Blog Notes d'Alain Juppé

Journal de France (2)

Publié le 19/02/2015 par Alain Juppé

Déplacement à Orléans hier et ce matin.

J’en retiens quelques temps forts:

– un déjeuner avec une quinzaine de jeunes actifs, pour la plupart créateurs de leur entreprise, souvent « auto-entrepreneurs ». Ils me décrivent leur parcours, qui ressemble à celui du combattant. Je retiens cette remarque d’une jeune commerçante: « Je recruterais bien une personne pour m’aider. Mais si je veux lui payer un salaire de 100, ça me coûtera, avec les charges, 200 au total. Je ne peux pas. » Ils restent néanmoins motivés, enthousiastes. C’est notre chance.

– Avec le maire d’Orléans qui m’accueille chaleureusement, je me rends dans le quartier de l’Argonne, quartier sensible, éligible à la « politique de la ville ». L’idée généralement admise, c’est que cette politique, menée sous des gouvernements successifs, est un échec. Je constate ici le contraire. L’opération, engagée depuis plusieurs années, a permis de rénover logements et commerces, d’amener le tramway, d’installer une maison de santé et de développer une action de prévention/médiation exemplaire. Je passe un long moment à la « maison de l’éducation et de la réussite » à discuter avec les responsables associatifs, les familles, les jeunes. Je suis impressionné par le travail accompli avec les familles : cafés des parents, alphabétisation des parents, plans d’accompagnement parental, parents-relais présents dans la rue avec les médiateurs… Anecdote: une bande de tout jeunes ados turbulents occupaient tous les soirs la place centrale devant les commerces et perturbaient le secteur. Les familles sont appelées à la rescousse et viennent s’installer sur les lieux. Le dialogue s’instaure. Les jeunes se calment…

Résultat de l’ensemble des initiatives pilotées par la mairie (y compris la présence policière) : la délinquance a reculé de près de 70% (actes constatés) de 2001 à 2014.

Au café de La pipe de bois, dans un vieux quartier magnifiquement rénové du centre-ville, je vais soutenir  nos candidats aux prochaines élections départementales. Ici comme presque partout où je passe, c’est l’union de la droite et des centres. C’est la stratégie qui s’impose.

– Apéritif-débat à Olivet, une des principales communes de l’agglomération. Formule originale : on est debout dans une grande salle, au milieu de 200 personnes. J’écoute plusieurs témoignages : un agriculteur, la responsable de la jeune chambre économique, un sympathisant qui m’interroge sur le Front National… Je reste près de deux heures à discuter avec les uns et les autres, de petit groupe en petit groupe. Je reçois beaucoup d’encouragements. C’est bon pour le moral.

Réveil matinal pour une interview sur France Bleue Orléans. Question d’actualité: la motion de censure. Je souligne que le 49/3 est une disposition constitutionnelle qui s’inscrit dans ce « parlementarisme rationalisé » voulu par le fondateur de la Vème République, le Général de Gaulle, pour donner au gouvernement les moyens de gouverner.  La motion de censure a peu de chances de recueillir une majorité ? Certes. Mais que ne dirait-on pas si l’opposition manquait cette occasion d’exprimer son désaccord avec la politique gouvernementale?

Avant de partir, dernière rencontre : un petit déjeuner avec une vingtaine de chefs d’entreprise confirmés. Un cri du coeur : « Simplifiez nous la vie! « . Un participant précise: « Les règlementations qui s’accumulent, parfois rétroactives, les contrôles en tous genres qui se multiplient, les décisions des prud’hommes etc… c’est comme un sac de pierre sur notre dos ».

Une suggestion d’Eric Doligé, président du conseil général qui participe à la réunion: « On devrait poser en principe qu’aucune norme nationale ne devrait être plus stricte que la norme européenne correspondante. » Il est vrai que nous en rajoutons souvent une couche, sans hésiter à rejeter la responsabilité sur Bruxelles. Je fais volontiers mienne cette proposition.

 

Suivez-moi sur Twitter et Facebook.

 

Partager cet article

0 commentaires pour « Journal de France (2) »

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux