Blog Notes d'Alain Juppé

Absence

Publié le 29/04/2005 par Alain Juppé

Je suis absent de France pendant une semaine et je ne suis pas sûr de pouvoir me connecter facilement. Veuillez excuser mon silence (provisoire) . Cordialement.
29/04/05

Partager cet article

10 commentaires pour « Absence »
  • Franck Jublot
    Le 24 Mai 2005 à 10 h 22 min
    Tout ceux qui ont fait des études ont connu cet endoctrinement. Mais ce qui me fait rire ce sont les réactions sur le blog. Certains disent "respectez les professeurs". Cela n'a rien à voir. A moins que respecter les professeurs nous oblige au silence en toute circonstances, drôle de vision du respect. D'autres trouvent cela normal d'endoctriner et confondent cela avec l'aide à la création d'un sens critique, c'est dépitant. Heureusement qu'il en reste qui ont vécu le même endoctrinement en philo, histoire etc.... et qui ne sont pas tombés du côté obscur. Attention tout de même. Lorsque nous serons au pouvoir et que les profs seront majoritairement de droite, il ne s'agira pas d'endoctriner à notre tour..... la liberté est toujours préférable à la contrainte, elle ne se négocie pas.
    Franck Jublot
  • alix d...
    Le 15 Mai 2005 à 20 h 57 min
    Monsieur
    Je viens de découvrir votre blog et j'en profite pour vous envoyer ce petit message.
    Je suis enseignante aux Mureaux , dans l'enfer des cités ,ou etre prof reléve du sacerdoce .
    J'ai commencé ma "mission" pétrie des idées gauchistes enseignées , non sans talent dans les iufm ;tolérance ,égalité des chances,et tout le laius mondialiste bien appris par nos politiques et relayé par l'éducation nationale.
    Aprés 6 ans de Mureaux ,2 dépressions , une quinzaine d'injures (souvent sordides), 2 attaques physiques ,3 vols de cartable, copies brulées et cours saccagés , je suis encore...vivante!.
    Ne nous cachons pas la face , tous ceux qui ont portés atteinte à ma personne étaient issus de l'immigration.
    Et là j'en viens a vous monsieur Juppé ,il y a 10 ans devant des enfants qui avaient grosso modo l'age de mes élèves , vous stigmatisiez un parti comme le front national , en le traitant de xénophone , raciste et antisémite...
    Ce langage qui a l'époque rentrait dans le discours formaté de tout bon politique ne m'avait ni choquée , ni surprise.D'un coté les gentils de l'autre les méchants ,infantilisme du petit peuple , donc vocabulaire en conséquence.
    Aujourd'hui , 10 ans aprés ,je n'ai pas pris ma carte au FN , en revanche je suis convaincue que vous avez fait fausse route ,autant par betise que par calcul .
    Si nous sommes arrivé à un tel chaos , je vous en tiens personnellement responsable (chirac et cie inclus).Ne pas avoir eu le courage de se démarquer de la gauche et de son discours suicidaire (pour la France) est une erreur que je ne vous pardonnerais pas.

    alix d...
  • vincent Mercadier
    Le 10 Mai 2005 à 22 h 30 min
    bonjour monsieur Juppé,
    Je me permets de m'exprimer sur un sujet non abordé sur votre blog, mais d'actualité !
    A l'occasion du week end prolongé, j'ai parcouru la France et ai pu constaté que le prix du gazole a du mal tomber en dessous de l'euro.
    J'avais cru comprendre lors de la mise en place de la TIPP ou de sa réforme, que la mécanique annoncée par le gouvernement avait pour objectif "d'amortir" à la pompe la hausse du prix du baril. Autrement dit, le coût des taxes diminue lors de la montée du coût du pétrole.
    Force est de constater que l'effet amortisseur annoncé ne fonctionne plus et que la recette liée aux taxes surperforme la prévision budgétaire.
    Agir sur le prix des carburants symboliserait un acte symbolique à plusieurs titres auprés des français et n'impacterait apparemment peu les recettes de l'Etat.
    voila peut être un nouveau sujet à lire prochainement sur votre blog.
    merci
    vincent Mercadier
  • Fernand SEBASTIAN
    Le 08 Mai 2005 à 20 h 58 min
    Une réflexion me vient à la suite des débats actuels.
    On nous dit: il faut une constitution à l'Europe pour qu'elle puisse fonctionner à 25.
    Mais n'aurait-il pas fallu faire l'inverse, c'est à dire doter d'abord l'Europe d'une constitution pour préparer et réaliser les élagissements dans de meilleures conditions?
    De plus, ces élargissements, à priori aussi importants que la Constitution, ont été décidés et réalisés en dehors de toute consultation populaire...
    Le débat actuel n'est-il pas un combat d'arrière garde, un tant soi peu hypocrite car, en toute hypothèse, les jeux sont faits?
    Fernand SEBASTIAN
  • Michel Bonnet
    Le 06 Mai 2005 à 16 h 06 min
    Bonjour Monsieur Juppé,
    Que pensez-vous de l'après Europe ?
    De la vision de la réalité des Etats Unis du Monde ?
    Amicalement ; M.B.
    Une ére nouvelle, une morale nouvelle, des dirigeants nouveaux


    Parler d’« autorité morale » dans le monde d’aujourd’hui semble être paradoxal. Presque tous les jours, la une des journaux relate la disgrâce. La chute, l’emprisonnement , ou la démission forcée d’un dirigeant politique, d’un chef d’entreprise, d’un chef religieux ou d’une communauté quelque part dans le monde.

    La corruption de l’autorité prend diverses formes. Certains se servent de leur pouvoir pour amasser des richesses, éliminer leurs rivaux ou obtenir des faveurs de l’autre sexe. D’autres arguent de leur autorité pour défendre tel cause particulière aux dépends d’autres idées. D’autres encore se soucient plus des privilèges que leur confère leur appartenance à un parti que de chercher la vérité où ne veulent dominer que pour manipuler ou exploiter les autres. D’autres, enfin, profitent abusivement de leur situation privilégiée parce qu’il n’ont pas réfléchi au vrai sens du pouvoir.

    La moralité du pouvoir est importante. Dans certains pays, l’effondrement de l’économie toute entière s’explique par différentes formes de corruption au niveau du gouvernement et/ou des entreprises. D’autres dirigeants ont fait la guerre pour conserver le pouvoir, satisfaire leur égo ou maintenir les privilèges d’une tribu ou d’une classe particulière. Au niveau local, des dirigeants privés de tout sens moral ont détournés les fonds de développement destinés à leurs communautés, conduit de mauvaises politiques et attisé les haines ethniques ou religieuses.

    Etant donné qu’il y a toujours eu dans l’histoire des dirigeants malveillants et égoïstes dans tous les pays du monde, on peut difficilement parler d’une augmentation de la corruption. Il est néanmoins possible de suggérer que ces derniers sont les plus visibles du fait des progrès de la technologie de l’information, de l’influence croissante de la société civile et de la plus grande autonomie des peuples à travers le monde.

    Ceci nous rappelle un point important : nous vivons une époque nouvelle, celle de la transition entre l’ancien ordre mondial et le nouveau. Chaque jour nous apporte de nouvelles preuves de l’effondrement du passé et de l’éclosion de nouvelles idées et institutions.

    Face à la corruption apparemment croissante du pouvoir dans le monde, de groupes et d’organisations ont commencé à faire campagne en faveur d’une plus grande transparence dans la prise de décision, de l’application du droit, de l’indépendance de la justice et d’autres réformes démocratiques.

    Ces efforts sont plus que nécessaires. Pourtant, ce ne sont que des palliatifs qui ne répondent pas à la question fondamentale suivante : qu’est-ce que l’autorité morale dans un monde interdépendant ?

    Pour répondre à cette question, nous devons examiner la nature de la morale elle-même. Les baha’is croient en la dualité de la nature humaine. D’un coté elle est centrée sur le monde matériel, c’est-à-dire tournée vers les besoins physiques élémentaires : survivre, se nourrir, avoir un toit. De l’autre, elle est spirituelle. Ce coté spirituel, qui procède du fait que l’homme, créé par Dieu, a une âme douée de raison, suscite chez lui l’amour, la compassion et l’altruisme.
    Sans cette prise de conscience fondamentale, la plupart des initiatives de nature à promouvoir la morale seront vouées à l’échec parce que occultées par les idées contemporaines sur la relativité des valeurs, rationalisées par le jeu des intérêts personnels ou exploitées par les rivalités de partis. Toutefois, une meilleure compréhension de la réalité spirituelle de l’homme ouvre le chemin vers le sens de l’autorité morale.

    Autrefois, notre réalité spirituelle trouvait son expression dans l’invitation à aimer son prochain ou à se soumettre à la volonté de Dieu. Aujourd’hui, elle s’exprime pleinement dans le concept de l’unicité de l’humanité, ce principe qui définit l’intégration et l’interdépendance du monde actuel.

    Concrètement, ce principe étend la notion d’amour du prochain à l’échelle du village planétaire et appelle un nouveau type de dirigeant que l’on peut définir comme un « dirigeant moral »

    Une fois encore, il faut faire la différence entre le passé et aujourd’hui. Trop longtemps, l’autorité a été considérée – tant par les dirigeants eux-mêmes que par leurs partisans – comme synonyme de pouvoir et de domination sur les autres. Ces dirigeants ont plutôt asservi ceux qu’ils étaient censés servir. Ils ont souvent cherché à sur-centraliser le processus de prise de décision ou obligé les autres à se soumettre. Sous une apparence d’écoute attentive, ils visent réalité à promouvoir leurs idées et à dominer les autres. Ces types de pouvoir englobent l’autocratie, le paternalisme et le totalitarisme ainsi que la manipulation des médias.

    Selon la nouvelle définition de l’autorité, les hommes au pouvoir doivent aujourd’hui se soucier avant tout de servir leur communauté plutôt que de défendre leurs idées, leurs carrières ou leurs privilèges. En d’autres termes, la première caractéristique d’un dirigeant moral doit être de servir la communauté plutôt que de la dominer. Sa principale obligation doit être de servir au mieux les intérêts de l’ensemble plutôt que ceux d’un parti, d’une idéologie, d’une tribu ou d’une corporation.

    L’autorité morale se reconnaît aussi par la recherche de la vérité dans une situation donnée avant d’agir, (au lieu de camper sur des positions préétablies et partisanes) l’importance accordées aux processus décisionnels fondés sur le consensus, la capacité à inspirer et à encourager une action constructive à la base et la faculté de voir « la fin dans le commencement », c’est-à-dire d’être visionnaire.

    D’une manière générale, l’autorité doit approuver les idées sociales progressistes qui découlent du principe d’unicité de l’humanité en s’engageant à respecter les droits de l’homme, comprendre les instruments nécessaires au renforcement de la cohésion et du bien-être de la société, reconnaître sans ambiguïté l’égalité des femmes et des hommes et rejeter totalement toutes préférences fondées sur la race, l’appartenance ethnique, la croyance religieuse ou l’origine nationale.

    Le concept d’unicité de l’humanité pose inévitablement des questions sur le rôle des partis politiques. Bien que ce rôle ait été, historiquement, défendre les intérêts de circonscriptions longtemps laissées pour compte et de susciter de nouveaux courants de pensée, les nouvelles réalités de l’époque ainsi que les innovations dans les domaines de la technologie de la communication et de la science de l’organisation, les rendent de plus en plus superflus. Par ailleurs, les aspects négatifs de l’esprit partisan sont plus que jamais présents : tendance à mettre l’intérêt personnel au-dessus de l’intérêt général, possibilité d’acheter son influence et propension à vouloir gagner le combat politique même au détriment de la vérité.

    Enfin, on réalisera que l’esprit partisan est aujourd’hui, avant tout, un facteur de division alors qu’à l’heure de la mondialisation, de l’interdépendance écologique et la présence d’armes de destruction massives, notre principal objectif devrait être l’unité.

    La caractéristique sans doute la plus importante de l’autorité morale est la véracité. « La sincérité est la base de toutes les vertus de l’humanité » dit Abdu’l-Bahà. « Sans sincérité, le progrès et le succès d‘une âme dans les royaumes de Dieu ne sont pas réalisables. Lorsque cet attribut saint est établi en l’être humain, toutes les qualités divines seront également atteintes».

    Bien entendu, le problème aujourd’hui est de savoir quand les dirigeants recherchent sincèrement la vérité et quand ils ne le font pas car tous les dirigeants d‘aujourd’hui rendent hommage à la véracité. A cet égard, il est utile une fois de plus de comprendre la nature spirituelle de la réalité. Comme le dit Abdu’l-Bahà, la sincérité est au cœur des autres vertus.. On lit dans les écrits baha’is que : « … c’est par ses bonnes actions que l’on prouve la vérité de ses paroles ».

    Nous revenons alors à la réalité de l’âme humaine et au but fondamental de notre existence qui est d‘acquérir des vertus spirituelles. A mesure que les individus progressent sur le plan spirituel, ils acquièrent la capacité de distinguer les actes vertueux de la fausse rhétorique.


    Article de la revue de la Communauté Internationale Baha’ie One Country, mis en page par :
    La Terre n’Est qu’Un Seul Pays.
    Association loi 1901
    N° 1 Val des Muriers 83590 GONFARON
    Tél ; Fax : 04 94 78 33 90 P. 06 08 32 70 96 ; mel : [email protected]
    Site : http://perso.wanadoo.fr/mb19/ ; http://teusp.free.fr ; www.religare.org
    Michel Bonnet
  • jean marc pinson
    Le 06 Mai 2005 à 13 h 24 min
    Monsieur le premier ministre

    Face à un président de la république autiste et dépassé par les évenements , je tente ma chance auprés de vous.
    En effet , nous sommes aujourd'hui à un tournant ,ou bien la france plie et renonce à ses origines chrétiennes et européennes, ou bien nous nous levons pour stopper le suicide annoncé d'une nation.
    Les experts (indépendants) l'affirment , dans moins de 50 ans la france aura basculé dans l'africanisation de sa population .50 ans à l'échelle de l'humanité , c'est demain.
    Les conséquences sont facilement imaginables ; ghettos de noirs et blancs , racisme anti blancs ,guerre interéthnique ,prise de pouvoir de l'islam , religion politique qui imposera la charia sur tout le territoire.
    Monsieur juppé arretons les conneries , tout de suite , je vous en prie , nous courrons au drame et les politiques ne peuvent l'ignorer.
    Dans un mois malek boutih rendra un rapport (explosif) sur l'immigration pour le compte du PS.Un beur qui s'empare du probleme de l'immigration , bien joué les socialistes !
    A droite que voyons nous venir , rien désespérément rien , mais que font tous ces énarques , ces jus de cervelle , qui nous prédisent des lendemains qui chantent?
    Monsieur , faites preuve de courage , ils ne seront pas nombreux ceux qui tenteront de sauver notre pays , j'espere que vous ferez partie de ceux la.
    Bien à vous.
    jean marc pinson
  • jocelyne bigotte
    Le 05 Mai 2005 à 18 h 06 min
    Je me sens européenné et mème citoyenne du monde, je suis prete à tous les sacrifices pour qu'il n'y ait plus personne qui meurt de faim sur cette planète.Mais je ne suis pour une EUROPE, ni pour un monde dirigé par les riches et les élites qui n'ont rien à faire des classes moyennes et encore mois des pauvres.Nous sommes revenus au temps de l'esclavage.Vous militez pour la paix mais il arrivera un temps qui a d'ailleurs a dèjà commencé ou les hommes se battront pour le travail.Et ce travail délocalisé dans des pays qui traitent leurs concitoyens comme des esclaves:"ZOLA doit se retourner dans sa tombe"provoquera la montée des racismes.Un monde capitaliste ou la loi de marché prime,ne pourra jamais apporter le bonheur au monde.
    jocelyne bigotte
  • CHAUTARD-FONTAINE Alexandra
    Le 04 Mai 2005 à 14 h 01 min
    J'ai attentivement suivi hier soir l'intervention du président de la République sur France 2, même si, pour ma part, je suis completement acquise au "oui", et ce depuis le debut. Je suis pourtant une jeune votante: je vais avoir 20 ans sous peu, et mon dernier scrutin fut les regionales. je me sens intensement concernée par ce debat, qui est pour moi celui de mon avenir, mais aussi celui de l'avenir de notre pays. Je ne parviens pas à comprendre ces jeunes de mon age qui denigrent la politique, et s'en detournent completement, le plus souvent sans raison valable, simplement par paresse de prendre posititon.
    Je lisais recemment Jean Picq, -Il faut aimer l'Etat- ; l'auteur dit ceci, "J'aime l'Etat. Je m'y suis toujours senti libre. C'est pourquoi aussi j'en accepte les exigences." Je rejoint totalement son point de vue. On ne peut pas ne pas aimer l'Etat, et de ce fait, on ne peut pas passer outre ses devoirs exxentiels de citoyens, c'est à dire l'exigence democratique même. L'Etat est le rocher sur lequel toutes les vies s'accroche, l'Etat n'est pas sectaire ni discriminatoire. Il faut le lui rendre avec equité.
    C'est pourquoi il ne faut ignorer aucun scrutin, et encore moins celui qui nous touche en ce moment. Lorsque le 29 mai, j'irais mettre mon bulletin OUI dans l'enveloppe, puis dans l'urne, je serais certainement trés fière et immensement heureuse.En esperant que mes semblables fassent de même. L'Europe, c'est la France, et c'est nous tous; nous ne pouvons nous permettre de ne pas franchir encore les etapes, c'est essentiel. Pour ma part, qui ai beaucoup voyagé dans ma jeunesse, l'Europe, c'est des souvenirs imperisssables de melanges de langues et de culture; J'ai la chance de maitriser quatre langues etrangères differentes. Puis il y a ausssi un facteur plus personnel, a savoir que la personne qui partage ma vie est de nationalité autrichienne. L'Europe, c'est ca aussi, depasser les limites de son departement , de son Etat, de son coeur aussi, pour aller voir et aimer ailleurs.

    Je suis etudiante en droit, en préparation de l'IEP de Strasbourg, et je suis fière de le dire, de le réaffirmer, dans un contexte ou il est plus "tendance" de cracher sur sa nation que de l'elever, j'aime la France,la politique et l'Europe.

    Recevez mes amitiés les plus sincères.


    CHAUTARD-FONTAINE Alexandra
  • Victoire Doumas
    Le 04 Mai 2005 à 08 h 46 min
    Bonjour,

    J'ai ecouté le président hier soir ...
    J'ai été sidérée par une de ses réponses.
    Il parlait de la GB et en glorifiait le système economique mais ... "on ne pourrait pas faire la même chose en France, le peuple francais n'est pas prêt à cela !!".
    Mais enfin j'ai manqué un épisode ou quoi ?? Vous êtes de droite ou pas ? Alors appliquez votre politique ou alors faites autres choses !
    Si vous pouvez faire passer le message au président ... je crois qu'on est nombreux à penser comme ça ... et pas qu'à droite !!!
    Victoire Doumas
  • Jean noel bousserie
    Le 30 Avril 2005 à 15 h 27 min
    Lettre de Jeanne Mandou de Dax parue dans le Journal Sud-ouest du 30 avril.
    La Vieille dame et la Pentecôte !

    LE LUNDI DE PENCOTE



    Je suis une vieille .Revendiquant sa catégorie sociale. Ce n'est pas l'habitude que ceux que l'on appelle les personnes âgées s'expriment publiquement, sauf quand elles ont des postes importants dans la société. Moi, je suis une vieille dame ordinaire, 80 ans dans l'année, retraitée bien sûr.....
    Aujourd'hui, je m'insurge. Comme beaucoup d'entre nous, car nous en avons assez d'entendre parler et reparler de ce lundi de Pentecôte qui ne serait plus un jour chômé pour certains et qui serait non payé au nom de la solidarité.
    Quelle solidarité! Envers qui? Les Vieux?
    Qui peut penser qu'il nous sera agréable de voir nos jeunes voisins, smicards ou autres, prendre la route du boulot, payer la nounou ou la garderie ce lundi de Pentecôte ? Nous qui nous souvenons des piques-niques, parties de pêche ou autres sorties bucoliques que ces deux jours autorisaient à la sortie de l'hiver!
    Le coeur ne fonctionne pas comme ça.Quant au but.....L'argent qui en découlera, par on ne sait quel tour de passe-passe, pour davantage de maisons de retraites, de lits médicalisés....encore plus......sans doute pour que les vieux puissent y mourir, à l'abri des regards....de la presse.....et pour que la conscience nationale reste sereine...Pour cela il existe l'Impôt.
    Si on recherche, on trouvera bien quelque chose à taxer. Nos ports de plaisance débordent de bateaux. Certains, pour un oui, pour un non, vont passer des week-ends de rêve dans les lieux paradisiaques. D'autres........
    La liste peut s'allonger.Il suffit de s'intéresser à l'actualité.
    Alors, vous, mes jeunes voisins, choisissez de rester chez vous ce Lundi de Pentecôte.Sortez en famille. Découvrez ou redécouvrez la campagne. Les enfants composeront ces bouquets naïfs qu'ils affectionnent, faits de quelques fleurs des champs. En rentrant, si vous passez devant une maison de retraite, arrêtez-vous. Dans les halls de ces établissements, il y a toujours quelques vieux qui attendent ......
    Remettez-leur ces bouquets. Ils vous diront merci du fond du coeur .

    Que cette lettre puisse faire comprendre à Raffarin que sa mesure du Lundi de Pentecôte est injuste et stupide

    Jean noel bousserie

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux