Blog Notes d'Alain Juppé

Cité de la réussite

Publié le 23/10/2006 par Alain Juppé

Hier soir, dans la grand amphithéâtre de la Sorbonne, devant un bon millier d’étudiants, débat avec Jacques Attali et le professeur Ezra Suleiman qui m’avait accueilli, il y a quelques mois, dans son université de Princeton, près de New York.

Le thème: « Gouverner au 21ème siècle.
Au cours des échanges, où la notion de « responsabilité » revient souvent, l’un des étudiants m’interroge sur le malaise de la jeunesse d’aujourd’hui qui n’a plus matière à rêver.
Je lui suggère quelques rêves possibles: s’engager pour sauver la planète du désastre qui la menace; militer pour l’éradication de la pauvreté dans les pays les moins avancés, et jusqu’au coeur de nos sociétés développées. Sans oublier le rêve européen qui garde, à mes yeux, toute sa force mobilisatrice.
La salle réagit bien.

Mais, ce matin, j’entends à la radio un bref reportage sur de nouveaux incidents graves dans les banlieues. A Grigny, un groupe de jeunes s’empare, en plein jour, d’un autobus, fait descendre les passagers, puis met le feu au véhicule. Quand les pompiers et la police arrivent sur les lieux, les jeunes les « caillassent ».
Je ressens cruellement la déconnexion de mon discours sur les rêves… Quel rêve proposer à cette jeunesse là? Comment relever le défi qu’elle nous lance?
En faisant respecter la loi et l’ordre, bien sûr.
Mais qui ne voit qu’il faut d’autres réponses?
Economiques, pour donnner de réelles opportunités d’emploi.
Sociales et éducatives, pour combattre les discriminations de tous ordres.
Mais plus fondamentalement morales: réapprendre à vivre ensemble en partageant les mêmes valeurs, à commencer par le respect de l’autre.
Je ne veux pas croire que la tâche est surhumaine.
23/10/06

Partager cet article

8 commentaires pour « Cité de la réussite »
  • geoffroy gaudron
    Le 07 Novembre 2006 à 17 h 59 min
    Au sujet des banlieues, mon sentiment
    est que l'environnement dans lequel vit cette jeunesse qui caillasse des policiers, des pompiers ou qui brulent
    des autobus est en soi le plus grand élément de discrimination.
    Je remarque que les quartiers à problème ne sont jamais ceux en centre ville, mais toujours à l'écart. Peut-etre la première étape serait de supprimer ces quartiers, insalubres, concentrés et éloignés de tout pour ramener leurs populations dans des environnments plus sereins, plus proche des activités culturelles, sportives etc..Ceux-ci auraient peut-etre, même étant au chômage, moins l'impression de vivre à l'écart des autres.
    geoffroy gaudron
  • jacques LAJUGIE
    Le 06 Novembre 2006 à 07 h 51 min
    Je voudrais attirer votre attention sur l'article paru hier dans le journal du dimanche sur la fusion SUEZ GDF

    On nous explique qu' il faut réformer les régimes spéciaux des retraites et en cachette nos hommes politiques négocient avec les syndicats de salariés nantis de grands groupes l'extension du régime spécial des retraites à l'ensemble des salariés des sociétés du secteur de l'énergie.

    J'ai vraiment l'impression comme des millions de gens qui ne sont pas dans des grands groupes ou des salariés de la fonction publique de me faire tondre et de payer le retraite des autres ( régimes spéciaux divers et multiples y compris ceux de nos députés et sénateurs).


    Comment voulez vous que nous soyions crédibles.

    Il est encore temps de faire quelque chose.
    jacques LAJUGIE
  • Roméo Calenge
    Le 23 Octobre 2006 à 16 h 38 min
    Jeunesse ? Le malaise est d'abord chez les hommes politiques; et chez des gens comme un certain Juppé qui doit se reconsidérer avant de faire la morale aux autres. Quelle honte.
    Roméo Calenge
  • Javed MIRI
    Le 23 Octobre 2006 à 15 h 21 min
    Monsieur Le PM,

    En lisant votre article, on voit bien la faussée qu'existe entre ce que j'appelle : "Deux Mondes".

    - Le Monde des gens bien instruits qui, pour une très large majorité d'entre eux, aiment leur pays et ne souhaitent qu'une chose: comment réunifier les différentes composantes de la Nation, France, pour que tout le monde y trouve sa Juste et mérité Place. Beaucoup de ces gens appartiennent à la classe politique et et économique de la Française. Une bonne partie de ses individus, de ses groupements sont parfaitement conscient de la charge qui est la leur. Je me permets de vous mettre dans ce catégorie.

    - Ensuite il y a Le Monde de tous ceux qui, à raison ou à tort, se sentent Exclus et rejetés par la société Française. Les explications de ce phénomène peut-être dénombrer en milliers de phrases. Mais un grand nombre de gens appartenant au 2eme Monde, sont pas ou peu éduqués, leur parents sont pas ou peu éduqués. Certains ne font même pas ou plus l'effort de ne donner une nouvelle ou une chance tout court.

    Mais s'arrêter sur ce constat est l'erreur Fatale que font beaucoup de personnes appartenants au 1er Monde, enfin ce n'est que mon point de vu.

    Mais, moi je ne m'arrêterai pas là. Je voudrais développer l'idée que dans ce 2eme Monde, il y a bien des gens qui ne souhaitent qu'une chose: comment s'en sortir, comment se donner les moyens de changer Radicalement leur destins, comment pourvoir être util à soi, aux autres, comment se faire entendre et faire avancer la société...

    Une infime partie des individus parviennent à leur objectifs: Azouz Begag..les chefs des entreprises se portant à merveille...mais d'autres luttent et abandonnent faces aux échec.

    Dire que La France est un pays raciste dans son ensemble est, à mon avis, la plus grosse bêtise qu'une personne puisse dire. La France n'est pas un raciste. Je peux l'affirmer avec cette force car je suis, en étant un jeune Afghan, bien placé. Mais il y a des personnes racistes, xénophobes, antisémite et autres.

    Pour ne pas faire trop long, je voudrai dire que c'est à nous tous que reviens la tâche de nous battre Ensemble pour éradiquer ces idées. A proposer une mode vie plus Républicaine, plus respectueuse de tous.

    Je voudrai terminer par dire : ça n'est pas une affaire surhumaine.


    Javed MIRI
  • william Georges-Roustan
    Le 23 Octobre 2006 à 14 h 36 min
    Totalement d'accord.
    Il faut réapprendre aux jeunes les règles de la vie en société.
    Je pense qu'un servie OBLIGATOIRE pour les jeunes qui n'ont pas d'avenir (échec scolaire, marginaux, et pire ...) sera à remttre en oeuvre .
    Plus de prison pour ces jeunes mais un "travail obligatoire" pour la nation , sur le terrain.
    Pourquoi ne pas envoyer nos jeunes délinquants en apprentissage sur le terrain voir avec une petite pointe de natinalisme dans le pays de leurs origines pour leur montrer s'il y fait mieux vivre que chez nous.

    Je sais tous ces jeunes ou presque sont français mais un rappel que seul leur travail et leur civisme leur permettront de s'intégrer au reste de la Nation.

    Enfin, il faut faire quelque chose pour sortir les jeunes non délinquant de la misère .. difficultés scolaire, moyens financiers, chômage systé"matique pour les plus agés quel que soit leur niveau d'étude.
    Bref il faut que d'un côuté nous soyons trés fermes sur les valeurs de la République, mais d'un autre nous devons deonner à tous la possiblité de s'intégrer donc de faire des études, de travailler, se loger et cela quelque soitent leurs origines.
    Les enfants ne doivent pas payer les erreurs des parents cela veut dire pour moi, que par exemple, si un adulte étranger est en situation illégale en France, ses enfants nés en france ne doivent pas en subir les conséquences.
    C'est à l'Etat d'empêcher, l'immigration sauvage ou clandestine.
    Il faudrait prendre comme règle que toute personne entrée peut rester sous réserve de justifier d'un travail permettant de vivre en France.
    Cette personne a pris des risques incensés pour venir jusqu'ici, si elle a réussi, on ne doit pas la rejeter.

    Toujours pret à vous apporter mon soutien si vous en avez besoin
    william Georges-Roustan
  • Jocelyn Mahinc
    Le 23 Octobre 2006 à 13 h 17 min
    Après lecture de ces quelques lignes,écrites aujourd'hui, je souhaite réagir.
    Il est vrai que nombre de pays mesure une pauvreté inhumaine!
    Mais, Monsieur Juppé, regardez simplement dans la ville de Bordeaux les gens qui recherchent un emploi, ceux qui gangnent1000 Euros par mois et ne peuvent pas vivre, écoutez la détresse de toute une population qui n'a de cesse de répéter son désarroi et arrêtez d'aller chercher des exemples à des milliers de kilomètres, lorsqu' en bas de chez vous les gens ne peuvent s'en sortir alors même qu'ils travaillent!
    Je vais avoir 40 ans, j'ai débuté une très belle carrière au sein du groupe ACCOR, puis un jour tout s'effondre divorce, dettes etc..
    Impossible de retrouver une situation malgré diplômes et expériences.
    Je ne peux donc pas rester indifférent devant un tel discour !
    Jocelyn Mahinc
  • Michel DUBOIS
    Le 23 Octobre 2006 à 12 h 20 min
    A n’en pas douter, le décalage est grand entre certains habitants dits des « banlieues » et le reste de la société. Le fait de stigmatiser certains évènements, de ne prononcer exclusivement que des discours sécuritaires ne favorise pas la cohésion sociale tant recherchée. Si bien entendu il y a nécessité à faire respecter la loi, on ne peut ignorer les problèmes sociaux qui découlent aussi de l’extrême précarité dans laquelle vivent certaines familles ! À mon sens, il faut tout d’abord faire cesser l’amalgame entre immigration et insécurité. En somme, il faut apaiser les discours que l’on peut entendre, parfois (souvent) à un haut niveau de l’Etat. Des solutions existent sûrement mais elles ne pourront être clairement exprimées que lorsque des liens respectueux auront été renoués. J’espère vivement qu’un véritable homme d’Etat tiendra ce discours au sein des instances de l’UMP.
    Bien cordialement,
    Michel DUBOIS
  • xavier mérieux
    Le 23 Octobre 2006 à 12 h 16 min
    Notre jeunesse est perdue n'est-ce pas Mr Juppé? Le message est clair malgré la pollution médiatique, malgré les millions d'hypothèse et d'opinions: tous les jeunes aujourd'hui, en France se posent la question de leur vie, de leur envie et du monde qui les entoure. Où sont les valeurs, pour qui? Pour quoi? La jeunesse est perdue et il n'y a dans notre Europe, dans nos sociétés modernes, aucun phare, très peu de lumière. Ah! je rêve de dire qu'on sauvera le monde, nous, les égarés du début du siècle. Il me reste l'espérance. Et pour ceux que la vision du monde actuel fait peur, dégoute ou fait pitié, il y a ce message qu'un homme est venu nous donner il y a déjà si longtemps. Aimons-nous, aidons-nous, pardonnons, agissons, et prions. Lorsqu'ils seront aimés pour de vrai, la violence s'éteindra.
    xavier mérieux

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux