Blog Notes d'Alain Juppé

Différences

Publié le 15/10/2005 par Alain Juppé

Lu, ce matin, dans une dépêche Associated Press:
« Le ministre des affaires étrangères du Canada: le Canada a besoin de davantage d’immigrants ».

P.Pettigrew, le ministre, argumente:
« Nous sommes un pays très vaste, les infrastructures sont coûteuses, nous sommes un pays plus grand que les Etats-Unis.
Je dis que si nous étions 40 millions de Canadiens, les infrastructures ne seraient pas forcément beaucoup plus coûteuses mais nous serions plus nombreux à payer la note. »
(La traduction est de moi.)

Voici un discours qui serait mal compris en Europe où 53% des personnes interrogées dans un récent sondage se déclaraient favorables à ce qu’on n’accueille plus de nouveaux immigrés (Etude SOFRES/RSCG, mai 2005)

Le Canada s’est construit et continue de se construire en s’ouvrant largement à l’immigration. Il a l’espace et la mentalité collective nécessaires.
Il est clair que la situation en Europe est aujourd’hui profondément différente.
15/10/05

Partager cet article

23 commentaires pour « Différences »
  • jacques nusbaumer
    Le 26 Novembre 2005 à 18 h 34 min
    DIFFERENCE . le titre est bien choisi
    car si l’on avait demandé aux 53%de français hostiles à l’immigration :
    s’ils étaient d’accord pour pratiquer une politique d’intégration
    -à la CANADIENNE c'est-à-dire CHOISIE pour sélectionner les candidatures UTILES à l’état à qui l’on fait prêter le serment de respecter les lois et la culture locales etc….
    - et non à la FRANCAISE, qui est SUBIE, sans vérification de son utilité ni contrôle préalable du niveau d instruction et l’ÉDUCATION ni de la capacité d’éduquer ses enfants dans le respect de la culture et des lois du pays d’accueil, sans imposer l’apprentissage et la pratique de langue du pays,
    ILS AURAIENT SUREMENT répondu AUTREMENT et il serait d’ailleurs INSTRUCTIF que la SOFRES procède à la même enquête auprès des mêmes personnes en suggérant une intégration à la mode CANADIENNE. Et l’on pourrait en tirer une conclusion peu flatteuse pour notre modèle FRANCAIS

    jacques nusbaumer
  • VINCENT DE PAUL KABUIKA KABUIKA
    Le 23 Octobre 2005 à 05 h 24 min
    Monsieur Juppé,

    Citoyen du monde et observateur attentif du débat politique en France, j'ai lu avec intérêt votre article sur l'immigration et la chaîne des réactions qui en suit.
    Etant moi-même issu de l'immigration africaine, j'ai estimé utile d’intervenir dans le débat. Il a été souligné que le Canada a deux avantages que les pays européens dans presque leur totalité, n'ont pas. Sa position géographique l'isole de toute la misère du monde et; son grand voisin, les USA, est un pays où il fait beau de vivre... les citoyens Américains n’ayant rien à envier aux Canadiens… Deuxièmement le regard canadien par rapport à la question (de l’immigration) est de loin bien différent à celle des Européens.

    A mon humble avis, la question de l’immigration est intimement liée à celle de la mondialisation dont un des facteurs est la transportabilité accrue pas seulement des marchandises mais des humains et des connaissances… La principale cause étant la pauvreté dans l’hémisphère sud de la planète, je tiens tout simplement à traiter la question dans le cadre de la mondialisation. La misère elle aussi se mondialise (rire..).

    Sera-t-il facile de stopper ce processus (immigration) qui s’emballe par les politiques (d’immigration) pratiquées actuellement en Europe ? La question devra être traité au même titre que les délocalisations mais là en sens inverse… car ici, ce sont des délocalisations des miséreux de la terre vers l’Europe…où non pas les coûts de production mais de la vie sont bas.(rire…)

    Il est vrai que l’Europe par ses dimensions et ses moyens ne sera pas à même d’accueillir tous les candidats à l’immigration mais, les courbes démographiques européennes laissent craindre une certaine rareté de la main d’œuvre dans les années à venir… La pyramide des âges sur la pointe en Europe étant l’opposé de celle des pays du tiers-monde en général et d’Afrique en particulier… De ce point de vue, l’article de M. Juppé est pertinent. Je pense que M. Juppé avait déjà évoqué la question il y a quelques années lorsqu’il était encore aux responsabilités. L’Europe sera appelé tôt ou tard à accueillir les immigrants pour résoudre la question démographique et ses conséquences sur le question des retraites…

    L’immigration est donc inéluctable… Le problème réside plus dans l’approche que l’on a de la problématique et les réponses que l’on apporte. Il serait très facile de conclure que les immigrés de France sont des fainéants polygames, dans leur quasi totalité… La vielle génération des immigrés disparaît…Ceux qui sont à la base de la délinquance et de l’insécurité, proviennent pourtant, des Français allochtones nés en France.

    On a souvent évoqué les symptômes (insécurité, délinquance etc..) liés à l’immigration mais on parle moins bien souvent des causes (la discrimination à l’embauche, le délit de sale gueule, toutes sortes d’injustice etc.…). Je ne me tromperai pas en affirmant que les Français allochtones occupent une bonne proportion de 9,9% du taux national de chômage… Les Européens pourront bien faire école au près des Canadiens quant au regard posé sur les immigrés. Ceci étant dit, tous les immigrés ne sont pas des anges… Il y a sans doute dans le lot des profiteurs et des fainéants.

    Le regard des Français de souche sur les allochtones doit certainement évoluer si on veut vivre avec son temps, je veux dire les réalités de notre monde village…

    Quant à l’afflux des immigrés africains sub-sahéliens, certes que l’Europe ne pourra pas accueillir toute la misère du monde mais évoquer une immigration sélective ou contrôlée, ne fera que appauvrir l’Afrique et le tiers-monde davantage. Car, dans l’esprit de M. Sakorzy, une immigration sélective revient à accepter ce dont la France a besoin, les intellectuels, les cadres etc.…. En voilà encore une traite moderne, celle des cerveaux… On prétend encourager le Tiers-monde à se développer tout en lui arrachant sa matière grise. C’est à croire que l’on veut maintenir l’Afrique dans sa misère au-delà des vœux pieux que l’on entend ça et là dans les discours de grands de ce monde. A ce rythme là, le tiers-monde en général et l’Afrique en particulier ne sortiront jamais de la misère et on peut mettre une croix sur les objectifs ambitieux du Millénium, ceux de réduire la pauvreté d’ici 2015. La vraie cause de l’immigration est cette pauvreté. Il y a une certaine hypocrisie de la part du monde développé…Les subventions agricoles tant en Europe que en Amérique pénalisent les agriculteurs du Sud… les cours des matières premières sont fixés à leur guise, par les principaux consommateurs, les pays du Nord … Au sein de l’OMC, malgré toutes les apparences de démocratie et d’équité, il reste beaucoup à faire car les pays du Sud sont souvent à la traîne…

    En conclusion, la question de l’immigration est inéluctable dans notre village global. Une politique volontariste d’aide au développement peut aider à contenir une immigration de grande ampleur à défaut de la stopper complètement. Il faudra aussi mettre les dirigeants Africains face à leurs responsabilités (lutter contre la corruption chronique et pandémique, opter pour la bonne gouvernance et les réformes économiques qui s’imposent, une régulation de l’émigration etc.)…Sincèrement, il faut sauver le Sud pour que le Nord ne sombre pas sous le poids d’une immigration sauvage comme cela a été le cas à Ceuta et Melilla, les deux enclaves espagnoles.


    Vincent De Paul Kabuika
    Anvers, Belgique
    VINCENT DE PAUL KABUIKA KABUIKA
  • xavier bras
    Le 22 Octobre 2005 à 23 h 32 min
    bonjour,

    Je vous ecrit des etats-unis avec un clavier US, donc milles excuses pour les accents!!

    En effet, il y a beaucoup a apprendre des canadiens, et des quebecois sur l'integration.J'y ai vecu 3 ans, et en arrivant sans rien ( cette experience ne fut pas pour moi tenter ma chance en amerique du nord, puisque j'avais un travail tres confortable en france) je n'ai pas trouve l'integration facile. Il y a les articles et la realite.
    Je suis retourne en france, et apres 1 an et demi le desir d'ailleurs, c'est pour cela que je suis a New-york ou l'integration est reelle.

    Est-ce que les personnes du canada ou des USA ne feraient-elles pas davantage confiance en eux meme? et les politiques ne promettent-ils pas tout et n'importe quoi en france?

    Enfin, sur ces vastes sujets qui sont plus aises a debattre en face a face ( D'ailleurs si vous passez par NY..)je vous souhaite plein de reussite dans cette parenthese de votre vie politique francaise.

    Amicalement

    xavier BRAS
    xavier bras
  • Laurence AUBRUN
    Le 21 Octobre 2005 à 14 h 15 min
    Oui M.Juppé, le Canada demande encore des émigrés parce qu'ils les choisissent. Ne s'installent pas qui veut au Canada et surtout pas des sans papiers ni des sans travail, toute la différence est là, d'ailleurs c'est aussi l'avis de M.SARKOZY. En France, je pense que les gens en ont assez de payer pour des émigrés qui ne travaillent d'où la montée de la violence verbale envers surtout les musulmans. Tout est lié, les gens ne regardent pas plus loin, lorsqu'ils entendent que certaines familles ont + de 10 enfants, le père ne travaille pas, ils ne vivent que sur la CAF....ça les français en ont assez. Nous payons les pots cassés du système d'immigration de la gauche et personne ne leur en parle au PS car quand on commence à parler comme ça, on est taxés de racistes, donc ce n'est pas politiquement correct de parler comme ça, mais c'est pourtant ce que les français attendent. J'ai des gens dans ma famille qui habitent la Seine St Denis. Avant ils ne tenaient pas du tout ce discours, maintenant ils n'en peuvent plus...
    Laurence AUBRUN
  • Frederic Godfrin
    Le 19 Octobre 2005 à 18 h 11 min
    Le Canada a beau etre vaste, sa population se concentre dans les grandes villes... Je n'en suis pas certain mais je crois que le Canada compte plus de villes millionaires que la France (qui compte 2 fois plus d'habitants, pour les villes millionaires si je ne me trompe on a Montreal, Toronto, Vancouver et Ottawa il me semble, d'autres villes comme Quebec franchissant egalement la barre des 500000 habitants). Donc malgre le communautarisme, les contacts sont frequents ce qui limite l'isolement des communautes. Je reste persuade que la difference fondamentale entre la capacite d'integration des immigres en France et au Canada tiens plus a la mentalite des citoyens qu'a la capacite d'accueil... La discrimination a l'embauche, la discrimination au logement (imaginez une famille arabe dans un petit village rural francais...) et bien d'autres discriminations raciales sont inexistantes au Canada, quand elles sont un comportement repandu en France qui contribue largement a la perenisation de l'existance des "cites chaudes"... A titre d'information, le grand Montreal, c'est 3,2 millions d'habitants et une varietes de population qu'on ne doit trouver nul par en Europe... He bien malgre cela, les quartier chauds n'existent pas! Changez la mentalite des francais et vous verrez que le probleme de l'immigration va s'evanouir. Faites en sorte qu'un arabe d'une banlieue parisienne puissent avoir la possibilite d'en sortir et ca reglera beaucoup de problemes (la delinquance baissera tout comme le nombre de membres du FN...).
    Frederic Godfrin
  • Christine Polté
    Le 19 Octobre 2005 à 16 h 23 min
    Bonjour,
    Il est évident que les prochains gouvernements devront réflechir à l'accueil des étrangers mais surtout à l'integration de leurs enfants, petits-enfants qui justement ne sont plus des étrangers.
    Nous devons leur ouvrir nos quartiers chics, nos entreprises, nos crêches...
    L'intégration passe par l'emploi et le logement. Lequel des deux devont nous résoudre en premier ?
    Nous avons oublié dans ce pays que loger les individus, les familles etaient une priorité absolue.
    Trop de personne n'ont pas de logement ou un logement insalubre.
    Cessons de parquer les familles selon leurs origines, logeons les correctement, formons les afin qu'ils trouvent du travail.
    quels sont vos propositions en matière de logement ?
    Christine Polté
  • Dominique Moyon
    Le 18 Octobre 2005 à 20 h 29 min
    Ainsi que vous l'affirmez, il est clair que le Canada a l'espace et la mentalité collective nécessaires pour accueillir de nouveaux immigrés.

    Il agit de manière très responsable en la matière .Il fait en sorte aussi et surtout que ces immigrés adoptent la mentalité nécessaire à toute immigration et répondent à un certain nombre d'exigences,ce que les prétendants acceptent bien volontiers, ce qui est loin d'être le cas en Europe.

    Et, en France en particulier où c'est l'Etat qui de manière totalement incompréhensible s'adapte en permanence, au mépris de tout amour propre national, avec toutes les conséquences néfastes d'une telle attitude.
    Dans ces conditions, comment s'étonner alors que les Européens et les Français soient en majorité opposés à accueillir de nouveaux immigrés,et de surcroît, dans un espace moins vaste.
    Il est interessant de noter que les immigrants au Canada sont très respectueux de leur pays d'accueil et que cette immigration là fonctionne,elle est source de richesses, de profits, les différences sont bénéfiques;il y a un réel désir des immigrants de s'intégrer ,de respecter les lois, d'apprendre la langue,etc...Il y a même une certaine fierté à être immigrant et à obtenir la nationalité ensuite.
    En France,les immigrants cultivent , font valoir ,revendiquent leurs différences partout,à l'école, à la moindre occasion,pour la religion,pour l'excision, pour la polygamie,etc... et celà pose problème.

    Les "sans papiers" se permettent de revendiquer! On leur attribue même des logements prioritairement à certaines familles sur liste d'attente depuis plusieurs annèes.

    La France ne mérite pas celà.Elle est bonne mère,trop bonne.

    Alors, que les gens qui nous gouvernent
    fassent leur boulot et agissent dans l'intérêt de la France et non dans un seul but bassement electoraliste!
    Dominique Moyon
  • alexandra s....
    Le 18 Octobre 2005 à 20 h 06 min
    La cité sous le régime de la terreur
    La tension monte chez les Behrinois. Entre les voitures incendiées et les agressions répétées, les habitants de la cité disent leur ras-le-bol de l'insécurité, quand ils ne choisissent pas purement est simplement de fuir.

    "Trop c'est trop! On ne se sent pas en sécurité. On ne dort plus la nuit. On surveille les abords des habitations. On craint encore que des voitures brûlent." Des riverains des rues de Bourgogne, de la Liberté, des Roses, Saint-Blaise, des Vieux-Poiriers, des Petites-Vosges, d'Artois entre autres, expriment ainsi leur écoeurement. Ils ne digèrent plus les incidents qui se répètent sans arrêt. La colère gronde et pourrait entraîner des dérapages graves.

    "Cinq voitures incendiées mi-septembre dans la même nuit, dont quatre sur le même parking. Y a de quoi être traumatisé. C'est de la "haute délinquance". Vous imaginez le choc pour tout le monde, et surtout pour les enfants réveillés en pleine nuit par le bruit, les cris, l'agitation... On s'est débrouillé par nos propres moyens pour éteindre le feu, par des jets d'eau, des voisins nous ont aidés avec des extincteurs. Les pompiers étaient occupés à éteindre à un autre endroit... un feu de voiture."

    Un collectif pour réagir
    Résolus à réagir, une quinzaine d'habitants du secteur concerné, qui tiennent à garder l'anonymat par peur de représailles, se sont réunis. Ils ont même formé un collectif "pour se soutenir mutuellement, psychologiquement", et discuter "ensemble d'une situation pénible". "On se relaye à plusieurs. Depuis deux semaines, on fait des rondes en parallèle de la gendarmerie de Behren et de la brigade mobile pour surveiller nos biens, nos voitures. C'est malheureux d'en arriver là!"

    Un membre du groupe montre les places de parking devant un immeuble. "Elles sont vides, les gens n'y garent plus leur voiture. Ils préfèrent la mettre en lieu sûr!" Un autre a perdu la sienne. "Pourtant ce n'est pas un luxe, il faut une voiture pour aller travailler! On nous casse tout! Pas question de se laisser faire!" Un autre est excédé: "J'ai reçu la taxe d'habitation. Je crois que je vais la renvoyer au maire. Je n'ai pas l'impression qu'on se préoccupe de mon cas!"

    Rondes de nuit
    Outre les voitures incendiées, ces Behrinois déplorent d'autres actes de vandalisme: "Les barrières, place du marché, sont régulièrement cassées. Elles sont réparées, mais jamais pour longtemps... Un abri près d'un commerce a été détérioré, des véhicules ont été volés... Pire, des personnes sont agressées. Ca a lieu dans toute la cité. De quoi s'indigner. Tous les soirs, il y a un attroupement d'une trentaine de jeunes, place du marché. De 2 h à 5 h, il y a des courses de voiture boulevard Charlemagne."

    Un climat d'insécurité qui ne cesse de s'amplifier: "En faisant des rondes, des jeunes nous ont menacés. Ils nous disent: " Vous pouvez aller vous coucher, on reviendra pour cramer vos voitures, comme ça, vous serez au chômage et toucherez le RMI comme nous!" " Dégoûtés, certains habitants envisagent aujourd'hui de déménager: "Pourtant on habite ici depuis longtemps. On est tous d'origines diverses, on s'est parfaitement intégré. On n'a jamais eu de problèmes de voisinage. On organise des fêtes en commun. On a l'impression que la bonne entente qui règne entre nous dérange. Et dire que des jeunes nous traitent de racistes!".



    c'est beau l'immigration que vous avez encouragée et soutenue il n'y a pas si longtemps , quand vous étiez en France.
    alexandra s....
  • francois meyer
    Le 18 Octobre 2005 à 19 h 51 min

    Au canada, grace a une approche communautariste, chacun trouve sa place et nul n'a besoin de s'adapter a des valeurs imposees par le pays (il faut respecter les lois tout de meme).
    Ce modele marche parce que le canada est un pays immense, ayant une densite tres faible, et ou il y a enormement d'opportunites (pour ceux qui n'ont pas peur du froid).

    Le jour ou il y aura une densite plus importante et/ou si une "ethnie" devient predominante et trop puissante le modele communautaire risque de fonctionner moins bien ...

    En attendant, la force du Canada est de controler de facon intelligente son immigration et de donner les moyens aux nouveaux arrivants de reussir et de s'epanouir
    francois meyer
  • Frederic Godfrin
    Le 17 Octobre 2005 à 17 h 52 min
    Bel exemple sur la peur de l'immigrant dans cette reaction... Les mechants immigrants ont pille un magasin Carrefour grace a l'aide de vigiles "a la mentalite mediterraneenne". Je suis surpris M. Juppe que vous laissiez ce genre de commentaires sur votre blog. Ce genre de mise en avant de faits divers isoles pour stigmatiser les immigrants (voire plus particulierement les "arabes" comme je pense que le suggere la remarque sur les meres de familles) est assez typique des discours dangeureusement oriente a droite. En meme temps cela donne un bon exemple de cet mentalite sous-jacente des francais qui comme on l'entends souvent "ne sont pas racistes mais n'aiment pas les etrangers". Avant de trouver des solutions au probleme de l'immigration, il faudra trouver une solution a la stupidite de nombre de mes concitoyens. Comme dit dans une autre reaction, ici, au Canada, il n'y a pas de Le Pen, Maigret ou De Villiers, tout simplement parce que ces gens n'auraient pas d'auditoire!
    Frederic Godfrin
  • Frederic Godfrin
    Le 17 Octobre 2005 à 17 h 13 min
    L'Europe est un continent plus petit que les Etats-Unis (et donc plus petit que le Canada) peuple de pas moins de 700 millions d'habitants, descendants de peuples plus que millenaires... Cela n'a rien a voir avec les 30 millions de canadiens vivant dans un espace immense, demesure, et dont la population s'est historiquement construite sur l'immigration! D'un cote on a un immense pays sous-peuple qui a tout simplement un besoin vital d'immigrant, de l'autre on a certainement le continent le plus densement peuple du monde farouchement impregne de nationalisme exacerbe...
    Frederic Godfrin
  • Philippe Musquar
    Le 17 Octobre 2005 à 00 h 43 min
    Il est vrai que le Canada (tous partis confondus) semble avoir une évaluation beaucoup plus lucide que celles de la France et de l’Europe de ses besoins en immigration. Le vieillissement de la population y est encore plus accéléré que chez nous (surtout au Québec, alors qu’il y a encore une quarantaine d’années, la natalité y était plus forte que n’importe où ailleurs dans les pays de l’OCDE !). Les besoins en infrastructures y sont encore plus grands. La pénurie de main d’œuvre dans certaines professions (notamment pour les soins de santé) y est criante.

    Deux différences majeures rendent toutefois difficiles la transposition du modèle canadien à la France :

    - la configuration géographique, qui fait qu’il est assez difficile d’arriver au Canada dans l’intention de s’y installer sans passer par les canaux d’immigration officielle (d’ailleurs fort bien organisés) et qui empêche donc le développement du phénomène d’immigration clandestine massive que nous connaissons chez nous. Comme il a déjà été relevé par certains autres de vos lecteurs, le Canada est en position de « trier » ses immigrés en aval, alors qu’en Europe, le seul choix qui nous est laissé (et Dieu sait qu’il n’est pas facile à opérer en pratique) est celui de régulariser ou de ne pas régulariser des immigrants déjà présents sur notre territoire. Le Canada n’a pas de Magrheb ou d’Europe orientale à ses portes. La proximité de ces sources inépuisables d’immigration est, au contraire, pour nous une réalité incontournable. Est-ce une chance ou une malédiction ? Le débat est ouvert. Il n’en demeure pas moins que l’approche « canadienne » est largement inapplicable et qu’il nous appartient de rechercher des solutions originales.

    - les fondements mêmes de la société canadienne, marquée dès les origines par la diversité culturelle, pour ne pas dire le relativisme. Le Canada ne réclame pas de ses immigrants et de ses communautés culturelles qu’ils adhèrent à des « principes républicains » à la française (les « valeurs » nationales, bien que souvent invoquées, sont en fait assez floues – droits de l’homme et tolérance sont des principes respectables, mais suffisent-ils à forger une véritable identité ?), ni surtout qu’ils se fondent dans un « melting pot » à l’américaine. Cultures et religions ne font que se juxtaposer. Tout se vaut ou semble se valoir. Tous les modes de vie et toutes les opinions y sont également respectables ; au point que l’on a déjà créé des tribunaux judaiques et que l’on s’interroge sérieusement sur la création de tribunaux islamiques. Les quartiers italien, ukrainien, indien, etc, sont une réalité de Toronto. La polémique française sur le voile islamique est incompréhensible pour les Canadiens dont les écoles sont peuplées de jeunes filles voilées sans que personne n’y trouve quoique ce soit à redire. Est-ce là ce que nous voulons en France et en Europe ? Jusqu’à présent la formule semble fonctionner assez bien mais j’ai personnellement des doutes sur sa pérennité. Au delà des formules et des slogans, elle ne me semble tenir que par un seul fil : la prospérité économique. Que survienne une crise, ou un simple ralentissement de la croissance, et les tensions ne manqueront pas de surgir dans une société qui pousse l’indifférenciation (au sens girardien du terme) jusqu’à ses limites. Relevons enfin que le Québec (qui présente la particularité de conduire sa propre politique d’immigration au sein de l’ensemble canadien) diffère sensiblement des autres provinces dans son approche, ne serait-ce que parce qu’il exige de ses immigrants une connaissance suffisante de la langue française et de son système de gouvernement.

    Philippe Musquar

    Philippe Musquar
  • Jean jacques Dutrey
    Le 16 Octobre 2005 à 19 h 44 min
    Tout migrant rêve de trouver un lieu pour mieux ''Vivre'', s'il quitte son lieu de naissance cela n'est jamais de gaieté de coeur sauf le cas particulier des voyageurs ou des aventuriers.
    Ne faudrait'il pas mettre en place un dispositif mondial permettant à tout être humain d'avoir accès à l'éducation et au travail suffisament rémunéré pour faire vivre 'la famille'? La pression de l'immigration diminuerait d'elle même...
    Le capitalisme exacerbé ne rendra pas service au genre humain, il sera appelé à disparaître s'il asservit l'homme pour ne générer que des bénéfices ou des plus values pour un nombre limité de personnes.
    Les pays 'riches' sont un formidable 'mirroir aux alouettes' pour les personnes qui n'ont pas d'espoir de vie décente chez eux.
    Sera t'on prêts à relever ce défi ou faudra t'il en arriver à un cataclysme mondial?
    Jean jacques Dutrey
  • Carole Dreux
    Le 16 Octobre 2005 à 18 h 44 min
    Il me semble qu'il faut préciser de quel type d'immigration on parle : celle qui apporte une valeur ajoutée au pays, avec des immigrants instruits (educated) et/ou formés à un métier , ou bien celle qui vient profiter d'un système, de ce fait fragilisé, sans contribuer à sa bonne marche.
    Il me semble que les Etats Unis ont une attitude ferme et saine face à l'immigration.
    Si en Europe on a une réaction épidermique quand il s'agit d'immigration, il y a bien une raison. Je ne suis pas certaine que l'on ait beaucoup d'immigration à valeur ajoutée.
    Carole Dreux
  • Simon Klotz
    Le 16 Octobre 2005 à 18 h 26 min
    Bonjour Alain,
    Je lis avec intérêt avec ma femme tes découvertes sur cette terre du Canada - nous avons tout les deux fait un séjour de 6 ans à Montreal - à la différence près que je suis d'origine Canadienne par mon père qui vit avec sa famille dans les Laurentides. Donc je connais assez bien la maniere de penser de mes compatriotes Quebecois... .
    Cette question de l'immigration est vraiment un soucis en europe, je m'en rend compte, cela provoque un sentiment amer de retrouver cette tension alors qu'il est vrai qu'elle est tres peu présente au canada. Ce modèle montre à quel point une attitude d'esprit différente peu exister et changer toute la donne du probleme. Il n'y a pas cette relation conflictuelle et ces fantasmes qui rendent le débat si compexe en Europe, c'est vrai. L'étranger est accepté a priori, sans raison, sans argument nécessaire. Cette ouverture a quelque chose d'assez incroyable si on la compare a la peur de l'autre que nous vivons ici. La prise de distance apres ce séjour à l'étranger m'a permis de comprendre que le contenu de cette peur, vient essentiellement d'un manque de confiance en soi. Je ne m'explique pas du tout ce sentiment dominant en France, pays à l'histoire illustre, mais c'est un fait. Face au monde, à sa complexité et à son évolution en marche, les Francais doutent d'eux même et prennent une attitude défensive au lieu d'y voir une opportunité pour affirmer notre culture dans sa différence et découvrir des potentialités que nous n'avons pas exploré. Tout ces étrangers peuvent non seulemement nous aider à payer nos infrastructure mais aussi nous montrer ce qu'ils savent faire, comment ils pensent et en quoi leur mentalité leur permet de mieux réussir dans tel ou tel domaine. Les Canadiens par rapport à ce shémas psychologique - qui est simpliste mais qui est quand même récurent dans les débats -:
    1. sont fier de leur pays et ont une grande assurance en leur propre valeur.
    2. Considérent toujours avec intérêt ce que les étrangers peuvent apporter comme nouveauté et savoir faire de chez eux. et quand ils réussissent mieux dans un domaine, ils savent le reconnaitre et apprendre.
    3. N'envisagent la situation de leur pays et de leurs citoyens que dans une relation avec les autres nations.
    La seule ombre au tableau est ce nationalisme Québécois dont il ne faut pas sous estimer les orientations extrèmes - que prennent toujours ce type de mouvement, voir pour cela les nationalismes Européens ... . Je suppose que l'isolement culturel relatif du Quebec actuellement a un lien avec ce nationalisme. Aujourd'hui, les artistes, les créateurs et beaucoup d'entrepreneurs - dont j'ai été un temps à Montreal - se replis sur les Etats Unis ou Toronto. Il y a au Quebec un décalage entre la vision globale du projet Canadien à laquelle adhère une majorité - et qui est ce que retiennent fort heureusement les autres nations - et la mentalité du peuple Québecois qui est beaucoup plus hostile à l'étranger qu'il n'y parait de prim abord. Un double discours s'est développé entre ce qui est " convenable de dire" et le sentiment répendu que par la faute des immigrants le Quebec n'a pas obtenu son indépendance.
    Cordialement,
    Simon Klotz
    Simon Klotz
  • jannys barthez
    Le 16 Octobre 2005 à 17 h 08 min
    Scènes de pillage à Carrefour Bonneveine (Marseille)

    samedi 15 octobre 2005- UNE SOIXANTAINE D'INDIVIDUS ONT PROFITE DU LAISSER-FAIRE DES VIGILES DE LA GRANDE SURFACE CARREFOUR POUR S'EMPARER DE MATERIEL HI-FI, DE TELES ET D'ORDINATEURS, LE PREJUDICE EST ESTIME A PLUSIEURS DIZAINES DE MILLIERS D'EUROS.
    "C'était Los Angeles !" hier soir, à l'entrée de la parfumerie qu'il bloque désormais sans bouger, à deux pas de l'hypermarché, l'agent de sécurité peine à reprendre ses esprits. Quelques minutes plus tôt , il s'est cru plongé au beau milieu d'un film de série B.

    Plusieurs dizaines de jeunes gens, selon les premiers éléments de l'enquête, ont pénétré à l'intérieur de la grande surface Carrefour Bonneveine (8ème), pour faire main basse sur des écrans plasma, des ordinateurs ou des consoles de jeux, au nez et à la barbe des vigiles du grand magasin qui restaient sans réaction pour protester contre l'éviction de leur responsable, survenue le matin même (lire ci-dessous).

    DES CLIENTS PROFITENT DE LA SITUATION...
    Des scènes de pillages comme il peut s'en produire aux Etats-Unis après des émeutes. Mais là, c'était en plein coeur du 8ème, sous les yeux d'un couple qui faisait ses courses pour le week-end avec ses deux jeunes fils : "Ils allaient et venaient les bras remplis d'objets en tous genres. J'ai reconnu des ordinateurs Packard-bell, des Playstation, des écrans à cristaux liquides, et des plasmas". Après il y avait même des mères de famille (on se demande lesquelles ? ? ?) qui repartaient sans payer. Cela nous a énormément choqués, surtout pour nos enfants".

    Selon les tout premiers témoignages, recueillis sur place, les vols auraient commencé vers 18h. Dans le calme, des groupes se sont dirigés, vers les rayons hi-fi et vidéo, qui se trouvaient à l'entrée du magasin. Là ils se sont emparés des objets les plus coûteux, comme des grands écrans plasma, et ont quitté les lieux par la sortie "sans achat", sans déclencher la moindre réaction chez les vigiles (tiens tiens ! ! !).

    "Ils s'étaient mis devant le supermarché et ne bougeaient plus", prècise Robert un autre client effaré par la situation.

    "Les voleurs faisaient des allers et retours pour emporter le maximum de choses. "Après, des clients à priori sans histoires, ont aussi commencé à ne plus passer par les caisses". (ah la mentalité méditerranéenne ! ! !)

    L'agent de sécurité d'un autre commerce, tout proche, confirme : "l'ambiance était surréaliste. Petit à petit, j'ai vu des gens sortir avec des caddies pleins. Ensuite la police est arrivée. Ils avaient l'air vraiment inquiets.

    C'est la 1ère fois que je les vois sortir leur arme. Tous portaient des gilets pare-balles. Je pense qu'ils avaient peur que d'autres magasins soient aussi dévalisés.

    L'arrivée des forces de l'ordre fait fuir les pilleurs, Mais plusieurs individus sont surpris sur le parking en flagrant délit. "J'ai vu remonter des policiers avec des caddies pleins qu'ils venaient de récupérer", précise le vigile d'un restaurant (mac do). Immédiatement, tous les autres commerces de la galerie ont fermés leur rideau.

    Puis devant l'entrée de carrefour un employé affirmait que tout allait rentrer dans l'ordre.

    La direction confirmait hier soir que le magasin trouverait de nouveaux vigiles pour assurer la sécurité dès aujourd'hui.

    UNE BANDE VIDEO DETERMINANTE.
    Dans ce genre de situation, les voleurs ne passent pas vraiment inaperçus. Pendant tout le temps du pillage, qui a duré plus d'une demi-heure, les bandes vidéos du système de sécurité ont tourné pour "immortaliser" les visages des voleurs. Hier soir, très tard, la police a ainsi pu visionner les cassettes et comptabiliser près de soixante personnes différentes dans les rayons en train d'emporter du matériel.

    Peu après les faits, des équipages de la BAC ont interpellé plusieurs individus en possession de téléviseurs notamment.

    Les fonctionnaires ont également pu récupérer d'autres objets sur le parking du supermarché, plusieurs opérations sont programmées pour retrouver les autres auteurs avec leur butin.

    GROGNE CHEZ LES VIGILES
    Selon les 1ers éléments de l'enquête, il semble que tout se soit déclenché après un mouvement de grogne de l'équipe de vigiles du magasin. Selon la direction de carrefour, le chef de la sécurité a en effet reçu une lettre de licenciement, hier matin. Une décision qui aurait entraîné la colère de ses hommes qui ont décidé de se lancer dans une grève du zèle.

    Au fil de la journée, la rumeur s'est propagée (citée : la Caillol, la Soude). L'absence de contrôles a fini par attirer l'attention des individus qui sont passés à l'action vers 18h. Les enquêteurs vont sans doute chercher à savoir si les vigiles en question ont volontairement fait circuler l'information ou bien s'ils ont simplement fermé les yeux sur les exactions. Selon nos sources, la direction de carrefour aurait licencié le chef de la sécurité après s'être rendu compte de nombreux vols inexpliqués à l'intérieur du magasin.

    Source : La Provence

    jannys barthez
  • Alexandre Aussedat
    Le 15 Octobre 2005 à 22 h 19 min
    Le Canada est un pays de culture différente de la nôtre... Comme tous les Américains d'Amérique du Nord, ce pays fort en contrastes et grand par sa taille est favorable à une immigration contrôlée, certes, mais relativement ouverte. Je pense que cet état d'esprit n'est pas transposable aux pays de la vieille Europe. Pour ma part en effet, les limites du traité de Schengen ont contribué à transformer l'Europe en une véritable passoire et cet état de fait n'est pas bon je trouve. Cela dit, nous avons beaucoup à apprendre des Anglo-saxons, notamment en matière d'accueil de personnes à fort potentiel et très diplômées. Doit-on parler de quotas par le pays d'origine des arrivées, comme le suggère certains hommes politiques français ? La question reste ouverte...
    Alexandre Aussedat
  • claude-constance desgrippes
    Le 15 Octobre 2005 à 22 h 03 min
    oui si nous pouvons leur donner un travail que les français ne peuvent pas faire;oui,si nous pouvons les loger;oui,s'ils partagent nos valeuts et veulent s'intégrer sinon,il est préférable de les aider à vivre chez eux.l'angélisme politiquement correct ne peut qu'entrainer des catastrophes
    claude-constance desgrippes
  • alexandre andujar
    Le 15 Octobre 2005 à 21 h 53 min
    Monsieur le premier ministre, votre analyses emble montrer un regret: que les Français ne soient pas comme les Canadiens qui considèrent l'immigration comme une chance. Mon avis est que l'immigration est avant tout une constante historique dans l'histoire humaine. Plus qu'un souhait, c'est d'abord un constat.A nous de l'organiser pour le mieux. Le vrai problème est que l'intégration à la française est un échec et que le communautarisme ne correspond pas à l'esprit français, ce qu'il faut aussi prendre comme un fait. Il faut alors inventer une troisième solution. Pour cela, et sans avoir la prétention de trouver la solution miracle, il faut avoir à l'esprit que 1/ le problème n'est pas l'immigration en elle-même mais sa concentration geographique dans certains quartiers, on ne peut s'intégrer si on reste entre soi; ce qu'il faut ce ne sont pas des cités mais un logement social par immeuble 2/ améliorer et étendre les capacités d'intervention des associations-laîques!- d'immigrés afin de compenser les aides intra-communautaires absentes dans cette nouvelle situation 3/Il ne faut pas oublier non plus que des immigrés adultes reviennent moins chers à l'Etat en enlevant les dépenses d'éducation.
    Recevez, monsieur le ministre, l'assurance de mes sentiments les meilleurs.
    Alexandre Andujar
    alexandre andujar
  • Guy FIONDA
    Le 15 Octobre 2005 à 21 h 13 min
    Le canada est un pays immense....et vide. Ce n'est pas le cas de la France ni de l'Europe ( pensez à la Hollande ).
    Et attendez un peu que les canadiens se retrouvent avec 10% de musulmans, des mosquées à tous les carrefours, des villes ghettoisées, des quartiers interdits à la police. Et on verra bien comment réagirons les Canadiens ! Pour l'instant ils n'en sont qu'au début!
    Guy FIONDA
  • alain goldfeil
    Le 15 Octobre 2005 à 19 h 31 min
    Bien sûr qu'il y a des immigrations réussies notamment en France avant 1950 et aux EU mais toujours choisies, avec intégration économique et civique, partage des valeurs et jamais massivement. Ces conditions sont essentielles. Remarquez que le Canada trie ses immigrés. Je doute qu'il accepte l'entrée de 2 ou 3 millions de musulmans déterminés à ne pas s'intégrer et sans qualification au regard des besoins. Surtout maintenant. Par contre il prend les occidentaux qualifiés. Mais nous aussi en France nous les prendrions et avec joie encore. Le problème n'est pas du tout sur les principes à mon avis.
    alain goldfeil
  • Mickaël Savinaud
    Le 15 Octobre 2005 à 18 h 53 min
    Faut il rappeler que la France a toujours été une terre d'immigration, combien de nos concitoyens ont des parents ou des grands parents qui ne sont pas nés en France. Pourquoi sommes nous maintenant incapables d'intégrer les nouveaux migrants si ce n'est pas nos trop grandes frilosité vis à vis du changement. N'est ce pas la faute à nos politiques qui stigmatise les nouveaux migrants de façon scandaleuse ( interrogeons nous un peu sur le discours de peur distillé par un ministre de l'intérieur un peu trop populiste).
    Un ancien immigré franco canadien de retour en France
    Mickaël Savinaud
  • Yann Mersch
    Le 15 Octobre 2005 à 16 h 46 min
    Bonjour je voulais réagir sur votre article sur l'immigration.
    D'abord je vais passer tres vite sur les fameuse différences entre l'Europe, ou plutôt la France, et le Canada.
    D'abord la population, celle de l'europe étant difficile à estimer étant donné qu'un pays y rentre toutes les semaines (je plaisante) je constate quand même que pour un pays dans lequel on rentre trois la France il n'y a que 30 millions d'habitants, en deux mots, y a la place.
    Ensuite l'économie, sans même parler des différences sociaux-économiques plus propices à la croissance, disons simplement que la croissance canadienne est juste superieure.
    Pour finir la situation géographique, le Canada n'a pas l'Afrique au Sud et la Russie à l'est. Les Etats-Unis n'étant pas une nation pauvre et deshéritée finalement les candidats ont des océans à traverser. La seule véritable scource d'immigrants dans ce continent reste l'Amérique centrale et l'Amérique du Sud, oû dans ces deux cas les Etats-Unis sont un obstacle de taille à passer avant d'arriver au Canada... C'est peu dire.
    Mais surtout, il y a une différence d'approche face à l'immigration, elle paraît plus maîtrisée, étant moi même expatrié au Canada, je peux dire que certaines garanties doivent être données avant de fouler le sol de la feuille d'érable. Quoi de plus normal pour une nation qui se respect de ne plus subir mais choisir son immigration. Par ces mots il ne faut pas croire que le Canada n'est pas une terre d'asile, bien au contraire, par exemple les journalistes Canadiens sont les premiers à encourager les autorités à accepter l'immigration des homosexuels dont les pays sont homophobes, imaginez cette discussion en France... Vancouver est une ville pratiquement asiatique aujourd'hui et personne n'y voit un inconvénient.
    Alors il est trop facile de dire que les Canadiens sont plus efficaces en termes d'immigration parce qu'ils peuvent se le permettre, ils le sont aussi par leur courage de dire les choses simplement, de poser les bonnes questions, de ne pas s'émouvoir quand il faut dire noir, au fond d'avoir un comportement un peu plus humain et un peu moins artiste face à un problème qui dans le fond n'est même pas si dur à régler. En France on ne voit plus les couleurs, on n'entends plus les religions, on ne sent plus les différences, on étouffe à coup de politiquement incorrect ce qui devrait être une chance. Pour finir je vous direz qu'il n'existe pas de Le Pen, de Megret ou de De Villiers dans ce pays, pas parce qu'ils sont interdits, mais simplement parce que le fameux "courage" de dire les choses de ces gens est dans chaque citoyen, avec un bonus en prime, la haine et bétise not included.

    Cordialement

    Yann Mersch
    Yann Mersch

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux