Blog Notes d'Alain Juppé

Bouleversant

Publié le 22/02/2009 par Alain Juppé

J’aime bien Thalassa, le magazine de la mer présenté sur France 3 par Georges Pernoud et son équipe. Même les moqueries de Vincent Delerm dans sa jolie chanson, « Tes parents », ne m’ont pas dissuadé d’être fidèle à ce rendez-vous régulier devant mon petit écran. J’aime, dans mon fauteuil, sillonner les mers du monde et partager les combats écologiques des « sentinelles du littoral ».

Parfois un reportage audacieux crève l’écran et nous fait réfléchir. Vendredi dernier, celui de Daniel Grandclément m’a bouleversé. On y découvre l’horreur de l’esclavage, je ne trouve pas d’autre mot, auquel sont réduits les talibés de l’école coranique du port sénégalais de M’bour. De très jeunes garçons (10 ans et moins) sont « placés » par leurs parents auprès d’un marabout censé faire leur éducation. Ils dorment entassés sur d’infectes paillasses dans une sorte de réduit qui leur sert aussi de salle de classe. Avant le lever du jour, les « cours » commencent. Ils consistent en fait à  ânonner longuement des versets du Coran dont les enfants ne comprennent pas le sens. Au bout de six ans d’un tel apprentissage,les meilleurs élèves sauront en principe réciter par coeur l’intégralité du texte sacré. Lorsque l’ardeur d’un élève se relâche, le marabout ou son adjoint qui surveille la classe, stimule le retardataire à coups de lanière de cuir ou de plastique, on ne sait pas très bien; le rictus de douleur qui se peint alors sur le visage du bambin est insoutenable. Une fois la partie « intellectuelle » de la journée achevée, les talibés partent, dès le lever du jour, mendier à travers la ville; par équipes de deux, munis d’une écuelle en plastique, ils ont l’obligation de rapporter à la fin de la journée un peu de nourriture et 500 francs CFA (moins d’un euro) chacun. Parfois, un groupe prend le car pour rejoindre, au centre du pays, la propriété du marabout dont ils doivent nettoyer les terres… On les voit gratter le sol désertique, sous un soleil de plomb; c’est pour eux, nous dit-on, une forme de récompense.

J’arrête là mon récit. Une question  ou deux, toutefois: pourquoi tant d’années-lumière entre les petits enfants d’Europe (ou d’Amérique du Nord), et ceux du Sénégal qui compte certes parmi les pays les plus pauvres du monde,  mais qui est réputé démocratique et bénéficie d’une importante aide au développement? Pouvons-nous sérieusement rêver d’un monde paisible si nous continuons à laisser perdurer de telles injustices?

Partager cet article

20 commentaires pour « Bouleversant »
  • Cédric33
    Le 21 Avril 2010 à 19 h 14 min
    Sénégal : Human Rights Watch dénonce l’exploitation des enfants talibés.

    "La journée nationale du talibé, terme qui désigne un disciple ou un élève qui apprend le coran, s’est déroulée mardi au Sénégal. Diverses associations ont appelé les Sénégalais à manifester pour dénoncer les conditions de vie de ces enfants, semblable à de l’esclavage, indique Rfi. L’ONG Human Rights Watch dénombre près de 50 000 enfants exploités par leur marabout."
    SOURCE: http://www.afrik.com/breve20122.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+afrikfr+%28Afrik+VF%29
    Cédric33
  • cerise
    Le 21 Avril 2009 à 18 h 26 min
    Je ré&ponds à l'ensemble de messages...d'Alain Juppé que j'apprécie beaucoup. L'émission sur M'bour, où j'ai vu de mes yeux vu ce qu'on monre à Thalassa mérite d'agir. J'ai beaucoup aim"é "je ne mangerai plus de cerises en hiver" je l'ai lu d'un coup...je verrai bientôt le cerisier sur le bassin d'Arcahon, en mai...et je mangerai ses cerises...exceptionnelles...J'étais à Bordeaux l'année dernière quand Alain Juppé a été élu Maire...le bonheur..Yves Foulon à Arcachon a été aussi élu. J'espère qu'Alain Juppé redeviendra ministre de l'Environnement et pensera un peu aux animaux...tout est tombé à l'eau grâce à la F N S E A ...Les enfants n'ont aucune éducation à l'animal donc ne le respecte pas...Il y a un travail à faire. Je travaille ds une Caisse des écoles, où parmi mes projets, j'ai lancé "parole de chiens" dans les écoles...une bele aventure, ceci est passé plusieurs fois à "30 millions d'amis".
    Bon courage Mr Juppé avec tout le rose qui vous entoure...
    cerise
  • Solomi
    Le 23 Mars 2009 à 01 h 21 min
    M. Juppé, je dois avouer que je suis consterné par votre réaction par rapport aux des paroles du Pape concernant la lutte contre le SIDA en Afrique, quand vous estimez qu’il commence à poser problème. Je m’efforce de ne pas opposer vos deux personnalité sur le plan moral, et dont de me limiter sur la prévention du Sida. Premièrement, est-ce possible de reprendre les propos du Pape et de les situer dans leur contexte ? Voici ce qu’il a dit : « Je dirais qu’on ne peut pas surmonter ce problème du SIDA uniquement avec des slogans publicitaires. Si on n’y met pas l’âme, si les Africains ne s’entraident pas, on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs : au contraire, le risque est d’augmenter le problème. » Ensuite, une bonne analyse objective vous permettra de voir que vous avez voulu polémiquer à dessein. Vous ne faites jamais allusion à la première partie. Vous ne mentionner pas le mot « risque ». En outre, le Pape n’a fait que réaffirmer la position de l’Église, et dans le fond, estimez-vous que par la distribution des préservatifs on puisse résoudre la problème du Sida ? Il ne pas non plus occulter le fait que l’Église a un rôle moral, un rôle éducateur, alors, ne doit-elle pas proposer son idéal, qui est dure, mais qui n’est pas de l’ordre de l’impossible. Dans ce cadre, elle opte pour l’éducation à la responsabilité des personnes dans l’usage de la sexualité et la réaffirmation du rôle essentiel du mariage et de la famille. La diffusion du préservatif reste inefficace si on ne combat pas aussi sur le front de l’éducation à la « responsabilité » et cela pourrait même « aggraver le problème » si on se limitait à cette pratique. C’est bien le rôle du Pape d’affirmer que, sans une éducation au sens des responsabilités, on pourra difficilement faire diminuer l'expansion virale. La transmission du virus du sida est parfaitement évitable. Il ne s’attrape pas comme celui de la grippe. Il est lié aux comportements et aux pratiques sexuelles. En ciblant uniquement le préservatif, en laissant entendre « fais ce que tu veux », on risque de confirmer des comportements qui posent déjà problème et on évite de les penser. Le préservatif n’est pas un principe de vie. C’est la responsabilité qui est un principe de vie.
    Il y a une autre façon d’orienter la prévention qui est plus structurante que de s’en tenir uniquement au préservatif qui incite à continuer des pratiques problématiques. N’est-ce pas une façon d’entretenir la confusion de laquelle Benoît XVI nous invite à sortir. Avoir comme seul horizon des moyens « prophylactiques » pour lutter contre le sida est insuffisant si cette lutte n’est pas accompagnée d’une réflexion psychologique, sociale et morale. La politique de santé publique aurait à y gagner en humanité et en efficacité comme c’est le cas en Ouganda.

    Nous vivons, que vous le vouliez ou non, un nouveau colonialisme comportemental qui bouleverse les sociétés africaines. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.
    A ce propos, j’aimerai relever le fait que je suis responsable d’une ONG qui encadre les OEV (orphelins et enfants vulnérables) et les PVVS (personnes vivants avec le Sida), dans une région traversé par l’axe lourd reliant Douala à Yaoundé, ainsi que le Tchad et la RCA, et par conséquent ayant un taux de prévalence assez élevé. Pour un leader moral soucieux du bien être de son peuple, il est impossible de faire fi de l’éducation à la responsabilité et d’inonder les lycées et collèges de préservatif. Essayer de contacter la société civile Cameroun aise sur ce problème, vous verrez que beaucoup ne partage pas votre indignation sur les propos du Pape. J’estime qu’il est plus indiqué d’organiser la prévention contre le sida autour de trois principes : « abstinence, fidélité ou préservatif » et cela provoque des effets positifs. Les occidentaux sont incapables de comprendre cette démarche. Et comme souvent, ils pensent pour nous et veulent nous imposer un nouveau colonialisme comportemental.
    Sosthène Bayemi
    Yaoundé tel : 00.237.99.27.91.17
    Solomi
  • Mant
    Le 22 Mars 2009 à 10 h 13 min
    Celui qui condamne le pape pour avoir dit la vérité, a approuvé le projet de grande mosquée de Bordeaux, c-a-d d'un lieu de propagande haineuse et obscurantiste ! pauvre mer_de Bordeaux !
    Mant
  • Jean-Paul II
    Le 21 Mars 2009 à 22 h 24 min
    Que pense M. Juppé de cette analyse sur le fléau du Sida ?
    La trouve t-il inacceptable ? Ce serait intéressant de le savoir puisqu'il considère important de distribuer des préservatifs tout en refusant de poser la question tabou des comportements ?
    M. Juppé ne serait-il pas sous l'emprise de la démagogie ?

    Le fléau du sida :
    "C'est sur ce fond de pauvreté générale et de services médicaux inadéquats qu'il faut prendre en considération le tragique fléau du sida qui sème la douleur et la mort dans de nombreuses parties de l'Afrique. Le Synode a constaté le rôle que des pratiques sexuelles irresponsables jouent dans l'extension de cette maladie et il a formulé cette ferme recommandation: « L'affection, la joie, le bonheur et la paix apportés par le Mariage chrétien et la fidélité, ainsi que la sécurité que donne la chasteté, doivent être continuellement présentés aux fidèles, spécialement aux jeunes ».
    La lutte contre le sida doit être le combat de tout le monde. Me faisant l'écho des Pères synodaux, je demande aux agents pastoraux d'apporter aux frères et sœurs atteints du sida tout le réconfort possible, du point de vue matériel comme du point de vue moral et spirituel. Aux hommes de science et aux responsables politiques je demande instamment que, animés par l'amour et le respect dus à toute personne humaine, ils ne lésinent pas sur les moyens susceptibles de mettre fin à ce fléau."
    Jean-Paul II, l'Eglise en Afrique
    Jean-Paul II
  • Albert
    Le 27 Février 2009 à 16 h 22 min
    Je ne me sens ni coupable ni responsable de ces horreurs qui émeuvent tant le sensible M.Juppé.
    Je le trouve même assez hypocrite, M.Juppé, car il ne découvre pas le monde aujourd'hui, M.Juppé.
    Il a même été au pouvoir, M.Juppé!!!
    Albert
  • Matthias
    Le 26 Février 2009 à 12 h 32 min
    Bravo Monsieur le Premier Ministre pour votre article "réflexion" et coup de gueule concernant le sort des enfants talibés au Sénégal.
    Matthias
  • seb
    Le 26 Février 2009 à 01 h 42 min
    Rien à voir avec le post...Mais avez vous lu récemment la presse ? Les médias s’attaquent à nos vins !

    Les médias ont largement et complaisamment répercuté le nouveau dogme délirant de l’Institut national du cancer :
    « Le risque augmente avec la quantité globale d’alcool absorbée et est significatif dès une consommation moyenne d’un verre par jour. Toute consommation d’alcool est donc déconseillée. »

    Pour se désintoxiquer de cette honteuse propagande au pays du château Margaux et du château de Pommard, on lira l’article de Newsweek, basé sur les plus récents travaux scientifiques, intitulé “Quatre raisons de plus de boire du vin rouge.”
    http://www.newsweek.com/id/181242

    Pour ma part, hier, c’était entrée au vin blanc, plat de résistance au vin rouge…Et dessert au champagne (les économies ce sont faites sur les sports d’hiver cette année)…Mais rassurez vous : ma femme, été le “capitaine de soirée”. Elle n’a bu (comme Monsieur Sarkozy ?) que de l’eau.

    Est il bien nécessaire de stigmatiser nos vins…En plein crise économique !…Alors que les instituts étrangers reconnaissent les bienfaits de la viticulture ?

    Cette “alerte” me semble aussi ridicule que le “risque” de se voir piquer par une “chauve souris enragée”.
    http://www.youtube.com/watch?v=JXUlJAuiWvI

    Sinon, je viens d’apprendre, qu’après un groupe de travail sur les enseignants chercheurs, voilà que le groupe UMP lance un groupe de travail sur … l’outre-mer. Au rythme des dossiers brulants, il n’y aura bientôt plus assez députés UMP pour tenir ces groupes de travail “mouche du coche à incendie”, qui servent surtout à tenter de faire croire que les députés UMP peuvent avoir une influence sur les dossiers brulants.

    Ca me fait penser au groupe “marseillaise dans les stades”, un peu du même genre, dont on attend encore qu’il ne rende surtout pas ses conclusions et ne fasse aucune proposition.

    A force de prendre de telles initiatives, Jean-François Copé va finir par discréditer toute initiative venant du groupe UMP, et c’est dommage car il y a un réel travail accompli par certains. Je pense en particulier au groupe sur la formation professionnelle ou celui sur les professions règlementées.

    Au fait, en parlant du groupe, quand est ce que les parlementaires élisent un nouveau président de groupe ? Après l’enterrement de Monsieur Copé ? “Lui vivant” il n’y aurait pas “d’augmentation de la redevance”.

    Il faut croire qu’il est mort…Alors…A quand un Président de groupe plus sérieux et crédible ?

    Vous avez peut être quelques choix à nous proposer ?
    seb
  • Betclic
    Le 25 Février 2009 à 12 h 41 min
    Pour ma part je ne regarde jamais thalassa, il est vrai que cette émission semble riche en connaissances et passionnante. Mon problème c'est que généralement je suis trop absorbée par les casinos en ligne. Je suis constemment connectée à au site Betclic! Mais à la lecture de chacun de vos commentaires, je me rends compte que je perds beaucoup, alors dés vendredi, je serai devant la chaine France 3 pour regarder cette magnifique émission qui fait voyager
    Betclic
  • THIEBAUT Philippe
    Le 25 Février 2009 à 00 h 53 min
    La misére est le terreau de ces horreurs. Retroussons les manches et dénonçons!
    Votre indignation me touche. Vraiment!
    THIEBAUT Philippe
  • DB
    Le 24 Février 2009 à 23 h 35 min
    Fidèle soutient durant cet hivernage canadien, je n'arrive pas à me résoudre à penser qu'un instant vous faite l'impasse d'un destin présidentiel. Le meilleur d'entre nous comme aimait dire et qui, j'en suis persuadé, le pense toujours. (citation de celui qui aujourd'hui demeure mon exemple)
    Sachez que le moment venu, qui sait, je serais sans l'ombre d'un doute un incontournable et fervent supporter.

    Bien amicalement.
    DB
    DB
  • Lucrèce
    Le 23 Février 2009 à 23 h 59 min
    "L'Afrique noire est mal partie" écrivait rené Dumont, il y a 60 ans;cette synecdoque ne s'inscrivait évidemment pas dans le registre de la tectonique des plaques...mais je constate que certains en sont encore à s'étonner de ce naufrage et le contemplent avec des yeux embués, comme d'autres cherchaient à oublier la perte de l'Indochine dans les fumeries d'opium.Mirages de la francophonie, magouilles de la françafrique, paternalisme éculé, toute ingérence étant suspecte de néo-colonialisme.Envoyez- donc Rama Yade faire les gros yeux au président Wade...
    il est difficile de regarder les gens et les choses des tropiques ,à cause des couleurs qui en émanent;elles sont en ébulition. Une petite boite de sardines ouverte en plein midi sur la piste jette tant de reflets qu'elle prend pour nos yeux l'importance d' un accident.
    Faut faire attention avant de tirer des conclusions.Il n'y a pas là-bas que les choses qui sont hystériquies, les hommes s'y mettent aussi :les chicotes des marabouts résonnent sur les petites échines comme le tambour de brousse rythmait la descente des pirogues ; comme naguère . d'ailleurs, les Stanley, les Marchand, le Brazza n'ont rien vu venir.L'introduction de la glace dans les colonies a été le premier signe de la dévirilisation du colonisateur;soudé à son pastis, il a dès-lors du renoncer à dominer le climat par son seul stoïcisme.Voilà coment on perd ses colonies, et comment de délite une oeuvre authentique de civilisation...
    Dans ces contrées, les petits sénégalais qui ont échaopé au téténos ombilical, , écrasés sous des kilos de soleil et de tôle ondulée le jour,supportent autant les coups de la coranerie chronique que la dysenterie etl'assaut des moustiques quand vient l'obscurité, des insectes besogneux lestés de palu, de trypanosome ; et dans la case -la nuit- les termites viennent bouffer la cabane, dont les murs en pisé fonderont à la prochaine tornade. on sortira les lit-cages pour dormir à la belle étoile, et les lendemain , avec mes petits camarades négrillons, on annonnera "Aminata pile le mil" "Mamadou lit la sourate"sous l'oeil bienveillant d'une brave soeur missionnaire..c'était en 1959...
    Lucrèce
  • jean
    Le 23 Février 2009 à 19 h 09 min
    Je ne sais plus dans quel roman de Boris Vian on clouait des fers aux pieds des enfants comme on le fait aux sabots des chevaux.
    Il y a un peu de cela pour les enfants du Sénégal ; pour eux, et pour tant d'autres à travers le monde.
    Léopold Sédar Senghor, jumeau de plume d'Aimé Césaire, Académicien, député, membre de plusieurs gouvernements sous la IVéme République, participant à la création de la Véme, francophile, francophone, poéte, romancier, essayiste, et j'en passe...
    Son cercueil doit bouger.
    jean
  • Avic
    Le 23 Février 2009 à 05 h 03 min
    Que faire?
    Pas grand chose, je le crains. Le Sénégal, république laïque, est profondément religieuse dans dans ses structures sociales. Majoritairement musulmane, la société sénégalaise est encore profondément imprégnée de superstitions et d'animisme qui confèrent aux marabouts une puissance inimaginable. Ce pouvoir des marabouts s'exerce jusque dans les plus hautes sphères de la population et influe sur toutes les décisions, même...politiques.
    Une des solutions serait de reconsidérer tout le système éducatif en remettant en cause certains concepts hérités du colonialisme. De quoi s'agit-il?
    La notion d'éducation organisée et financée par l'état est apparue au Sénégal au moment de la présence française. La scolarisation signifiait alors exclusivement l'école française pour laquelle l'état mettait à disposition tous les moyens (enseignants bien formés, locaux, matériels...). Toutes les autres formes d'éducation étaient tout simplement ignorées. Pourtant, dans une société où tous les enfants doivent aller à l'école coranique, c'eût été une bonne idée que que de prendre en compte ce pan important de l'éducation. Malheureusement, ce qui n'a pas été fait pendant la colonisation, ne l'a pas été non plus après le départ des Français. Comme beaucoup d'autres choses d'ailleurs. Il serait peut-être temps de suggérer au gouvernement sénégalais de prendre en main ce problème:
    1) en donnant un statut aux enseignants qui seront agréés selon des critères précis.
    2) créer des locaux et l'équipement nécessaires.
    3) coordonner l'école coranique et l'école classique, au sein du ministère de l'éducation nationale du Sénégal, pour donner à ces enfants toutes leur chance dans la vie.
    Avic
  • hifi
    Le 23 Février 2009 à 00 h 55 min
    Le fanatisme et le terrorisme trouvent toujours un bon terreau dans la religion.

    D'ailleurs, si un historien voulait bien se pencher sur l'origine de 90 % des conflits dans ce monde, on s'apercevrait vite que la "religion" est à l'origine des principales tueries (Afghanistan, Pakistan, Irak, Darfour, Kenya, Indonésie, Sri Lanka, etc...)
    hifi
  • Sebastien Dazy
    Le 23 Février 2009 à 00 h 34 min
    Au moment où l'on débat de l'autonomie des universités françaises, je trouve le silence sur le développement des universités francophones très révélateur. Quant à l'innovation existe-t-il un brevet de propriété intellectuel à bas coût couvrant l'ensemble de la francophonie ?
    Sebastien Dazy
  • Sebastien Dazy
    Le 23 Février 2009 à 00 h 18 min
    Ah il est évident que non. Mais comment faire pour agir contre de telles injustices ?
    Utilisons la francophonie et ses institutions, proposons une citoyenneté francophone qui donnerait les mêmes droits à tous et permettrait de travailler dans un espace géographique et démographique à la mesure des défis à relever. L'union fait la force et la disparité est créatrice de richesses. Au lieu que nous attendions le soutien des oubliés du pouvoir économique c'est à nous de nous ralier à eux pour les défendre et ainsi nous défendre contre les injustices galopantes et liberticites qui infestent nos sociétés. Mais est ce que les français sont prêts pour un tel engagement? Sommes nous à la hauteur de nos aïeux qui ont su nous léguer généreusement une France où bien qu'il existe de nombreuses difficultés, il fait malgré tout bon vivre ? Aurions nous moins de courage et de talents qu'eux ? N'oublions jamais que l'homme s'impose lui même ses limites et que parfois pour avancer et solutionner certains problèmes, il est nécessaire de sortir du cadre hexagonal.
    Sebastien Dazy
  • Fra m
    Le 22 Février 2009 à 19 h 45 min
    Thalassa, quel rêve ne fait-on pas tous les vendredis avec cette émission?
    Que de voyages merveilleux ne fait-on pas avec G.Pernoud ?
    Cependant comment ne pas penser à ces petits enfants qu'il nous présente, tous ces jeunes garçons de l'âge des nôtres,dormant à plusieurs sur des paillases, et les yeux encore plein de sommeil aller gratter la terre avec leurs mains;on partage ce que vous ressentez...La guerre en Irak avec tous ces morts est affreuse, mais tout ce qui abime de toutes façons ces petits enfants
    interroge notre conscience, sans avoir de réponse...et entame aussi notre coeur....
    Bien...
    Fra m
  • Fratta paola
    Le 22 Février 2009 à 19 h 30 min
    En effet comment continuer à rêver d'un monde meilleur pour l'humanité, Quand l'esclavage de ces enfants s'affiche sur nos écrans .OH OUI! nous sommes boulversés, choqués mais que faisons- nous? nous nous donnons bonne conscience en connaissant l'aide que nous apportons à ces pays, mais il y a en plus de cette maltraitance physique, la destruction totale de leur identité au nom de la religion .plusieurs reflexions me viennent à l'esprit :
    Nous avons peut-être le sentimentque que de ne pas mettre notre nez dans les affaires intérieures de certains pays cela nous garantie la tranquillité sur notre territoire ?
    Est-ce que les dirigeants de ces pays n'entretiennent pas cet état de chose?
    Mais surtout ne sommes nous pas tout simplement des êtres humains capables d'occulter toutes sortes d'injustices par
    individualime,indifférence...........et surtout par peur?
    Cette peur qui nous habite depuis plusieurs années face à certains pays et bien nous en oublions le sens de notre existence de nos responsabilités qui ne doivent pas avoir de frontières, garder notre précieuse liberté de pensée pour agir, afin de maintenir l'équilibre du monde, en toute chose et soutenir ceux qui peuvent être privés de cette liberté qui est le mouvement vital à toutes constructions stables de l'être humain.
    Surtout ne jamais baisser les bras.
    N'acceptons plus la dictature de certains. je crois en l'homme, j'ai confiance.
    Fratta paola
  • Fra m
    Le 22 Février 2009 à 19 h 26 min
    Tout d'abord l'OTAN. Merci beaucoup de ce très intéressant article, que l'on aurait pas lu sans vous, ne lisant que très rarement le Monde. Il l'est d'autant plus que vous connaissez bien le problème
    et que vous l'exposez de façon très simple que peut comprendre quelqu'un comme moi qui n'est pas très férue dans
    ctte question de lAlliance Atlantique.
    Cependant à votre conclusion, se pose
    me semble-t-il,: quel débat avant le Sommet du mois d'Avril, saurons-nous les intentions de Barak Obama sur ce problème?
    Animateur actif, et même Président de la Commission sur la Politique Etrangère, pourquoi ne feriez-vous pas avancer ce problème, je npense que vous êtes le mieux placé pour ça ?....Bien
    Fra m

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux