Blog Notes d'Alain Juppé

Dialogue

Publié le 16/05/2009 par Alain Juppé

Soirée passée hier, avec Isabelle, chez nos amis B. Ils ont réuni un groupe d’une quinzaine de personnes, couples de tous âges, étudiants, jeunes engagés dans la vie active… Tous chrétiens pratiquants, fervents, vivant leur foi au quotidien. Parmi eux, un jeune séminariste.

Je sais qu’ils ont été choqués par la phrase que j’ai prononcée, il y a quelques semaines, sur le pape Benoît XVI, dans une interview à France Culture, reprise en boucle sur France Info. D’emblée, ils me disent leur surprise, et leur peine.

J’explique ce que j’ai ressenti, et ce que j’ai précisément déclaré. Et je les interpelle à mon tour: comment avez-vous, vous-mêmes, réagi aux trois événements qui étaient en cause?

Ils reconnaissent que, comme beaucoup de chrétiens, ils ont été eux aussi choqués. Mais, ajoutent-ils, nous avons pris le temps de nous informer et de réfléchir. Sur la « ré-intégration » de l’évêque négationniste, nous avons été convaincus par l’explication du Vatican: le pape ne savait pas. Sur la menace d’excommunication de la mère et du médecin de l’enfant brésilienne (9 ans) qui a du avorter à la suite d’un viol, nous avons enregistré la position des évêques brésiliens qui a rectifié les propos prêtés à l’un des leurs. Enfin, sur la question du préservatif, nous avons lu l’intégralité du discours du pape à l’Afrique, qui est un beau discours sur la fidélité, le couple, la famille, l’amour. La phrase incriminée était certes maladroite mais il faut la replacer dans son contexte.

Je comprends ces arguments. Je leur demande de replacer à leur tour ma phrase dans son contexte: « Pour moi qui suis catholique, ai-je dit, le pape est pleinement dans son rôle quand il rappelle les principes fondamentaux, les valeurs chrétiennes, et notamment le caractère sacré de la vie. Si lui ne le dit pas, qui le dira? » Il n’en reste pas moins que j’ai été choqué par l’accumulation, en quelques jours, d’autant de maladresses, ou, au minimum, d’erreurs de communication. J’ai réagi à chaud, émotivement. Je n’ai pas mesuré l’impact de mes paroles et je regrette d’avoir blessé.

Le dialogue se poursuit. Je sens combien est profond, chez eux, le respect qu’ils éprouvent pour la personne du pape. Mais, ce qui me frappe le plus, c’est la remarque de l’un d’entre eux: « Notre Eglise est fragile; elle vit douloureusement son affaiblissement; elle se sent souvent attaquée, moquée, caricaturée. Nous n’avons pas compris que, vous-même que nous respectons, vous mettiez à hurler avec les loups ».

Ce message me trouble. Je n’ai pas bien compris, c’est vrai, la souffrance que j’ai causée chez certains. Autant les insultes haineuses que j’ai reçues sur ce blog de la part de quelques excités (voir « Volée de bois vert ») ont fini par me laisser indifférent (« Tout ce qui est excessif est nul »…), autant l’échange que nous venons d’avoir, à la fois sincère et serein, me fait réfléchir. Vertu irremplaçable du dialogue, lorsqu’il est de bonne foi.

Partager cet article

13 commentaires pour « Dialogue »
  • aladine
    Le 30 Mai 2009 à 10 h 30 min
    bonjour monsieur ,et bien moi qui suis disons trés compliquée mère juive père musulman moi catholique ,et personne de pratiquant parents décedes!!je juge trés mal le nouveaux pape !!pour moi il est une insulte aux catholiques il parle a tort et a travers ,il est trés trés loin de notre acien pape que tous le monde adorait ,plus de réunion de jeunes,bon passons nul!!je voulais surtout vous dire que étant une ancienne de gauche et ump !!quand allez vous revenir?pourquoi?simple trop fidéle ,et vous ne retournez pas votre veste pardonnez ma franchise,j'ai beaucoup de respect car je me dit quand meme houa!!il assure!!et j'ai 56 ans!!infantile pas grave !!c'est ce qui fait que je suis moi!!!allez revenez le bateau coule pire que le titanic!!!et bien moi qui suis arrivée bèbè en france marre des dati et des snobinards !!des diors et des conneries qui s'accumulent et je voulais vous dire aussi merci car en vous lisans j'ai eue le courage de réaliser mon reve écrire!!he!!he!!deux publiés un vrais parcourt du combattant et un monde de requin,mon reve pouvoir un jour discuter avec vous l'homme politique,le maire!l'écrivain bravo monsieur !!!revenez oups!!ont coulent!!!un peut d'humour ouf!!cela fait du bien non??cordialement
    aladine
  • bernard
    Le 29 Mai 2009 à 20 h 38 min
    Merci, cher Monsieur Juppé, de votre texte qui fait chaud au coeur de ceux qui ont confiance totale dans le pape Benoît XVI... mais aussi en vous.
    Respectueusement
    Bernard, prêtre
    bernard
  • BOUILLON
    Le 27 Mai 2009 à 14 h 15 min
    Agréable de lire ces lignes.C'est vrai qu'il n'est pas facile, lorsque nous sommes heurtés dans nos convictions, de ne pas réagir à chaud et c'est là que le danger nous guette.Tout homme public devrait s'interdire de réagir immédiatement mais plus facile à dire qu'à faire.Aussi, l'aveu contenu dans ce billet nous fait songer à nos propres réactions; nous aussi ne sommes pas exempts de phrases qui blessent. Après, il faut réparer; et on se repend d'avoir parlé trop vite.Les lignes du chrétien Alain Juppé lui valent une absolution.
    BOUILLON
  • Fra m
    Le 26 Mai 2009 à 21 h 13 min
    Je suis furieuse, Alain, je reviens de chez Mollat,où, par ma faute, je n'ai pu rentrer..J'avais bien,noté dès la parution du Programme que vous présentiez votre Livre ce soir à 18 h.Comme une sotte j'avais enregistré 18 h.30. Je suis arrivée à 17H.55, une 1/2 heureà l'avance pour moi, et l'on m'a dit que c'était complet... ce qui ne m'a pas étonnée, et si j'en étais très heureuse pour vous, Alain, mon coeur est malheureux... . C'est ainsi, d'autant que je pensais que c'était sans doute la dernière fois avant les vacances que je vous voyais, vous entendais....Je m'étais dit que dis je me mettrais discrètement dans la deuxième de la Salle....,

    Dialogue....hier soir, ou plus exactement
    "questions réponses".Après la présentation très bien faite des différentes possibilités du trajet de la Ligne D, les acteurs de ce projet très à l'écoute, ont bien répondu aux questions et vos interventions donnant des détails complémentaires, étaient toutes les fois les bienvenues. Aux applaudisssements, j'ai eu l'impression que la Salle était assez partagée,(les absents vous faisaient confiance). La parole de ces deux jeunes femmes commerçantes à la Barrière était unLexemple.. l'une à droite magnifiait le Tram que redonnerait un nouveaun souffle
    au Bouscat et à son commerce, l'autre à gauche qui était "tout à fait pour le Tram"
    mais il ne fallait pas qu'il passe devant chez elle !!!
    Bien fidèlement, Alain. F.M.
    Fra m
  • DEUXBO
    Le 26 Mai 2009 à 18 h 45 min
    Bonjour Mon excellent professeur JP,
    Je veux vous ramener sur une autre piste,celle de permis de conduire.Beaucoup d'étrangers en france se trouvent persécuter pcq'ils sont titulaires du permis de conduire de leur pays d'origine.Et en france,le fait d'utiliser ce type de permis est baptisé défaut PC,PC= Permis de Conduire alors que ces permis dans leurs pays d'origine la plupart sont VALABLES,personne nous écoute ni les gens qui travaillent à la préfecture ni le commissariat de police et la justice continue à fustiger...Arrêté au volant d'un véhicule avec un permis étranger dont le titulaire réfugié politique est consideré comme un délit,48H de garde-en-vue,on va prendre vos empreintes,des photos...même si vous manifestez votre bonne foi à vous tous les justificatifs pour prouver l'authentification du permis.La justice ne veut pas dissocier certains cas d'échange de permis de conduire,je parle de mon cas,je ne veux pas être hypocrite,j'ai fait la demande d'échange de mon permis de conduire lorsque j'étais réfugié politique et celle-ci a été enregistrée à paris en 1994 et jusqu'à ce jour le numéro de mon dossier se trouve sur le fichier préfectoral national,le permis a été vérifié,le certificat d'authentification également fournie,la préfecture n'arrive pas à résoudre un petit problème de transformation d'un permis étranger d'un réfugié politique statutaire devenu français à un permis français en me répondant favorablement ou défavorablement par courrier.Depuis 1993 jusqu'à ce jour,mon dossier est en stand-by,bloqué ne bouge pas,et suite à un contrôle de route par la police,je suis à nouveau convôqué au tribunal de meaux au mois de septembre de cette année.Actuellement,je travaille en cdi,j'ai trois enfants à nourrir et le permis c'est un outil très indispensable pour exercer convenablement mon travail.Je fais toujours confiance à la justice de mon pays afin de clôturer ce problème.Merci,Monsieur le premier ministre de bien vouloir me repondre.Merci.
    DEUXBO
  • Artemis
    Le 26 Mai 2009 à 18 h 01 min
    On ne peut que rendre grâce que vous ayez pris le temps d'écouter des catholiques, leurs souffrances face à vos réactions et celles qui ont été similaires.

    On ne peut que rendre grâce qu'ils aient peu vous expliquer ce que le Pape a vraiment dit à propos de la sexualité responsable comme moyen de grantir de ne pas attrapper le SIDA, ce qu'il n'a pas dit à propos de l'affaire de Recife (où personne n'a été excommunié et où, d'alleurs, le Pape n'était absolument pas partie prenante dans l'affaire).

    Vous avez raison de souhaiter la même chose pour vous même: que vos propres phrases soient citées in extenso et dans leur contexte.

    On peut aussi aller plus loin: rappeler que c'est l'Eglise catholique qui est le premier acteur de la lutte contre le SIDA et les soins aux malades dans le monde. R On peut rappeler l'action de religieux en Afrique pour soigner et prévenir (j'ai séjourné chez des religieuses engagées dans ce domaine) Rappeler le travail social porté par des mouvements catholiques au Brésil, par exemple avec les Points coeur ou les jeunes volontaires internationaux ignaciens. Se réjouir qu'on ne mette pas 1000 ans à lever les excommunications envers les évêques intégristes comme pour les orthodoxes le schisme date de 1053, la levée des excommunications entre Paul VI et Athenagoras de 1964), refermant ainsi des blessures qui ont tant fait souffrir l'Eglise et les chrétiens.

    Rappeler aussi l'engagement de l'Eglise contre l'antisémitisme et le négationnisme depuis Vatican II mais déjà depuis la réfutation de l'hérésie de Marcion au 2e siècle. Et accessoirement, que virer Williamson et le mettre au placard, ce n'est pas le même registre que l'excommunier, ce qui est un acte purement religieux et toujours réversible.

    Que l'Esprit Saitn vous éclaire pour la Pentecôte
    Artemis
  • Jean
    Le 24 Mai 2009 à 20 h 04 min
    Au fond de l'espace un haut parleur diffuse "Ramuntcho", interprété par L. Mariano.
    On est où là ? Ben, c'est bien simple quand même, regardez y a un fronton à coté du fleuve, sans doute la Midouze, ou bien l'Adour, la Nive, la Bidassoa...
    On joue au ballon, à la pala, ça galope dans tous les sens, ça rigole et ça s'amuse bien. Là, on a même essayé d'enlever les roues stabilisatrises de la bicyclette de la petite dernière, ça marche, elle veut pas qu'on les réinstalle.
    Au droit de Saint Michel et en bord de Garonne, on est Bordeaux, et certains petits et même des un peu plus grands vont bien dormir ce soir. Les parents permettront-ils qu'on vienne un peu le soir après l'école ? On verra, si on est sage, peut-être.

    Très belle réussite.
    Jean
  • jean marie
    Le 22 Mai 2009 à 16 h 44 min
    Monsieur Juppé,
    Vous avez bien eu raison de contrer les propos tenus par le Saint Pere et votre reaction vous honore.
    Avons nous au sommet de lEglise,un chef qui ne mesure pas la portée du problème épidémique et par une telle inconscience peut envoyer des jeunes,encore moins conscients que lui a la mort.
    bien respectueusement.
    jean marie
  • Michel Voisin
    Le 22 Mai 2009 à 09 h 00 min
    Monsieur le Premier Ministre,

    Heureux que vous ayez rencontré des catholiques bien dans leurs pompes! Il est une génération montante de jeunes "catho" qui n'ont pas déserté leur église, pour lesquels Benoit XVI est un père bien aimé; il est bien normal qu'ils dénoncent la défiance systématique des média et de certains politiques à son égard.

    L'Eglise propose un chemin, celui de l'Evangile. Dans la domaine de la sexualité, il passe par le respect et la fidélité.

    Messe hier dans notre chère communauté de carmes: beaucoup de familles nombreuses, une soixantaine d'enfants de moins de 10 ans dans la chapelle trop exigüe. Certes, il y avait de l'animation pendant l'homélie, mais c'est la vie!

    Mais oui, il y a des catho épanouis, qui acceptent avec bienveillance l'enseignement de leur église et le vivent. Pour les découvrir, regardez de temps en temps la chaine KTO, qui nous a léguée le cher Jean Marie Lustiger.

    En toute amitié.

    Michel Voisin
    Michel Voisin
  • JP
    Le 18 Mai 2009 à 14 h 59 min
    Je suis très heureux du résultat positif de ce dialogue entamé avec mes frères et concitoyens catholiques de Bordeaux.
    Continuons ainsi !
    Le Pape, d'après ce que j'ai compris, n'a pas condamné le préservatif. Il a condamné l'usage exclusif de celui-ci pour combattre ce fléau.
    La vraie Liberté ne se conçoit que dans le respect de l'autre et de soi-même et donc dans une certaine retenue. Beaucoup d'africains agissent en ce sens.
    Merci à l'Eglise africaine de servir les malades du sida
    JP
  • Guillaume Robot
    Le 16 Mai 2009 à 12 h 16 min
    Monsieur le premier ministre,

    Vous avez déclaré à Jean-Pierre Elkabbach dans l’émission « bibliothèque Médicis » que l’une des principales faiblesses du Président Chirac était de ne pas savoir « résister » dans le cadre du « dialogue singulier » et que vous lui aviez vous même souvent expliqué que « dans certaines situations ce n’était pas en faisant des concessions pour essayer de séduire que l’on arrivait à son but, mais au contraire en se montrant ferme »

    Ce conseil, je pense qu’il faut vous en souvenir aujourd’hui.

    On ne peut que saluer le fait qu’un homme d’état tel que vous, de plus catholique, se soit exprimé avec franchise et conviction, en déclarant que ce Pape commençait « à poser un vrai problème »

    Néanmoins, même s’il est légitime que le dialogue se poursuive, on peut se demander s’il est approprié de diluer votre discours, en qualifiant les propos du pape de simples « maladresses » ou « erreurs de communication ».

    Je m’explique : en effet, il est nécessaire pour commenter une déclaration avec justesse de la replacer dans son contexte, hors je pense que ce serait une grave erreur de considérer les propos du pape sur le préservatif, dont l’utilisation, selon lui « aggrave le problème » du sida, dans le seul contexte du discours prononcé à bord de l’avion qui le menait vers le Cameroun.

    A mon sens il faut également replacer les propos du pape dans le contexte actuel du monde. Un monde où un certain nombre de populations, en particulier en Afrique sont très durement touchées par le virus du sida, un monde où ces mêmes populations ne bénéficient bien souvent pas de structures de santé permettant de soigner décemment les malades, un monde où l’accès à l’information médicale est très inégal.

    Vous avez vous même senti que certains de vos concitoyens portent un profond respect au pape; rappelons que ceux ci vivent dans une société où l’accès à l’information, à l’éducation et aux soins est particulièrement bon, où les propos du pape ne sont pas l’unique référence à laquelle il est possible de se rattacher.
    Songez alors que dans les régions les plus durement touchées par le virus du sida la situation est bien différente, et qu’une parole du plus haut représentant du Vatican peut vite passer pour « parole d’évangile ». Ne doit-ont pas alors admettre que des propos allant contre l’utilisation du préservatif menacent directement la santé d’un très grand nombre de personnes ?

    Aussi, l’homme de raison doit faire un choix, doit-il d’avantage se préoccuper d’une église qui se sent fragilisée et qui « vit douloureusement son affaiblissement » en ménageant ses propos, ou doit il parler haut et fort pour dire que la mise en danger de dizaines de milliers de personnes à travers le monde est une chose bien plus douloureuse, bien plus dangereuse et tout bonnement inadmissible.

    Les propos du pape, pris dans le contexte de son discours sont une contre vérité scientifique certaine; pris dans le contexte mondial, ils posent « un vrai problème » et c’est le devoir d’un homme d’état, d’un citoyen français, et d’un simple citoyen du monde, que de les condamner avec force.
    Guillaume Robot
  • japou
    Le 16 Mai 2009 à 10 h 38 min
    Il n’empêche qu’autant de maladresse, d’intentions mal contenues est condamnable chez une autorité religieuse qui représente une moralité.
    http://www.sepnord-cfdt.fr
    japou
  • D. MICHEAU
    Le 16 Mai 2009 à 10 h 36 min
    Monsieur JUPPE,

    Je suis très ému par la lecture de votre article. Vous avez bien raison lorsque vous dites que le dialogue est bien plus constructif que la violence et la haine.
    Sur le sujet précis qui nous préoccupe, nous raisonnons avec nos oeillères de petits occidentaux nantis. Et j'invite tout un chacun à relire l'interview accordée par le Président Burkinabé Blaise Campaoré au journal Famille Chrétienne le 12 février 2005 au sujet du préservatif. La société africaine n'est pas la société européenne et nous n'avons pas le monopole de la vérité. Si les médias chez nous sont convaincus que le préservatif est le meilleur rempart contre le sida et imposent cette vue de l'esprit dans l'opinion publique, il n'en va pas de même en Afrique. Là-bas, souligne le Président Campaoré, le rôle de l'Eglise auprès des populations est tout autre qu'ici et l'échos que peut recevoir son discours sur la fidélité et l'abstinence bien plus important. Alors, si ces derniers moyens sont efficaces,ils doivent être aussi promulgués auprès des populations.
    Gardons de porter des jugements trop hâtifs et soyons davantage à l'écoute de discours différents de ceux que nous assènent la pensée unique occidentale, nous avons tout à y gagner.
    Très respectueusement
    D. MICHEAU

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux