Blog Notes d'Alain Juppé

JO…tristesse

Publié le 06/07/2005 par Alain Juppé

Comme nombreux d’entre vous sans doute, j’ai assisté devant mon poste de télé à la proclamation en direct de Singapour du vote du Comité International Olympique.
Merveilleuse communion dans la confiance de l’attente…Immense tristesse de l’échec.
Maintenant, il faut se montrer beau joueur, même si c’est difficile, et ne pas tomber dans le masochisme national…
06/07/2005

Partager cet article

11 commentaires pour « JO…tristesse »
  • Gabriel ROCHE
    Le 07 Juillet 2005 à 00 h 42 min
    Je suis déçu de voir toutes ces personnes qui se sont tellement investi dans cette candidature ne pas être récompensé de leurs efforts méritoires.

    Mais sachons être magnanime : Notre pays a organisé successivement, en seulement une demi-générationn : les JO d’hivers, la coupe du monde de football, les mondiaux d’athlétismes.
    De plus nous avons l’exclusivité d’un événement sportif devenu aussi international que ses lauréats : le Tour de France.

    Chacune des ces organisations a été couronnée d’un succès incontesté dont nous pouvons nous être légitimement fier.

    De l’autre coté de la Manche aucun rendez-vous mondial de cette envergure depuis 40 ans. Laissons-en un peu pour les autres.

    La vérité c’est que les dossiers de Londres et de Paris étaient tout aussi excellents et brillamment défendus et que, dés lors, seul l’arbitraire de détails insignifiants a pu présider à cet ultime et incontournable choix.
    Gabriel ROCHE
  • Marie R B
    Le 07 Juillet 2005 à 00 h 09 min
    Cher Monsieur Juppé, j'étais à l'hôtel de ville de Paris, confiante et prête à faire la fête, quand j'ai été assommée comme des millions de gens... On s'était laissé bercer par l'optimisme ambiant, peu vigilants et peu sensibles à ce que faisaient nos principaux concurrents. Même les bookmakers pariaient désormais sur Londres... Mais nous, on n'a rien vu venir. Il nous faudra du temps pour tout comprendre...
    Marie R B
  • Philippe Axelos
    Le 06 Juillet 2005 à 23 h 57 min
    Paris n'organisera pas les JO avant longtemps. Après tout, ce n'est pas une catastrophe nationale : ce n'est que du sport, même si l'impact économique d'une telle manifestation n'est pas à négliger.
    Ce qui serait plus grave, c'est que cet échec donne du crédit à l'idée suivante : notre pays passerait de plus en plus, aux yeux de beaucoup, pour une nation cramponnée à des idées et à des valeurs qui appartiennent au passé, et donc à oublier. Et voir comment s'y prend Tony Blair pour défendre le "chèque" de l'UE au Royaume-Uni ne fait qu'accentuer cette impression.
    Aurons nous - quand j'écris nous je pense principalement à nos élus de tout bord - assez d'intelligence et de pédagogie pour montrer que beaucoup de nos idées n'ont jamais été aussi "modernes" qu'aujourd'hui. Prôner une agriculture en bonne santé pour donner à toute une population de bonnes habitudes alimentaires, une organisation des activités culturelles qui permet de maintenir diversité et qualité, une industrie nucléaire fortement nationalisée qui garantit sécurité, faibles rejets de CO2 et indépendance énergétique, un effort de recherche bien équilibré entre public et privé pour concilier recherche fondamentale et développement technologique, voilà des exemples très "français" n'ont pas pris une ride depuis des dizaines d'années.
    Mais trop de nos comportements appartiennent au passé : se planquer derrière le monopole d'Etat pour défendre ses privilèges petits ou gros, penser qu'on pourra durablement équilibrer nos comptes avec un taux d'activité parmi les plus bas des pays dits riches, croire que le repli sur soi et la limitation de l'immigration est une défense économique efficace etc. Dans le genre "ringard", les habitudes et les idées à bannir ne manquent pas non plus !
    Alors les feux de l'actualité olympique permettront-ils à notre pays d'y voir un peu plus clair ? Ou resteront nous aveugles au point de ne pas être capables de faire le tri entre ce qu'on doit impérativement changer et ce qu'on doit continuer à défendre ?
    Philippe Axelos
  • luc moraglia
    Le 06 Juillet 2005 à 23 h 22 min
    Vote de défiance que cette décision du CIO, défiance au peuple français et à ceux qui le représentent; nous n'inspirons plus confiance au monde; notre versatilité, notre pusillanimité, nos incohérences politiques et économiques et notre nombrilisme (l'exception française) ont fait que le meilleur dossier, sans faille et soutenu inlassablement par une équipe remarquable, n'a pas suffi à emporter la décision. Après le coup de marteau du 29 mai, je reçois le coup de massue du 6 juillet. J'aimerais bien partager l'optimisme de certains et croire que nous allons ouvrir les yeux, prendre conscience de la tâche à accomplir et, enfin!, nous retrousser les manches, agir de façon cohérente en tenant le cap jusqu'à ce que nous retrouvions des vents portants, dans un élan nécessairement populaire, mais je crains que nous ne restions, confits dans nos illusions, à attendre le coup... de grâce.
    luc moraglia
  • Sebastien Marc
    Le 06 Juillet 2005 à 23 h 15 min
    Paris. Un nom qui fait rever. Un nom qui murmure, comme le vent de la liberte. Une ville qui a vu tant d'amoureux s'enlasser sous ses giboules de Mars. Une ville qui montre encore les lumieres des siecles qui viennent de s'ecouler.

    Paris, pourtant une ville qui, avec tant d'atouts, vient de perdre face a la rigueur de Londres qui cherche, avec ses taxes, methodes, et qualite de vie a repousser les familles et les plus humbles hors de ses frontieres.

    Londres n'a pas gagne les JO. C'est Paris qui les a perdus.

    4 voix....

    Comptez deux voix finlandaises qui aurait vote pour Paris et qui, offensees par la remarque de Jacques Chirac, ont vote pour Londres, et on fait couler cette si belle ville, joyaux de France, face a l'austerite anglaise...

    C'est triste....

    Extrait du New York Times d'aujourd'hui:
    "Publication of the impolitic remarks, which included Mr. Chirac's joke that "the only thing the British have ever given European farming is mad cow" and his judgment that British food is the worst in Europe, after Finland's, enabled Mr. Blair to take the statesmanlike high road"

    Sans commentaire....
    Sebastien Marc
  • François F
    Le 06 Juillet 2005 à 23 h 09 min
    Est-il normal d'être démoralisé de la sorte ? Certes c'est dommage, nous n'auront pas les jeux olympiques de 2010. Mais je crois qu'une fois encore la France a voulu vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Le dossier était excellent, a-t-on appris de part et d'autre du globe, mais le dossier anglais y était tout autant. La France n'a pas gardé la tête froide. Quant à ceux qui prédisaient un avenir meilleur pour tous les français si le pays obtenait les jeux olympiques, ils me font peur. La croissance aurait-elle tant dû s'accélérer avec les JO ? Devait-on compter que sur les JO pour sortir la France de sa crise à ralonge ? Comment faire croire au peuple que sa vie serait meilleurs avec les jeux à Paris. Je crois là encore qu'il y a une grande faute de la part des politiques que de laisser entendre des choses pareilles. L'excuse est trop grosse pour le peuple y croit. Le gouvernement doit se prendre lui même en mains et ne pas attendre que le comité olympique vienne à sa place remonter le moral, et surtout le quotidien des français.
    François F
  • Gabriel fradet
    Le 06 Juillet 2005 à 18 h 39 min
    Quand allons nous donc enfin comprendre?
    Crécy, Azincourt, ces catastrophes militaires, la France presque entièrement occupée par les Anglais, sauvée in extremis par Jeanne...Le Canada, l'Inde, l'empire anglais, la Révolution industrielle réussie ici manquée là (et la Révolution Française en prime + Bonaparte etc.) , Trafalgar, le blocus continental raté, Waterloo, Fachoda, 194O-45, la sortie respective des empires coloniaux, réussie ici sanglante là et ce n'est pas fini, une femme vilipendée qui redresse d'une main de fer son pays et le projette dans le futur, contre des Présidents âgés, obsolètes et valétudinaires , les situations respectives aujourd'hui... et maintenant cette victoire au finish que je pressentais simplement à voir des photos des projets respectifs (voir mes contributions sur ce forum) comme aussi celle adressée à Mme de PANAFIEU à la suite d'un article publié dans l'Express avant- hier... et ces deux films si caricaturalement différents, toutes ces évidences qui crèvent les yeux de certains depuis des décennies et que les Français ne voient pas, enfoncés dans un passé révolu, labourages et pâturages du temps de Sully, une glèbe qui colle et bloque encore ...ici, une ouverture au monde qui libère là , des systèmes religieux différents qui ont accentué le collage ici et accompagné l'aventure là...
    Mais quand donc comprendrons nous?
    Le coup de pied au c.. que nous venons encore de recevoir et qui nous a laissés tout ébaubis (ah il fallait les entendre les radieux d'hier...ils ne comprenaient pas et en disant cela ils affichaient tout le problème français!) va-t-il enfin nous libérer de notre autisme cocardier et "glèbeux"?
    Cet échec est peut-être un bienfait... si on ne commence à geindre en jouant les victimes!
    GF
    Gabriel fradet
  • Françoise X
    Le 06 Juillet 2005 à 18 h 23 min
    Bonjour Monsieur Juppé,
    Déception, tristesse, sentiment d'injustice : pourquoi Londres et pas Paris?
    Qu'a t-elle que nous n'avons pas ?
    Ne méritions nous pas de remporter ces jeux aprés 2 défaites à notre conditature ?
    Un dossier défendu avec beaucoup de chaleur, d'enthousiasme, d'émotion et de foi ...la déception est à la mesure de l'espèrance.
    Cela aurait dynamisé une France frileuse, grincheuse, une France qui ne sait pas trop où elle va, une France inquiète qui aujourd'hui est une France triste.
    Pourquoi ne pas essayer de faire de cette défaite, une VICTOIRE?
    Pourquoi ne pas essayer de se prendre en main au lieu d'attendre toujours tout d'un Etat qui s'essouffle ?
    Pourquoi ne pas se persuader que nous valons largement nos voisins?
    Pourquoi ne pas voir tout ce que l'on nous envie au lieu de pleurer sur ce qui nous manque?
    La France a besoin de croire en elle, en son avenir, en sa capacité à rebondir et ce ne sont pas les médias presse et télévision confondues qui l'y aideront.
    Elle doit apprendre à s'aimer.
    Françoise X
  • A. ADAM
    Le 06 Juillet 2005 à 18 h 08 min
    La France s'est fermée à l'Europe il y a quelques semaines et aujourd'hui le monde se refuse à elle. La France paie son image ambigue au sein de la communauté internationale, elle paie aussi la droiture dont les formidables promoteurs de Paris 2012 ont fait preuve. La déception est à l'échelle de l'élan que cette nomination aurait pu susciter. Une mauvaise nouvelle parmi d'autre finalement. Les temps sont délicats...
    A. ADAM
  • sylvie bernasconi
    Le 06 Juillet 2005 à 18 h 01 min
    bonjour Mr Juppe !
    je partage votre tristesse pour les JO de 2012 pour Paris, moi aussi, j'ai regardé le résultat en direct de Singapour, cela aurait été formidable que Paris soit sélectionnée pour 2012, soyons beau joueur, bonne chance pour Londres.
    cordialement !
    sylvie bernasconi
  • Claude Dumas-Pilhou
    Le 06 Juillet 2005 à 17 h 18 min
    Notre délégation avait pourtant fait un excellent boulot. Pour une fois tout y était. Dossier bien ficelé, presse unanime, politiques la main dans la main. Un sans faute.
    Il nous a manqué quoi ? Que pouvons nous nous reprocher sans tomber dans le masochisme national ? Tout simplement je crois, de ne plus être vu à l'étranger comme un pays moderne, tendu vers l'avenir. Comme l'est la Grande Bretagne aujourd'hui, même si nous continuons à prétendre que tout celà n'est qu'artifice.
    Nous toucherons bientôt le fond. Probablement en ne parvenant pas à entrer dans la phase finale de la Coupe du monde de foot... Et après bonheur, notre société enfin consciente de ses faiblesses acceptera de se réformer. Nous sommes donc sur la bonne voie. j'en suis convaincu désormais et je vais déjà mieux.
    Claude Dumas-Pilhou

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux