faille remettre à plat un projet incompris, on peut l’admettre. Qu’il faille, parallèlement, mener le dur et long combat de la taxe carbone européenne, j’en suis d’accord. Mais la France ne doit pas renoncer.

Coup de chapeau à Chantal Jouanno qui disait ce matin à la radio: « Il faut y aller! Il faut aller jusqu’au bout ».

Partager cet article

8 commentaires pour « Aberrations »
  • Dom
    Le 30 Mars 2010 à 10 h 01 min
    Je rebondis sur les propos de Frédérique : il existe un espace politique pour l'écologie de droite, et pour la vision actuelle du gaullisme : un état fort, mais centré sur ses prérogatives essentielle : éducation, défense, santé, justice et maintenant écologie ! L'environnement n'est pas une valeur politique, elle doit être une composante continue et obligatoire de nos projets et réflexions pour demain, et ce dès maintenant !
    Dom
  • hermes
    Le 26 Mars 2010 à 12 h 05 min
    Bonjour Mr Juppé, merci de vos analyses pertinentes et bravo pour votre combat sincère en faveur d'une politique écologique efficace et responsable.

    J'ai juste une question. Qu'attendez-vous pour vous lancer dans la présidentielle de 2012 ? Vous êtes le plus compétent à droite, il n'y a aucun doute là-dessus. Vous avez pris du champ depuis plusieurs années, c'est le moment de revenir !

    H
    hermes
  • Frédérique
    Le 26 Mars 2010 à 01 h 07 min
    je suis moi aussi désespérée que les premiers arbitrages, suite à cette déroute électorale, se fassent au détriment de l'environnement, je n'étais pas particulièrement ravie à l'idée de devoir m'acquitter d'une nouvelle taxe (carbone), mais cela me semblait tellement vital...
    Désespérée je l'ai été également dans l'isoloir, quand il m'a fallu choisir entre un futur ex-ministre UMP, pas très convaincant dans sa campagne, un député anciennement gréviste de la faim représentant un mouvement moribond aux contours incertains et la liste d'union sacrée...mais bien que mon coeur puisse parfois tanguer à gauche, et notamment du côté écolo, ma tête jamais et je ne me résouds toujours pas à voter "vert" un jour pour que ma voix se retrouve systématiquement dans l'escarcelle d'un socialiste le lendemain... Ce long préambule Monsieur Juppé pour vous demander, avec beaucoup d'estime: pourquoi ne vous positionnez-vous pas en fer de lance d'une "écologie de droite" ? Serait-ce si antagoniste ? j'ai l'impression de ne pas être la seule à attendre ce nouveau mouvement, voir parti politique, et qui mieux que vous pourrait l'incarner ?
    Frédérique
    Frédérique
  • Julien
    Le 24 Mars 2010 à 12 h 37 min
    Alain,
    Nous sommes un très petit pays qui a de belles entreprises, mais qui est en train de les perdre. Nos entreprises industrielles ont des charges déjà excessivement lourdes, ajouter la taxe carbone est une abbération. Alain svp, allez visiter let découvrir la réalité des entreprises. Ayez de l'empathie pour les chefs d'entreprises qui prennent des risques et qui contribuent à faire vivre notre pays. Une taxe carbone au niveau européen ou mondial sinon rien...
    Julien
  • viv
    Le 24 Mars 2010 à 12 h 03 min
    j'apprecie votre coup de gueule contre les murs de camions,on pourrait suivre l'exemple suisse qui ne permet pas aux camions de la traverser, par exemple tout trajet de plus de 200 kilomètres interdit. Quant à la taxe carbonne elle pénalise trop les quelques entreprises qui restent en france (on ne tire pas sur les ambulances), à ce propos les entrepreneurs qui délocalisent devraient etre déchus de la nationalité française et de ses avantages,puisque les charges restantes(sécu.formation...)sont partagées sur un plus petit nombre...
    viv
  • langonnais33210
    Le 24 Mars 2010 à 11 h 25 min
    Bonjour,
    Pas de votre bord politique mais d'accord avec vous sur toute vos interventions concernant notre planète.
    Vous êtes quelqu'un que je respecte et espère que vous êtes honnête dans ce monde politique si peu fréquentable en ce moment.
    Cordialement
    langonnais33210
  • Hippocampe
    Le 24 Mars 2010 à 11 h 17 min
    Votre article donne l'impression que seules des taxes nouvelles parviendront à régler la question du déficit du fret de la SNCF.

    Je suis, comme vous, choquer par l'augmentation impressionnante du transport du fret par voie routière et par le nombre de camions immatriculés hors de France qui circulent sur nos autoroutes.

    Mais si la voie routière a pris le pas sur la voie ferrée, c'est que les transporteurs routiers ont su tirer parti, entre autres, de la piètre qualité des infrastructures ferroviaires françaises, de leur inadaptation aux noouveaux flux de marchandises, de la lourdeur administrative et des rigidités syndicales de la SNCF.

    Et ce n'est pas une taxe carbone qui, d'un coup de baguette magique, réglera ce problème.

    Je crois bien plutôt en la vertu de l'opiniâtreté des décideurs, en la nécessité d'une politique du long terme et dans la concertation de tous les acteurs concernés, et Dieu sait s'ils sont nombreux.

    Tous les intégrismes sont à craindre, surtout dans le domaine aussi sensible qu'est l'écologie.
    Hippocampe
  • Jean-Samuel
    Le 24 Mars 2010 à 11 h 09 min
    Monsieur Juppé,

    je suis entièrement de votre avis quant à la taxe carbone. Je ne comprends pas comment Nicolas Sarkozy ait pu prendre une telle décision. Pour satisfaire un certain nombre de députés et d'électeurs de droite, nous dit-on. C'est oublier que la taxe carbone ne fait pas partie de ce qui est le plus reproché au Président de la République. Enterrer la taxe carbone, c'est de la lâcheté. Prétendre qu'il faut attendre un accord à l'échelle européenne pour qu'elle puisse être efficace est de la mauvaise foi. Comment, en effet, se fait-il que le gouvernement s'en rende compte comme par hasard au moment des élections régionales ? D'autre part, tout ne monde sait que jamais l'Union Europénne ne pourra se mettre d'accord. L'écologie, c'est triste à dire mais c'est vrai, n'est pas la priorité de la majorité des Etats membres de l'UE. Cela aurait été un symbole fort que la France entraîne d'autres pays dans le domaine de l'écologie. Malheureusement, il n'en sera rien.

    Personnellement, je souhaite que Jean-Louis Borloo et Chantal Jouanno démissionnent du gouvernement s'ils ne réussissent pas à imposer la mise en oeuvre de la taxe carbone cette année encore. Voilà qui serait cohérent et courageux !
    Jean-Samuel

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux