Blog Notes d'Alain Juppé

Le commencement d’un monde

Publié le 14/07/2008 par Alain Juppé

Je vous recommande chaudement la lecture du dernier livre de Jean-Claude Guillebaud, intitulé « Le commencement d’un monde ».
C’est intelligent et humain tout à la fois, savant sans pédantisme, engagé mais nuancé. Bref une fête pour l’esprit.

Le fil conducteur de la démonstration est clairement énoncé dès les premières pages: Guillebaud veut réfuter la thèse de Samuel Huntington, souvent résumée par la formule du « choc des civilisations ». Il y oppose sa propre vision:
« Loin de s’éloigner les unes des autres, les prétendues « civilisations » humaines sont prises aujourd’hui dans la logique d’une irrésistible rencontre, d’un mélange, d’un métissage »… qui portent en germe « le commencement d’un monde » nouveau.
« Il s’agit, ajoute l’auteur, de comprendre comment se construit sous nos yeux une modernité métisse à laquelle toutes les sociétés humaines sont conviées ».

Toute l’argumentation du livre, qui prend la forme d’une passionnante enquête à travers le temps et l’espace, donne chair à cette affirmation. Il ne saurait être question de la résumer dans un blogue de quelques lignes.

Deux idées m’ont particulièrement accroché:
– celle de « la fin d’une séquence historique durant laquelle l’Occident a fait figure de centre organisateur du monde ».
J’y retrouve l’analyse que nous développons dans notre livre blanc sur l’action extérieure de la France: la mondialisation déplace le centre de gravité de la richesse, de la puissance et même de la pensée. De l’Europe vers l’Asie et les territoires émergents.

– Deuxième idée: celle de « l’espace-temps fracturé », qui est déclinée dans le très brillant chapitre 5 du livre.
Guillebaud écrit:
« Nous devinons confusément que le réseau et l’arborescence remplacent le territoire, que l’ubiquité virtuelle tient lieu de présence physique, et que l’instantanéité déconstruit la temporalité elle-même. »
Ou encore:
« L’espace-temps fracturé est la nouvelle « maison de l’homme ». Il incombe à ce dernier – il nous incombe! – de la rendre habitable. »

Je vous laisse découvrir tout le reste.

Une seule réserve: je trouve que Jean-Claude Guillebaud fait preuve d’un optimisme… radical. Il est vrai qu’il a placé en exergue de son livre cette phrase de Goethe:
« Le pessimiste se condamne à être spectateur. »

Bonne lecture!

Partager cet article

1 commentaires pour « Le commencement d’un monde »
  • Philippe du sud-ouest
    Le 15 Juillet 2008 à 01 h 01 min
    Monsieur le Premier Ministre,
    J-C Guillebaud est plutôt référencé à gauche. On risque de vous reprocher de le citer voire de le récupérer, comme on a reproché à d'autres de parler de Blum, de Jaurès, ou encore de Môquet...

    Respectueusement.
    Philippe du sud-ouest

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux