Blog Notes d'Alain Juppé

Copenhague

Publié le 14/06/2009 par Alain Juppé

J’ai conduit, mardi et mercredi dernier, une délégation d’élus et de fonctionnaires bordelais à Copenhague. But de la mission: échanger nos idées avec les responsables d’une ville qui a la réputation d’être particulièrement en avance dans sa stratégie de développement durable.

Nous en avons, en effet, tiré des enseignements intéressants:

– D’abord un choix qui est ancien, et presque culturel au Danemark: donner la priorité au vélo pour les déplacements en ville. Le spectacle de la rue est impressionnant: les voitures sont rares et les vélos omniprésents. Par milliers! Partout. Et, nous dit-on, en toutes saisons. Pour inciter les hésitants à abandonner la voiture et à prendre la bicyclette, une fiscalité écrasante: 180% de taxes sur le prix d’achat d’un véhicule automobile! Conséquence: les jeunes roulent à vélo et achètent leur première auto… à 40 ans. Les notables donnent l’exemple: vu, dans le hall d’entrée du ministère de l’énergie et du climat, l’emplacement réservé pour le vélo de la ministre, Connie Hedegaard qui nous reçoit chaleureusement. Résultat : d’ores et déjà, plus du tiers des déplacements urbains se font à bicyclette; l’objectif est d’atteindre 50% dans quelques années. 

– Ensuite, une volonté forte d’améliorer la performance énergétique et de développer les énergies renouvelables. En particulier la biomasse et le vent. Nous visitons une ferme d’éoliennes, partie sur la terre ferme, partie en mer. Je demande s’il y a des résistances, notamment dans le voisinage immédiat. Réponse négative. Pour motiver les riverains, on leur propose d’entrer dans la société coopérative qui construit les éoliennes et les exploite. Tout n’est pas idyllique néanmoins: la production d’électricité provient en majorité de centrales thermiques au charbon qui crachent beaucoup de C02. La société danoise continue à refuser le nucléaire (tout en achetant de l’électricité à la centrale nucléaire suédoise distante de … 25 km de ses côtes). Le Danemark peine à remplir ses engagements vis-à-vis du protocole de Kyoto.

– Troisième enseignement: la mairie de Copenhague est parvenue à imposer 50% de produits bio dans la fabrication des repas servis dans les crèches, les écoles, le maisons de retraite. Son objectif est d’atteindre 90% en 2015. A Bordeaux, j’ai beaucoup de mal: on m’explique que la production d’aliments bio est insuffisante pour répondre à nos besoins et que les prix restent élevés. Il faut néanmoins que je mette la pression.

L’entretien avec la ministre de l’énergie et du climat, Connie Hedegaard, que j’ai déjà évoqué, a été très stimulant. La femme est jeune et enthousiaste. Elle prépare activement la conférence de l’ONU qui doit se tenir à Copenhague en décembre prochain et qui devrait aboutir à l’accord souvent nommé Kyoto II. La partie est difficile et le succès est loin d’être assuré. Certes les Etats-Unis, sous l’autorité de B. Obama, ont changé d’attitude et participent positivement à la négociation. Mais leurs engagements restent modestes. L’Union européenne, après avoir été en pointe, peine à trouver une base d’accord ambitieuse. L’essentiel, ce sera la position des pays émergents et des pays en développement qui ne s’impliqueront que si les pays riches les y aident. D’où l’importance du volet « financement » de la négociation. Il est probable que les pays développés invoqueront la crise pour refuser un effort budgétaire significatif. Peut-on imaginer d’autres sources de financement? Mme Hedegaard évoque une contribution des entreprises de transport maritime et de transport aérien, assisse sur leur consommation d’énergies fossiles. Mais là encore, la crise…

Notre avenir va se jouer, en grande partie, à Copenhague en décembre prochain. Le film « Home », réalisé par Yann Arthus-Bertrand, dont j’ai déjà parlé dans ce blog, a, semble-t-il, impressionné et fait réfléchir tous ceux qui l’ont vu. Nous avons tous un rôle à jouer maintenant. Nous devons nous mobiliser et faire pression sur nos gouvernements pour que ce rendez-vous majeur, vital, ne soit pas un rendez-vous manqué. Je vous y invite.

Partager cet article

17 commentaires pour « Copenhague »
  • Yves B.
    Le 14 Octobre 2009 à 23 h 40 min
    Monsieur Juppé,
    Vous avez ce soir précisé les contours du projet de Grand Emprunt sur une station de radio. Les projets d'avenir que soutiendra le produit du Grand Emprunt dans les énergies renouvelables seront multiples. Vous évoquez volontiers le solaire, la biomasse...mais pas l'éolien. Pourquoi ? (alors que des efforts de recherche sont à réaliser dans le stockage d'energie, les réseaux intelligent...).
    Yves B.
  • love bill
    Le 26 Septebmre 2009 à 17 h 54 min
    Bonjour,

    Est-il possible de savoir pourquoi mes commentaires n'ont pas été validés ?

    Je reposte un des commentaire que j'ai posté :

    "Je suis impressionné par tous ce que la ville de Bordeaux fait pour l’environnement.
    C’est vrai que pour le bio, c’est souvent râlant d’acheter des patés végétaux qui viennent d’allemagne, des pommes de Belgique, etc..
    Tous ça parce qu’on en fait pas assez en France.
    Bravo à la ville de Bordeaux et à tous ceux qui travaillent sur ces projets.
    Il reste à œuvrer sur .. les assiettes :
    stop à la viande, au poisson, au lait => le végétarisme est un élément primordial de protection de l’environnement et de la planète. Or il est encore trop souvent occulté.

    C’est urgent aujourd’hui de faire le maximum pour l’environnement. On ne peut plus se permettre d’attendre."
    love bill
  • Brigitte
    Le 18 Juin 2009 à 13 h 15 min
    Juppé, espèce de faux cul, cireur de pompes... tu as fait semblant de ne pas reconnaître la voix de Dany le rouge à la radio.. N'importe quel péquin la reconnaîtrait ! tu bouffes à tous les râteliers... Crapule !!!!
    Brigitte
  • Fra m
    Le 18 Juin 2009 à 10 h 42 min
    J'étais heureuse, Alain, de vous retrouver sur votre Blog hier soir.
    Les commentaires sur votre mission à Copenhague sont très intéressants.
    Premier point. Le vélo s'est déjà bien développé à Bordeaux, mais il y a corrélation avec la circulation en auto,
    car je pense, comme je crois vous l'avoir dit, les voitures en grand nombre freinent
    l'utilisaton du vélo. Copenhague utilise des moyens drastiques pour le stationnement automobile ...A Bordeaux est-ce exportable ?
    Les réseaux des transports en commun, que vous élargissez avec le Tram, vont sûrement avoir des effets sur leur fréquentation. Il n'y a qu'à voir le monde qu'il y a déjà sur les lignes exitantes.
    L'amélioration de la performance énergétique ? Les éoliennes ? Les français ont les oreilles fragiles sur ce sujet. Cependant il y a sûrement bien des endroits où l'on pourrait en implanter, mais cela aurait-il des retombées sur nos champs cultivés ?
    Les produits bio restent encore très chers ici car pas assez développés; les maraichers qui occupaient les campagnes qu'étaient nos banlieues ont disparus et cela a, sans doute, une influence sur le marché...
    Ceci dit, merci, Alain, de nous aider à prendre nos responsabilités sur tout ce que veut dire le développement durable dans notre quotidien... cela nous
    bouscule....
    Le très beau résultat des élections nous propulse dans ce sens. Je ne vous en ai pas parlé, mais cette victoire pour laquelle nous avons oeuvré (jusqu'au dernier jour) a conforté notre Président et encouragé l'UMP. Jer dois faire amende honorable pour les craintes que j'avais
    sur la campagne qui me paraissait avoir débuté tardivement...Bonne stratégie au contraire.
    Bien fidèlement, Alain
    Fra m
  • PEH
    Le 18 Juin 2009 à 10 h 13 min
    L'idée même de ces échanges me parait pertinente mais elle se doit de devenir constructive.
    Eternelle question:Comment transposer ce qui fonctionne chez les autres dans nos environnements et habitudes?
    Réponse:le dosage homéopathique!
    Tout le centre de Bordeaux (intérieur des Barrières) sera fermé aux voitures (hors urgence samu,police etc..)la première semaine de chaque Trimestre la première année, puis la première semaine de chaque mois la deuxième année et ainsi de suite.
    Le Tram, et notamment ses développements futurs peut et doit permettre de gérer le "gros" des flux de personnes, le vélo restant un des moyens de locomotion.
    Pourquoi ne pas créer une fois par an le projet que chaque quartier de la Ville porte, de manière autonome,un projet de développement durable.
    Que la Mairie soit l'acteur principal est tout à fait logique, mais que les bordelais puissent, eux aussi, en concertation avec vos services porter des projets me parait essentiel, la somme de tous ces projets pouvant être tout à fait exceptionnelle.
    Beaucoup de beaux projets en perspectives, beaucoup de personnes motivés et disponibles, je crois que vous avez votre future équipe!!!
    PEH
  • Caribou
    Le 17 Juin 2009 à 13 h 19 min
    Merci pour cet article très "frais".
    On ne prend pas assez exemple sur nos voisins du Nord.
    ( Il faut dire que l'actualité des ses 20 dernières années tourne en boucle sur le moyen-orient ... )

    J'attends également qu'on prenne des mesures pour arréter ses gaspillages idiots de carburant lors des courses automobiles.
    Ce serait dommage pour le sport automobile mais il faut faire des choix.
    Le sport automobile est un exemple mais on poet en trouver beaucoup d'autres...
    Caribou
  • alexandre
    Le 17 Juin 2009 à 12 h 07 min
    Ce qui me fait véritablement peur dans la poussée écologique, c'est que justement nous nous investissons trop dans des énergies non rentables, que nous nous voilions la face sur la réalité énergétique et qu'au final l'Europe perde de vue l'enjeu de ses véritables intérêts.

    Mais cela me semble improbable, est l'investissement dans l'écologie m'apparait donc plus comme une façade marketing.

    Très souvent on compare l'énergie à l'industrie,en pensant que des méthodes de productions non rentables aujourd'hui le seront demain grâce à l'avancée technologique, mais c'est une profonde erreur.

    En effet, comment faire plus rentable que creuser un trou et avoir des centaines de millions de litres d'énergie qui en sort ?

    Les coups de transport et de raffinage du pétrole sont infimes par rapport à la quantité et la vitesse d'extraction du pétrole.

    Bien que moins vrai pour le charbon, on reste avec les énergies fossiles sur un cout de production naturel très loin du cout naturel des énergies renouvelables. C'est de l'ordre de 100 fois plus.

    Pouvons nous donc raisonnablement, en plus des charges énormes que représente le niveau de vie actuel, avoir une charge énergétique 100 fois plus chére qu'aujourd'hui ?

    C'est pour cela que les énergies renouvelables m'apparaissent comme un marketing pour la bonne conscience et une hypocrisie de la part des politiques qui nous font croire qu'on pourra vivre d'une manière ou d'une autre avec une énergie aussi chére.
    alexandre
  • Asya
    Le 17 Juin 2009 à 11 h 48 min
    Bonjour,
    Dans le cadre de mes études en DUT GEA (gestion des entreprises et des administrations) et lors d’une recherche de blog je suis tombé sur le votre et plus précisément sur ce post qui m’a à la fois interpellée et très intéressée
    L’écologie et le développement durable sont devenus des phénomènes importants dans nos sociétés. En effet, il y a 10 ans de cela qui s’intéressait à l’écologie et au développement durable? Aujourd’hui, on en entend parler partout que ce soit à la télévision (publicités, documentaires, interview,…), les affiches partout et maintenant sur grand écran avec le film Home. Le gouvernement prend des initiatives comme avec Direct Energie par exemple où il subventionne une partie car c’est plus écologique donc conséquence pour nous notre facture est plus économique. Il est vrai que de plus en plus de personnes s’intéressent à ce nouveau phénomène : consomme bio, installe des panneaux solaires, achète des ampoules basse consommation,…
    Mais à grande échelle les personnes ne sont pas plus préoccupées que cela. La raison est simple, pourquoi perdre son tend à être écolo alors que le monde va si vite ? Les gens ne pensent pas tous aux générations futures, de plus ils se disent qu’il y a des personnes qui font ces choses là à leur place et c’est pour cela que rien ne bouge vraiment car chacun d’entre nous remet la responsabilité à son voisin… Nous sommes dans une société qui n’a pas vraiment le temps de prendre du recul : notre société est régit par boulot, métro, dodo...
    Pour que les choses bougent vraiment il faut une réelle prise de conscience de la société en général et je ne pense pas que passer par trop d’informations bourratives car cela n’intéresse personnes mais plutôt par une information clair et précise donc il faut privilégier la qualité à la quantité…
    Asya
  • Eric
    Le 17 Juin 2009 à 01 h 21 min
    Bonjour,

    Pour le financement des PVD concernant les objectifs de Copenhague, il se trouve que Messieurs Kouchner et Joyandet ont relancé l'idée de la taxe Tobin le 28/05/2009, et ce, .... dans le but de financements innovants pour l'aide au développement (voir article du figaro du 28/05).... ça tombe plutôt bien, non ?

    Et là, difficile d'invoquer la crise alors que la bourse a repris 30% ( à la louche) en peu de temps.

    De plus, si l'argent s'orientait un peu plus vers le circuit traditionnel bancaire plutôt que vers la bourse, les entreprises du CAC 40 trouveraient toujours des liquidités de ce coté et cerise sur le gâteau, elles pourraient même financer ainsi une partie des pertes de nos banques ... ça éviterait que ce soit toujours les français de base qui payent des conneries où ils ne sont pour rien.
    Eric
  • David
    Le 16 Juin 2009 à 09 h 55 min
    Bonne initiative que cet échange.

    Seulement les solutions des uns ne sont pas les solutions des autres.

    Par exemple, pour le vélo, avez-vous remarqué que, le Danemark tout comme la Hollande sont des pays relativement plats. Ce qui n'est pas le cas de la France. De plus, même si les danois utilisent leur vélo quelle est la distance moyenne de leur trajet? Un, deux ou trois kilomètres, certainement pas plus. Car les pays scandinaves, comme germaniques, ont un autre avantage sur la France c'est un réseau de transport public des plus performants. Et pas seulement des métros ou des tramways mais aussi des trains régionaux. Car je ne sais si un habitant de Lagon ou d'Arcachon pourrait prendre le train et ensuite finir son dernier kilomètre de trajet à vélo, mais en Allemagne c'est assez fréquent. C’est la aussi qu’il faut travailler pour nos transport en commun, car la France et surtout Bordeaux est très en retard.
    Pour les énergies renouvelables, je pense qui est plus simple de ce tourner vers le solaire ou l’énergie marémotrice. Cette dernière est certainement plus rentable dans nos régions que les moulins à vent. On n’est pas en Hollande, par contre on a plus de soleil.

    Voila pour l’écologie, j’espère que dans un prochain texte vous nous parlerez du projet de grand stade à Bordeaux. Il y a la aussi des enjeux écologiques, mais on peut voir que les allemands, qui ne sont pas les derniers en matière d’écologie, ont réalisés de magnifiques stades. Le plus bel exemple étant l’Arena auf Sckalke. Magnifique stade couvert de 50 000 places (dont le budget n’était que de 190 millions d’euros), ce qui serait parfait pour Bordeaux et répondrait parfaitement au club champion de France 2009. Je pense que nos amis allemands ont d’ailleurs une longueur sur nous en matière de savoir faire sur les stades. Nos architectes sont certes bon pour faire des ponts et des autoroutes mais pour je type particulier d’édifice il faut des spécialistes.

    Bonne réflexion, salutations sincères.
    David
  • Alex
    Le 15 Juin 2009 à 17 h 11 min
    "Pour inciter les hésitants à abandonner la voiture et à prendre la bicyclette, une fiscalité écrasante: 180% de taxes sur le prix d’achat d’un véhicule automobile! Conséquence: les jeunes roulent à vélo et achètent leur première auto… à 40 ans..."
    Ces propos me choquent, il faut, en France, toujours menacer les gens financièrement. Pourquoi? On peut avoir un véhicule et utiliser la vélo le plus souvent possible. Responsabilité et libre arbitre, ces mots existent ils encore?
    Avez vous circulé à Copenhague en vélo ou en voiture? A Bordeaux, je me rends très souvent aux réunions en tramway, mais nos responsables arrivent en voiture!Peuvent ils nous donner l'exemple?
    Alex
  • Jean-Philippe
    Le 15 Juin 2009 à 16 h 32 min
    Que Copenhague ne soit pas un rendez vous manqué ?
    Alors que les bonnes volontés se rencontrent, se conjuguent, et cela au delà des clivages partisans.
    Que les associations s'associent drainant avec elles les peuples, les citoyens sous une seule bannière.
    Une demi-journée d'ici fin novembre, chacun doit bien pouvoir en caler une sur son agenda, ça vaut le coup, non ?

    Une marche bleue dans les villes, bleue comme notre planète !
    Jean-Philippe
  • J. Duclos
    Le 15 Juin 2009 à 14 h 20 min
    Bonjour Mr. Juppé.
    J'apprécie votre volonté de donner vraiment la priorité au vélo dans Bordeaux. Il est en effet remarquable que certaines villes en Europe ont adopté le vélo et depuis bien longtemps, bien avant l'exigence écologique. Amsterdam, bien sûr, mais aussi, c'est moins connu, Ferrare en Italie. C'est une culture locale qui n'est pas encore suffisamment développée à Bordeaux. Permettez moi, comme usager, quelques suggestions. Certes, vous avez déjà fait beaucoup et il y a de nombreuses bordures cyclables dans les rues. Malheureusement elles sont souvent inutilisables. d'abord elles incluent le caniveau et la chaussée souvent trouée à cet endroit les rend franchement dangereuses pour le vélo. Ensuite elles sont le plus souvent occupées par des voitures en stationnement illégal, à cheval sur la bordure cyclable et le trottoir. Il serait donc souhaitable d'augmenter le budget destiné à la réfection de ces bordures et aussi à l'implantation de potelets et barrières de trottoir. Ces derniers protègent les piétons et empêchent les stationnements gênants des voitures. En outre les barrières, permettent de garer facilement les vélos. Dans certaines rues étroites (ex: rue Turennes) une limitation de vitesse à 30 km/h des voitures sécuriserait les vélos.

    Merci de faire avancer la priorité vélo
    J. Duclos
  • james chéron
    Le 15 Juin 2009 à 11 h 20 min
    Texte intéressant, pour alimenter sa lecture ;
    consulter urbain et rural
    Bordeaux - la CUB - le département
    A étendre au niveau national
    C'est la question de la; mondialisation
    http://www.lemoniteur.fr/133-amenagement/article/point-de-vue/680345-le-monde-urbain-devrait-s-affoler
    "Le monde urbain devrait s'affoler"
    "Si vous êtes urbain ou périurbain, si vous avez cru à la pantalonnade (coûteuse) du Grand Paris de demain vu par de grands architectes visionnaires, renseignez-vous sur l'organisation des approvisionnements vitaux !, conseille l'architecte et géographe Claude Micmacher. Ça pourra servir."

    Saluatations sincères
    james chéron
  • Jacques-Daniel Delaire
    Le 15 Juin 2009 à 10 h 14 min
    J'ai le sentiment que Bordeaux sous votre administration, va encore nous étonner et devenir en France à la pointe du développement durable ! Ces dernières années, Bordeaux s'est embellie, félicitations pour votre équipe municipale et vous même !
    Jacques-Daniel Delaire
  • viv
    Le 15 Juin 2009 à 00 h 42 min
    je ne sais si dans "home" les ravages sur le massif forestier landais se voient mais, j'ai eu le plaisir de rejoindre dax et je n'ai pu que constater que rien n'avait ete fait, les chemins de traverse sont encore inaccessibles plus de ballade possible, si le feu se déclenche que restera-t-il? les avions sont basés à marignane et aucun dans le s-o. à sore les degat du feu ont ete 10 fois plus importants qu'ils n'auraient du etre;le gibier prolifère et ne peut etre controlé. alors, monsieur le ministre, qu'allez-vous faire?demanderez-vous que les avions reviennent dans le so? que l'armée dégage les pare-feu?peut-etre aidée par les prisonniers...ou allez-vous laisser ce massif etre détruit et mettre les populations en danger comme à la fin de la guerre (faudra-t-il que le feu menace bordeaux?). la destruction degagera du co2 et diminuera notre "poumon vert".
    viv
  • Etienne
    Le 14 Juin 2009 à 21 h 10 min
    Avec toute la meilleure volonté, comment faire pour changer notre societé de consomation, en société reflexion ?

    Cette crise économique, découle de la sur consommation. Pour préserver notre vie, notre environement, nos futures générations, il faut donc limiter l'utilisation croissante des ressources offertes par la terre.

    Cela est il reellement possible ?
    Cela peut il se faire en concervant le taux d'emploies actuels ?
    Et le taux de richesse actuel ?
    Cela pourra t'il se faire concretement dans l'avenir, en donnant du travail pour tous ?
    N'est ce pas un marketing vert qui est entrain de prendre la vedette sur la scene contemporaine ?

    Est ce le retour de la génération soixante-huitarde qui refait un come-back et qui veut re-changer le monde, encore ?

    Quel sera notre futur ?
    Pour cela il faut se mettre au vert !
    Mr Juppé à Cophenague, avez vous fait du vélo, ou avez vous utiliser les moyens les moins écologiques ?
    Etienne

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux