Blog Notes d'Alain Juppé

Départ

Publié le 25/07/2005 par Alain Juppé

Changer de vie … drôle de défi dont je prends mieux conscience au moment d’embarquer.

J’ai un peu décroché de mon blog-notes depuis début juillet. La tête ailleurs? Déjà à Montréal?
Le corps ailleurs aussi. J’ai fait la tournée de la famille et des amis, du Nord au Sud. Bordeaux, Hossegor, Coutainville… Une année sans eux, ce sera long.

Une brève escapade de trois jours en Corse, en tête à tête avec Isabelle. Comme cette île mérite son nom (ou son surnom)!
Parmi tant de beautés, Notre Dame de La Serra, petite église dominant la baie de Calvi. La vue est sublime.
La chapelle est touchante : blanche et bleue, naïvement coloriée à l’intérieur de ses murs simples, avec cette inscription qui ne porte pas au doute:
« Tota pulchra, es Maria, et macula originalis non est in te ».
(Tu es toute beauté, Marie, et le péché originel n’est pas en toi)
Heureuse coïncidence: un jeune violoniste joue quelques pièces d’Albinoni, de Schubert… et de sa propre composition, à l’intention de la petite poignée de touristes qui ont escaladé la colline sous le soleil de midi.
Il nous parle aussi de la Corse, de son histoire, de ses souffrances. Il y a quelques siècles, dans cette région, la population vivait dans le village de Spano, au bord de la mer. Mais lasse des attaques des pirates Maures, elle décida de se transférer sur un piton rocheux, qu’elle baptisa « occhi » (je ne garantis pas l’orthographe ») , c’est-à-dire les yeux. Les yeux qui observent la mer pour prévenir le danger.
Je me demandais souvent pourquoi les villages corses (c’est vrai dans d’autres îles) n’avaient pas le tropisme du bord de mer si cher à nos contemporains. C’est que tous les visiteurs, dans le temps, n’étaient pas bienveillants.
Petit moment privilégié avec Isabelle: la mer, le ciel, la montagne, la musique, le récit… Que rêver de plus?

Retour sur terre.
Le malheur frappe Londres, l’Egypte, demain peut-être la France, comme ce fut le cas il y a 10 ans à Paris quand j’arrivais à Matignon.
Les mots viennent tout naturellement aux lèvres: révolte, colère, dégoût. Solidarité aussi . C’est notre combat. Mais l’action? Intensifier certes la coopération internationale, notamment celle des services de renseignements, pour traquer les terroristes à travers la planète. Avec la difficile question morale et politique du point d’équilibre à trouver entre l’efficacité du combat et le respect des libertés individuelles.
Mais on sent bien que le mal est profond et qu’il faut le traiter à la racine: c’est un affrontement entre deux visions du monde et deux conceptions de la personne humaine. C’est une guerre idéologique entre le fanatisme et l’humanisme, guerre que nourrissent les injustices et les fractures qui cassent littéralement le monde contemporain. Je ne suis pas sûr que les décisions du récent G8 soient tout à fait à la hauteur du problème.

Nous faisons les derniers bagages. Je peaufine mon cours. Départ mardi 2 août . Début de l’année universitaire le 29 août. Titre de mon cours : l’Etat et la mondialisation. Mon séminaire à Sciences Po s’est bien passé, je crois. Je vais découvrir d’autres auditeurs, d’autres méthodes peut-être. Le défi me stimule.

Dès que j’aurai pris mes marques, je reprends ce blog-notes. Je veux garder le contact avec vous. A bientôt donc.
25/07/07

Partager cet article

7 commentaires pour « Départ »
  • Denis Petit
    Le 31 Aout 2005 à 17 h 51 min
    Je reagis a ce que vous ecrivez au sujet de l'affrontement "entre deux visions du monde et deux conceptions de la personne humaine".

    Il me semble que l'accent mis sur cette notion d'affrontement entre deux mondes est dangereux. Quand bien meme est-il clair que les terroristes ne sont pas de notre monde, cette vision des choses porte en soi le risque de polariser une "guerre des mondes", de camper les bons d'un cote, les mechants de l'autre. Il faut combattre les terroristes comme l'on combat le crime en general. Que ces crimes soient organises, qu'ils aient des motivations politiques ou crapuleuses, ne change rien a leur nature premiere: il s'agit de crimes et non d'une guerre. Que les criminels qui emploient ces methodes les justifient par la guerre ne devrait pas nous entrainer a leur donner raison en employant contre eux la meme rhetorique. Car ce faisant, on leur ouvre une tribune, on leur offre l'acces a l'opinion publique et toute une publicite qui ne peut que les inciter a perseverer et en inciter d'autres a recourir aux memes methodes et au meme discours. Alors meme qu'en appelant toutes les energies a se mobiliser contre le terrorisme, on ne fait, en realiter, que creer les conditions favorables a l'emergence de nouvelles generations de terroristes. C'est un cercle vicieux car chaque acte terroriste renforce cette tendance, comme on le voit actuellement en Grande Bretagne. Et les dirigeants occidentaux d'eroder, par la meme occasion, les valeurs qu'ils pretendent defendre contre les terroristes. Evidemment, il y a d'autres facteurs qui expliquent cela, le role des medias par exemple qui joue le role de caisse de resonance. Le terrorisme fait l'evenement, il est devenu l'alibi commode pour, d'un meme mouvement, engendrer et exploiter les peurs qu'il suscite dans la populations. Des gouvernements ultra-securitaires accedent ainsi au pouvoir ou s'y maintiennent. Dans les pays deja fort peu choyes en termes de performance democratique, pour ainsi dire, mais qui jusque la progressaient (par exemple, en Asie centrale), on assiste a des retours de balancier ou la lutte contre le terrorisme dispense de toute autre forme de discours politique et et sert d'arme de repression. On s'est deja avance tellement loin dans cette voie qu'il est devenu quasiment impossible dans de nombreux pays de dire ce que j'ecris ici meme sans tomber sous le coup de la loi ou se voir taxer d'approuver ou de soutenir les terroristes. Encore une fois: les individus qui se cachent derriere l'etiquette "terroristes" ne sont que des criminels qui devraient relever du droit commun et qui n'ont de specifite que les methodes employes, non l'ideologie de haine dont ils se prevalent. Il faut evidemment combattre le terrorisme mais sans entrer dans leur logique, sans employer leur langage, sans flatter leurs egos qui ne peuvent qu'etre flattes par le manicheisme d'un Bush. Rendez-vous compte: alors que n'importe quel autre criminel passerait inapercu, celui-ci a les honneurs de la Maison Blanche, il s'y invite, il est l'ennemi numero un ce qui est bien plus enviable que le sort de l'ami anonyme.

    Denis Petit
    Varsovie
    Denis Petit
  • Hadrien SALIN
    Le 21 Aout 2005 à 15 h 51 min
    Espérons qu'en partant vous pourez réaliser - comme tous les expats - la nullité et la bêtise du système français, de ses politiques, de son régime fiscal, de son droit du travail... L'archaïsme de son système de type soviétique. Et avec un peu de chance, vous ne reviendrez pas pour nous rajouter deux points de T.V.A, histoire de bien nous plomber notre économie.

    Jetez un oeil du côté de la réforme canadienne de l'Etat que leurs hommes politiques ont eu le courage de mettre en place. Eux marqueront l'Histoire de leur pays, pas ceux qui préconisent de protéger les terroristes et les pays qui les accueillent du fait d'amitiés douteuses sur base d'enrichissement personnel.

    Essayez au maximum de vous inspirer des médias anglo-saxons, de la richesse de leurs organisations et vous comprendrez pouquoi tant de diplômés, de jeunes actifs (autour de moi, ils sont tous dans ce cas) ne cherchent qu'une seule chose: fuir le pays, ce navire qui coule en se regardant le nombril. Le plus triste est qu'il ne comprendra même pas pourquoi il se trouve dans une telle déchéance.
    Hadrien SALIN
  • asbed kechichian
    Le 18 Aout 2005 à 16 h 03 min
    Cher M. Juppé,

    Si je suis bien entendu révolté et écoeuré par les attentats aveugles qui tuent et mutilent des innocents qui vivent simplement au quotidien leur vie d'Européens moyens, je souhaite mettre un bé-mol à votre terme " fanatisme (contre) humanisme". Lorsque des pays dits développés et modernes larguent par avion des centaines et des milliers de bombes à fragmentation sur d'autres pays, je pense qu'il y a aussi un fanatisme, probablement mené par des énergumènes militaires et/ou politiques. Ces bombes ont tué, tuent et tueront dans les semaines et mois à venir, mutileront aussi des civils (souvent des enfants) qui ne faisaient que vivre leur vie, mais ailleurs. De même, sachant que les fabricants des mines anti personnelles sont la plupart issus de notre monde moderne et dit "civilisé", l'idée de l'humanisme y est écorné. Bien sûr, il y a du bon dans nos sociétés, la solidarité dont font preuve les Européens durant les derniers cataclysmes l'ont montré, les "Médecins sans frontières", les "Croix Rouge" en sont les porte- drapeaux. Mais comment ne pas être dégoûté par ceux qui dans ces mêmes sociétés fabriquent et vendent des armes de destruction si meurtrières ?! Ils me dégoûtent autant que par les poseurs de bombes dans les métros de nos villes.
    asbed kechichian
  • Philippe Paumier
    Le 27 Juillet 2005 à 20 h 15 min
    De tout mon coeur, je vous souhaite le meilleur dans votre nouvelle aventure. Je suis un ancien Bordelais d'adoption qui a toujours voté pour vous. Je vous ai serré la main deux ou trois fois dans les rues de Bordeaux, et je vous ai toujours admiré pour vos idées et votre courage politique tant sur le plan municipal qu'au niveau national.
    Je me suis exilé de la France voilà deux ans pour une nouvelle vie en Californie. J'ai monté ma propre entreprise et à 52 ans j'ai retrouvé une raison de vivre. Mon expérience d'entrepreneur avait échoué plusieurs fois en France. Et cadre supérieur dans un grand groupe français, j'ai été licencié aprés 10 ans de bons et loyaux services. Il y a deux ans j'étais dégouté et au bord du gouffre. Je vous l'ai dit, maintenant une nouvelle vie s'est ouverte. Je sympathise avec votre état d'esprit en ces moments et vous souhaite du bonheur à vous et votre famille.
    Philippe Paumier
  • Marc Chiappero
    Le 27 Juillet 2005 à 00 h 12 min
    Bonjour,
    Heureux de vous lire, d'autant que vous évoquez des lieux familiers de séjours de vacances à Sant-Ambroggio (où je retourne souvent) et de baignades à Spano
    En fait la raison des villages perchés, outre les barbaresques, était surtout la malaria qui sévissait sur la bande côtière.
    Bon séjour au Québec et n'abandonnez pas votre blog.
    Amicalement
    Marc Chiappero
    Marc Chiappero
  • Greg G
    Le 26 Juillet 2005 à 06 h 07 min
    En tant que Bordelais habitant à Montréal, je vous souhaite la bienvenue, Monsieur Juppé.

    J'imagine que vous savez que Montreal est considéré par beaucoup comme la deuxieme plus grande ville francophone du monde. Bien que les liens speciaux lient le Quebec à la France, le Quebec n'est pas la France. Il suffit de se promener dans les rues de Montreal pour s'en convaincre (gens, architecture, voirie,...).

    Le droit du travail est aussi une grande difference. Il est ici beaucoup moins "clément" pour le salarié (40 heures de travail par semaine, 2 semaines de congés payés, rupture du contrat par l'employeur avec deux semaines de preavis, ...).

    Malgre cela, un grand nombre de francais (environ 40.000 sont inscrits au consulat de France à Montreal) ont choisi de s'installer ici.

    Il sera surement interessant pour vous d'aller a leur rencontre afin de comprendre ce qui les a motivés à venir ici.

    Bien à vous,
    Greg G
    Greg G
  • Didier BOUTELLIER
    Le 25 Juillet 2005 à 22 h 40 min
    Mr Alain Juppé, ayant passé il y a quelques temps un moment à Montréal, j’imagine ce que vous aller ressentir arrivé sur place.
    Cette ville très accueillante et pleine de charme vous aidera a vous forger une force intérieure, une carapace a l’épreuve des intempéries, car la bas l’hiver est d’autant plus réel par sa durée et sa dureté mais combien stimulant.Vos activités vous feront affronter cette nouvelle épreuve en toute simplicité, une autre approche, une autre vision.
    Mais surtout n’oubliez pas les jours de grands beaux temps, comme il s’en produit souvent durant les grands froids, de monter sur la terrasse du parc qui surplombe Mc Gill et de scruter l’horizon plein Est, car avec ténacité et quelque peu d’imagination on aperçoit les cotes de France.
    Bon séjour et à bientôt.
    Didier BOUTELLIER

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux