Blog Notes d'Alain Juppé

Chinindia

Publié le 28/01/2007 par Alain Juppé

Voyage éclair en Inde et en Chine pour expliquer le « pourquoi » et le « comment » de la Conférence de Paris, intitulée « Citoyens de la Terre », qui va se tenir le 2 et le 3 février prochain à l’invitation du Président dela République. Et qui devrait lancer un appel solennel à la création d’une Organisation des Nations Unies pour l’Environnement (ONUE).

A Delhi comme à Pékin, j’ai trouvé une oreille très attentive chez les scientifiques et les responsables d’ONG que j’ai pu rencontrer. La prise de conscience des dangers qui menacent la planète, et la volonté d’agir sont aussi fortes que chez nous.
De la part des autorités officielles, la réponse est plus mitigée: très réticente en Inde où l’on craint la complexité et les contraintes que pourrait générer une nouvelle gouvernance environnementale mondiale; beaucoup plus ouverte de la part des Chinois qui expriment même un accord de principe, tout en souhaitant approfondir la question. Ce qui est bien naturel.

Je suis frappé par le nombre et l’importance des initiatives qui se développent en Chine. Sous la pression de la société civile: ONG et opinion publique que les pollutions urbaines (air irrespirable…) ou la destruction des équilibres naturels (quasi disparition des réserves hydriques en Chine du Nord) mobilisent de plus en plus. Sous l’impulsion du gouvernement central aussi qui, dans le 11ème plan, vient de fixer d’ambitieux objectifs d’amélioration de l’efficacité énergétique et de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
Mais, de l’avis général, ça ne suit pas sur le terrain. Même les responsables officiels, ce qui est nouveau en Chine, en conviennent.
Il est vrai que le dilemme chinois est terrible: une croissance forte reste indispensable pour tirer 700 à 800 millions de Chinois de la pauvreté dans laquelle ils vivent encore. Si rien ne change dans les processus de production et dans les habitudes de consommation, les besoins en énergie vont donc continuer à croître de manière exponentielle. Malgré de réels efforts en faveur des énergies renouvelables (solaire, éolienne), malgré de lourds programmes d’investissement dans l’hydroélectricité et le nucléaire, les trois quarts de l’énergie nécessaire continueront à venir du pétrole et surtout du charbon dont la Chine a d’immenses réserves; or, dans l’état actuel des choses, les centrales au charbon sont celles qui dégagent le plus de CO2.
D’où l’impératif d’agir pour révolutionner les processus de production et les habitudes de consommation.
Nous sommes tous concernés car le C02 ne s’arrête pas aux frontières!

Une note plus optimiste: lors de la rencontre organisée à Delhi avec la communauté française, je suis heureusement surpris par le nombre de jeunes étudiantes et étudiants français qui passent un semestre ou une année de leur cursus dans une université indienne. Quelle formidable opportunité de découverte et d’ouverture! La mondialisation, décidément a du bon! 28/01/07

Partager cet article

6 commentaires pour « Chinindia »
  • Gérard VINCENT
    Le 20 Juin 2007 à 13 h 57 min
    Cher Alain JUPPE, je suis consterné par votre défaite aux legislatives et très peiné par votre départ, d'une part pour l'homme , d'autre part pour la France qui perd là l'un de ses meilleurs.J'espère que cette nouvelle "traversée du désert" sera de courte durée.
    Je vous ai toujours apprécié et soutenu depuis la création du RPR et pendant les moments difficiles.
    Croyez en mon soutien le plus fort et total.
    J'ai encore eu la chance de vous voir à Albertville début Mai.
    J'espère vous croiser de nouveau , peut-être à Hossegor, lieu aussi de nos vacances.
    Très sincèrement et cordialement.
    Gérard VINCENT
  • Didier BOUTELLIER
    Le 03 Février 2007 à 23 h 03 min
    Monsieur Juppe concernant cette réunion internationale pour l’écologie de notre planète, c’est très bien de réunir des sommités et experts mais il est dommage que le sujet a été traité en moins de trente secondes à la télé, j’en attendais plus. J’ai consulté sur le site de l’Elysée les différentes interventions, pourquoi pas en faire une émission spéciale afin que tous en aient connaissance, ce sujet concerne tout le monde et c’est un enjeu primordial.
    Didier BOUTELLIER
  • Ghislain Landreau
    Le 29 Janvier 2007 à 00 h 09 min
    Concernant la chasse au gaspillage d'énergie, il faut s'intéresser aux réalisations de la ville d'Echirolles en banlieue Grenobloise. La mairie et ses services sont progressivement équipés d'instruments "anti-gaspi". Par exemple, lorsque vous quittez une pièce, la lumière s'éteint d'elle même, elle se rallume quand vous revenez, les stores s'ouvrent et se baissent en fonction de la luminosité et de la température intérieure des locaux. Les parkings autrefois dévolus aux véhicules motorisés du personnel sont progressivement remplacés par des parkings à vélos, les employés municipaux doivent utiliser au minimum 3 fois par semaine leur vélo de service, etc...
    Ghislain
    Ghislain Landreau
  • Jacques Colomès
    Le 28 Janvier 2007 à 23 h 41 min
    La Conférence de Paris qui va s'ouvrir en fin de semaine doit rassembler les "vouloir" et les "pouvoir" de chacun des pays concernés par l'économie mondiale à pratiquer, chacun selon ses moyens et son niveau, le développement durable. Face à une démographie croissante et aux légitimes souhaits de chacun d'accéder à plus d'humanisme et de confort de vie, les plus petites actions individuelles ne peuvent qu'être positives. Le but est de les déclencher, harmoniser, coordonner et d'en contrôler les mises en oeuvre et les effets. Cela est un immense problème pour lequel je vous souhaite de réussir dés l'organisation que vous a confiée le Président Chirac.
    Il ne faut pas oublier qu'en parallèle des scientifiques réalisent des études, des modélisations et des expériences prenant en compte une problématique globale jusqu'à agréger les interférences de notre système solaire (expérience Cloud au CERN). Et même si le phénomène se révélait a court terme de moindre importance que les chiffres avancés actuellement, nous aurions tout de même franchi un grand pas dans une prise en compte responsable de notre devenir. Nous aurions déjà réussi, peut-être à humaniser notre développement mondial!
    Jacques Colomès
  • yves diksha
    Le 28 Janvier 2007 à 17 h 25 min
    M.Juppé,

    Vous avez mille fois raison d'inviter les Français,en particulier les jeunes à aller voir ce qui se passe ailleurs dans le monde,(et pas seulement en touriste),cela permettra de créer une génération nouvelle de citoyens français qui arrêtera de pratiquer le nombrillisme,qui arrêtera de donner des leçons au monde entier,qui s'apercevra que nous ne sommes pas le centre du monde.

    Ce souhait est particulièrement valable pour tous les étudiants à l'ENA,sans arrière pensée négative de ma part.

    Cordialement
    yves diksha
  • Jean-Paul COPIN
    Le 28 Janvier 2007 à 17 h 13 min
    dimanche 28 janvier 2007

    Monsieur le premier ministre,

    La France émet 2% du co2 mondial.
    C’est peu, mais c’est trop.

    Comme votre réflexion l’illustre, le problème se situe au niveau des pays émergeants… et des USA où un choix essentiel se pose : continuer à détruire et nous emmener au mur et à la mort ; ou changer fondamentalement, dans le respect de chacun, nos modes de vie et conserver un espoir pour l’avenir.
    La France le sait. Il est inutile de fermer les yeux.

    Si le Gaullisme est entre mille et une autre chose un humanisme en action, l’amour de sa patrie, le sens de l’histoire et ses valeurs, une intelligence, le respect, l’ouverture sur le monde, un pragmatisme, une clairvoyance, une vision de l’avenir : là est de toute évidence notre combat.
    Il y a 67 ans l’enjeu primordial était de vaincre la barbarie et de sauver, aux côtés de nos alliés, notre pays de l’abjection et du naufrage. Le général le fit.

    Aujourd’hui « l’enjeu » est aussi simple dans sa formulation que complexe dans sa résolution : être ou ne pas être…

    A nous de combattre et d’entreprendre, malgré nos 2%
    Là aussi cultivons une de nos vertus premières : Rassemblons.

    Que le meilleur d’entre nous l’ait si bien compris ne me surprend pas et me donne espoir !

    Si vous le jugez utile, je serai fier et heureux d’être à vos côtés.


    Jean-Paul COPIN
    Jean-Paul COPIN

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux