Blog Notes d'Alain Juppé

Ce que j’aurais dit à mes amis Républicains (suite)

Publié le 07/11/2015 par Alain Juppé

Les élections du 6 et 13 décembre ont aussi, à l’évidence, un enjeu national.

Nous avons à nous battre sur deux fronts.

D’abord contre le Front National. Il y aurait beaucoup à dire sur l’incohérence démagogique de ses propositions, notamment dans le domaine économique et social.            Je voudrais aujourd’hui cibler son entreprise de démolition de l’Union Européenne. L’Europe pour le FN, c’est la phobie furieuse.                                                                               Eh bien! pour ma part, contre vents et marées, j’affirmerai mes convictions européennes.   Certes, je suis lucide. Je vois que l’UE marche mal et que de profonds changements s’imposent dans son fonctionnement. J’y reviendrai plus tard. Mais ce serait folie de nous séparer les uns des autres, nous Etats de l’Union, dans un monde aussi turbulent, dangereux, imprévisible que celui qui nous entoure. Il faut l’aborder ensemble et non pas en ordre dispersé parce que la cohésion de l’Europe peut et doit être pour nous tous une sécurité.

Ce n’est pas en nous bornant à proposer des mesures techniques, aussi nécessaires soient-elles, comme l’harmonisation fiscale et sociale au sein de la zone euro, que nous redonnerons envie d’Europe. Or, c’est bien de cela qu’il s’agit si nous voulons contrer la montée des nationalismes anti-européens, fauteurs de guerre. Il faut donner du sens à l’Europe, montrer qu’elle incarne un idéal pour l’avenir.

Oui, il y a bien un idéal européen, constitué de l’histoire commune de notre continent, souvent sanglante, souvent brillante; d’un riche patrimoine intellectuel et culturel; et de valeurs partagées : nos racines chrétiennes bien sûr, mais aussi les Lumières, et même l’héritage de la Révolution française: le mouvement des nationalités au XIXème siècle, la démocratie, les droits de l’homme et essentiellement l’égalité femmes-hommes si peu répandues sur la planète. Tout cela définit une civilisation européenne qui a des choses à dire au monde même si le monde ne considère pas ces valeurs comme universelles.

Nos jeunes le vivent mieux que nous. A preuve cette rencontre vendredi dernier à Bordeaux, dans le cadre de l’EURO 2016, entre 30 jeunes français en service civique et 30 jeunes européens venus d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne, de Pologne, de Roumanie, de Slovaquie, de République Tchèque qui, en binôme, vont parler, pendant plusieurs mois, de leur vie d’Européens dans les écoles, collèges et lycées de la ville. On n’est pas là dans le rêve mais dans la réalité.

Face au FN démolisseur d’Europe, faisons de la France l’âme et la messagère de la renaissance d’une Europe de la liberté et de la fraternité

Le deuxième front de notre combat électoral, c’est la préparation de l’alternance au pouvoir socialiste.

Peut-on encore parler de pouvoir quand on voit le spectacle désolant de déliquescence que donne le gouvernement ?Pas une semaine sans une contradiction ou une reculade. Tant d’impréparation, d’improvisation, d’amateurisme donne le vertige. Est-il besoin de développer?

Concentrons-nous sur les changements de cap que nous aurons à accomplir. Il nous faudra, sans hésitation et sans faiblesse:

  • changer le cap de la politique économique et sociale pour redonner confiance et visibilité à tous ceux qui veulent travailler, entreprendre, créer. Et nous savons ce qu’il faut faire.
  • changer le cap de la politique de sécurité intérieure et donc de la politique pénale. Je respecte la personne de Mme Taubira mais sa politique pénale est désastreuse. Sans caricaturer, on peut la résumer ainsi : comme il n’y a pas assez de places dans les prisons, ne mettons plus les délinquants en prison. Si nous voulons que les forces de sécurité intérieure, police et gendarmerie, soient en mesure de remplir leur mission, il nous faudra faire ce que nous avions commencé à faire : construire des prisons pour que les peines prononcées soient exécutées. Mon prochain livre précisera l’ensemble de mes propositions.
  • changer le cap de la politique d’immigration qui ne peut marcher sur la seule jambe de l’accueil et de la compassion, mais aussi sur la volonté de contrôler nos frontières externes et de rendre effectives les réadmissions dans les pays d’origine pour les migrants que nous ne pouvons garder sur notre sol.
  • changer le cap de notre politique de laïcité en affirmant clairement ses deux exigences indissociables : la liberté de religion garantie à tout citoyen français; et le respect par toutes les religions de la séparation du temporel et du spirituel et de la primauté des lois et valeurs de la République, à commencer par l’égalité entre l’homme et la femme. Non négociable.

La tâche, vous le voyez, sera lourde.

La première condition de la réussite, c’est le rassemblement de toutes nos forces. Vous savez que c’est mon obsession.

Je me réjouis que ce rassemblement soit réalisé pour les élections régionales. Partout où je vais, je vois des listes REPUBLICAINS/UDI/MODEM/Société civile. Bravo!

Ce doit être aussi l’esprit des futures primaires de la droite et du centre, qui ne sont pas faites pour nous diviser mais pour concilier nos diverses sensibilités autour de celui ou de celle qui rassemblera le mieux pour nous conduire à la victoire.

Que les élections du 6 et 13 décembre soient la première marche de l’ascension!

Bonne chance à tous nos candidats. Ce week-end, je serai à Brive pour soutenir notre équipe de la Grande Aquitaine: Aquitaine+Poitou-Charentes+Limousin.

Partager cet article

0 commentaires pour « Ce que j’aurais dit à mes amis Républicains (suite) »

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux