Blog Notes d'Alain Juppé

Economiquement correct

Publié le 31/03/2005 par Alain Juppé

Une interview du gouverneur de la Banque de France, ce matin, dans les pages « saumon » du Figaro, me fait réagir.
Aux critiques que la Cour des Comptes lui adresse sur sa gestion, l’intéressé se justifie en répondant:
« En 1993, la Banque de France avait 18 000 agents; lorsque sera achevée la réforme du réseau, les effectifs seront ramenés à 13 000 ». En d’autres termes : nous avons bien géré…
Je comprends tout à fait la nécessité de faire des économies dans le réseau des comptoirs de la Banque, dont les missions ne sont plus les mêmes aujourd’hui qu’il y a 20 ans. L’Etat lui-même n’y échappera pas.
Mais je rêve de lire dans les comptes annuels d’une entreprise: « Nous avons bien géré, puisque nous avons conquis des parts de marché, ce qui nous a permis d’augmenter nos effectifs ».
31/03/05

Partager cet article

9 commentaires pour « Economiquement correct »
  • Marie-hélène Serve
    Le 03 Avril 2005 à 08 h 43 min
    Touchée comme beaucoup de gens,mais pouvez-vous nous donner votre avis sur ce pape qui a était un fervent défenseur pour faire tomber ce rideau de fer,ne tolérant pas cette dictature communiste,et qui est restait trés conservateur pour les femmes avec l'IVG,qu'il a comparé avec l'extermination des juifs,et la cause homosexuelle qu'il a dédaigné.Ne peut t'on pas parler de ses causes,alors qu'il était aussi un chef d'état,et que des milliers de gens meurent du sida par jour dans le monde.Quel paradoxe?
    Marie-hélène Serve
  • Jean Dupont
    Le 02 Avril 2005 à 14 h 25 min
    Monsieur le Premier Ministre,
    Le rapport sur la Banque de France "révèle" que certaines des missions de la Banque de France n'ont plus lieu d'être car elles ont été prises en charge par la BCE et que d'autres, les données suivies par le service statistique par exemple, sont également prises en charge par d'autres services de l'Etat.
    Dans les années 80, les entreprises privées ont réalisé un enorme travail de fond pour réduire les doublons et faire en sorte que l'ensemble de leur organisation soit cohérente. Elles ont ensuite travaillé sur leur système d'information pour automatiser les tâches qui pouvaient l'être.
    Si les services de l'Etat souhaitent gagner des part de marché, qu'ils passent d'abord par les étapes I et II que je viens de citer.
    Depuis 25 ans, le nombre de fonctionnaires en france a augmenté de plus de 250000 et les parts de marché (le domaine d'intervention) se sont sensiblement réduites. Je n'ose pas imaginer les répercution sur le volume des ressources humaines, d'une augmentation du domaîne d'influence des services de l'Etat Francais.



    Jean Dupont
  • George Gilmour
    Le 02 Avril 2005 à 11 h 08 min
    ... pour augmenter nos effectifs...
    Cher Alain, ce serait bien en effet s'il n'était ensuite pas impossible de les diminuer ensuite.

    On ne peut pas se dire : "Ca va bien en ce moment, je vais prendre deux trois personnes en plus même si c'est du luxe" car ensuite, quand ca va mal, on ne peut pas s'en séparer.

    Et acessoirement, je te rappelle que pour donner 100 euros à ton employé, il faut en donner 85 à 95 aux divers organismes que nous connaissons tous. Donc, tout le monde fait comme moi, il garde son effectif actuel en serrant les fesses.

    George, petit employeur (moins de 10), appelé aussi "petit" patron d'une TRES PETITE entreprise (TPE), si c'est pas encourageant tout ca :-)

    Bon courage pour la suite !

    VOTEZ OUI !
    George Gilmour
  • Thierry Beer Demander
    Le 01 Avril 2005 à 16 h 02 min
    Les gaspillages denoncés par la cour des comptes ne sont jamais sanstionnés.
    Pourtant c'est l'argent des impots et des taxes de tous le contribuables et consommateurs! Pourrions nous tous reflechir pour sanctionner ces "laisser aller" et deposer les responsables pour eviter l'inflation des impots et des taxes
    Thierry Beer Demander
  • Guillaume lapierre
    Le 01 Avril 2005 à 09 h 52 min
    au dela du rapport de la Cour des Comptes qui chaque année pointe les gaspillages de l'argent des citoyens (et qui rien que pour cela a le mérite d'exister), je m'interroge de plus en plus sur son pouvoir de correction voire de sanction par rapport aux disfonctionnements constatés ? La réflexion sans action..
    Guillaume lapierre
  • priou danielle
    Le 01 Avril 2005 à 09 h 08 min
    ces temps-ci le gouvernement parle d'augmenter les fonctionnaires par rapport à l'index d'inflation ....
    quand les retraités seront-ils augmentés ? il y a une dizaine d'année les retraités pouvaient "jouir" de leurs annnées de travail et mener une vie digne, sans excédent mais sans souci non pas du lendemain mais "jour au jour"... hélas cela change rapidement et ces mêmes retraités ssont maintenant très inquiets pour leur avenir - certains sont obligés de vendre leur maison acquise à la sueur de leur front !!! pour ne pas être à la merci de leur enfant et surtout pour pouvoir continuer leur vieillesse dans la dignité - qu'en pensez-vous ?
    priou danielle
  • thierry coorevits
    Le 31 Mars 2005 à 23 h 41 min
    votre réaction est très encourageante, tout le monde sait que le profit est égal à la différence entre les recettes et les dépenses. un gestionnaire baisse les dépenses (ce qui est enseigné dans toutes les écoles), un entrepreneur augmente les recettes (ce qui est beaucoup plus difficile)
    d'où vient cette calamité qui consiste à offrir un bâton de maréchal à celui qui organise la retraite sur des positions préparées à l'avance et à stigmatiser celui qui avance au premier faux pas?
    les bénéfices excessifs de nos grandes entreprises est d'abord le signe d'un manque de préparation de l'avenir, par manque de confiance ou d'idée?
    thierry coorevits
  • thierry coorevits
    Le 31 Mars 2005 à 23 h 31 min
    quel projet pour l'europe?
    quel est le projet pour l'europe, une europe qui garantit la paix (entre l'allemagne et la france c'est un succès) et organise une zone commerciale ou une europe intégrée qui se dirige vers une vraie capacité à devenir un contre poids aux USA ou à la chine avec une armée européenne une politique étrangère une politique économique etc. en clair une structure fédérale par exemple
    les élargissements successifs relèvent de la première logique, l'euro de la seconde
    vers quel projet nous dirigeons nous en disant oui au traité constitutionnel?
    est-il possible de définir un projet visible, de tracer un cap?
    thierry coorevits
  • Alexis HARMEL
    Le 31 Mars 2005 à 18 h 30 min
    Comme votre article tombe à point nommé! comme quoi le hasard est tout à fait relatif en ce bas monde. Je souhaite vous faire part de ma dernière expérience. Je suis entré comme directeur des ressources humaines d'une SSII (société de services informatiques) de 1850 personnes le 24 janvier dernier.

    J'en suis ressorti jeudi dernier, avec les méthodes américaines, à savoir annonce à 14h30, ordinateur coupé pendant cet entretien, et chez moi à 15h30. Il en est de même pour ceux qui sont là depuis plusieurs années!

    Motif de la rupture de la période d'essai: "Malgré une atteinte des résultats, résultats sur lesquels nous n'avons rien à vous reprocher bien au contraire, vous avez fait preuve d'une sur-motivation qui a entraîné une déstabilisation de votre équipe qui sommeillait depuis deux ans. Nous sommes donc au regret de ne pouvoir poursuivre avec vous malgré vos bons résultats".

    Voilà! voilà ce qui arrive désormais à ceux qui veulent travailler, sachant qu'il arrive la même chose à ceux qui ne veulent pas travailler, et encore la même chose à ceux qui essayent de travailler. Il ne faut pas que nos dirigeants s'étonnent ensuite qu'un nombre de plus en plus important de jeunes quitte la France pour aller s'installer en Angleterre, aux USA etc.

    Bien qu'une période d'essai soit prévue pour vérifier l'adéquation entre un profil et une entreprise, il est scandaleux de voir (et c'est un DRH qui vous le dit!) l'état catastrophique de la gestion des carrières dans notre pays, et tout particulièrement dans le monde informatique.

    J'espère qu'un jour un député aura le courage de proposer un projet de loi visant à améliorer le comportement des employeurs pendant une période d'essai.
    En l'espace de deux mois, j'ai dû mettre fin à plus de dix périodes d'essai à des collaborateurs qui avaient démissionné pour venir dans la dite société. Les services commerciaux concernés n'ayant pas réussi à leur trouver de missions, hop dehors!

    Quand est-ce que les dirigeants d'entreprise prendront conscience que les salariés ne sont pas du bétail et que l'image des SSII déjà bien basse ne va pas s'en trouver relevée? Je pense surtout à tous ceux qui ont tout laché pour venir dans une société qui les abandonne 1 mois après avec femme et enfants pour la plupart.

    Pour avoir dénoncé ces pratiques en interne , j'ai également du croiser le fer avec la direction, mais rien à faire, la lutte était perdue d'avance, lutte sacrifiée sur l'autel de la rentabilité.

    Les 57 milliards de profits des sociétés du cac 40 n'ont pas suffi, il en faut encore plus et encore plus.

    Juste une question à ces dirigeants: A quoi cela sert-il d'amasser autant pour paraître ensuite aussi bas? Ont-il compris que le mépris des autres se paye beaucoup plus cher que le cash annuel?? je ne crois pas, malheureusement!
    Alexis HARMEL

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux