Blog Notes d'Alain Juppé

Anticipations

Publié le 03/09/2005 par Alain Juppé

Les images de la tragédie qui a dévasté la Louisiane et principalement la Nouvelle-Orléans sont omniprésentes sur les écrans canadiens. Il est vrai qu’on ressent ici une plus grande proximité avec tous ces malheureux. Katrina est même venue mourir au Québec, avec une journée de vents et de pluies intenses sur Montréal, sans commune mesure, bien sûr, avec la violence d’un cyclone.

Ce qui me frappe, à la réflexion, c’est l’incapacité de nos sociétés, pourtant de plus en plus sophistiquées, à anticiper.
Souvenez-vous du tsunami en Asie: il s’est écoulé une période de plusieurs heures entre la détection du séisme et l’arrivée de la vague géante et aucune consigne d’évacuation du bord de mer n’a pourtant été donnée.
Cette fois-ci, on a suivi pendant plusieurs jours la progression du cyclone, un ordre d’évacuation de la Nouvelle-Orléans a bien été donné mais il est apparemment resté sans effet. J’ai encore en tête ce titre de journal, quelques heures avant l’arrivée de Katrina sur la Louisiane: « Governor: We need to pray. »
De nombreuses critiques sont adressées, en ce moment, à tort ou à raison, à l’administration fédérale américaine pour la lenteur de sa réaction. Ce qui compte pour l’instant, c’est évidemment la mobilisation de tous pour venir en aide aux personnes dans la détresse, dont les visages, sur les écrans, nous bouleversent. Je me réjouis que la France soit aux côtés de nos amis américains.

On observe la même incapacité à anticiper dans des domaines ou des circonstances très différents. Voyez par exemple la flambée des prix du pétrole qui pousse le prix de l’essence à la pompe à Montréal à un niveau inconnu du consommateur québécois: 1,47 dollar ( soit aux alentours d’1 euro, ce qui doit sembler raisonnable à l’automobiliste français…)
Certes, cette hausse est due à des causes conjonturelles: Katrina a provoqué la fermeture de pusieurs raffineries dans le golfe du Mexique, ce qui se traduit par une pénurie de l’offre . Mais au delà de la conjoncture, il y a la tendance longue: la demande ne cesse d’augmenter (la Chine est avide d’énergie), et les ressources ne sont pas inépuisables. Et pourtant les politiques d’économie d’énergie (très à la mode après le premier choc pétrolier des années 70) et de développement des énergies renouvelables restent d’une incroyable timidité. Seul le projet ITER prépare l’avenir… à l’horizon de 2050.

Pourquoi cette difficulté à prévoir?
Certes, je suis conscient qu’il est beaucoup plus confortable de « conseiller » que de gouverner.
Faut-il néanmoins se résigner à n’agir ou ne réagir que dans la crise?
03/09/05

Partager cet article

8 commentaires pour « Anticipations »
  • Nicolas
    Le 16 Septebmre 2005 à 14 h 02 min
    Je ne pense pas que ce soit entièrement une incapacité à anticiper, mais plus une mentalité de fond : on sait guérir, mais on ne sait plus trop prévenir. Les exemples sont nombreux aux USA :

    -les budgets des digues de la Nouvelle Orléans ont été diminués, cela aurait pu pourtant limiter la casse.
    -on soigne des ultra-obèses avec des interventions chirurgicales (anneau gastrique), au lieu de leur expliquer comment ne pas prendre kilos sur kilos, et de mettre en place des repas équilibrés.
    etc...

    Mais ils sont également nombreux en France, qui n'a jamais entendu aux infos : "ce problème/cette catastrophe/cette crise repose la question du problème de..."

    Peut-être faudrait-il penser avant que l'accident ou la catastrophe survienne, et prévenir un peu mieux les risques ? "A gros problèmes, grosses solutions", en effet, mais "à gros problèmes, causes profondes et ancrées"...

    Chose qui me désole, il faut toujours que ce soit le sacro-saint portefeuille qui soit attaqué pour que les gens s'aperçoivent que problème il y a : même si l'essence était à 10 centimes le litre, ça ne coûte rien d'avoir une conduite souple afin de diminuer la consommation ?
    Si l'eau n'est pas chère, ça n'empêche pas pour autant de ne pas la laisser couler sans raison ? (idem pour la lumière)
    Là où c'est le plus navrant, c'est que cette façon de penser est vraie pour tout !

    Imaginez la catastrophe liée à un comportement abusif quel qu'il soit (conduite dangereuse, surconsommation, etc...), et imaginez si tout le monde faisait la même bêtise... la vie serait un enfer.
    Nicolas
  • Didier Kala
    Le 12 Septebmre 2005 à 14 h 42 min
    Très cher Monsieur Jup,

    je pense depuis quelques jours avec insistance à cette entrée sur votre blog.

    Vous avez totalement raison lorsque vous déplorez le manque de prévoyance des dirigeants et personnes censément responsables de la bonne marche dune communauté - qu'il s'agisse d'une ville, d'une région ou d'un pays.

    C'est malheureux, mais cette absence de vision à long terme n'est il me semble pas limitée à un pays ou a une famille politique.

    Or, et vous m'excuserez j'espère cette familiarité due au contexte "Bar des sports" dans lequel cette pensée s'est développée pour la première fois, or donc : et ton carnet d'adresses, Pedro, il est pas encore plus garni que le futal de M. Bigballs ?

    C'est à dire : je suppose que vous avez gardé dans la classe politique européenne des amis, ou au moins connaissances, et que comme tout un chacun vous parlez parfois avec eux de la pluie, du beau temps, et de leur comportement erratique ces derniers temps. Peut-être même laissez-vous cours à une certaine colère, parfois, une colère sincère, devant la gestion des ressources de cette planète. Une colère que vos interlocuteurs partagent tout aussi sincèrement.

    Ne serait-il pas temps que vous réalisiez que vos mains, ces jolies mains qui se saisissent avec grâce des cacahuètes sur le comptoir, offertes aux consommateurs de votre Bar des Sports à vous, sont aussi les mains qui peuvent - veinards que vous êtes - actionner les manettes qui peut-être pourraient permettre de faire avancer les choses ?

    Clairement énoncer ses soucis sur son blog, c'est bien, mais ne rien faire après quand on détient une parcelle de pouvoir c'est franchement con.

    Bien à vous,

    Didier Kala
    Didier Kala
  • claude REIGNIER
    Le 08 Septebmre 2005 à 12 h 46 min
    Il y a 2 jours, nous étions en alerte rouge dans l'Hérault et le Gard et nous avons effectivement eu autant d'eau et aussi violemment qu'en 2002 et 2003. Les dégâts ont cependant été moins violents et surtout il n'y a eu aucun mort. Bien sûr ce n'était pas Katrina, néanmoins on peut dire que les services publics ont été à la hauteur car les épisodes de ces deux années nous ont servi de leçon: la culture du risque semble commencer à se diffuser et l'Etat a montré l'exemple: procédures d'alerte, communiqués de presse réguliers relayés par Radio France tout au long de la journée? évacuation des scolaires, invitation à la population à rester chez elle ou à se mettre à l'abri le plus rapidement possible. Bref un seul point noir: les transports en commun de Nîmes Métropole à qui fut donné la consigne d'arrêter immédiatement leur service et de rentrer au dépôt et qui ont donc débarqué leurs passagers sous le déluge parfois loin de chez eux, ceux-ci étant réduits à rentrer à pied. Ceci étant, cela nous fait prendre conscience de l'importance d'un centre de décision unique capable d'anticiper, coordonner et relayer: cela s'appelle l'Etat et il semble que celui-ci ait été incapable d'antiper et d'organiser la survie puis les secours dans les trois Etats balayés par Katrina.
    Nous avons aussi connu une utilisation des fonds réservés à la réfection des digues du Rhône à des fins autres et cela avait généré une catastrophe économique et écologique en Camargue inondée par le Rhône en 1999 ou 2000..
    claude REIGNIER
  • Aymeric Népote
    Le 07 Septebmre 2005 à 03 h 02 min
    Bonjour Monsieur,
    Je n'ose espérer que mon mail vous parvienne directement, encore moi, qu'il ait une réponse directe de votre part ; mais j'espère pour le moins obtenir une version proche de la source...

    Je suis en effet sidéré de cette facon que vous avez de vous donner plus ou moins en spectacle dans ce blog.
    Loin de moi l'idée d'être insultant, si vous avez bien monté la moitié des plans que je pense, vous avez forcément une très bonne raison.

    Mais alors, laquelle ?

    -----

    Une deuxième question, qui n'obtiendra cette fois pas de réponse je le crains.
    Comment avez-vous pu être un suffisament bon stratège pour plannifier la chute de Jospin aux dernières présidentielles, et donc la réelection "triomphale" de Jaques Chirac ; et vous faire avoir sur le scrutin européen ?

    Vous remerciant par avance de l'attention que vous voudrez bien porter à ce mail, je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur, l'expression de mes respectueuses salutations.
    Aymeric Népote
  • Fabien Hebral
    Le 05 Septebmre 2005 à 14 h 52 min
    Je ne sais plus quel sociologue ou anthropologue avait dit que "plus les sociétés se développaient et se modernisaient et plus elles se fragilisaient".
    Je pense que cette tragédie de la Louisiane illustre de beaucoup cette idée.
    Outre cet élément de réflexion, nous assistons sans doute au choc le plus profond de ce siècle : New Orléans, une mégapoles de plusieurs millions d'individus rayé de la carte en presque 48h.
    Je suis déçu de la vision réductrice qu'arborent ceux qui critiquent Georges Bush et son administration les rendant responsables de tout.
    Beaucoup éprouvent le besoin, dans ces moments là, de trouver un bouc émissaire et si possible facilement identifiable. Je trouve ça désolant. Je ne suis pas particulièrement pro Bush, mais je ne suis pas d'accord de dire que tout est entièrement de leur faute. Je crois surtout qu'ils font ce qu'ils peuvent.
    Ce qui s'est passé en Louisiane doit nous faire réfléchir sur nos comportements et nos choix de vie face à l'environnement qui nous entoure (aménagement du territoire, respect de l'environnement, gestion des ressources.
    Katerina n'a fait que rappeler à notre esprit que nous les hommes, riches ou pauvres, puissants ou misérables, face au déchaînement de la nature, nous restons encore et toujours des petits êtres fragiles sur cette Terre.


    Fabien Hebral

    Bordeaux (2ème circ.)
    Fabien Hebral
  • JEAN-PIERRE URIA
    Le 05 Septebmre 2005 à 14 h 09 min
    Nos sociétés avancent un peu comme les palombes. Normalement, le vol va plein sud, sans problème. Mais parfois, il commence à touner en rond. On voit alors, deux trois palombes qui vont dans un sens d'autres dans l'autre. Au bout d'un moment le vol repart dans une direction.
    Est-ce qu'il y a un leader enfin éclairé ? Est-ce un mécanisme de groupe avec une sorte de sagesse qui sait attendre le consensus ? Est-ce qu'il vaut mieux aller tout droit n'importe où, plutôt que tourner en rond ?

    Tout ça pour dire que le vend du sud me fait lever le nez.
    JEAN-PIERRE URIA
  • Jean-François Marmonier
    Le 05 Septebmre 2005 à 06 h 22 min
    Etrange réaction à votre réflexion, mais de fil en aiguille...le manque d’anticipation me conduisant à penser au manque de marges de manoeuvre des gouvernements, puis à la mondialisation qui me mène tout droit aux pays émergents...que pensez-vous du paradoxe saisissant s'il en est qui a vu une entreprise chinoise tenter d'acquérir Unocal, firme US productrice de pétrole. J’avais trouvé l’idée de cette « nationalisation chinoise des Etats-Unis » quelque peu étonnante ! Je vous rassure, une levée de boucliers aux Etats-Unis a fait tourner court cette offre de rachat.

    Cet exemple est cependant fort de significations. Il caractérise de manière cinglante ce à quoi s'exposent nos économies dont « l’équilibre » se fonde peu à peu sur l’endettement public croissant. A l’horizon d’un mandat ou d’une carrière politique les retombées sont palpables pour les électeurs et d’aucuns trouveront sans doute que là est l’essentiel. Nous atteignons cependant les limites de ce système, la Chine devenant peu à peu un détenteur de poids de la dette américaine. Je ne sais pas qui achète la dette française et / ou européenne mais je suis curieux de connaître l’influence à terme politique que ce pays est peu à peu en train d’acquérir sur nos économies.
    Jean-François Marmonier
  • Jonathan Charrier
    Le 04 Septebmre 2005 à 20 h 56 min
    Bonjour Alain, je me presente, jonathan 21 ans, titulaire d'un BTS action co et d'un BA European Business, obtenu dans une université anglaise. Ma mère vous a toujours appécié en tant qu'homme politique, et me concernant j ai toujours aimé les "mal'aimés". J'espere que ca se passe bien chez nos cousins...

    Donc voila, je suis heureux que vous parliez du manque d'anticipation du gouvernement américain face à l'ouragan Katrina... et la je vais poser une question : Les Etats Unis ne récoltent-ils pas ce qu'ils ont semés en refusant ou en freinant les mesures ecologique mondiales (Kyoto...). En effet la multiplication des conditions climatiques extremes (cyclone, innondations, tsunami, secheresse...) me fait penser que l'homme est en train de scier la branche sur laquelle il est assis...

    J'en parler en connaissance de cause, je vis sur le littoral vendéen (vous savez le pays a Philippe de Villiers!!), la saison touristique fut bonne, mais ce qui m'inquiete c'est la secheresse et le fait qu'il y ai eu des précipitation pendant environ une matinée sur 6O jours, les cours d'eau, les lacs et les étangs sont quasimment a sec..., bizarre et cela personne n'en parle dans les medias (ou si peu), en effet je trouve toujours plus interessants les deboires du couple sarkozy, ou le retour de zizou (sic)...

    Cette ignorance totale (des médias) de ce qui se passe aujourd'hui dans le monde est quand meme impressionante...

    Autre point, la difficulté des USA a réagir face a la catastrophe, notamment au niveau des secours, d'ou les interrogations de Michael Moore (vu sur yahoo) sur l'absence de l'armée qui est chargée de proteger la population américaine...

    Autre sujet, le bon fonctionnement d el'économie américaine, mais n'est elle pas une economie de guerre? je voudrais juste vous demander, selon vous, l'impact de la guerre sur la création d'emplois aux Etats Unis et sur notamment les secteurs qui embauchent...

    Voila, je reviendrai sur votre blog qui est bien intéressant, j'ai en projet (qand j'aurai trouvé du travail) d'en construire un sur l'actualité et mes coups de gueule de la vie de tous les jours.

    J'ai donc terminé désolé pour l'orthographe et la construction des phrases, j'aime pas me relire.

    bonne journée ou soirée, jonathan
    Jonathan Charrier

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux