Blog Notes d'Alain Juppé

Evento, pari gagné

Publié le 11/10/2009 par Alain Juppé

Sans être téméraire, je crois pouvoir d’ores et déjà dire que la grande manifestation culturelle qui se déroule en ce moment dans Bordeaux sous le nom d’Evento est un magnifique succès.

En donnant carte blanche à un directeur artistique tel que Didier Faustino, je prenais évidemment un risque: allions-nous réussir à faire entrer la création contemporaine dans les rues de la ville et dans ses quartiers?

Quand j’ai vu samedi la foule se rassembler sur les quais de la Garonne autour de la déjà fameuse passerelle de Kawamata, sur la place de la Comédie devant le Grand-Théâtre, au CAPC (Centre d’art plastique contemporain), partout en ville, mais aussi au coeur de la base sous-marine, j’ai su que le pari était gagné. J’ai vu partout des gens curieux, ouverts, heureux.

Les « retours » sont enthousiastes: la passerelle qui relie la place des Quinconces et la rive de Garonne est plébiscitée; elle est belle et son belvédère au dessus du fleuve offre une vue splendide sur tout le port de la lune. L’exposition « Insiders » au CAPC est colorée, gaie, foisonnante; elle ouvre des perspectives joyeuses sur la ville durable. J’ai beaucoup aimé la projection organisée par le Collectif Berlin sous un chapiteau bulle installé en rive droite: l’image qu’elle donne de Moscou, de la brutalité et de la corruption qui gangrènent la ville , est décapante. Elle m’a rappelé la conversation que j’avais le jour même avec les époux Kabakhov dont on vient d’inaugurer la « maison aux personnages » sur une place de Bordeaux: « Comment expliquez-vous, leur demandais-je, que Staline redevienne populaire en Russie? ». Réponse: « Du temps de l’Union soviétique, nous étions tous égaux dans la pauvreté (sauf la « Nomenklatura » officielle, bien sûr »); personne ne rêvait d’avenir . Aujourd’hui, c’est un terrible fossé qui se creuse entre riches et pauvres, entre ceux qui peuvent tout espérer et ceux qui désespèrent de tout. D’où la nostalgie du bon vieux temps… » Angoissant.

L’un des temps les plus forts d’Evento est, sans conteste, la présentation du cinéaste Amos Gitaï dans la base sous-marine. Les extraits de ses plus grands films se succèdent sur les parois de la base. Dans ce lieu dont l’architecture est extravagante, il est parvenu à créer une atmosphère étrange, à la fois violente et intime, bruyante et mystérieuse. On n’en ressort pas sans un choc émotionnel.

Reste à voir maintenant si l’itinérance des oeuvres à travers les quartiers de la ville et les communes de la communauté urbaine va accrocher l’attention.

En tout cas des dizaines de milliers de personnes ont déjà partagé des moments de découverte, de surprise, d’amusement, d’émotion. Vive Evento!

Partager cet article

11 commentaires pour « Evento, pari gagné »
  • oh no
    Le 19 Octobre 2009 à 23 h 36 min
    Méthode Coué quand tu les tiens... j'adore Bordeaux, pas Evento, et pourtant elles méritent d'être toujours plus dynamisées, cette ville et cette agglo.
    oh no
  • Dominique MIRASSOU
    Le 19 Octobre 2009 à 19 h 47 min
    A propos d’Evento, les avis sont multiples, et c’est très bien comme cela, car le sujet ne me semble pas prétendre au consensus. Comme je l’ai entendu déclarer par Monsieur Faustino, Evento entend questionner. Démarche intéressante et louable, sauf que l’exposition de voitures bricolées et autre orchestre enfermé dans une caisse à savon n’inspirent pas vraiment mon questionnement dans ce qu’il peut avoir de plus profond. Certainement affaire de génération et d’éducation qui ne mérite même pas le début d’un débat ………. Certaines productions n’ayant d’ailleurs à mon avis, qu’un rapport très lointain avec ce que je crois être de l’art.
    Bien au-delà de mes sentiments personnels,l'évolution de l'expression culturelle fait qu'Evento a son public.Nombre de personnes ont apprécié, l’événement semble plaire aux jeunes, et ce type de production se multiplie à travers le monde. C’est donc quelque part un succès, auquel certaines améliorations pourraient cependant être apportées. Dans la mesure où il s’agit d’étonner, de questionner et de faire remuer nos méninges, assurer à l’événement une présence beaucoup plus affirmée pour ne pas dire envahissante au sein de la cité ne serait pas un luxe. Lorsqu’on veut étonner, il faut aussi oser ……Une certaine démesure m’apparaît indispensable, et me semble même devoir être la caractéristique essentielle de ce genre d’événement.
    Bien Cordialement.







    Bien à vous.



    Dominique MIRASSOU.
    Dominique MIRASSOU
  • jyt
    Le 14 Octobre 2009 à 21 h 14 min
    Votre billet sur Evento donne l'envie d'aller à Bordeaux pour apprécier cet évènement sur place!...Il fallait en effet être "gonflé" pour oser mettre en valeur l'art contemporain qui déconcerte souvent, mais qui est bien souvent un surprenant écho de l'air du temps que nous vivons!...Apparemment, le pari semble gagné et c'est tant mieux pour le peuple bordelais!...Cela ouvre des perspectives et une ambition culturelle pour la ville de Bordeaux qui doit devenir aussi attractive sur ce plan que Barcelone!...Cordialement. Jyt.
    jyt
  • laurent
    Le 14 Octobre 2009 à 11 h 03 min
    ... Bonjours , c est vrai que evento est une une vrai réussite , espérant que la passerelle des Quinconce reste la pour toujours car c est une oeuvre vraiment exceptionnelle .. D avance M Juppe ... MERCI !!!!
    laurent
  • Jérôme HERRERA
    Le 12 Octobre 2009 à 20 h 46 min
    Bonsoir,

    Je tiens à réagir aux différents commentaires ci-dessus. Tout d’abord, hors l’aspect artistique que je ne saurais commenter, Evento est une formidable réussite de part l’engouement généré auprès du grand public. Il n’y avait qu’à se promener dimanche pour voir la foule présente sur les lieux de l’événement.
    J’espère que cette biennale donnera à Bordeaux le souffle culturel qui fera suite à sa transformation de ses dernières années, et assoira le rayonnement international de la ville dans la durée.

    Je me permets de dire cela, car je transporte tous les jours des dizaines de personnes dans mes cyclotaxis. La très grande majorité est époustouflée du changement de la ville, et maintenant que la transformation urbaine est en partie faite, que l’environnement devient une préoccupation, il est nécessaire à mon sens de dynamiser entre autres les tissus culturel et artistique.

    Je tiens à remercier Mr Portier de son commentaire. En effet, les cyclotaxis de cyclopolitain sont maintenant devenus le meilleur moyen de se balader en ville. Dans les petites rues, chacun à son rythme, avec un cyclonaute qui connaît parfaitement les moindres recoins de la cité…
    Lors de ce fabuleux week-end, que nous venons de passer, nos 5 cyclos ont transporté près de 200 personnes…Pour retrouver un week end à cette hauteur, je dois seulement remonter à la fête du fleuve, durant laquelle nous avions transporté près de 500 personnes sur 2 jours…

    Tous ces évènements dynamisent la vie bordelaise et son économie.

    Notre compagnie, Cyclopolitain, se développe et fait des petits dans de nombreuses villes. Aujourd’hui, j’essaie de développer notre activité dans notre ville. De nombreuses opportunités sont envisageables, et reconnues. En effet, mon équipe et moi-même avons été nominés aux prix de l’entrepreneur de Bordeaux, et allons recevoir le prix coup de cœur de l’agenda 21 du conseil général de la gironde.

    Je finis donc à nouveau par vous remercier monsieur le maire, pour le renouveau de notre ville, et pour le dynamisme qui en découle.

    Très respectueusement.
    HERRERA Jérôme
    Jérôme HERRERA
  • Christophe ABADIE
    Le 12 Octobre 2009 à 14 h 50 min
    Monsieur le Premier ministre,
    Avec tout le respect que je vous porte, j'avoue n'être convaincu ni par votre billet, ni par EVENTO, qui est une vaste farce provocatrice, dont j'ai tout vu, samedi et hier.
    Vous dites que l'expo du CAPC "ouvre des perspectives joyeuses sur la ville durable" (sic). Pardon, mais je ne comprends pas le sens de cette phrase.
    Il est vrai que la passerelle de Kawamata est décorative, et plaisante à l'oeil.
    Les extraits de GITAI passionnants, et d'ailleurs déjà connus.
    Mais l'ensemble reste une kermesse extrêmement méprisante pour la population.
    Comment pouvez-vous financer à un tel niveau de pareils objets ?
    Ce tronc d'arbre d'Oscar TUAZON n'a pas de sens artistique, pas plus que ces véhicules écrasés de poutres, ces chaises de bureau coulées dans un bloc de béton (de Pedro BARATEIRO) ou cette barricade de Fernando SANCHEZ-CASTILLO accompagnée d'un commentaire de la guide pour le moins prétentieux...
    Je suis navré de paraître "ronchon", mais la réalité c'est que je suis passionné d'art, et qu'il me semble que le public est amené directement à une création qui n'a guère de sens.
    Regardez l'état du musée des beaux arts de Bordeaux : il est pitoyable, ses cimaises portent les mêmes reliques depuis trois ou quatre décennies, alors que ses réserves regorgent de merveilles (même contemporaines !) qui ne sont jamais montrées ! Allez faire un tour au musée des beaux arts de PAU...vous y verrez le merveilleux mélange des siècles et des couleurs.
    Je sais que vous n'êtes pas personnellement en cause, mais vous donnez la parole à des opérateurs un peu trop vaniteux, qui construisent un discours "plein de vacuité" autour de la "notion" d'art contemporain.
    Même à Venise, on peut voir des horreurs, j'en conviens, mais les vénitiens savent d'où ils viennent et connaissent "leurs" artistes.
    Avant de faire avaler des voitures écrasées à la population, dites à cette dernière qu'elle possède aussi des MARQUET, BONNARD, BELLAN, LAMBERT, MATISSE, et tant d'autres artistes qui lui sont restent cachés.
    Très respectueusement vôtre,
    Christophe.
    Christophe ABADIE
  • vincent portier
    Le 12 Octobre 2009 à 13 h 33 min
    Très juste remarque sur cette exposition que j'ai parcourue moi-même ce Vendredi soir et Samedi matin. Malheureusement mon agenda déjà chargé ne m’a pas permis de voir la projection à la base. Cette exposition nous permet de nous féliciter loin de tous clivage de la place que ce doit d’occuper la plus belle ville de France tant au niveau Urbanistique que Culturel.
    Une mention spéciale au cylopolitain que j'ai découvert ce week end à Bordeaux .Sans contexte le meilleur moyen de transport pour découvrir le coeur de Bordeaux.Pas cher(2 euros le Klm)Silencieux,écologique,hybride ,propre et Humain.
    Je conseil à Monsieur le Maire et à tous de faire un tour avec depuis la Mairie ou le Regent.Il y en a 5 pour le moment mais déjà 40000 personnes transportées en 1 ans.Une grande idée de Monsieur Jérome Herrera sont responsable d'exploitation.
    Bordeaux Patrimoine Mondiale de l'Humanité mais aussi capitale pour l"environnement et la culture.
    vincent portier
  • vincent portier
    Le 12 Octobre 2009 à 13 h 19 min
    Très juste remarque sur cette exposition que j'ai parcourue
    vincent portier
  • Flavius Josèphe
    Le 12 Octobre 2009 à 00 h 50 min
    Le Bunker de la dernière rafale.
    Ach so,pas mal cette idée de recycler l'architecture de l'Amiral Dönitz , le nid des meutes de loups,par les images du cineaste ex-secouriste des divisions blindées du Kippour, adaptateur de la Guerre des Juifs ,de Flavius... On aurait pu y ajouter des extraits du film de J.P. Jeunet(Le bunker..), ou de de celui de Jean des Cèdres,John Cedar, auteur de "Beaufort"...Quant à "Evento" cela fait produit de La Poste pour attirer les économies des pigeons...mais c'est bien,et vive Bordeaux:v'la de quoi réveiller le Leviathan ,qui sommeillait au fond des eaux,depuis que le boutre du sultan avait coulé dans le confluent de la Garonne...
    Flavius Josèphe
  • viv
    Le 11 Octobre 2009 à 23 h 29 min
    il ne faut pas grand chose de plus pour que l'ambiance de la base navale soit étrange, en elle-meme, elle est étrange et angoissante, grace à l'eclairage, aux bruits tamisés ou amplifiés par l'eau le climat dégagé est déjà vraiment très spécial ...félicitation pour avoir renoué avec "l'avant-garde"
    viv
  • claude bertin
    Le 11 Octobre 2009 à 20 h 17 min
    Et bien entndu aucune mention du passage du ministre -pédophile. ça c'est du courage, du vrai. Pauvre france.
    claude bertin

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux