Blog Notes d'Alain Juppé

Faux débat

Publié le 03/05/2013 par Alain Juppé

Austérité ou croissance, c’est le type même du faux débat.

Quand on parle d’austérité, on parle de lutte contre le surendettement, et donc de réduction des déficits publics. Quelle est l’alternative ? Laisser filer les déficits,  ne pas toucher à la dépense publique, et même l’augmenter, en recrutant par exemple de nombreux fonctionnaires supplémentaires? Cela nous mènera où? Il y a un moment où les prêteurs cesseront de nous faire confiance et nous serons emportés dans la spirale de la hausse des taux d’intérêt. C’est exactement ce qui a mis la Grèce, l’Espagne, le Portugal et même l’Italie au bord de la faillite. Les mêmes causes produiront sur nous les mêmes effets. Mais cette fois, la zone euro n’aura plus les moyens de nous aider. Elle éclatera. L’Union Européenne n’y survivra pas. On imagine le cauchemar.

La remise en ordre de nos finances publiques est, en réalité, la condition nécessaire du redémarrage d’une croissance saine. L’histoire récente nous en apporte la démonstration: les périodes de redressement budgétaire (1986-1988, 1995-1997 notamment) ont été suivies de périodes de croissance soutenue et de réduction du chômage (gouvernement Rocard, gouvernement Jospin… on se souvient de la cagnotte de 1999). Et pas seulement du fait de l’amélioration de la conjoncture internationale.

Rien n’interdit d’ailleurs d’accompagner une politique de sérieux budgétaire par des mesures de préparation du retour à la croissance: des mécanismes puissants d’orientation de l’épargne des Français, qui reste considérable, vers le renforcement du capital de nos PME et de nos ETI (entreprises de taille intermédiaire) y contribueraient efficacement en relançant l’investissement productif. Des incitations fiscales intelligentes seraient pour cela beaucoup plus pertinentes que la distribution d’argent public par une nouvelle banque publique (BPI).

C’est la bonne gestion qui favorise la croissance, pas le laxisme.

Partager cet article

0 commentaires pour « Faux débat »

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux