Blog Notes d'Alain Juppé

Imagination, maîtresse d’erreur

Publié le 21/06/2007 par Alain Juppé

Il faut toujours en revenir à nos grands auteurs: Montaigne, Pascal et quelques autres.

C’est ce que je me disais ce matin en lisant l’article de Carole Barjon (dans le Nouvel Observateur), article intitulé: « Juppé: une cabane à Bruxelles? »

J’ai de la considération pour cette journaliste. Je n’en suis que plus sidéré par les inventions sur lesquelles est bâti son papier. J’ai bien noté le point d’interrogation en fin de phrase. Mais quand même! Où a-t-elle été péché que je rêvais de devenir président de la commission européenne?

Imagination, « maîtresse d’erreur et de fausseté »… Autrement dénommée: « la folle du logis ».

Partager cet article

16 commentaires pour « Imagination, maîtresse d’erreur »
  • hélène stricane
    Le 17 Juillet 2007 à 16 h 56 min
    Monsieur,
    On parle beaucoup de transports en commun pour pallier à une certaine pollution. Il y a pourtant tant de solutions simples à mettre en place. je travaille à Ravezies en face de la gare et habite à 55kms en Charente Maritime comme beaucoup de gens n'ayant plus les moyens de faire de l'accession à la proprièté à proximité. Le TGV passera sur ma commune alors que tout le monde attend un TER! La circulation sur la A10 est devenue infernale à cause du traffic des poids lourds, sans parler de la traversée du pont d'Aquitaine! Alors pourquoi ne donne t on pas la priorité à la mise en place de TER car nous sommes des milliers à prendre la route tous les matins sans autres solutions et nous travailleurs pauvres sommes encore les premiers touchés par la hausse des carburants! Et en plus avoir une gare juste en face de son lieu de travail, c'est encore plus ralant car beaucoup de mes collègues venant même des banlieues avoisinantes
    laisseraient volontiers leur voiture au garage!
    respectueusement
    Mme STRICANE
    hélène stricane
  • Beatrice pardes
    Le 16 Juillet 2007 à 19 h 32 min
    Samedi soir, pour le 14 juillet mes fils et moi nous sommes aller voir le feu d'artifice sur les quais comme de nombreuses autres personnes. La soirée été trés agréable mais cela n'a pa duré, car quand il a fallu prendre le tram pour retourner a merignac impossible celui été bondé de monde et le prochain que 20 minutes aprés, alors comme de nombreuses personnes nous avons été obligé de rentrer a pied, je suis quand meme étonnée qu'un soir comme celui ci rien n'est été organisé pour le transport de tous le monde.En espérant que pour le feu d'artifice de juillet 2008 cela ce passera autrement.
     Beatrice pardes
  • Eric THEBAULT
    Le 16 Juillet 2007 à 16 h 24 min
    Bonjour M. Juppé. Une petite annecdote sans grande importance. Nous nous sommes rendus, mon épouse et moi-même, samedi 14 juillet en fin de soirée, à Bordeaux pour assister au feu d'artifice tiré du Pont de Pierre. Cette année encore, nous n'avons pas été déçus. Quelle spendeur ! Et encore toutes nos félicitations pour avoir fait de Bordeaux ce qu'elle est devenue et qui nous émerveille sans cesse. Nous voulons par contre attirer votre attention sur ce qui nous est arrivé en repartant du feu d'artifice. Evidemment, nous pouvions nous attendre à des embouteillages, considérant la marée humaine qui y assistait. Ce que nous n'avions pas prévu, c'est que l'embouteillage le plus inconfortable nous attendrait au 1er sous-sol du parking Tourny. En effet, les gestionnaires ont eu l'idée géniale de supprimer la possibilité de paiement direct par carte bancaire aux bornes d'entrée/sortie, et d'obliger chacun à prendre un ticket, payer avant de sortir aux caisses automatiques, puis récupérer son véhicule et quitter le parking. Ce à quoi n'ont pas pensé lesdits gestionnaires, c'est que compte tenu de l'embouteillage, lorsque chaque véhicule se présentait aux bornes de sortie, le ticket était périmé, et il fallait s'extraite du véhicule (pratique quand on a la portière bloquée par la borne), et aller aux caisses automatiques pour rajouter de la monnaie. La petite plaisanterie nous a bloqués une heure dans des conditions de confort extrêmes (bruit, gaz d'échappement, oppression, etc...). Mon petit "coup de gueule" n'est pas un reproche qui vous est destiné - vous ne pouvez tout contrôler - mais je voulais juste vous informer, et surtout encore vous féliciter pour votre action pour Bordeaux et vous assurer aussi de tout notre soutien.
    Eric THEBAULT
  • bernard marces
    Le 28 Juin 2007 à 21 h 58 min
    bravo monsieur juppe pour l'unesco mais quel travail titanesque accompli je ne crois pas que vous lirez mon mail mais c'est le seul moyen de vous feliciter que j'ai . MERCI
    bernard marces
  • MARC GIONA
    Le 25 Juin 2007 à 11 h 24 min
    Serait il possible de faire en sorte que le miroir de Bordeaux se trouvant sur les quais serve à son projet initial et non à une promenade incessante d'adultes et d'enfants privant ainsi les touristes et les bordelais d'un très joli spectacle.
    MARC GIONA
  • Norbert Peyssou
    Le 24 Juin 2007 à 17 h 30 min
    Quoi dire? Quoi faire? C'est là que se jugent les hommes, les purs. Dans ces moments de grande solitude, quand mille et une questions nous traversent l'esprit, que le doute s'empare de nous et essaie de nous absorber. Non, il ne faut pas répondre et baisser les bras. Courage!!! la machine va repartir et "ramasser tout ce qui passe à portée de la main". Bravo et encore bravo !!! Votre campagne a été à la hauteur de ce que l'on attendait d'elle. En politique, comme au cirque, le petit bonhomme, chute, se relève et repart. Vas y Alain
    Norbert Peyssou
  • Chris Tref
    Le 24 Juin 2007 à 17 h 26 min
    Merci et bon voyage Mr Juppé. La page se tourne et il ne fait pas avoir de regret.

    Ce n'est plus votre heure d'être à la tête de l'état. Il faut laisser la place aux jeunes.

    Cordialement.

    C.TREF
    Chris Tref
  • Claudia Braun-Mathieu
    Le 24 Juin 2007 à 16 h 45 min
    Cher Monsieur,
    Je ne possède pas votre plume. Pourtant, je voudrais vous témoigner mon estime par des mots simples et sincères. J'aurais souhaiter que vous soyez élu et que vous conserviez ainsi le Ministère qui vous avait été attribué. Je n'ai pas toujours compté parmi vos soutiens politiques. Mais, à votre retour du Canada, vous m'aviez convaincue de votre grandeur politique. Votre force de conviction lors de l'émission Riposte avait confirmé mon sentiment. Je regrette votre départ. Je souhaite que vous surmontiez cet échec. Je suppose que cela vous sera difficile pendant quelques mois, mais votre nature combative vous aidera à dépasser cette épreuve et quel que soit le chemin que vous prendrez, je vous souhaite du bonheur, et avant tout du bonheur familial, qui est à mon sens le plus précieux.
    Avec toute ma sincère considération.
    Claudia Braun-Mathieu
  • sylvain SEMHOUN
    Le 24 Juin 2007 à 15 h 27 min
    c'est rageant etre si pres de la victoire et lacher cette victoire a cause d'un irresponsable qui aurait du se retenir au lieu de deblaterer sur une taxe sociale.Par votre comportement vous avez plus que demontre que vous etiez un homme de parole ,un vrai de vrai.Vous aurez encore l'occasion de le demontrer.LE PLUS CE N'EST PAS DE TOMBER C'EST DE SE RELEVER ET DE CONTINUER .Courage,bonne continuation ,l'avenir est devant vous,mes sinceres salutations
    Sylvain SEMHOUN Delegue elu UMP-ISRAEL ET CONSEILLER Elu AFE
    sylvain SEMHOUN
  • M le Béni T
    Le 24 Juin 2007 à 14 h 49 min
    En revenir aux grands auteur, Montaigne, Pascal...

    Mais je me disais, M. Juppé est normalien. Et s'il revenait à ses amours de classe préparatoire ? La littérature, que diable !
    M le Béni T
  • René ROVARIS
    Le 24 Juin 2007 à 13 h 24 min
    Monsieur JUPPE,
    Ce n'est que le témoignage d'un anonyme qui n'a jamais eu l'occasion de vous rencontrer mais qui a pu vous apprécier au travers de vos discours et articles. Le sentiment que j'en ai sur tous les évènements récents que vous avez rencontrés c'est que vous êtes un homme de valeur et que contre vents et marées vous devez poursuivre votre action. La FRANCE a besoin de vous. Cordialement
    René ROVARIS
  • christine chauchoy
    Le 24 Juin 2007 à 13 h 11 min
    Merci de rester à la mairie de Bordeaux, bien que de la région parisienne, j'ai appris avec un certain bonheur que vous restez à Bordeaux. Je viens ici saluer votre courage politique et humain. Vous payez et avez payé déja un prix bien lourd pour cela...
    Je vous souhaite de revenir bientôt au premier plan car nous avons besoin d'hommes tels que vous.
    Bien à vous
    christine chauchoy
  • jack cauwell
    Le 24 Juin 2007 à 12 h 49 min
    courage bordeaux a besoin de vous ami
    les bordelais bourgeois ont prefere le ferre a juppe
    vous etes au dessus du lot exemple
    a merignac lors de l inauguration du tram le sieur ROUSSET etait venu parler au bas peuple et ... comme d hab le temps d attente fut de 32 minutes ou est la politesse ROYAL !!!
    jack cauwell
  • xavier GUYADER
    Le 24 Juin 2007 à 12 h 15 min
    MONSIEUR ALAIN JUPPE,

    Ne nous abandonnez pas.
    Notre pays ne peut se payer le luxe de se passer d'hommes comme vous.
    Je veux par ce message vous exprimer tout mon soutien.


    Bien cordialement,
    Xavier GUYADER
    Gérant de Sociétés
    xavier GUYADER
  • Geneviève Rebouleau
    Le 24 Juin 2007 à 11 h 44 min
    Etant de la région parisienne et 100 % juppéiste, je viens vous apporter mon soutien quant à votre éviction de la députation de Bordeaux. Les gens se rendront vite compte de votre valeur et vous redonneront ce qui vous a appartenu, c'est à dire votre siège à l'Assemblée Nationale.
    Geneviève Rebouleau
  • x. x.
    Le 24 Juin 2007 à 09 h 20 min
    "Le vrai miroir de nos discours est le cours de nos vies". (Montaigne)
    Le cours de notre vie! Qui peut savoir d'avance quel sera le cours de notre vie! La vie, c'est un combat! Mais on peut être prévoyant et s'armer de discernement et une bonne conscience. Et, en fin de compte, toujours revenir à notre cœur. Comme disait un de nos grands auteurs : "Notre couche, c'est notre cœur : c'est là que nous sommes en proie à notre mauvaise conscience ; c'est là que nous trouvons le repos quand notre conscience est bonne." Oui, "le sein de l'homme intérieur est la conscience de son cœur". Il faut toujours revenir à son cœur.
    Qu'en pensez-vous?
    x. x.

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux