Blog Notes d'Alain Juppé

Le grand investissement

Publié le 13/11/2009 par Alain Juppé

Premiers commentaires médiatiques et politiques sur le rapport de la commission Juppé-Rocard.

Comme d’hab, on commente avant de savoir, puisque le rapport n’est pas encore imprimé et qu’il ne sera remis à son destinataire, le Président de la République, que la semaine prochaine! Mais il faut savoir et juger avant les autres. D’où viennent les fuites? Question naïve…

Je lis aussi que sur certains points, par exemple les infrastructures de transport, c’est la thèse Rocard qui l’aurait emporté. Petit jeu habituel, là encore. Et dérisoire. D’abord parce que c’est faux. J’ai plaidé, c’est vrai, pour les infrastructures ferroviaires et Michel Rocard pour le canal Seine/Nord. La commission n’a retenu ni l’un ni les autres. Mais surtout, le commentaire est complètement à côté de la plaque: nous n’avons pas travaillé avec l’idée de créer des rapports de force entre nous, mais au contraire de chercher le consensus et de faire prévaloir l’intérêt général. Et nous y avons réussi.

La controverse va tourner, tourne déjà autour du montant de l’emprunt. La commssion a-t-elle été timide ou réaliste? Au risque de surprendre, je voudrais souligner que nous ne proposons pas d’emprunter, mais d’investir. Le chiffre de 35 milliards qui est avancé n’est pas un montant d’emprunt mais un montant d’investissement. Nous nous sommes demandés quels sont les investissements stratégiques pour le développement durable et responsable de notre pays qui ne sont financés actuellement ni par l’Etat ni par le secteur privé. Ce qui justifie donc un programme d’investissement public exceptionnel, en une fois, non renouvelable. La question de savoir comment ce programme est financé (par un emprunt d’un montant égal ou par d’autres moyens, notamment la réutilisation des prêts que l’Etat a déjà fait aux banques et que certaines viennent de lui rembourser) est seconde. Elle sera tranchée par le Président et le gouvernement.

Je comprends que cette manière d’aborder notre mission : investir plutôt qu’emprunter, prenne certains à contrepied. Mais c’est la démarche de la commission et je la trouve pertinente.

A bientôt pour d’autres précisions quand le rapport aura été déposé.

Partager cet article

8 commentaires pour « Le grand investissement »
  • Wave
    Le 15 Novembre 2009 à 16 h 59 min
    Dernier commentaire sur cet article (et sûrement le tout dernier pour éviter de dire des bêtises) toujours en référence au premier posté. Concernant les autoroutes du sud de la France, j avais lu ça il y a longtemps quelquepart mais je ne suis sûr de rien. J ai entendu aussi parler du Fond de Réserve pour les Retraites (ou quelquechose comme ça...) comme affectation des recettes de la privatisation... A l arrivée, j en sais rien !!! Enfin bref, votre travail est bien trop compliqué pour moi et mieux vaut que je tourne 7 fois ma langue avant de parler à un homme qui a toujours été premier partout. J espére juste que ce grand emprunt servira vraiment des investissements et non une compensation de baisse de recettes dont les intérêts iraient aux mêmes bènéficiaires d une partie des baisses d impôts. Pour moi, simple citoyen, un investissement est censé à plus ou moins long terme placer la France sur des secteurs stratégiques et si possible rapporter de l argent qui pourra ensuite être redistribuer pour l intérêt gènéral. Bon courage dans vos dossiers en cours, ça doit faire mal à la tête tout ça :-)
    Wave
  • daniel
    Le 15 Novembre 2009 à 12 h 44 min
    Il y a encore tellement de pédagogie, assez élémentaire, à mettre en oeuvre avant de pouvoir remettre le train du développement de notre pays en marche. Oui, il y a toujours de l'argent pour les bons projets... après qu'il provienne d'une poche ou d'une autre, peu importe si son ROI est bon. Si un des sous-produits de ce Grand Investissement (somme de bons Projets grands par leurs ROI qui permettront ainsi d'investir à l'infini!)pouvait être - aussi - pédagogique, de nombreuses faux procès démagogiques disparaîtraient. Je le crois. DAC
    daniel
  • igart
    Le 15 Novembre 2009 à 12 h 40 min
    Une proposition d'investissements. Certes mais financés comment et par qui? Une partie de ce financement sera financé par un accroissement de la dette et donc in fine par les contribuables. Pour des raisons sémantico-politiques, on n'appelle pas cela un second plan de relance. Le premier a été relativement modeste. Le second est probablement nécessaire. Quant à son efficacité, il faudra regarder de près l'exécution du plan. On ne peut s'empêcher d'être sceptique compte tenu de l'historique des investissements publics et des performances de la "politique industrielle". Sommes nous dans une phase haute du cycle d'intérêt pour la planification ?
    igart
  • Wave
    Le 15 Novembre 2009 à 01 h 10 min
    Bonsoir Monsieur le Maire, Des investissements non réalisés, ni par l Etat ni le secteur privé ? Un pôle de la voiture propre est il un investissement elligible par exemple ? Ou bien est ce que le peu d activité du secteur permet au contraire d éliminer cette éventuelle affectation d une partie du grand emprunt ? Ce serait un truc sympa en tous les cas :-)... Finalement, l Etat est censé réduire ses dépenses de fonctionnements pour mieux réaliser des investissements si je comprend bien la logique... Mais alors ? Lorsque l Etat s est débarrassé de ses parts des Autoroutes du Sud de la France qui il me semble a plutôt cartonné en Bourse par la suite... Parts qui rapportaient il me semble aussi PLUS que ne coutait en intérêts la ligne de crédit qui a èté soldée par la vente de ces parts... Et bien... Il sagit bien d un desinvestissement là ? C est bien ça ? Un changement de cap ? L Etat va t il gagner de l argent dans l histoire ou essentiellement les classes aisèes qui auront investies? Ou bien est ce qu un bien être gènèral peut être financé par l Etat avec un deficit globale de l opération ? ... Beaucoup de questions qui me viennent tout à coup... Cordialement, Xman
    Wave
  • jyt
    Le 14 Novembre 2009 à 12 h 26 min
    Bravo pour votre mise au point qui a le mérite d'être claire et limpide, en précisant certaines choses!...Mais, je pense que les commentateurs continueront à gloser sur ce fameux rapport avant et après sa publication!...Jyt.
    jyt
  • Kleber
    Le 14 Novembre 2009 à 10 h 41 min
    Mr Alain Juppé, je ne comprends pas certains de vos propos :
    si un programme d'investissement public n'est financé ni par l'ètat ni par le privé, comment peut il l'être?
    En outre, la réutilisation des prêts aux banques, c'est tout de même, au final, un emprunt puisque l'état a emprunté pour préter aux banques. A moins que je manque de culture comptable administrative.
    Les investissements que vous proposez doivent absolument constituer des dépenses productives(cf le préfet Haussman pour le développement de Paris).
    Que préconise le rapport pour garantir et piloter la productivité des investissements, dont le principe est trés louable?.
    Un sympatisant vigilant de la majorité.
    Kleber
  • Georges de Wailly
    Le 14 Novembre 2009 à 09 h 44 min
    Bonjour Monsieur Juppé,
    Très rapidement, emprunter pour investir est une chose que toutes les sociétés privées savent faire.
    J’ai une question : Investir 35 Milliards d’euro pour un pays de la taille de la France est peut être un peu léger : Est-ce qu’il y a des analystes financiers venant du secteur privé dans votre groupe de travail ?
    A partir du moment où vous respectez les deux critères de base : ROI et PBT Pourquoi ne pas être plus ambitieux ?
    (Return On Investment/Pay Back Time. Désolé, j’ai totalement oublié les termes français.)
    La France est très en retard en matière d’énergies renouvelables. Le secteur éolien représente des dizaines de milliers d’emplois en Allemagne. La prochaine fois que vous allez a Berlin en avion, regardez par le hublot. Les centrales nucléaires vieillissent et leur taux de disponibilité va diminuer. A terme, il faudra trouver une solution pour les soulager.
    L’approvisionnement en énergie est un problème créé artificiellement donc facile à résoudre.
    Le problème majeur voire mortel est le déficit de la balance du commerce extérieur et les exportations françaises sont tres vulnérables. Quelles sont les options ?
    Pourquoi ne pas poser cette question aux internautes ? Incidemment, j’ai vu que vous aviez un profil sur Facebook. Cela étant, vous n’utilisez Internet qu’a 5% de ses possibilités.
    Quel serait le cout d’une telle initiative ? Rien comparé aux enjeux ! Vous n’allez pas laisser le « leadership » à http://www.desirsdavenir.org/ ?
    Quelque soient les options choisies, vous n’avez pas le droit a l’erreur. Il y a une quantité impressionnante de gens pleins de bonne volonté en France et dans le monde. Les laisser de coté est une erreur inexcusable compte tenu de l’évolution des technologies.
    J’ai eu à ce propos une très agréable surprise très récemment : http://www.google.com/patents
    Faites une recherche avec les mots clés : Wind energy ou solar energy. Tout problème relatif à ce domaine est créé artificiellement !
    Cordialement,
    Georges de Wailly
  • Vorenus
    Le 14 Novembre 2009 à 09 h 30 min
    Bonjour M. le premier ministre,

    Comme toujours quand on commente, on préfère voir les divisions que les conjonctions. Les commentateurs que vous citez n'ont visiblement toujours pas compris que l'intérêt d'un débat (ce que vise à faire une commission, quand elle est créée), c'est d'exposer des points de vu différents, de les confronter, pour trouver une voie médiane meilleure, qui dépasse les clivages en s'en nourrissant. Dommage !

    Pour le reste (le grand emprunt), j'avoue ne pas voir l'intérêt de votre commission, dans la mesure où le Président de la République (qui vous a nommé), le Premier ministre, et le ministre du Budget ont tous trois annoncé les orientations du grand emprunt, en donnant parfois même un chiffre...

    Trés cordialement.
    Vorenus

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux