Blog Notes d'Alain Juppé

Laïcité, toujours et encore

Publié le 07/01/2005 par Alain Juppé

Je lis que la question du voile n’épuise pas le débat sur la laïcité. Of course! Si j’ai milité en faveur de la loi sur le voile à l’école (ou plus exactement sur les signes ostensibles en général, à quelque confession religieuse qu’ils se rattachent), c’est que j’y voyais un signal: le signal d’une prise de conscience et le début d’un combat.
L’actualité met le projecteur sur deux autres terrains de lutte:

-d’abord, la santé et plus précisément l’hôpital. Jeannette Bougrab qui connaît bien ces problèmes, notamment comme membre du Haut Conseil à l’Intégration, me donne quelques exemples : celui d’une équipe médicale poursuivie en justice parce qu’elle a transfusé une jeune femme frappée d’hémorragie; la patiente appartenait aux témoins de Jéhovah. Ou encore celui d’un mari lui aussi poursuivi en justice pour avoir roué sa femme de coups au motif qu’elle avait accepté de se laisser examiner par un médecin homme. Jeannette pense qu’on n’échappera pas à une modification de la loi Kouchner sur les droits du malade, pour bien réaffirmer les principes républicains en la matière.

-Deuxième domaine sensible: l’enseignement. De plus en plus de profs racontent les difficultés qu’ils ont à enseigner certains faits historiques, comme l’existence des camps d’extermination et de la Shoah, ou bien encore certaines matières scientifiques comme la théorie de l’évolution ou la psychanalyse. Les noms de Darwin ou de Freud provoquent des réactions de rejet de certains élèves qui y voient une attaque contre leur foi religieuse. Ici, une loi ne suffira pas. C’est un immense travail de pédagogie qu’il va falloir mener sur la durée.

Ce combat est essentiel. C’est vraiment notre idée de la République et notre philosophie du contrat social entre les Français qui sont en cause. Il ne faut pas céder. Ni à l’air du temps ni à la mollesse idéologique.
07/01/05

Partager cet article

17 commentaires pour « Laïcité, toujours et encore »
  • Victoire Perrel
    Le 12 Janvier 2005 à 11 h 10 min
    Cher Monsieur,

    Depuis quand Darwin et Freud sont-ils constitutifs d'une quelquoncque "républicanité" - pardonnez l'invention - ?!!

    Ce sont l'un et l'autre des théoriciens, avec leurs hypothèses et parfois leurs impostures, qui ont fait l'objet de suffisamment d'ouvrages.

    Je vous crois dans l'erreur quand vous affirmez qu'il faut réformer les esprits trop enclins à douter de l'enseignement estampillé conforme.

    Combattre l'idéologie islamiste à grands coups de dogmes libéraux, quelle illusion : ces gens ont le crâne dur. Mais aussi quelle vision de l'école : un bien joli moule à cerveaux, pour ceux qui l'ont trop mou !

    Victoire Perrel

    PS (si je peux me permettre) : félicitations, malgré tout, pour ce polit'blog.

    Victoire Perrel
  • frederic godfrin
    Le 10 Janvier 2005 à 22 h 19 min
    Avec l'affirmation de plus en plus forte et somme toute logique de la communaute musulmane de France, il est grand temps pour la France d'absorber pour de bon cette communaute. En clair les musulmans doivent faire ce que les chretiens ont du faire il y a un siecle : adapter leur religion a la legislation du pays, le contraire etant impossible (je vois mal la laicite, pilier fondamental de notre republique, ne serait-ce que legerement vasciller)... D'un autre cote je militerais pour que l'Etat francais fasse quelques gestes en faveur de cette religion, apres tout l'Alsace-Moselle est l'exemple meme de l'entorse au principe de laicite. Je pense en particulier a la construction de lieu de culte pour les musulmans : l'etat francais gere un patrimoine de plusieurs centaine d'eglises et de cathedrales, ca ne couterait pas grand chose de construire kelkes mosques. Ca enrichirait notre patrimoine (pourquoi pas creer des mosques a l'architecture typiquement francaise?) et cela permettrait une meilleure integration des musulmans qui se sentiraient moins exclus... Imaginez Paris resonnant des cloches des cathedrales et de l'appel a la priere lancee des minarets! Quel formidable symbole de tolerance non?
    frederic godfrin
  • Nicolas Leroy
    Le 09 Janvier 2005 à 12 h 54 min
    Bonjour Monsieur Juppé, je suis étudiant en droit et j'ai effectué l'ensemble de ma scolarité dans l'enseignement public. Fils de fonctionnaires, je suis fier d'avoir usé les bancs de l'école public. Habitant sur Lille, nous avons la chance et je dis bien la chance d'avoir un lycée de confession musulmane. Dans le nord de la france, l'élitisme scolaire va de paire avec le catholicisme. En effet, les resultats scolaires y sont des plus élevés !! Pas moins de 60 000 étudiants effectuent leurs études dans l'université Catholique de Lille...

    Tout ça pour vous poser une petite question...la laicité est fondement même de notre constitution mais ne pensez-vous pas que la laicité est synonyme d'absence totale de religions dans notre administration au lieu d'essayer de négocier religion par religion les marques religieuses autorisés à l'exposition ?

    Merci d'offrir cet espace de démocratie aux français. Même si je suis rarement en accord avec vous...
    Nicolas Leroy
  • Nicolas Morvan
    Le 09 Janvier 2005 à 07 h 30 min
    S'il vous plaît, ne cédez pas à la facilité, ne dites pas prof, mais professeur!

    Merci,

    Nicolas Morvan
    Nicolas Morvan
  • Jean Pierre Prévost
    Le 08 Janvier 2005 à 13 h 37 min
    Bonjour Monsieur Juppé, Bonne année
    je suis ingenieur HSE d'un site Seveso II, je constate que depuis 2000, les lois et décrets sur ses thèmes HSE se sont multipliés comme des petits pains...surtout au niveau de l'Europe et aussi en France
    La mise ne oeuvre sur les PPRT donnera du travail à beaucoup de fonctionnaires, mais pendant ce temps notre Chimie part en Asie.

    Le développement durable, tarte à la crème des grands groupes industriels ne crée pas d'emplois et pousse nos patrons à délocaliser
    ( En Chine...actuellement...)
    La majortité des états membres de la CEE légifèrent sur l'environnement alors que les US ne poussent en rien sur ces thèmes planétaires, pourquoi avons nous du mal a créer des quotas, des taxes protectionnistes sur les produits venant de mauvais éléves...
    La Chine sera demain un pays aux exigences réglementaires les plus élévées, pourquoi ne pas dès aujourd'hui maintenir nos insdustries par un plus forte taxation aux produits de pays ne jouant déjà le jeu " d'une ecologie planataire" ?

    IL me semble important de travailler à maitenir nos industries car les emplois liés au service ne seront jamais autant pourvoyeurs de richesse

    Vos commentaires sur la prise en compte "au niveau monde" de régle HSE
    La notion sur le protectionnisme n'est pas morte, La chine à mis en place des quotas d'importation et d'exportation sur les matières premieres ...
    Merci de nous faire part de vos reflexions sur le Développement durable, les contraintes à lever pour légiferer à une echelle mondiale sur ces types de problématique ?

    Merci de publier un jour un blog-note sur ce thème

    J'espere un jour être un de vos electeurs ...Bonne chance
    Jean Pierre Prévost
  • Laurent Nicolas
    Le 08 Janvier 2005 à 12 h 11 min
    Monsieur,

    je me permets de m'adresser à vous pour vous faire connaître mes « revendications » et aspirations
    en matière d’éducation et plus particulièrement mes préoccupations concernant les défauts récurrents
    du système éducatif ( en particulier au sujet du collège unique .)
    Où en est - on de sa remise en cause ? du moins de sa nécessaire refondation ?
    A mon sens , l'utopie égalitariste qui a conduit à sa création est complètement mise à mal par les laisser pour compte du système éducatif , qui sont orientés par défaut vers des filières qui ne sont pas faites pour , à priori , les recevoir .
    En clair , les conseils de classe préconisent ( lorsque les parents le veulent bien ...) des orientations
    vers des BEP ou des préapprentissages à des élèves qui n'ont déjà pas le niveau élémentaire requis ; orientations qui ne sont pas choisies le plus souvent librement , mais en dépit de toute autre possibilité .
    Ceci a pour effet de dévaloriser toutes ces filières , qui ne reçoivent que des élèves en échec scolaire
    et qui plus est , démotivés ( n'ayant pas le minimum de bagage scolaire vital à leur formation professionnelle . )
    A mon sens quelques mesures simples mais radicales devraient être prises pour réformer en profondeur
    ce système où l'on n’a plus le courage de sélectionner , mais où la sélection s'opère trop tardivement par défaut ….. ou par excès ….

    • 1ière catégorie de mesures : structurelles ( dans le désordre ) :
    1. Pratiquer davantage les redoublements au sein d'un même cycle à l'école primaire .
    2. Réinstituer les devoirs écrits de manière systématique à la maison , à l'école élémentaire .
    3. Instaurer un examen d'entrée en 6ième ( les élèves n'ayant pas les capacités requises intégreraient alors
    une classe de transition pour une remise à niveau d'un an )
    4. Supprimer ( ou rendre facultatifs ) les IDD au collège ; mesure « sparadrap » qui prive les élèves d’heures de cours ( les matières passant à l’horaire : « fourchette basse » ex : ½ h en moins en maths / semaine )
    5. Supprimer le collège unique et le remplacer par deux collèges d'égale importance :
    * Un collège dit "classique"
    * Un collège dit "technique" accessible dés la fin de la 5ième !
    ( ce qui implique un nécessaire pallier d’orientation fin 5ième).
    Dans ce collège "technique" on pourrait consacrer les matinées aux apprentissages fondamentaux
    et les après midi à des formations plus professionnelles ( stages en entreprise notamment )
    Bien sur , ces deux collèges ne seraient pas hermétiquement disjoints ;
    des passerelles devraient être prévues pour aller indifféremment de l'un vers l'autre avec remise à niveau .
    6. Revaloriser les métiers manuels dans le même temps , en accordant à ceux ci de justes et réelles
    rémunérations ; ainsi ils regagneraient le crédit perdu auprès des parents .

    • 2ième catégorie : des mesures professionnelles :
    1. Redonner aux professeurs l'autorité qu'ils ont peu à peu perdue au profit de l'administration
    ( principaux et proviseurs ) et des parents d'élèves !! !
    2. Leur redonner le pouvoir d'orientation au sein des conseils de classe
    3. Leur donner le pouvoir de convocation des conseils de discipline ( sur l'initiative du professeur principal de la classe , après consultation des collègues ayant l'élève en charge ) et de main mise sur les décisions disciplinaires .
    4. Accorder beaucoup moins d'importance et d'influence aux parents d'élèves au sein des conseils
    de classe , de discipline et d'administration
    5.En bref : regagner le territoire perdu ....
    6. Protéger les professeurs contre tout acte d'agression de la part de parents mal intentionnés ou d'élèves récalcitrants en leur accordant un statut juridique proche de celui des magistrats .
    Cette liste se veut bien entendue non exhaustive et sans aucune prétention ; elle souhaite simplement vous sensibiliser au mal être réel de la profession , sans passer par le filtre parfois déformant de la pensée syndicale unique ou celle des "post soixante-huitards " ……vieillissants ... ! ! !

    En espérant que ma complainte aura un écho favorable et suivi , de votre part ;
    je vous prie d'agréer , madame , monsieur mes sentiments les meilleurs
    Laurent Nicolas - Professeur de Mathématiques -
    Laurent Nicolas
  • jerome adrillon
    Le 08 Janvier 2005 à 11 h 10 min
    bonjour,
    Tout d'abord félicitations d'avoir ouvert ce blog; idée interessante de démocratie de proximité à méditer pour certain(e)s et à oublier pour d'autres que l'on entend suffisamment geindre...pas de noms, restons corrects!
    Vous parler du problème de l'enseignement de la théorie de l'Evolution. J'ai pu lire ca et la que cette notion était interdite d'enseignement dans nombre d'Etats US...Cela n'augure pas de bonnes choses pour l'avenir. Les intégrismes quels qu'ils soient progressent ou tout le moins s'affirment au grand jour de plus en plus. La méconaissance du citoyen lambda des sciences à de quoi faire frémir et pourtant....la réaction du Politique (je garde encore une majuscule à ce mot, contre vents et marées)n'est réellement pas à la hauteur. Les responsables du rejet des sciences ne sont pas seulement les politiques, il est vrai. Les modes d'enseignements réellement inadaptés, austères notamment, y sont surement pour beaucoup...
    Croyons en l'avenir et à notre capacité commune à réinventer ce qui alimentera la société de demain : l'action raisonnée et non plus passionnée voire hors du temps!
    Un Bordelais qui décidemment trouve cette ville de plus en plus belle!
    Bonne année
    jerome adrillon
  • Seydou Koné
    Le 08 Janvier 2005 à 09 h 14 min
    La France, pratiquement née dans la foi chrétienne se trouve aujourd'hui à la croisée des chemins, parce que des étrangers - mais aussi des Français convertis à d'autres religions - revendiquent le droit de vivre leur foi, une autre façon de vivre. Il vous appartient de savoir aborder ce nouveau virage.
    Ce qu'il faut surtout savoir, c'est qu'aucune religion n'est inflexible sur une question donnée.
    En islam, on appelle suicide le fait de refuser de boire l'alcool qu'on a, exclusivement, à sa disposition alors qu'on se trouve privé de toute autre boisson licite pendant une longue période. C'est évidemment un cas extrême - une catastrophe naturelle ou lorsqu'on est perdu dans le désert - mais dans ce cas, l'alcool interdit devient autorisé!
    Je ne pense donc pas que la République puisse satisfaire à la fois les exigences de toutes les religions en même temps.
    Chaque religion est traversée par différents courants juridiques, de sorte que les "obligations" pour les uns sont de simples "suggestions" pour les autres.
    Seydou Koné
  • vincent grandcolas
    Le 08 Janvier 2005 à 08 h 05 min
    peut-on trouver une solution satisfaisante quand on fait partie d'une société dont le fondement n'est pas laïque puisqu'il a même été question un moment d'introduire la notion religieuse dans la future constitution européenne.
    On veut supprimer un sapin de Noël dans un lycée mais on ne remet pas en cause les jours fériés de Noél, du lundi de pâques et de l'ascension et du 15 août, et en plus on demande des autorisations d'absence pour ses propres fêtes religieuses
    peut-on imaginer un état qui se débarasserait de toute trace de tradition religieuse et qui par exemple supprimerait les jours fériés et qui par contre donnerait un quota de nombres de jours de congés équivalent que chacun boudhiste ou athée utiliserait selon ses envies?
    vincent grandcolas
  • HUBERT ROUGIER
    Le 08 Janvier 2005 à 07 h 56 min
    Pour moi la LOI SUR LA LAICITE est une loi contre la TOLERANCE,d'ou la difficulte des enseignants.Je suis chretien,et chacun a compris que cette loi etait avant tout contre le foulard.Qui a deja vu a l'ecole une grande croix...la petite reste admise.La loi ne me paraissait pas necessaire.Seule etait necessaire l'obligation de participer a tous les cours...sans excuses d'exception.Peu importe le paraitre,c'est l'etre que l'on doit respecter.En matiere de laicite,le mot et la parole sont plus fort que l'apparence.La loi ne regle que l'apparence.Aucune loi ne reglera jamais les mots,c'est pour cela que reste entier le probleme des enseignants,et de chacun de nous:comment apprendre la tolerance a nos enfants,nous l'imposer a nous meme et vivre avec, à chaque moment,pour faire une force de nos differences.La loi ne le dira jamais...Et le spectacle de certains deputes aux seances d'actualites televisees est loin souvent de faire un exemple de comment pratiquer cette tolerance que l'on veut pour l'autre avant de la vouloir pour soit.Chacun dans son petit coin est responsable de l'intolerance,et plus on parait,et plus on est responsable...et dans tout cela la loi sur la laicite n'est rien d'utile...merci a Pierre MAZEAU d'avoir rappele que tout et rien ne doit pas etre loi.
    HUBERT ROUGIER
  • Stéphane C.
    Le 08 Janvier 2005 à 02 h 36 min
    J'ai du mal à comprendre l'importance que l'on accorde à ces questions, le problème du voile pouvait être facilement résolu sans battage médiatique, la laïcité en France ne doit pas faire débat.

    Je ne vois que de mauvaises raisons qui puissent inciter à trop parler de ce faux problème, il y a tant de choses plus importantes...
    Stéphane C.
  • Vincent Karim AMMI
    Le 07 Janvier 2005 à 21 h 12 min
    La laïcité était un combat au XIXe siècle, pour que la République se libère de l'influence trop forte d'une Eglise historiquement omnipotente. La situation est différente aujourd'hui avec l'enjeu musulman, où cette religion est minoritaire parmi les citoyens français. Comme le montre le rapport Stasi, il y a beacoup à oeuvrer pour que l'Islam trouve une place normale et digne dans la société française, celle qu'il n'a jamais eue.

    Penser en termes de "combat", même dans une optique strictement républicaine, c'est en pratique accentuer en France le rejet de l'Islam par la population. C'est ce qu'on a pu observer de fait en 2003 lors du débat ("combat") concernant le voile à l'école. Le rejet de l'Islam est bien plus fort désormais.

    Au XXIe siècle, toute mesure qui renforce la laïcité devrait impérativement et prioritairement conduire à mieux accepter l'autre.

    Je regrette qu'il n'y ait pas eu jusqu'à présent de geste (jour férié) qui inclut l'Islam à la Nation, en réponse à cette loi qui exclut des musulmanes de l'école.
    Vincent Karim AMMI
  • romain garnier
    Le 07 Janvier 2005 à 20 h 13 min
    Vivant depuis 6 mois a New York, je tiens a dire que mon pays me manque et (meme si je risque de passer pour un "Franchouillard") que notre France est malgre tout un pays enviable.

    Quelques exemples.

    Notre Securite sociale.
    Certes elle est critiquee, mais que c'est agreable de ne payer qu'1 Euro pour une visite chez un Generaliste. Pour comparer: le cout a New York d'un generaliste est de 100 - 150 Euros. Meme, avec une Assurance privee, le ticket moderateur reste de 20 dollars soit presque le prix d'une consultation en France!

    Nos transports.
    Que dire de l'etat de la voirie a NY ou les nids de poule sont legions?
    Que dire du metro New Yorkais qui lors de pluies est coupe?
    Que dire du reseau ferre defectueux? La France (qui est de la taille du Texas) compte plus, il me semble, de lignes a grande vitesse que dans tous les USA.

    Il faudrait que les francais prennent conscience de la chance qu'ils ont et qu'ils ne gachent pas, par un refus des reformes, le potentiel commun.
    romain garnier
  • Patrick Sourrouille
    Le 07 Janvier 2005 à 17 h 46 min
    Pour ma part, je pense qu'il y a un 'raidissement' de la part de certains de nos compatriotes musulmans. Si on se retourne vers les décenies qui précèdent, les français et les personnes immigrées de religion mulsulmane avaient à coeur de promouvoir l'intégration de leurs enfants dans la société française, et avaient souvent même recours à des méthodes d'éducation 'strictes' si ils s'avérait que leurs enfants avaient manqué de respect à tel ou tel professeur.
    Aujourd'hui la foi musulmane est devenue pour certains un refuge identitaire qui leur permet d'ériger une sorte de bouclier entre leur difficultés financières et sociales et eux.
    Evidemment ces personnes fragilisées par des echecs scolaires ou sociaux et qui ont du mal à se voir reconnues comme membres à part entière de notre société (par notre propre attitude) sont des proies faciles pour de nombreux apprentis sorciers pour qui la religion n'est qu'un moyen pour exercer un piètre pouvoir et assouvir leur haine de notre culture à laquelle ils ont été incapable de s'adapter. J'ai des amis musulmans que je visite régulièrement et les femmes qui sortaient voilées mais officiaient chez elles à visage découvert y compris en ma présence, sont aujourd'hui 'bachées' du matin au soir.
    Le geste formidable de la communauté musulmane lors de la prise en otage de nos deux amis journalistes, nous a montré la voie sur laquelle tous les français devraient s'engager, celle de la solidarité et de la fraternité dans les epreuves, mais j'ai été déçu par le peu de retour que leur a prodigué le reste de la population, et leur attitude aurait pu être d'avantage 'louée' par nos responsables politiques. Pour ma part leur geste m'a été droit au coeur et je suis fier de les compter parmi mes compatriotes.
    C'est je pense à nous tous d'ouvrir les yeux et de nous regarder enfin comme des français quelle que soit notre religion.
    Même si celà reste utopique je pense qu'un changement d'attitude de toute la communauté française sera plus efficace que toutes les lois du monde.
    Patrick (48 ans)
    Patrick Sourrouille
  • mina duraille
    Le 07 Janvier 2005 à 17 h 14 min
    bonjour

    je suis tout à fait d'accord avec vous
    mais plus cela va plus ces problèmes sont de plus en plus nombreux ,tous les gens qui sont autour de moi , sont très pessimistes sur cette question , celle de l'islam en France, beaucoup y compris moi ( pourtant qui était très tolérante et respectueuse de toutes les religions) , nous risquons rééllement de gros soucis , si les politiques ne sont pas plus fermes avec les positions
    extremistes .
    COmmment peut on accepter que l'on enlève des sapins de noel dans les écoles , que l'on n'accepte pas que les garçons et les filles se baignent ensemble à la piscine.
    Je ne suis pas croyante ni pratiquante mais nous sommes un pays chrétien avant tout avec une histoire et des valeurs chrétiennes . Je crains que nous aillions tout droit au clash et ce qui me fait peur ,les gens autour de moi en ont tellement assez de cela ,et j'entends des mots affreux comme guerre civile si on ne fait rien .
    je vous le redis je suis très pessimiste sur l'avenir " culturel" de notre Pays.
    mina duraille
  • Antoine Emond
    Le 07 Janvier 2005 à 16 h 08 min
    Quelle interrogation est plus épineuse que la question de la compatibilité de la religion avec la république ? Les groupes religieux sont devenus tellement influants qu'ils tentent régulièrement de pousser les autorités locales à bafouer les lois en favorisant une discrimination qu'ils jugent positive. Outre les exemples gravissimes pour moi que vous citez sur l'école, ou l'hopital, n'oublions pas que certaines communes ont aménagé des horaires spécifiques pour leur piscine municipale à l'attention des femmes exclusivement, et cela sous la pression d'associations islamiques si ce n'est islamistes. Or ces discriminations (ne plus pouvoir évoquer un fait historique, une réflexion philosophique, une position scientifiques, créer des aménagements de "ghetto" pour des piscines, etc.) ne vont elles pas à l'encontre d'une République que l'on aimerait indivisible et unie ? N'est-ce pas en provoquant encore et toujours de la discrimination que l'on fait naitre le racisme chez des personnes désespérées? L'avenir d'une communauté doit il appartenir à des groupes ou à un ensemble ? Je connais et respecte votre position sur le sujet, et je vous remercie de laisser aux internautes la possibilité de rebondir sur votre article. Amicalement.
    Antoine Emond
  • Sylvain de Mullenheim
    Le 07 Janvier 2005 à 14 h 40 min
    L'air du temps n'en est plus, à mon sens, à un travail de pédagogie, fut-il immense. En dehors du phénomène fondamentaliste se dessine un courant historique, qui voit des centaines de millions d'hommes et de femmes instruits, pacifistes et dotés d'une foi religieuse refuser pour des motifs divers le monde tel qu'il se construit.

    Le monde arabo-musulman n'en est pas le seul exemple. Les Etats-Unis viennent d'asséner la démonstration que ce courant est puissant chez eux. Une partie de la Russie se tourne vers ses racines religieuses. La moitié des pays d'Europe est persuadée de la nécessité d'inscrire ses racines religieuses dans la future Constitution. Sans parler de l'importance grandissante des aspects religieux en Afrique et en Amérique Latine. Cette masse n'est pas constituée que d'illetrés un peu frustes et décidés à détruire toute trace de laïcité, bien au contraire.

    Face à cela, les valeurs républicaines défendus par une loi datant d'un siècle ne sont plus d'actualité. Il faut repenser le concept même du rapport de la République à Dieu. Donc recommencer la réflexion par la base. Autrement dit réunir des hommes de bonne volonté des deux sphères, afin qu'ils identifient calmement quels sont les points de divergence ET de convergence. Sans s'énerver. L'Intérieur (après accord des principales forces politiques), et les représentants des trois principales religions désigneraient leurs mandants. Ils pourraient alors procéder à l'analyse d'ensemble. De là en découleraient des pistes de solutions pour un nouveau contrat social bâti et voté en commun. De quoi montrer l'exemple. Et rayonner à nouveau.
    Sylvain de Mullenheim

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux