Blog Notes d'Alain Juppé

Etrange querelle!

Publié le 26/03/2007 par Alain Juppé

Voici que la question de l’identité nationale fait irruption au coeur de la campagne présidentielle et tient la « une » de la presse.
Exit le besoin d’une nouvelle croissance, la relance de la construction européenne, la révolution écologique… et autres sujets accessoires.
J’avoue que j’en reste pantois!
Je pensais, dans ma naïveté, que l’amour de la patrie, incarnée dans l’hymne national et le drapeau tricolore, rassemblait les Français de toutes origines et pouvait être l’objet d’un consensus entre toutes les forces politiques, sans provoquer d’affrontements idéologiques… ou politiciens.
Bien sûr, j’ai conscience qu’à l’extrême-gauche ou à la gauche de la gauche, l’internationalisme prolétarien fait encore recette. Et je ne confonds pas l’amour de la patrie et la résurgence du nationalisme xénophobe qui fait l’ordinaire de l’extrême-droite.
Mais entre les partis politiques « de gouvernement », où est le débat?
J’aurais dû être alerté par la fausse querelle faite à Nicolas Sarkozy quand il a parlé d’identité nationale et d’immigration. A juste titre, selon moi, car peut-on nier que le « vouloir-vivre ensemble » qui définit la Nation demande, de la part des nouveaux arrivants, l’adhésion à nos valeurs communes? Valeurs qui embrassent les droits reconnus à chacun et les devoirs acceptés par tous. C’est exactement la philosophie du « contrat d’accueil et d’intégration » proposé aux immigrants depuis 2005: unité dans la diversité.
Unité dans l’amour partagé de la patrie commune, notamment de sa langue. Souvenons-nous de Camus: « Ma patrie, c’est la langue française ».
Diversité dans le respect de nos différences.

Une fois encore, De Gaulle avait tout dit sur le sujet. On lui prête cette phrase, que je cite de mémoire:
« Le patriotisme, c’est aimer son pays. Le nationalisme, c’est détester celui des autres. « 

Partager cet article

4 commentaires pour « Etrange querelle! »
  • GARCON
    Le 23 Mai 2009 à 04 h 01 min
    C'est bien ce que je pensais : vous êtes naïf.
    GARCON
  • Patrick DEJEAN
    Le 27 Avril 2009 à 19 h 37 min
    mr Alain Juppé,

    Je comprends et respecte votre décision stratégique politique (art des échos).
    Mais avec aussi un grand respect, je me permets de vous dire qu’elle n’est pas à la hauteur de la situation.

    La crise que nous connaissons en sans précédent. Elle demande beaucoup I.E (intelligence économique et uniquement de la politique politisienne )
    Je respecte beaucoup Bordeaux et j’aimerais moi-aussi me replier sur un idéal.
    Mais choisir le 23 avril au soir , une entreprise ou vous êtes exposé c'est vraiment pas un modéle de reflection pour une Intelligence économique de notre région (voir vos M A J des infos sur notamment le ratios ( salaires des dirigeants / masse salariale )et sur la gestion (fiscale).
    Et nous avons besoin d’hommes tels que vous.(avec des bons partenaires)

    Lors de votre défaite aux léglisatives, j’avais éte profondement deçu pour vous.
    J'ai toujours cru à votre personaliée
    Vous avez assez d’intelligence pour gérer et Bordeaux et la France.

    Alors Merci de bien choisir vos futurs partenaires UMP
    Patrick DEJEAN
  • Thomas Mouriès
    Le 26 Mars 2007 à 22 h 37 min
    Ce qui est gênant, et qu'ont relevé maints commentateurs judicieux, c'est l'accouplement des deux termes: "immigration" et "identité nationale". Cela dénote une idée tendancieuse de l'immigration, et une idée tout aussi tendancieuse de l'identité nationale. Pourquoi pas: éducation et identité nationale? justice et identité nationale? etc. Mettre ensemble ces deux termes, "immigration" et IN, c'est porter un jugement de valeur implicite qui ne manque pas d'incommoder le citoyen républicain. Cela veut dire que l'IN ne peut et ne doit se penser qu'en rapport avec l'immigration, du moins c'est sous-entendu. Cela, vous en conviendrez, est très réducteur. L'identité nationale exige plus de nuance, plus de tact, plus de respect en un mot. Qu'en pensez-vous, monsieur Juppé?
    Thomas Mouriès
  • Infreequentable Infreequentable
    Le 26 Mars 2007 à 12 h 46 min
    Curieux que certains en fassent trop, alors que d'autres sont accusés (sans doute à tort) de ne pas en faire assez...
    En matière de patrie, souvenons-nous des anciens : "Ubi bene, ubi patria".
    Ce qui emporte forcément adhésion du coeur et de la raison.
    Infreequentable Infreequentable

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux