Blog Notes d'Alain Juppé

Et maintenant, il faut re-voter.

Publié le 14/12/2012 par Alain Juppé

Après ma tentative de médiation infructueuse entre Jean-Fançois Copé et François Fillon, j’ai gardé le silence; je suis resté en recul afin de ne pas contrarier les efforts de dialogue direct entre les deux protagonistes.

Force est de constater que ce dialogue n’aboutit pas et même que, de rendez-vous en rendez-vous vains, il tourne à la farce.

Devant le blocage de la situation et les conséquences désastreuses qu’il a sur notre Mouvement, sur le moral de nos militants et de nos sympathisants, sur notre capacité à faire notre devoir d’opposition, il n’y a pas d’autre solution que de voter à nouveau. Hier, dans les colonnes du Figaro, Edouard Balladur a excellemment expliqué pourquoi. Je partage totalement son analyse, sauf sur un point: j’ai plusieurs fois donné les raisons pour lesquelles je ne serai pas moi-même candidat.

Re-voter, c’est aussi ce qu’a souhaité Nicolas Sarkozy. Et d’ailleurs Copé et Fillon sont d’accord sur le principe. Leur désaccord ne porte plus que sur la date: printemps 2013 ou été 2014.

Qui ne comprend que le plus tôt sera le mieux? Attendre 2014 n’a pas de sens: ce calendrier conduirait à aborder la campagne des municipales dans la division et le blocage, ce qui ne profiterait qu’à nos adversaires des deux bords.

L’organisation rapide de ce nouveau vote ne se heurte à aucune difficulté sérieuse, s’il y a une volonté partagée. J’en appelle donc à Jean-François et à François pour qu’ils se mettent rapidement d’accord sur les modalités de l’opération.

Hier, j’ai réuni le comité départemental de l’UMP en Gironde. La quasi-totalité de ses 200 membres étaient présents. Tous ceux qui l’ont souhaité ont pu parler, cela va de soi. J’ai moi-même donné le point de vue que j’exprime dans ce blog. Tout le monde n’était pas sur cette ligne, dans une fédération dont les militants ont voté à une large majorité pour JF. Copé. Mais un profond besoin d’unité et de rassemblement a prédominé. J’ai demandé au comité de me renouveler sa confiance à la présidence de notre fédération. Il me l’a donnée à l’unanimité moins une voix.

Il faut maintenant sortir de la crise et redonner à l’UMP l’élan qu’elle est prête à prendre pour incarner la nécessaire alternance face à un pouvoir socialiste dont la politique mène tout droit la France dans le mur.

Partager cet article

0 commentaires pour « Et maintenant, il faut re-voter. »

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux