Blog Notes d'Alain Juppé

Lettre de Alain Juppé, président de Bordeaux Métropole aux syndicats

Publié le 20/03/2015 par Alain Juppé

Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole, et son équipe mènent un intense dialogue avec les représentants des fonctionnaires des deux collectivités. Il a tenu à expliquer pourquoi les transferts des agents des communes vers la Métropole vont être retardés.

Au 1er janvier 2015, la communauté urbaine de Bordeaux (CUB) est devenue Métropole. Au 1er janvier 2016 les premiers transferts de personnels des communes vers la Métropole interviendront dans le cadre de la mutualisation des services. Une mesure permettant une rationalisation de la dépense publique. Le report du comité technique, demandé ce jeudi par les syndicats est venu bouleverser ce calendrier.

C’est ce vendredi 20 mars, à l’occasion d’un Conseil communautaire qu’une délibération sur le schéma de mutualisation, devait être présentée. Dans le contexte actuel, cette délibération a du être annulée et les affectations des agents retardées. Une intersyndicale (CFDT, CGT, FO, SAFPT et Sud) a appelé à la grève pour protester contre les conditions de la mutualisation, à partir de jeudi et elle se poursuit ce vendredi. Le jeudi 19 mars,  17 % des agents de la métropole ont participé au mouvement et 7% du personnel municipal.

Alain Juppé et son équipe à Bordeaux Métropole ne comptent pas remettre à plat le schéma de mutualisation et de transferts de compétences, validé par 27 communes sur 28 : « La métropolisation et la mutualisation vont dans le bons sens, nous n’y renoncerons pas ».  Dans le même temps, ouvert au dialogue, il s’est déjà engagé à respecter la plupart des revendications avancées. « Depuis des mois, nous travaillons sous le pilotage de Alain Anziani à l’information collective des cadres et des salariés, des groupes de travail conjoints se sont tenus. Il y a eu concertation, et nous sommes prêts à la poursuivre » a indiqué Alain Juppé.

Retrouvez la lettre adressé par Alain Juppé aux syndicats.

Le principal point de blocage, c’est le temps de travail. Alors que les agents de la métropole travaillent aujourd’hui 1543 heures par an, ils passeront aux 35 heures légales soit 1607 heures par an. «Si les agents des communes qui remplissent certaines tâches en 35 heures doivent remplir les mêmes à la métropole, en travaillant moins, on va être obligé de recruter du personnel! C’est une aberration!», annonce Alain Juppé.

«Ce n’est pas absurde d’appliquer les 35 h et cela représente seulement 10 à 12 minutes de plus par jour», renchérit Alain Anziani, chef de file du groupe socialiste à la Métropole, qui regrette également le retard pris sur le chemin de la métropolisation. «Je ne suis pas sûr que l’opinion publique pourrait comprendre qu’on prolonge longtemps une grève pour ne pas travailler 1607 heures par an, soit 35 h par semaine. Je dis ça dans un esprit de dialogue et d’apaisement», a affirmé le président.

Partager cet article

0 commentaires pour « Lettre de Alain Juppé, président de Bordeaux Métropole aux syndicats »

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux