Blog Notes d'Alain Juppé

Caricatures

Publié le 07/02/2006 par Alain Juppé

En réaction à mon blog-notes sur les caricatures de Mahomet, certains de mes correspondants se demandent si nos démocraties ne sont pas en train de sacrifier leurs valeurs fondamentales et de céder à la pression des extrémistes. On évoque même Munich.
Entendons-nous bien: la liberté de la presse et, plus généralement, la liberté d’expression sont deux libertés essentielles qu’il nous faut défendre avec intransigeance.
Mais toute liberté ou tout droit démocratique rime avec devoir,responsabilité, respect d’autrui.
C’est exactement ce qu’a rappelé la justice française en avril dernier en interdisant, sur plainte de l’épiscopat, une affiche des stylistes Marithé et François Girbaud qui parodiait la Cène de Léonard de Vinci. Le tribunal a jugé que « les croyants ne peuvent se sentir que blessés » par cette affiche qui constitue « une intrusion aggressive dans le tréfonds des croyances intimes ».

Bien sûr, on aurait pu souhaiter que l’affaire des caricatures de Mahomet se règle de la même manière: paisiblement, et juridiquement devant un tribunal.
La violence, verbale et physique qui se déchaîne dans les rues de certains pays musulmans, est inacceptable et doit être fermement condamnée par tous les responsables.
Mais il est extrêmement dangereux d’agir sur la scène internationale (ou nationale d’ailleurs) en s’imaginant que le monde est tel qu’on le rêve.
Il y a, dans le monde musulman, une extrême sensibilité à tout ce qui peut apparaître comme blasphématoire envers le Coran. Nous avons du mal à le comprendre, peut-être parce que, chez nous, la foi s’est émoussée ou apaisée. Mais avant de juger, nous pourrions nous rafraîchir la mémoire: l’Inquisition ou la Saint-Barthélémy ne remontent qu’à quelques siècles…
Plus profondément, nous devrions réfléchir à la frustration, à la souffrance que révèlent les excès de la rue musulmane. Pourquoi ce sentiment d’humiliation, d’injustice?
La question est difficile. Les responsabilités sont sans doute partagées. Mais tout cela mérite débat plutôt que croisade ou djihad.
Or, le plus désastreux dans la provocation médiatique qui a mis le feu, c’est qu’elle sert les extrémistes.
Tous les musulmans qui croient sincèrement en l’avenir d’un Islam tolérant et humaniste sont visiblement dépassés et déstabilisés par les fanatiques qui excitent les foules, pour des raisons religieuses ou politiques ou les deux à la fois.
Tous les non-musulmans qui veulent faire la différence entre cet Islam humaniste qui a toute sa place dans nos démocraties et l’intégrisme fanatique qui prône une théocratie incompatible avec notre idéal républicain (je me suis engagé à fond, à l’époque, pour défendre la laïcité et l’égalité des sexes dans la querelle du voile islamique, et plus largement des signes religieux à l’école), tous ceux-là sont aussi affaiblis!
J’espère de tout coeur que les appels à la raison seront entendus. Mais il faudra du temps, de l’intelligence, de la finesse de part et d’autre pour réparer les dégâts de la double déraison.
07/02/06

Partager cet article

13 commentaires pour « Caricatures »
  • Lea Molieres
    Le 08 Mai 2006 à 15 h 53 min
    J'ai lu récemment que ces mêmes caricatures qui ont fait scandale avaient été publiés dans un journal musulman avant quelles le soient dans les journaux occidentaux.Bizarrement, cela n'a crée aucunes émeutes de la part des populations musulmanes..cela ne révéle -t-il pas une sorte"d'anti -occident" qui va en s'accroissant?
    Lea Molieres
  • Ghislain FRANCOIS
    Le 16 Mars 2006 à 16 h 49 min
    J'ai parfois le sentiment que le monde vit la tête plantée dans le sable. Haro sur l'islamisme comme il y a quelques années on criait haro sur le racisme. Et l'ironie, c'est que ce sont les mêmes qui aujourd'hui publient ces caricatures et qui détricotent ce qu'ils ont tricoté il y a quelques années. Rappelons nous, le mauvais petit français raciste. Qu'en était-il alors ? Ni plus raciste, ni moins raciste que les autres, simplement l'homme est loin d'être parfait. Aujourd'hui, on nous parle de l'islamisme, d'intégrisme, on nous rebat les oreilles quant au danger de la radicalisation de l'islam. Certes, c'est un vrai danger qu'il faut combattre, pour notre liberté mais aussi et SURTOUT pour celle de tous les musulmans qui veulent vivre leur foi en toute quiètude. Mais n'y a t-il pas là un vrai risque d'amalgamme, entre radicaliste et simple pratiquant. Le peuple est bête, j'en suis convaincu et c'est ce qui explique la difficulté de nos gouvernants à gouverner. Le croire intelligent, c'est prendre le risque de mettre le feu là où aucun incendie ne menace. Et sommes-nous donc surpris des réactions suite à cette publication ? On croit rêver. Alors, fallait-il ou pas publier ces caricatures, la vrai question est plutôt dans quel but ?
    Oui, Monsieur Juppé, je vous rejoins complètement dans votre analyse. Souvenons nous des articles relatifs au sida, à l'homosexualité, au racisme encore qui faisaient régulièrement la unes de nos magazines il y vingt ans et plus. Volonté d'information mais aussi volonté de vendre. Certes quand il s'agit du sida, on peut dire qu'il n'y a pas eu trop d'information. Mais qui peut dire aujourd'hui, dans combien de magazine, ce thème fait-il encore la une, alors que des millions d'hommes, de femmes et d'enfants meurent chaque année de cette maladie... et qui fait plus de victimes que les attentats...sans cellules psychiatriques. Mais il est vrai, que ce n'est pas en occident, et encore moins en France. Honte !!
    Oui encore, il faut savoir mesurer la conséquence de ses actes et de ses paroles, surtout quand ceux-ci n'apportent pas d'informations supplémentaires.
    Enfin, combien se sont dressés quand Komeini a lancé une condamnation à mort contre salman Rushdie et ses "versets sataniques", exportant par la même occasion la notion de guerre sainte vers l'occident. La liberté était-elle alors moins menacée ? Et souvenons-nous, ça ne date pas d'hier !! Et finalement, je n'ai qu'une seule constatation navrante, c'est que l'histoire retient tout ce que l'homme oublie aussitôt.

    G.F.
    Ghislain FRANCOIS
  • Ayse (-)
    Le 04 Mars 2006 à 13 h 48 min
    Tant de mots pour si peu d'arguments... Je suis française, musulmane, et pratiquante; pourtant je neme suis jamais sentie blessée par ces caricatures... suis-je la seule ? je ne crois pas... mais on ne veut nous entendre ! les revendications ont plus de poids... une amie (car oui, nous avons aussi des amis qui ne partagent pas notre religion) catholique a aussi eu quelques hauts-le-coeur en voyant une caricature du pape décédé... Allah sait ce qui est bon. Même sans approuver ces dessins, nous n'avons pas à les dénoncer.
    Ayse (-)
  • Julie coatmellec
    Le 04 Mars 2006 à 12 h 19 min
    Merci MR Juppé pour cet article !
    jene passe pas très souvent par ici, mais là je peux dire que je ne le regrette pas !
    La seule chose que je pourrais regretter, c'est de ne pas avoir moi-même trouvé les mots pour le dire...

    Liberté = aussi responsabilité et devoirs... on l'oublie tellement vite et souvent. Si je pouvais être sûre de parvenir à transmettre ces notions à mes enfants....je crois que j'aurai réussi alors une bonne part de mon rôle de maman...

    Je suis jeune (si si ! ), chrétienne, centriste ( ? si tant est que cela puissse exister) et découragée par les provocations de tous bords.....
    Cette affaire de caricatures n'en est qu'une illustration.... avec une ampleur tragique cependant.
    Julie coatmellec
  • nathalie delorme
    Le 16 Février 2006 à 23 h 28 min
    encore une fois , c'est trés bien analysé mais on attend des solutions d'un homme politique et là il n'y en a jamais
    nathalie delorme
  • Michel DUBOIS
    Le 16 Février 2006 à 17 h 36 min
    Il faudrait tout de même faire attention à ne pas profiter de ces caricatures et des réactions qu’elles ont suscitées pour remettre en question la liberté d’expression, dont les journalistes ne sont d’ailleurs pas les seuls détenteurs. Mais liberté d’expression ne veut pas dire non plus que l’on peut se permettre de tout dire (sans compter la façon de le dire). Je partage le sentiment que l’on ne doit pas tout tourner en dérision, notamment la question religieuse voire politique. Cet humour douteux dont se gargarisent certains « Guignols de l’Info » flirte trop souvent avec le vulgaire, la moquerie ou le vexant au détriment de la vérité. Quand on s’attaque à des symboles religieux aussi forts, on voit maintenant où cela peut mener.
    Cordialement,
    Michel DUBOIS
  • caroline Forge
    Le 16 Février 2006 à 13 h 16 min
    A l'image d'une copie de dissertation, je débuterai ce mail par cette célèbre citation de Beaumarchais : "sans la liberté de blamer, il n'est point d'éloge flatteur". Et nous savons tous où fut conduit le dit poète pour ces excès de parole. Toutes les époques ont donc besoin de bouc emisssaire pour faire apparaître la liberté d'expression, mais les adversaires ne se ressemblent pas, et pour une simple et bonne raison, le roi était élu de dieu (divin), mais la religion est en elle même sacré. C'est pourquoi la question est complexe, qui attaque t-on dans ces caricatures : les Hommes croyants et les superstitieux qui y verront un mauvais présage, ou le divin, le sacré?
    l'Homme est faillible, imparfait, mais la religion est censée le rendre meilleur, plus humain et tolérant. Alors, je vous pose une question : qui doit-on préserver ? les hommes ou la religion?
    La religion parce qu'elle immortelle, tandis que les hommes passent et ne s'en rendent parfois même pas compte. Et, encore une fois la religion, parce qu'elle est aujourd'hui, en France, garante de la laïcité. Ne serait-il pas plus juste de condamner l'intention de nuire que les caricatures en elles-même? l'intolérance plutôt que l'inconscience?
    caroline Forge
  • ludovic labati
    Le 16 Février 2006 à 09 h 46 min
    Monsieur Juppé,
    puis-je vous renvoyer à ce discours publié dans Le Monde du 16 février, et que le blog d'Alain Hertoghe (ancien rédacteur en chef du site internet de La Croix) publie en extraits ? Il saura mieux que moi vous apporter un autre point de vue, celui d'une députée néerlandaise et musulmane.
    Voici des extraits de son allocution :

    " Mon opinion est que le Jyllands Posten a eu raison de publier les caricatures de Mahomet et que d'autres journaux en Europe ont bien fait de les republier (...)

    " Honte aux journaux et aux chaînes de télévision qui n'ont pas eu le courage de montrer à leur public ce qui était en cause dans "l'affaire des caricatures" ! Ces intellectuels qui vivent grâce à la liberté d'expression, mais acceptent la censure, cachent leur médiocrité d'esprit sous des termes grandiloquents comme "responsabilité" ou "sensibilité".

    " Honte à ces hommes politiques qui ont déclaré qu'avoir publié et republié ces dessins était "inutile", que c'était "mal", que c'était "un manque de respect" ou de "sensibilité" ! (...)

    " Honte à ces entreprises européennes du Moyen-Orient qui ont mis des affiches disant "Nous ne sommes pas danois", "Ici on ne vend pas de produits danois" ! C'est de la lâcheté (...)

    " Nous avons été submergés sous un flot d'opinions nous expliquant que les caricatures étaient mauvaises et de mauvais goût. Il en ressortait que ces dessins n'avaient apporté que violence et discorde. Beaucoup se sont demandé tout haut quel avantage il y avait à les publier.

    " Eh bien, leur publication a permis de confirmer qu'il existe un sentiment de peur parmi les écrivains, les cinéastes, les dessinateurs et les journalistes qui souhaitent décrire, analyser ou critiquer les aspects intolérants de l'islam à travers l'Europe.

    " Cette publication a aussi révélé la présence d'une importante minorité en Europe qui ne comprend pas ou n'est pas prête à accepter les règles de la démocratie libérale. Ces personnes - dont la plupart sont des citoyens européens - ont fait campagne en faveur de la censure, des boycottages, de la violence et de nouvelles lois interdisant l'"islamophobie".

    " Ces dessins ont montré au grand jour qu'il y a des pays qui n'hésitent pas à violer l'immunité diplomatique pour des raisons d'opportunité politique (...)

    " Je suis ici aujourd'hui pour réclamer le droit d'offenser dans les limites de la loi. Vous vous demandez peut-être : pourquoi à Berlin ? Et pourquoi moi ?

    " Berlin est un lieu important dans l'histoire des luttes idéologiques autour de la liberté. C'est la ville où un mur enfermait les gens à l'intérieur de l'Etat communiste. C'est la ville où se concentrait la bataille pour les esprits et les coeurs (...)

    " Pourquoi moi ? Je suis une dissidente, comme ceux de la partie est de cette ville qui passaient à l'Ouest (...) Comme les milliers de personnes qui ont manifesté contre les caricatures danoises, j'ai longtemps cru que Mahomet était parfait - qu'il était la seule source du bien, le seul critère permettant de distinguer entre le bien et le mal (...)

    Je ne cherche pas à offenser le sentiment religieux, mais je ne peux me soumettre à la tyrannie. Exiger que les hommes et les femmes qui n'acceptent pas l'enseignement du Prophète s'abstiennent de le dessiner, ce n'est pas une demande de respect, c'est une demande de soumission.

    " Je ne suis pas la seule dissidente de l'islam, il y en a beaucoup en Occident. Et s'ils n'ont pas de gardes du corps, ils doivent travailler sous de fausses identités pour se protéger de l'agression. Mais il y en a encore beaucoup d'autres à Téhéran, à Doha et Riyad, à Amman et au Caire, comme à Khartoum et Mogadiscio, Lahore et Kaboul (...)

    " Nous n'avons que nos idées et nous ne demandons que la possibilité de les exprimer. Nos ennemis utiliseront si nécessaire la violence pour nous faire taire. Ils emploieront la manipulation ; ils prétendront qu'ils sont mortellement offensés. Ils annonceront partout que nous sommes des êtres mentalement fragiles qu'il ne faut pas prendre au sérieux. Cela n'est pas nouveau, les partisans du communisme ont largement utilisé ces méthodes.

    " Berlin est une ville marquée par l'optimisme. Le communisme a échoué, le Mur a été brisé. Et même si, aujourd'hui, les choses semblent difficiles et confuses, je suis sûre que le mur virtuel entre les amoureux de la liberté et ceux qui succombent à la séduction et au confort des idées totalitaires, ce mur aussi, un jour, disparaîtra. "


    ludovic labati
  • Fabien B
    Le 15 Février 2006 à 09 h 25 min
    La communaute Musulmane ne devrait-elle pas se poser la question suivante: pourquoi l'amalgame Terrorisme / Islam est-il de plus en plus communement admis en Occident?

    Repondre a cette question en arguant simplement du racisme primaire des occidentaux est un peu simple. L'absence lors des attentats de New-York ou Bali (perpetres par des organisations se revendiquant de l'Islam) de la part de la "rue musulmane", d'une reaction comparable a celle observee aujourd'hui a propos des caricatures, a pu etre interprete comme un soutien implicite a l'action terroriste. N'est-il pas plus grave de prendre en otage l'Islam pour justifier le massacre d'innocents, que de caricaturer le Prophete?

    La communaute Musulmane, ses responsables religieux et politiques devraient immediatement clarifier ce malentendu et rejetter sans aucune ambiguite, et avec autant de passion et de fermete que lors des manifestations de ces derniers jours, tout acte terroriste perpetre au nom de l'Islam.

    Je suis persuade dans ces conditions que l'amalgame terrorisme / Islam disparatrait rapidement des publications occidentales.
    Fabien B
  • erwan marec
    Le 15 Février 2006 à 00 h 53 min
    Bonsoir,

    Il n'est pas de liberté plus chèrement acquise que la liberté de parole.
    Cette liberté est encadrée, même dans nos démocratie, et ce cadre n'est pas figé puisqu'il bouge en permanence, s'adaptant aux contraintes sociales, philosophiques et religieuses.
    Le legislateur est là pour nous rappeler où se trouve les limites actuelles de cette liberté.

    Nous assistons depuis plusieurs années à la mise en place d'un schéma qui me parait extrèmement intéressant.
    Pour résumer,l'apparition de corporatismes puissants et bien organisés, sachant communiquer et distiller leurs idées dans nos démocraties nous renvoient à nos propres peurs quant à la libre expression de nos idées (responsabilisation parait être le thème dominant).

    Moi, je réclame le DROIT d'être con et de le dire haut et fort sans que quelqu'un vienne me faire taire de façon violente.
    La liberté d'expression est l'ultime rempart contre l'obscurentisme et l'élitisme.
    Je défendrais ce droit tant que je pourrais car je pense qu'il est permis de se moquer de tout mais pas de n'importe qui (les victimes en générale qui ont toute ma compassion)

    Jusqu'à présent, blasphémer fait partie de ce droit d'expression et d'autant plus que je ne suis pas musulman et encore moins croyant.

    Si d'avenir, une partie non majoritaire de l'opinion venait à faire pression pour modifier ou responsabiliser ce droit de parole, je me sentirais agressé et je réagirais comme ceux qui se sentent offensés aujourd'hui.

    Je termine sur une question : Quid de ces ambassades et consulats qui brûlent ?
    Ce sont des territoires européens et à part un verbiage allégé de la part de nos politiques, je n'ai pas vu de franches condamnations.

    Si nos politiques décident de ne pas réagir en condamnant fermement et en demandant des réparations aux pays qui ont laissé faire alors effectivement nous donnons raison à ces extrémistes qui manifestent, brulent et tuent.
    erwan marec
  • Lahire de Froiddez
    Le 14 Février 2006 à 16 h 40 min
    Je suis catholique. Et je désapprouve l'intervention de l'Eglise sur la publicité parodiant la Cène. C'est la porte ouverte à toutes les interdictions. Et la jurisprudence ainsi créée va permettre à l'Islam de s'y engouffrer.
    C'est très grave. Le Christ a été moqué par les soldats romaisn, il n'a pas répondu. Il a prié pour ses ennemis. En ne suivant pas cette attitude, l'Eglise a ouvert une brèche contre la liverté d'expression dans la quelle les intégrises de tous poils vont se ruer. Il parait que l'Islam va essayer d'obtenri une résolution au Consiel de Sécurité sur cette question,par le biais de l'Egypet. Il ya la un grave danger, que, sous couvert de bosn sentiments, vous mésestimez complètement. Attention, vous cédez d'un pouce et c'est le pouce qui déséquilibre tout.
    Lahire de Froiddez
  • Jean-Michel LEQUEUX
    Le 14 Février 2006 à 14 h 48 min
    Le discours d'apaisement que vous tenez semble raisonnable. Toutefois, il se heurte à quelques problèmes.

    Tout d'abord, il y a une différence majeure entre une affiche que tout le monde peut voir et un dessin dans un journal que vous ne voyez qu'en achetant le support. Les limites au caractère polémique ou choquant d'une expression me semble à différentier selon le support.

    Ensuite, la manipulation opérée dans cette affaire est patente puisque la publication dans la presse danoise remonte à plusieurs mois. D'ailleurs il semblerait que certaines caricatures ayant été utilisées soient des faux (?).

    Enfin, si nous reculons sur la liberté d'expression devant les réactions de certains musulmans, où nous arrêterons nous? C'est en celà que le rappel à l'esprit de Munich semble maheureusement justifié.
    Cordialement.
    JM Lequeux
    Jean-Michel LEQUEUX
  • Anne Forest
    Le 10 Février 2006 à 14 h 37 min
    Merci Mr Jupé pour votre réaction a propos des caricatures. Votre texte résume absolument mes convictions. Je ne suis pas pieuse, mais dans le contexte politique actuel sensible, je me demande pourquoi les journaux jettent de l'huile sur le feu en publiant ces dessins au nom de la liberté d'expression (qu'ils confondent gravement avec "propagande"). Leur véritable but est d'en tirer un profit financier, car le scandale fait toujours vendre. Leur attitude m'écoeure, et je ne comprend pas que les gens soient si aveugles. Savent-il ce que signifie le respect ?
    Anne Forest

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux