Blog Notes d'Alain Juppé

Ingrid Betancourt

Publié le 14/12/2005 par Alain Juppé

Une lueur d’espoir en Colombie: le gouvernement aurait accepté la proposition de la France, de la Suisse et de l’Espagne de créer une zone démilitarisée sous contrôle international afin de négocier un échange humanitaire de prisonniers avec les Forces Armées Révolutionnaires (FARC) qui détiennent notamment Ingrid Betancourt depuis trois ans.

Je me souviens très bien de l’entretien que j’avais eu à Bordeaux avec la jeune femme qui s’apprêtait à se lancer dans la campagne électorale colombienne. Sa jeunesse, son enthousiasme, sa force de conviction m’avaient rempli d’admiration. Je souhaite de tout coeur qu’elle retrouve le plus tôt possible la liberté au nom de laquelle elle s’est battue.
14/12/05

Partager cet article

4 commentaires pour « Ingrid Betancourt »
  • boris
    Le 16 Décembre 2005 à 00 h 16 min
    C'est une bonne nouvelle mais il faut attendre la réponse des farc, et surtout que les négociations avancent vite car les éléctions de 2006 ont un role important dans ces négociations et je crains qu'après ces élections on ne soit repartis pour une longue période de silence.
    Son combat et sa détermination font qu'elle mérite particulièrement une attention de l'état francais et pour ses enfants, sa famille et pour la colombie, elle doit être libérée rapidement. La souffrance doit être suffisament forte pour ne pas être prolongée
    boris
  • ROM1 .
    Le 15 Décembre 2005 à 20 h 00 min
    "Que le président Alvaro Uribe ait accepté la proposition de la France, de la Suisse et de l'Espagne de démilitariser une région de 180 kilomètres carrés sous contrôle gouvernemental est sans aucun doute un changement significatif de la politique officielle sur la question des échanges humanitaires", relève l'éditorial d'El Tiempo.

    Mais malgré tout, ajoute le quotidien colombien, cette annonce laisse planer un doute important sur l'issue d'une telle initiative, car deux écueils demeurent : les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) vont-elles accepter de négocier ? la manœuvre d'Uribe n'est-elle pas purement électoraliste ? Le président colombien est en effet candidat à sa réélection, après avoir fait modifier la Constitution du pays, qui limitait jusque-là la présidence à un seul mandat. Cette nouvelle situation dans le paysage politique pèsera évidemment sur les négociations avec les FARC, estime le journal.


    El Tiempo note tout d'abord l'importance de l'implication de "la communauté internationale dans la guerre civile colombienne. Il est plus que probable que sans l'intervention d'un tiers un conflit aussi général et aussi complexe que celui dans lequel notre pays est plongé est impossible à résoudre." En particulier, remarque l'éditorialiste, "la participation de la France à cette initiative est remarquable, Paris n'ayant pas ménagé ses critiques contre la position de Bogotá, jugé trop fermé aux négociations. La France est directement concernée par le conflit à cause d'Ingrid Betancourt", qui est franco-colombienne et détenue par les FARC.

    Qu'Uribe ait finalement écouté Paris est donc déjà en soi-même un premier pas. "La balle est maintenant dans le camp des FARC", affirme l'éditorial. "Si la guérilla de gauche refuse toutes discussions en alléguant que le gouvernement a accepté de discuter parce que cela est électoralement bon pour Uribe, ce sera la preuve de l'intransigeance irréductible des FARC. Et un coup terrible aux espoirs des prisonniers et de leur famille."

    Ensuite, s'interroge encore l'éditorialiste, que cherche vraiment Alvaro Uribe ? "Pourquoi, par exemple, a-t-il rendu la proposition publique avant même d'être sûr que cela devienne un accord vraiment solide avec les FARC ? Cela laisse penser qu'il espère renforcer sa position politique intérieure, ce qui n'augure rien de bon pour les échanges humanitaires. Il ne reste qu'à espérer que, comme cela est probable, les FARC ont été consultées par avance. Si ce minimum requis n'a pas été fait, ce qui en apparence est une avancée se traduira à coup sûr par une nouvelle déception."


    ROM1 .
  • Alain Lefebvre
    Le 15 Décembre 2005 à 14 h 51 min
    Bonjour Mr Juppé.Je me réjouis d'apprendre aujourd'hui à la lecture de S/O page 1-6 que la Haute Juridiction avait rejeté les ultimes pourvois de certains Bordelais bien connus pour leur activisme forcené.
    Vous êtes de nouveau éligible et ce n'est que justice après que vous ayez du payer,seul,les conséquence d'une responsabilité collective. Dans ces circonstances on imagine combien il faut avoir le cuir épais pour ne pas baisser les bras.Le ciel est clair,l'avenir vous appartient, beaucoup comptent sur vous et vous le savez bien! Je vous souhaite de passer d'excellentes fêtes de fin d'année.
    PS: Il y trois ou quatre semaines et sur la foi d'une info du matin d'une radio périphérique,j'avais noté 2 bonnes nouvelles vous concernant (votre anniversaire et la décision de la Cour de Cass).Pour l'anniversaire c'était trop tard et pour la Cour c'était trop tôt !Pan sur le bec comme dirai un hebdo bien connu.La prochaine fois je vérifierai mes sources.
    Veuillez m'en excuser.Bien à vous.
    Alain Lefebvre
  • Olivier Ortéga
    Le 15 Décembre 2005 à 13 h 35 min
    Le drame d'Ingrid Betancourt et celui des 3000 autres otages des FAR doit nous interpeller sur un constat de plus en plus évident : la barbarie ne cesse de se développer sur le terreau d'une déliquescence des valeurs spirituelles. L'évolutions de nos sociétés vers plus de matérialisme et moins de spiritualité nous conduit à une multiplication des situations où la violence tentera d'inscrire sa primauté sur le droit et les valeurs pour lesquelles nos ancêtres se sont battus.

    Je souhaiterai profiter de cette lucarne si précieuse pour évoquer un drame récent.

    Le député libanais Gébrane Tuéni a été assassiné ce lundi.

    Bon. Et alors, me direz-vous ?

    Et alors ? Et bien il y a des événements qui possèdent plus de signification qu'on ne peut leur en prêter de prime abord.

    Ce journaliste chrétien symbolisait la volonté du pays du Cédre à poursuivre son émancipation de l'influence syrienne et retrouver la force qui fut la sienne dans cette région : celle d'un pays oecuménique dans lequel la liberté d'expression était une réalité.

    Oui, bon... C'est dommage... c'est même triste ! Mais en quoi sommes-nous concernés ?

    Tout d'abord, venant après l'assassinat du premier ministre Hariri et ceux d'autres journalistes, cette nième exaction clairement signée par la Syrie va tester la capacité de réaction de la "machine" onusienne. Et rien que cela, c'est quelque chose de significatif pour les années à venir et les conflits potentiels à venir !

    Pour revenir au point Libanais, Damas voit clairement un danger à laisser son voisin occidental retrouver sa capacité de diffusion des idées de liberté. Il faut savoir que le Liban a été au proche et moyen orient ce que la France des lumières a été à l'Europe au temps de Voltaire et de Rousseau : un phare diffusant ses idées de liberté et ses valeurs de progrès ! Le pouvoir des mots est plus important que celui des kalachnikofs.Encore faut-il pouvoir s'exprimer... Les pays arabes voient forcément d'un mauvais oeil cette lumière mettant en évidence leur fonctionnement autocratique.

    La Syrie sera probablement soutenue par l'Iran dont le président s'est encore illustré ce matin en niant l'holocauste. L'histoire bégaie... Les alliances de circonstances se font. Les coquins s'assemblent pour défendre leur légitimité. Une poudrière se forme mais ce n'est pas la seule et pas la plus importante hélas !

    Le pire est que les points chauds sur la planéte sont clairement identifiés : l'Iran, la Syrie, le Pakistan et surtout l'immense bombe à retardement qu'est Taiwan ! Les contextes sont différents mais feront apparaitre dans leur développement des ingrédients hautements sensibles comme la confrontation entre plusieurs grandes puissances et/ou la présence d'armes nucléaire et/ou l'affrontement de religions.

    L'Inde et le Pakistan font un bras de fer sur le Cachemir, la Chine et les USA sur Taiwan, la Chine et le Japon se disputent des terres, la Russie et la Chine en font de même, la Corée du Nord vit un cauchemar sans nom... La quasi-totalité de ces pays possède l'arme nucléaire !

    S'il est concevable de maîtriser une dissuation nucléaire entre deux grands pays comme ce fut le cas lors de la guerre froide, qu'en est-il lorsque l'arme nucléaire et biologique commence à être diffusée à travers plusieurs pays dont les rênes ne sont pas tenus par des mains sages ?

    Le père de la bombe nucléaire pakistanaise a déjà divulgué un certain nombre d'informations sensibles auprès de certains pays afin qu'ils progressent dans l'acquisition de cette arme.

    Il est inconcevable qu'une détention étendue de telles armes ne débouche pas sur leur utilisation à moyen terme si ce n'est à court terme. La capacité technologique de créer des armes biologiques à forte capacité de nuisance est réelle et ne sera pas dédié aux seuls états. Des groupes terroristes vont très bientôt la maîtriser et l'utiliser. La question n'est plus de savoir s'il vont le faire, mais quand et où ?

    L'évolution de notre monde est symptômatique d'un manque cruel de valeurs et de spiritualité. L'effet boomerang de notre abandon des véritables valeurs humaines nous conduit directement dans une logique implacable dont plus personne ne semble pouvoir maîtriser le développement.

    Que peut-on faire ? Que faut-il faire ? La machine est clairement en route et le temps va bientôt presser. C'est une question d'une dizaine d'années, si ce n'est de quelques années. Les états occidentaux ne pourront rien faire sans l'appui de leurs populations. Mais qui veut aujourd'hui penser à demain et aux problèmes qui ne sont pas encore touchables du doigt ? Qui veut se mobiliser pour des territoires si lointains ?

    La relecture de l'histoire permet au moins d'éclairer des potentialités d'avenir. Des actions précoces auraient pu prévenir certains conflits... Mais qui aurait voulu mourir pour Dantzig ? N'est-il pas préférable de différer des conflits majeurs en acceptant l'inacceptable ?

    Le problème est qu'accepter l'inacceptable conduit systématiquement à des conséquences pires quelques années plus tard.

    Vendons donc des technologies sensibles à la Chine et continuons à privilégier les contrats commerciaux faussement juteux pour se donner l'illusion que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

    Les consciences se réveilleront-elles avant qu'il ne soit trop tard ? J'en doute.

    Il y a des logiques dont "l'inexorabilité" échappe curieusement à la conscience ... Réflexe de protection par simple déni ? Si c'est le cas, cela confirme bien le niveau de conscience et de spiritualité auquel nos civilisations "modernes" sont parvenues.
    Olivier Ortéga

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux