Blog Notes d'Alain Juppé

Ce que j’aurais dit à mes amis Républicains

Publié le 07/11/2015 par Alain Juppé

Au moment de décoller de l’aéroport de Bordeaux, ce matin à 9H, le commandant de bord nous informe qu’Orly vient de fermer. Sine die. Nous revenons à la porte d’embarquement. Aucun moyen de rejoindre comme prévu Paris et le Conseil National des Républicains pour prononcer mon discours au moment convenu avec N. Sarkozy.

Voici ce que j’aurais dit:

Je me réjouis d’être parmi vous, avec les têtes de liste et chefs de file des Républicains pour les prochaines élections régionales. Je suis heureux de leur renouveler mon plein soutien. Je l’ai fait sur le terrain au cours des semaines qui viennent de s’écouler en allant dans presque toutes les régions de métropole: Pays de Loire, Normandie(s), Nord, Bourgogne/Franche-Comté, Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ile-de-France, Bretagne bientôt, et bien sûr Aquitaine, Poitou-Charentes, Limousin plusieurs fois où Virginie Calmels fait un magnifique travail.Partout j’ai fait le même constat: nos équipes ont du mal à mobiliser l’opinion, mais nos candidats font campagne avec énergie et persévérance. Redoublons tous d’effort.

Les enjeux sont importants. L’enjeu régional d’abord. Partout les présidences socialistes sortantes qui ont gouverné la quasi-totalité des anciennes régions se sont illustrées par une gestion clientéliste et dispendieuse, une forte inflation des effectifs de fonctionnaires territoriaux et de graves défaillances en matière de transport ou de formation. Presque partout le nombre d’apprentis a diminué et les crédits attribués à l’apprentissage on baissé, ce qui est un comble. Un renouveau régional s’impose.

Le contexte législatif compliquera hélas! la tâche. Le gouvernement et sa « majorité » ont voté une mauvaise réforme territoriale. Il n’était pas utile d’imposer aux commune et aux communautés de communes un nouveau découpage alors que le précédent datait de quelques années à peine. Ce fut une erreur d’annuler la création des conseillers territoriaux qui préparait un rapprochement bienvenu entre l’échelon départemental et l’échelon régional, et d’inventer à la place de très grandes régions sans cohérence économique et sociale, dont les exécutifs seront bien loin du citoyen, ce qui obligera à pérenniser les conseils départementaux. Bonjour les surcoûts de fonctionnement! Alors même que les collectivités locales se voient infliger une purge budgétaire brutale et exagérée. Nous étions prêts bien sûr à participer à l’effort général de réduction de la dépense publique; mais la méthode retenue, ou l’absence de méthode, est détestable. La majorité elle-même s’en rend compte et impose à son gouvernement une reculade en rase campagne!

Pourrons-nous repartir de zéro en 2017 ? Les nouveaux conseillers départementaux et régionaux viendront d’être élus et il sera difficile de les renvoyer. Et surtout les élus locaux et les maires qui sont la colonne vertébrale de la République aspirent à la stabilité et à la visibilité après tant de désordre.

Pour ma part, je leur proposerai un contrat de confiance, avec quelques engagements clairs:

  1. Aucun nouveau transfert de charges de l’Etat aux collectivités locales sans compensation stricte et durable, en pleine transparence. On ne doit pas recommencer l’opération « rythmes scolaires ».
  2. Poursuite de la mutualisation des moyens entre niveaux de collectivités, ce qui sera à terme la seule source réelle d’économies.
  3. Droit à l’expérimentation reconnu aux collectivités locales, droit à la diversité et au volontariat, plutôt qu’imposition de règles rigides et uniformes venues d’en haut. Je pense à la possibilité de déléguer des compétences, par exemple entre régions et départements pour les transports scolaires; ou à la possibilité d’abandonner la réforme des rythmes scolaires quand elle n’améliore en rien la réussite de nos enfants. Bref, du pragmatisme plutôt que de l’idéologie.

Partager cet article

0 commentaires pour « Ce que j’aurais dit à mes amis Républicains »

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux