Blog Notes d'Alain Juppé

Brèves de week-end

Publié le 21/03/2005 par Alain Juppé

Cinéma: courez voir RAY, le film de Taylor Hackford qui « raconte » la vie de Ray Charles.
Jamie Foxx qui joue le rôle titre est extraordinaire. Il a d’ailleurs reçu la récompense de « best actor ». Le film tout entier est superbe, puissant, émouvant, humain. Histoire d’une vie, à la fois différente et semblable, de ses joies, de ses souffrances, de sa passion : la musique. La mère de Ray, aussi, vous laissera, j’en suis sûr, une marque inoubliable.

Bolkestein: voici que l’intéressé, qui est certainement un homme très respectable, accuse les Français de racisme. Nous serions hostiles à son projet de directive parce que son nom a une consonance germanique! Jusqu’où le débat politique peut-il descendre?

Décidément les partisans du NON utilisent toutes sortes d’arguments! Sur ce blog, l’un d’entre vous m’assure que la Turquie aurait obtenu que la minorité de blocage contre son éventuelle adhésion soit fixée au tiers des Etats-membres… L’article I-58 du projet de Constitution est très clair: toute nouvelle adhésion requiert l’unanimité. Si les partisans du OUI ne donnent pas de la voix…
21/03/05

Partager cet article

9 commentaires pour « Brèves de week-end »
  • FIALIP Bertrand
    Le 29 Mars 2005 à 10 h 45 min
    Il faut compléter l'argumentation sur tous les points sensibles qui font le lit du "non".
    1) Expliquer la logique de la construction européenne :
    mettre en place les mêmes règles du jeu pour tout le monde, garantir l'égalité des tous les Etats par une politique de cohésion sociale, économique et territoriale.

    2) rappeler les grandes lignes des relations entre Etats membres et Union Européenne. Non, l'Europe ne remet pas en cause la souveraineté de l'Etat (est-ce que cette souveraineté serait mieux défendue dans une Europe sans constitution ou avec une France en dehors de l'Europe), non la Constitution ne crée par un superEtat. multiples exemples (voir décision du Conseil constitutionnnel Français du 19/12/2004 sur la laïcité art II-70 du Traité constitutionnel)

    3) Prendre à bras le corps les questions suivantes :
    - que fait l'Europe pour notre modèle social ? expliquer notamment les avancés sociales du Traité et l'article III-210 § 5.
    - quelle est la position de l'Europe sur les SIEG ? (Les SIEG sont des services. à ce titre ils sont soumis aux règles de concurrence. Les dérogations prévues par le traité confortent cependant un noyau dur de services publics.
    -exception culturelle dans le cadre de la politique commerciale commune (...).

    4) mettre plus en avant le rôle des parlements nationaux. L'Europe n'est plus une tour d'Ivoire...circulation de l'information, transparence du processus de décision.

    5) Un régime politique pour l'Europe ? les institutions disposent de moyens d'influence réciproque sur un pied d'égalité.


    Bon courage Monsieur Juppé,

    en attendant votre retour sur le devant de la scène.
    FIALIP Bertrand
  • Aline Salibi
    Le 24 Mars 2005 à 21 h 47 min
    ouai j'avoue qu'il est super ce film!!!! manifique...lol
    Aline Salibi
  • Abdoulaye FAYE
    Le 24 Mars 2005 à 13 h 18 min
    Hello,

    Je suis d'accord qu'il faut le voir ce Ray,

    Mais je suis rester sur ma faim, car le film nous délivre certes les fellures d'une personnalité hors norme, mais ne nous montre pas ce Ray de sourire et de générosité, ce personnage taquin et qui bouffait tellement la vie,

    Jamie-Foxx, une révelation du tonnerre, ce mec s'est astreint à être aveugle durant le tournage pour ressentir les sensations et nous délivrer le talent. Je suis heureux que, aprés Sidney, nous ayons un autre dans le penthéon des noirs américains oscarisé,

    Tu as trés bon goût!!!

    Trés amicalement,
    Abdoulaye FAYE
  • Alexis HARMEL
    Le 21 Mars 2005 à 19 h 21 min
    Pourquoi l'UNBV vote "OUI" !
    L'Europe a été en guerre pendant un peu plus de 1500 ans, et pour la première fois dans l'histoire, ce "groupe" de pays que constitue l'union européenne a décidé d'aller vers l'union, avec une envie: s'entendre.

    Ce serait une honte pour notre pays que le non l'emporte. Des millions de gens sont morts pour sauvegarder la paix et pour qu'un jour de cette paix puisse naître une union !!

    En serrant la main du chancelier Adénauer, le général de Gaulle a enclenché ce processus de paix qui, si le oui l'emportait, serait unique au monde. L'Europe deviendrait alors un exemple en terme d'unité, nous serions même bien au-delà de l'exemple et du modèle des Etats-Unis.

    L'Europe est aujourd'hui une référence pour un nombre impressionnant de pays à travers le monde, que ce soit au niveau culturel social ou économique.

    Voter non reviendrait à renier tous ceux qui ont payé de leur vie pour l'unité des peuples.

    Alors bien entendu il y aura des moments difficiles, peut-être même des luttes pour rétablir ou établir des égalités, mais ces luttes seront sociales, intellectuelles, constructives, bref, tournées vers l'avenir !

    Ne gâchons pas la chance qui nous est donnée de faire de l'Europe un bloc d'union, de solidarité et de marche en avant!

    Voilà pourquoi, aujourd'hui, l'UNBV vote "OUI" à l'Europe.

    Alexis Harmel
    http://alexisharmel.hautetfort.com

    Alexis HARMEL
  • jérôme Ripoull
    Le 21 Mars 2005 à 17 h 19 min
    Vous parlez souvent et, avec raison, des mauvais arguments du Non. Ceux qui frôlent la caricature et s'abreuvent aux sources de la rumeur. Mais, vous parlez rarement des bons arguments du Non. Et pourtant, ils existent.

    Je n'ai fais que feuilleter le traité, mais j'y ai trouvé des mesures qui amènent à réflexion. Ainsi,parler d'avancée de la démocratie en brandissant la possibilité d'organiser un réferendum est une supercherie ou un manque de réflexion. Pour ce faire, il faudra réunir 1 million de personnes à travers différents pays d'Europe! Autrement dit, à par des partis politiques ou, à l'extrême, des sectes bien organisées, les citoyens ayant de vrais sujets devront passer par des canaux européens qui restent à créer.

    Moins sérieusement et pourtant plus réellement, je crois que le meilleur argument que se trouveront les français de voter non réside dans leur opposition - en forme de prurit - à ce front commun des partis politiques à dire Oui à tout prix. Jacques Chirac traitant au Salon de l'Agriculture un partisan du non par le dédain en qualifiant de "conneries" ces démarches c'est un accentuer le clivage entre ceux qui savent et ceux qui ne savent pas. Le problème est bien que ceux qui ne savent pas représentent la majorité.

    D'où ma réflexion : argumentez en positif et non en tapant sur les tenants du Non.
    jérôme Ripoull
  • Michel Sironneau
    Le 21 Mars 2005 à 14 h 12 min
    On peut essayer de comprendre la réaction un peu passionnée de Frederik ( dit Frits ) Bolkestein.

    Elle tient d'abord aux jeux de mots assez inélégants faits en France sur son nom : Bolkestein/Frankenstein. J'ai surtout entendu Philippe de Villiers les commettre mais ne suis pas sûr qu'il ait été le seul... On suppose que M. Bolkestein est assez informé de la vie politique française pour avoir la mesure de ce que représente M. de Villiers, mais ce misérable "bon mot" sur la consonance d'un patronyme n'est de toute façon pas convenable.

    En dehors de cela, le déchaînement unanime intervenu en France depuis quelques semaines contre "sa" directive doit lui paraître, en effet, incompréhensible. Car enfin, on nous présente ce texte comme tombé subitement du ciel de la Commission, à la grande surprise et à l'effaremment du gouvernement et de l'opposition, de la gauche et de la droite confondus !

    Peut-on, naïvement, rappeler que l'Acte unique européen a été signé en 1986 ? Qu'il prévoit un marché intérieur unique - qui a commencé à entrer en vigueur en 1993 - dans lequel est institué la libre circulation des personnes, des marchandises, des capitaux et des SERVICES ? Que c'est le Conseil européen de Lisbonne de mars 2000 qui A DONNE INSTRUCTION à la Commission de s'atteler à un des derniers volets du Marché unique: la libéralisation des services ? Que la Commission n'a pas travaillé en secret et a parfaitement tenu les gouvernements informés des étapes de sa réflexion: décembre 2000, note de "stratégie pour le marché intérieur des services"; juillet 2002, rapport présentant une analyse complète de l'état de ce marché; mai 2003, annonce d'une directive et des principes qui l'inspireront ?

    Les principales forces politiques françaises ont été successivement "aux affaires" pendant cette période. Mieux : le Parlement européen a adopté en février 2003 une résolution pour se féliciter de la future directive et pour rappeler que le principe "du pays d'origine" était "essentiel pour l'achèvement du marché intérieur". Les parlementaires français du PS et de l'UMP ( enfin, ceux qui étaient présents...)ont voté cette résolution. Unanimité encore au moment où la directive est proposée, le 13 janvier 2004: ni Michel Barnier, ni Pascal Lamy n'ont alors pensé qu'elle serait "inacceptable"... Les Français auraient-ils, alors, protesté lors des six réunions du Comité des Représentants Permanents ( COREPER ) qui se sont succédé de février à mai 2004 ? Pas plus. Ils n'avaient aucune raison de le faire: ni le Président de la République ni le Premier ministre n'émettaient de réserves sur la directive Bolkestein et ils signeront d'ailleurs le texte adopté en mars 2004, au Sommet de Bruxelles, qui rappelle :" dans le secteur des services...une concurrence accrue s'impose pour améliorer l'efficacité...L'examen du projet de directive doit être une priorité absolue et respecter le calendrier envisagé" !

    Revenons à M. Bolkestein et à ses états d'âme : imaginons sa surprise devant une classe politique française qui hurle parce que la méchante "Commission" vient d'imposer un horrible texte ultra-libéral à notre malheureux pays; devant des dirigeants, de gauche comme de droite, qui tempêtent et demandent le retrait d'un texte qu'ils ont approuvé auparavant. Cela défie en effet la raison...









    Michel Sironneau
  • P Leclercq
    Le 21 Mars 2005 à 13 h 04 min
    Mr le premier ministre.
    Cher alain ...
    Ray sera donc sur ma prochaine toile…

    Suite aux derniers oscars, partageant la passion de l’aviation avec H Hughes, je recommanderai << Aviator >> de M. scorsese.

    Ce film est aussi l’histoire d’un homme a travers ses passions qui étaient, l ‘aviation, l’argent et les femmes.....Curieusement, il a fini seul, vivant dans une austérité choisie de SDF alors qu’il était milliardaire…,et pourchasse par les administrations [ fiscales et autes ] inquisitoires de son pays . Subissant les attaques commerciales sans répit de la Pan-am car sa TWA avait le tord d’être un peu trop rebelle …

    Il a survécu a trois accidents d’avions quasi mortels, [ celui de tournage de hell’ s Angel, accident du H1, crash a bord du proto du XF 11 ] …

    L’aviation permet de voir le sol sans frontières, alors que dire a ceux qui veulent vivre derrière un mur idéologique ou dans une forteresse assiége ?

    Le mur de Berlin était censé protéger les pays de l’est, la ligne Maginot devait nous faire gagner, en dissuadant les attaques éventuelles.

    La forteresse enferme les gens [ dans un statut, dans un avantage acquit, dans une position sociale, dans la routine, dans une frontière historique … ] en même temps qu’elle est censée les protéger.

    L’esprit de clocher, ou bien de forteresse a la Vauban, semble bien ancre dans notre façon de résister au problèmes de l’évolution historique et économique.

    Si trop de changements viennent perturber la vie quotidienne, si trop problèmes se posent, alors on court se réfugier dans sa forteresse, avec une place bien au chaud derrière la muraille, et dans laquelle l’immobilisme fait oeuvre de tactique …
    Alors les manifestants interpellent le chef et demandent toujours plus de murs, de règlements et de directives pour consolider la défense.

    Si un château cède sous les coup de la guerre économique alors c’est forcement la faute du châtelain qui a mal orchestre la défense de son château. Alors, il est punit par le tollé médiatique, car en plus, il est trop bien habille et mange trop des mets délicats et habite un endroit plus agréable du château qui ne serait pas a la porte du commun des défenseurs.

    Mais la mondialisation économique a surgit, et certains surfent sur cette vague.

    D’autres préfèrent se réfugier derrière une forteresse faite de statuts qui garantissent un emploi a vie, une irresponsabilité uniforme et anonyme et ou tous les individus sont lamines par le règlement de la forteresse.

    Mais plus personne ne construit de château, essayons plutôt la tactique des Robin des bois … la guerre de mouvement et l’artillerie on vaincu toutes les forteresses !!!

    Alors oui a l’Europe.
    Cordialement
    P Leclercq
  • Bertrand DENIAUD
    Le 21 Mars 2005 à 10 h 32 min
    avec la directive sur les services,on a le parfait exemple de la necessite d'adopter la constitution! On se plaint, à juste titre, du trop grand poids de la Commission, or la Consitution européenne prévoit d'en limiter le pouvoir décisionnel au profit de vrais organes politiques !
    au lieu de se renfermer dans un "NON" rétrograde et suicidaire, on ferait mieux de lire le texte et non s'en référer à ceux qui ne font que l'interprêter et jouer sur les peurs en racontant des inepties !
    vous avez raison de dire qu'il est temps de s'informer !
    ah oui mais c'est vrai, c'est fatigant !
    Bertrand DENIAUD
  • mathieu pellerin
    Le 21 Mars 2005 à 10 h 05 min
    L'argument premier de tout détracteur de la birective bolkestein est de dire qu'un travailleur étranger pourra suivre la législation de son pays d'origine dans son pays d'accueil. Et bien c'est faux!!! il faut pour une fois dire la vérité. Peut-être par peur de se mettre à dos l'opinion publique, aucun représentant politique n'a énoncé la directive de 1996 qui prévoit que ce meme travailleur doit respecter les conditions salariales et les conventions collectives du pays qui l'accueille. Cela n'évitera pas le dumping social mais jamais nous ne verrons un plombier polonais travailler 60h et etre payé 700E!!!comme beaucoup l'affirme...
    D'autre part la directive bolkestein prévoit également une harmonisation sociale entre les Etats membres mais cela non plus personne n'en parle.
    Enfin la directive ayant été écrite avant l'entrée des 10 nouveaux membres, le problème des disparités sociales au sein de l'Europe des 15 n'était pas le même que celui qui se pose aujourd'hui.
    mathieu pellerin

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux