Blog Notes d'Alain Juppé

Jusques à quand?

Publié le 28/05/2012 par Alain Juppé

Je ne l’ai pas caché pendant les dernières semaines que j’ai passées au Quai d’Orsay : l’incapacité de la communauté internationale, notre incapacité à arrêter le massacre du peuple syrien est pour moi une immense frustration.

Depuis le début de cette tragédie, le veto russe (et chinois) a paralysé le Conseil de Sécurité des Nations Unies.

L’obstruction de la Russie et de la Chine n’a que de mauvaises raisons. Au départ, les premiers projets de résolution excluaient très explicitement toute intervention militaire. Invoquer le précédent libyen n’était donc qu’un prétexte, pour couvrir d’autres intérêts. De même renvoyer dos à dos le régime et les terroristes supposés l’attaquer est, depuis le début, un déni de réalité. Quand le peuple syrien a commencé à manifester pacifiquement pour demander la liberté et la démocratie, Bachar et son clan ont refusé d’engager de vraies réformes et ont préféré se lancer dans une spirale de sauvage répression. Ils ont menti à tous ceux qui ont tenté de s’entremettre pour éviter le pire, c’est-à-dire la guerre civile. Tous les efforts que nous avons déployés: soutien au plan de la Ligue Arabe, résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies, réunions du groupe des Amis de la Syrie, jusqu’à la médiation confiée à Kofi Annan … toutes ces initiatives ont été bafouées pas Damas qui a feint de les accepter sans jamais les appliquer.

Aujourd’hui la répression dépasse toutes les limites de l’horreur.

Il faut lancer un appel solennel à la Russie et à la Chine pour qu’elles cessent de protéger ceux que le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies a clairement désignés comme des criminels, de sorte que le Conseil de Sécurité puisse adopter des sanctions efficaces et utiliser toutes les dispositions du chapitre VII de la Charte pour imposer la paix. La France doit le demander avec force.

Partager cet article

0 commentaires pour « Jusques à quand? »

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux