Blog Notes d'Alain Juppé

Dimanche noir pour la démocratie

Publié le 15/03/2010 par Alain Juppé

Qu’un électeur sur deux, et même un peu plus, ne soit pas allé voter, c’est un échec collectif pour la politique et les politiques.

Pour les régions d’abord: visiblement elles ne sont pas connues et n’intéressent pas; leurs présidents ne se sont pas affirmés, aux yeux de l’opinion, comme des leaders.

Echec aussi pour toutes les têtes de listes et leurs équipes, qui n’ont pas pu ou pas su créer le débat.

Echec pour nous tous, responsables politiques, et pour nos partis qui ne répondons pas bien aux attentes de nos concitoyens.

A ce stade, le diagnostic est simple: poussée des gauches qui, malgré leurs divisions de fond d’avant le premier tour, vont se réunir pour le second; remontée du Front National, servi par les polémiques ambiguës soulevées à l’occasion de l’inopportun débat sur l’identité nationale; marginalisation du MODEM qui paie son anti sarkozysme réducteur; affaiblissement de l’UMP qui va devoir méditer la désaffection dont elle est l’objet.

Une réflexion s’impose désormais sur le rythme des réformes, la méthode selon laquelle elles sont lancées et préparées, la concertation qui les accompagne, la façon dont elles peuvent être mieux comprises et acceptées par une opinion que la crise déboussole. C’est apparemment l’intention du Président de la République. Nous aurons besoin de rassembler toutes les bonnes volontés pour mener ce travail.

L’une des clefs, c’est le déficit de justice que ressentent beaucoup de Français. Certes, les contraintes d’une crise sans précédent ne peuvent être ignorées. Mais le sentiment s’est installé que, au coeur de la tourmente, quelques gagnants gagnent trop, et que les perdants souffrent trop. Il faut regarder cette réalité en face et bâtir une stratégie cohérente pour corriger ce qui doit l’être. Dans cette perspective, un ré examen de notre système fiscal est sans doute incontournable.

Dans l’immédiat, la priorité est à la mobilisation pour le scrutin de dimanche prochain. Les gauches ont tort de crier victoire trop tôt. Dans une élection à deux tours, il y a bien des exemples de retournement de tendances entre le premier et le deuxième. Ne serait-ce que du fait de la prise de conscience des abstentionnistes. C’est mu par cette espérance qu’ici, en Aquitaine, j’appelle au rassemblement autour de Xavier Darcos.

Partager cet article

15 commentaires pour « Dimanche noir pour la démocratie »
  • G.Lacote
    Le 20 Mars 2010 à 17 h 37 min
    Attristante,cette pensée creuse qui se pare d'un air d'indépendance feignant de braver les hiérarques de son Parti.En fait,elle entérine l'essentiel de la politique d'une Droite autoritaire et rapace.Selon le docte M.Juppé,le rythme des réformes serait à ré-examiner:on critique la forme pour confirmer le fond masqué au chaud de la phrase.Les "REFORMES"sont.Doivent ètre.Elles ont l'évidence d'un dogme.Lesquelles?Pour qui? Pourquoi? Inféodé idéologiquement au Pouvoir,M.Juppé ne posera pas ces questions...Mais il a son petit caractère...
    G.Lacote
  • Une opinion
    Le 20 Mars 2010 à 12 h 33 min
    Monsieur,

    Compte tenu de la situation budgétaire de l'état et économique de la France, les "réformes" devraient être accélérées, et non ralenties.

    Le président de la république avait promis la rupture. Cette promesse n'a pas été tenue: il suffit par exemple de voir le sort du rapport Attali.

    Personnellement j'ai voté à gauche en espérant que leur politique accélérera la chute de certaines institutions devenues inadaptées ou de certains organismes devenus parasitaires.

    Puisque la réforme n'est plus possible, cela me semblait la seule action rationnelle possible.

    Très cordialement,
    Une opinion
  • alain
    Le 20 Mars 2010 à 12 h 29 min
    Oui, c'est bien triste d'en arriver là ...
    La réforme de notre pays était en marche, il y avait une majorité pour cela, un président volontariste, et un certain consensus de l'opinion, et malgré des réticences que l'on pourrait qualifier de corporatistes on pouvait y arriver en 5 ans.
    Que s'est-il passé ? Des "égarements" pour capter les électeurs ultra-nationalistes (débat sur l'identité nationale), les écolos-bobos (taxe carbone et autres) ; des promesses vite faites et non tenues (aciéries, raffineries, agriculture, pêche) ; une chasse aux automobilistes (multiplication des radars entre autres) ; etc ...
    Le bon peuple dit "de droite" ne suit plus, ne comprend plus ; pourquoi voter dans ce cas, et si l'on a la fibre verte ou bleu-blanc-rouge plutôt pour les originaux que pour la copie UMP ...
    Il est temps de mettre de l'ordre dans la politique du gouvernement et mettre de côté certains ministres qui en font trop, MM. Borloo et Besson entre autres.
    M. Juppé nous souhaitons que vous reveniez aux affaires, car nous pensons que vous êtes l'un des seuls à ne pas vouloir céder à la démagogie ambiante.
    Bon courage ...
    alain
  • Grand'Père
    Le 20 Mars 2010 à 11 h 42 min
    Monsieur Juppé,
    Je vous suis assez bien sur l'autocritique que vous faites de la droite de M. Sarkosy...
    Cependant, en ce qui concerne notre scandaleuse abstention nationale, il y a longtemps que le vote devrait être obligatoire dans notre douce France, tel que que la Belgique le fait depuis longtemps.
    De plus, comment peut-on continuer à laisser diffuser des sondages pendant la campagne officielle ? Je suis partisan de l'interdire rigoureusement, en prévoyant des AMANDES COLOSSALES pour tout média qui dérogerait à la règle. Ces sondages n'apportent rien, chacun étant libre de faire ses choix, cependant je suis intimement convaincu qu'ils ont largement poussé les électeurs à l'abstention.

    Cordialement à vous.
    Grand'Père
  • marika93
    Le 19 Mars 2010 à 12 h 52 min
    Je ne suis pas d'accord avec votre analyse de l'abstention.
    Il y a eu des émissions télévisées qui auraient pu être instructives pour les électeurs mais qui souvent ont été plutôt des "foires d'empoigne" accentuées par le ou la journaliste à l'origine du débat. Devant cette cacophonie les électeurs n'ont pas mieux compris l'enjeu de ces élections et en ont conclu "ils sont tous à mettre dans le même panier" ça ne vaut pas le coup de se déplacer, on est mieux devant notre télé à regarder les émissions sportives à la télé (très nombreuses ce jour là). Inutile de chercher d'autres causes et régler ses comptes sur le dos de l'un et de l'autre.
    Lorsque nous aurons des médias qui font leur boulot correctement c'est à dire informer au lieu de désinformer, il n'y aura pas d'amélioration pour les abstentions.
    marika93
  • Vincent
    Le 19 Mars 2010 à 09 h 21 min
    1 - le FN n'est pas monté à cause du débat sur l'identité nationale. Simplement, de manière habituelle, l'abstention massive fait mécaniquement monter son score car son électorat est très mobilisé, mais le FN n'a pas gagné de voix.
    2 - Ce serait une erreur de ralentir les réformes, il faut les poursuivre, quitte pour Sarkozy à ne pas se représenter en 2012. Notre pays ne peut plus attendre. Après 12 ans de Chirac, il a un grand besoin d'être réformé. Sarkozy ne va déjà pas assez loin (de peur de ces français qui n'aiment pas le changement), alors ne l'exhortez pas à en faire encore moins...
    Notre pays a besoin qu'on le réforme, et vite! Il y a encore tant de choses à faire. Bougeons!!!
    Vincent
  • Vonvon
    Le 19 Mars 2010 à 01 h 10 min
    Bonjour Mr.JUPPE,
    J'ai apprécié certaines de vos remarques après le scrutin de dimanche et surtout votre réflexion sur les réformes. Je l'illustrerais avec un problème mineur mais qui est symptomatique concernant le remplacement des cartes grises par les Certificats d'Immatriculation des Véhicules mis en service en 2009.
    J'ai acheté une voiture neuve au mois de septembre 2009 et le C.I. provisoire était correct avec mention d'un titulaire et d'un cotitulaire remplaçant l'ancienne appellation Mr et Mme.
    Lors de la réception du C.I. définitif j'ai constaté l'absence du cotitulaire pouvant être source de difficultés avec l'assurance ou en cas de décès d'un conjoint.
    J'ai aussitôt téléphoné au Service de Gestion qui m'a répondu que l'erreur provenait du logiciel et que je recevrais sous un mois un certificat corrigé.
    Ne voyant rien venir et prenant connaissance des problèmes de la Préfecture par la presse j'ai adressé un courrier recommandé avec AR le 15.11.09 accompagné des documents justificatifs. J'ai bien reçu l'AR en retour et,n'ayant aucune suite, j'ai renouvelé ma demande par courriel le 25.02.10.
    La réponse fait rêver car il m'est
    "demandé de me rendre en Préfecture pour effectuer une demande de titre corrigé en précisant que cette opération sera exonérée de taxe et redevance" mais indiquant en complément que le n° de C.P.I. donné ne figure pas dans la base de suivi des titres ni le n° d'immatriculation.
    Essayant de faire preuve de patience malgré les appels téléphoniques sans réponses ou avec des boites vocales sans intérêt j'ai réussi à avoir le standard il y a 8 jours et obtenu, je pense, la Direction du Service.
    Après avoir à nouveau fourni tous les renseignements utiles et ne souhaitant pas aller passer des heures en Préfecture,il m'a été promis une réponse en me précisant que les difficultés rencontrées résultent de problèmes techniques et de manque de personnel !!!
    Sachant par le concessionnaire que mon cas n'est pas unique que peuvent penser les électeurs concernés devant cet exemple montrant le manque de préparation
    des réformes et l'absence des moyens nécessaires pour la mise en oeuvre dans
    l'intérêt des administrés
    Vonvon
  • vianney
    Le 18 Mars 2010 à 20 h 36 min
    Je partage votre analyse sur l'échec (de l'UMP et donc du gouvernement) de dimanche dernier.
    L'ouverture à gauche n'est acceptable que s'il s'agit d'une ouverture aux valeurs de la gauche qui ne sont d'ailleurs pas toutes exclusivement de gauche. Parmi elles, la justice et la nécessité d'une répartition juste des efforts en fonction des moyens de chacun est primordiale dans cette période de crise.
    Martine Aubry ne s'y est pas trompée et ce n'est pas la nomination de quelques ministres issus de la gauche qui peut seule donner le sentiment d'une politique juste.
    Une des clés de la prochaine campagne est là. Les deux prochaines années doivent être consacrées à la mise en oeuvre de réformes efficaces, bien comprises et perçues comme justes. Pour donner le sentiment de justice il faudra plus que l'ouverture à quelques personnalités de gauche, mais une démonstration concrète de la volonté de justice.
    Sans quoi le candidat ou la candidate qui se profile déjà à gauche, aura beau jeu de crier à l'injustice avec probablement quelques raisons d'être entendue !
    vianney
  • alain juppé
    Le 18 Mars 2010 à 20 h 01 min
    je m'en branle je suis toujours maire et pour toujours pour l'éternité maire de bordeaux puisqe vous m'élirez jusqu'a l'an 4000 minimum vu que je suis immortel
    alain juppé
  • alain juppé
    Le 18 Mars 2010 à 19 h 59 min
    En vertu des éréctions régionales ça sera a nouveau faction de mes poulet a la gare saint charles factions dans la rue pour baston de rue insultes bavures diverses autorisation du viol poursuite de ninja burka etc etc etc
    alain juppé
  • viv
    Le 15 Mars 2010 à 14 h 56 min
    monsieur, l'echec c'est aussi le dictat des etats majors parisiens, c'est l'éclatement de la france,la loi hadopi, c'est l'ouverture à la gauche caviar ect... le manque de folklore (mise de coté de b. laporte), cf le petit prince: je suis un homme serieux...
    viv
  • Dubini Jean-Claude
    Le 15 Mars 2010 à 14 h 36 min
    Bonjour,
    Article serein. La sereinité, c'est que qui manque le plus au au Président de la République. Une demande: cela fait des mois que je m'inscrit à votre blog sans jamais recevoir le moindre courriel.
    Je vous remercie de faire le nécessaire. Très respectueusement.
    Jean-Claude Dubini, [email protected]
    Dubini Jean-Claude
  • John W. Dwight-Davis
    Le 15 Mars 2010 à 14 h 16 min
    M. Juppe,

    Le bilan est encore plus triste a mon avis pour nous, les gens de droite. En effet, quel est le bilan des forces en presence:
    * d'un cote une gauche desunie, une extreme-gauche avec 50 ans de retard, un PS en perpetuelles guerres des chefs, une Aubry megere du dimanche, des presidents de region inconnus dont le bilan est pathetique (penser a Royal ou a Huchon pour s'en convaincre).
    * de l'autre un gouvernement populaire, un Premier Ministre apprecie, des candidats souvent ministres et donc connus du grand public, la majorite presidentielle unie des le premier tour.

    D'un point de vue rationnel cette election aurait du connaitre le meme destin que les Europeennes. Le resultat en est donc d'autant plus catastrophique. Faut-il y voir un "coup" politique, le President de la Republique laissant nos concitoyens exprimer leur mecontentement une derniere fois avant 2012? J'aimerais y croire -le taux d'absention plaide pour cette these- mais j'ai du mal a m'en convaincre.
    John W. Dwight-Davis
  • etienne
    Le 15 Mars 2010 à 14 h 05 min
    Il faudrait aussi enlever la restriction du CSA et pouvoir parler de politique tout le temps meme avant les elections !

    Comment voulez vous que l'on interresse les gens si on ne peut meme pas parler de politique et debattre avant !!!!
    etienne
  • etienne
    Le 15 Mars 2010 à 13 h 50 min
    Qu'est ce que ce 1er tour ?

    Et si ce n'etait pas du desespoir mais plutot une bonne chose quand on prend la peine de deshabilier les chiffres et que l'on quitte l'etiquette des parties.

    Vote sanction pour la droite = Non au tout liberal et aux inégalités qu'ils creent.

    Vote Socialiste = Pour remettre d'aplomb les valeurs humaines et sociales cheres à la France qui ne sont plus la avec la mondialisation.

    Vote vert = Consideration pour le bien etre et nos futures progenitures.

    Ce n'est donc pas un echec à part pour ceux qui ont les oeuilleres.
    C'est un appel au resonnement, en un mieux vivre et ensemble.

    Il y'a tant d'abstention, car les gens sont dégoutés de la politique. Des désilutions sauf pour les puissants.

    "Nous ne vivons pas sur la terre de nos anciens, nous l'emprentons à nos futurs enfants"
    Antoine de St Exupéry
    etienne

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux