Blog Notes d'Alain Juppé

Alain Juppé invité de la Presse Parlementaire

Publié le 11/02/2015 par Alain Juppé

Alain Juppé était l’invité mercredi 11 février de l’Association des Journalistes Parlementaires. Le candidat à la primaire en vue de l’élection présidentielle de 2017 s’est prêté au jeu des questions-réponses.

La loi Macron : tout simplement mal préparée

Il a notamment affirmé que s’il était parlementaire, il ne voterait « probablement » pas pour le projet de loi Macron, un texte « mal préparé » et « ramasse tout » qui ne va pas provoquer le choc nécessaire pour l’économie.

Selon lui, « cette loi a été mal préparée », notamment car « les professions règlementées ont découvert ça sans concertation préalable ». Non seulement « c’est devenu aujourd’hui une loi ramasse-tout d’environ 220 articles, ce qui va nécessiter ensuite tout un bazar de textes d’application, des mois et des mois pour sortir les décrets », a jugé le maire de Bordeaux, mais « faire croire que cela provoquera le choc nécessaire pour rétablir la confiance en France, c’est une illusion pure et simple ».

« Si j’étais parlementaire, j’attendrais la fin des discussions, qui n’est pas encore venue, et probablement je ne la voterais pas », a conclu Alain Juppé.

« Le grand échec de l’UMP : c’est 2012 »

« Je continuerai à défendre cette idée de rassemblement de la droite et du centre. Le grand échec de l’UMP c’est 2012 ». Alain Juppé a regretté que « l’UDI soit partie à ce moment précis ». « Je vais plus loin, si le MoDem est clair dans sa volonté d’alternance, il a toute sa place parmi nous ». Retrouvez l’intégralité de ce passage en vidéo sur LCP.

Réforme territoriale, une réforme « sans queue ni tête ». 

« Autant je suis partisan de réformes vigoureuses et profondes dans une série de domaines, autant en matière institutionnelle, je suis plutôt conservateur », a déclaré M. Juppé devant l’Association des journalistes parlementaires (AJP), répondant à une question sur le différend entre le président PS de l’Assemblée, Claude Bartolone, et son homologue UMP du Sénat, Gérard Larcher, autour de l’évolution de la chambre haute.

« Il n’y a qu’en France que, pour résoudre les problèmes, on change de Constitution (…) Je pense qu’il faut rester fidèle à l’esprit de cette Constitution, à la prééminence du président de la République, au parlementarisme rationalisé dont parlait le général de Gaulle », a-t-il estimé. S’il a réaffirmé qu' »on peut diminuer certainement le nombre de parlementaires – 577 députés plus 348 sénateurs, ça fait beaucoup » – et qu' »il faudra certainement le faire », il a glissé qu’il ne pensait « pas qu’une remise en cause du bicamérisme soit une urgence nationale ».

Interrogé sur la réforme territoriale, il a expliqué « à titre personnel et comme élu local » jouer « à fond le jeu de la métropolisation » au niveau de la Communauté urbaine de Bordeaux, mais a critiqué le reste de la réforme territoriale (nouvelle carte des régions, réforme des compétences) « sans queue ni tête ». Il a décrié un « calendrier aberrant » de la réforme des compétences des collectivités territoriales, qui va conduire à élire en mars des conseillers départementaux « sans savoir ce qu’ils vont faire ».

Partager cet article

0 commentaires pour « Alain Juppé invité de la Presse Parlementaire »

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux