Blog Notes d'Alain Juppé

« Il faut aider la Tunisie »

Publié le 19/03/2015 par Alain Juppé

Alain Juppé a rendu hommage, jeudi à Bordeaux, aux victimes de l’attentat de Tunis revendiqué par l’Etat islamique (EI), soulignant qu’il fallait « aider la Tunisie » à s’en sortir.

L’attentat, qui a fait 21 morts, selon le dernier bilan, est « un traumatisme profond pour le peuple tunisien qui est notre ami », a déclaré le maire de Bordeaux.

Après avoir eu « une pensée pour les victimes du fanatisme, du radicalisme et de la folie humaine » au musée du Bardo mercredi dans la capitale tunisienne, Alain Juppé a ajouté que, dans ce contexte, il fallait « aider la Tunisie ».

« On pensait tous que la Tunisie était à l’abri de ces violences, qu’elle allait réussir sa transition démocratique et que les fanatiques avaient été écartés », a-t-il ajouté.

« Or on voit bien le calcul, c’est en dissuadant les touristes de venir en Tunisie que l’on essaie de plomber l’économie de la Tunisie pour la précipiter dans une spirale de difficultés économiques et donc de chaos politique », a poursuivi M. Juppé.

« Il faut donc l’aider par tous les moyens, d’abord par le combat contre le terrorisme en recoupant nos renseignements, et puis sur le plan économique », a insisté l’ancien Premier ministre.

Il venait de dévoiler devant l’hôtel de ville un portrait d’Asia Bibi, une mère de famille pakistanaise condamnée à mort dans son pays pour blasphème. L’ancien chef de la diplomatie française a toutefois tenu à dissocier ses deux interventions, sur Asia Bibi et sur l’attentat de Tunis.

Il a lancé un « appel solennel » au gouvernement pakistanais pour que soit libérée Asia Bibi, dont le cas avait été porté à sa connaissance en 2011 alors qu’il dirigeait la diplomatie française.

Elle est « la victime emblématique de cette loi sur le blasphème, instrument de répression et de règlements de compte personnels dont les juges sont les otages tant ils redoutent les représailles des islamistes », a estimé M. Juppé.

« D’où l’importance de la mobilisation internationale » autour de cette « belle cause », a-t-il conclu.

Le père Jean Rouet, délégué épiscopal, a lu une lettre d’Asia Bibi écrite en décembre 2014 au pape François depuis sa prison de Multan. Elle y évoque ses conditions de détention: « j’ignore combien de temps je pourrai tenir (…) ma cellule n’a pas de chauffage et ma porte est incapable de me protéger du froid glacial, (…) je n’ai pas assez d’argent pour les nécessités du quotidien et, comme je suis loin de Lahore, ma famille ne peut pas me venir en aide ».

Partager cet article

0 commentaires pour « « Il faut aider la Tunisie » »

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux