Blog Notes d'Alain Juppé

Le Liban enfin …libre (?)

Publié le 01/03/2005 par Alain Juppé

Tous les amis du Liban, dont je suis, accompagnent, avec un sentiment d’immense espérance, le combat du peuple libanais pour sa liberté.
En recevant ce matin deux chercheurs qui préparent un livre sur la réforme de l’ONU et qui me demandaient à quoi servent tant de résolutions du Conseil de Sécurité non suivies d’effet, je me disais que parfois la mobilisation internationale peut aider. Je crois profondément que la position prise par la France et les Etats-Unis ainsi que la résolution 1559 votée, sur leur proposition, par le Conseil de Sécurité, a conforté les partis de l’opposition libanaise, les a encouragés dans la voie de la réconciliation, les rassure aujourd’hui quand ils appellent leurs concitoyens à manifester dans la rue.
La bataille n’est pas gagnée. Il ne faut pas relâcher la pression.
01/03/05

Partager cet article

6 commentaires pour « Le Liban enfin …libre (?) »
  • gilles lecannelie
    Le 10 Mars 2005 à 16 h 40 min
    sharm el sheikh ,10 fevrier
    Aujourd'hui ,ici,le Rais Mubarak rencontre le general Moffaz : depuis l'invasion de l'Irak,et la mort d'Arafat les choses ont bien bouge dans la region.Ce n'est pas une raison pour s'emballer : apres les reactions emotionnelles c'est oublier la realite de la geopolitique de la region Libanaise que de revendiquer un Liban libre ; pour quels libanais?
    J'etais a Damas , a Beyrouth, et dans la plaine de la Bekaa l'ete dernier; je m'attendais donc a cette contre-manifestation pro-syrienne mais pas de cette ampleur.J'avais oublie les immenses camps de palestiniens de la banlieue de Beyrouth et les discours tres paradoxaux des chretiens grecs et orthodoxes sur l'occupation.Si la Syrie suit actuellement les injonctions de l'ONU, c'est parce qu'elle est sur la liste des etats voyous de l'administration Bush,mais restons modestes car nous,les "amis"
    desbanquiers libano-saoudiens n'auront que peu de poids dans cette affaire.La politique paternaliste envers Bachir El Hassad a echoue;les millards leves lors de conferences Parisiennes pour reconstruire Beyrouth profitent-ils a toutes les composantes de la region ou a une poignee d'entrepreneurs?Le contraste entre ce New Beyrouth etles autres quartiers m'a choque .Et que
    pesent nos services secrets face a cinq services syriens qui nous ont deja par le passe , avec le Hezbollah,inflige de serieuses
    deconvenues . Pas trop de sensiblerie,sous pretexte qu'on frequente une diaspora libanaise dans les beaux quartiers de Paris:dans le fond de la Bekaa ,pas loin des villas cossues de Zahle travaille un sou-proletariat chiite,kurde.Soyons prudents et plus modestes que d'habitude...
    gilles lecannelie
  • Daniel DUFOUR
    Le 03 Mars 2005 à 16 h 31 min
    Cher Monsieur Alain JUPPE.
    Depuis quelques semaines maintenant, je suis un lecteur régulier de votre blog, et celui de DSK par ailleurs.
    Le votre n'est pas cité en premier par hasard. Je vous considère, en effet, comme un honnête homme, au sens du XVII° siècle, doué, au surplus, d'une intelligence forçant l'intérêt pour tous vos écrits, toutes vos déclarations ou actions, quels que soient les sujets abordés. Vous aurez compris que mon appréciation vous est naturellement favorable.
    Quelle raison m'amène-t-elle à lire, également, le blog de DSK ? Et bien, le désir de connaître les points de vue d'une personnalité politique, dont je ne partage pas l'orientation générale, mais qui me semblent cependant devoir être connues et soumises à la réflexion.
    Bref, il s'agit simplement de tenter de parvenir, autant que de possible, à une objectivité toujours souhaitable.
    Je dois dire qu'à mon avis DSK s'est dévalorisé lors de son dernier passage à la télévision sur FR2 (100 minutes pour convaincre) et a perdu la hauteur de vue qui pouvait lui être reconnue en se bornant, pour l'essentiel, à formuler des généralités élémentaires et socialisantes politiquement dépassées. A cette occasion , l'homme a déçu la considération que je pouvais avoir pour lui.
    Ceci étant dit, un sujet précis me préoccupe ces jours-ci.
    Vous l'avez brièvement évoqué dans votre long message du 28 février dernier, et, pour leur part, les media en font état journellement avec une régularité telle que l'on pourrait en conclure qu'ils poursuivent le but de sensibiliser, en l'orientant, l'opinion de nos compatriotes.
    Je vise les résultats financiers que les entreprises françaises annoncent maintenant (c'est la période).
    Ceux des résultats dont les media se font l'écho sont bons, et pour certains, très bons. Le hasard, dirai-je, fait que l'on ne parle pas des entreprises qui font de mauvais résultats, et poutant il y en a et ce sont celles-là qui vont devoir, encore, se restructurer.
    Je suis véritablement navré quand j'observe la conduite des media comme celle de la classe politique prise dans son ensemble à l'égard de ses résultats financiers présentés comme exceptionnels.
    Vivons-nous dans un pays peuplés de gens immatures et inconséquents ?
    La question me taraude l'esprit car, en effet, lorsque les entreprises font des pertes (1999 à 2002) tout le monde se désole et crie à la catastrophe; puis, lorsqu'elles font des bénéfices, comme actuellement, tout le monde s'offusque car, a piori, dit-on, ces bénéfices sont le fruit du seul travail des salariés, ce qui serait socialement inacceptable. Et de reprendre, alors, même au sein du gouvernement, la vieille antienne du méchant actionnaire qui percevra des dividendes tandis que les traitements des salariés évoluent, à peu de chose près, à raison de l'inflation.
    Je serais heureux (mais surpris) d'entendre un homme politique actuellement influent tenir un discours sérieux et responsable sur ce sujet précis. Il y va de la maturité politique et économique du peuple de France qui doit être conduit à sortir, enfin, du dilemne capital-travail.
    Percevoir un dividende n'est pas honteux.
    Prétendre à un meilleur salaire n'est pas injustifié.
    Ces deux facteurs peuvent parfaitement cohabiter dans les objectifs de l'entrepreneur, lequel doit, aussi, menager les réserves financières suffisantes pour assurer les investissements indispensables pour préserver l'avenir.
    Aussi longtemps que les Français ne seront pas conscients de cela, nous devrons admettre que notre économie nationale n'évoluera pas dans un contexte de modernité.
    Mais, pour leur faire acquérir cette conscience, IL FAUT COMMENCER PAR LEUR DIRE. Cela aussi est de la RESPONSABILITE POLITIQUE DES HOMMES DE DROITE.
    Dire :
    - que faire des bénéfices est une nécessité pour la perennité d'une entreprise.
    - que le bénéfice est ce qui reste après paiement de toutes les charges (dont salaires et impôts).
    - que les dividendes correspondent, en moyenne, à une rémunération équivalente à celle du livret A, et qu'ils sont imposables.
    - que, bien souvent, ces dividendes constituent simplement une complément de retraite pour une multitude de petits porteurs.
    - qu'enfin, et surtout, que ces actionnaires, dont on se souvient actuellement pour les montrer du doigt, ont supporté une grave crise boursière (2000-2002) dans laquelle ils ont perdu, en moyenne, 40% de leur capital, sans que personne, alors, se lamente sur leur sort.
    Ainsi est la vérité, sur ce point. Vous aurez compris, Monsieur JUPPE, que j'attend qu'elle soit dite. Il est vrai que cela suppose de la lucidité et un courage politiques certains.
    Pour ma part, je pense que les Français sont capables de l'entendre si l'intrépide orateur s'exprime avec conviction et esprit pédagogique.
    Cet aspect de la vie politique de notre pays pourra paraître réducteur aux yeux de certains.
    Je pense le contraire car à l'heure où les gorges s'étranglent dans des manifestations sectorielles, il y va d'un élément important du rétablissement de la cohésion sociale par la suppression de cette fracture économique qui maintien la France dans un état larvé de 'lutte des classes" autant néfaste pour tous que hors d'age.
    Je vous remercie à l'avance de l'intérêt que vous voudrez bien porter à ces quelques réflexions d'un "retraité-actionnaire", qui vous apprécie et sera, également, heureux de vous voir, le moment venu, agir sur la scène politique au niveau qui doit être le vôtre.
    Daniel DUFOUR
  • ludovic labati
    Le 02 Mars 2005 à 17 h 14 min
    Cher Monsieur Juppé,
    Retenons notre souffle devant la "révolution du cèdre", comme l'appelle les Américains. Mais ne vendons pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué !
    car la route est encore longue pour nos amis du Liban :
    retrait total des troupes syriennes (peut-on imaginer qu'elles se retirent sans avoir reçu au moins un coup de semonce ?)
    retrait des services de renseignement et autres agents d'influence (comment vérifier ?)
    désarmement du Hezbollah (qui le fera ?)

    sans oublier la constitution d'un gouvernement et d'une présidence de la République stables et cohérents, emmenés par de grandes figures politiques incontestables.
    Si aujourd'hui l'opposition est unie, ma crainte est qu'elle ne se divise très rapidement face aux réalités de l'exercice du pouvoir, et de la reconstruction économique qui reste à faire : les Libanais traversent une crise sans précédent, et la plupart des jeunes souhaitent émigrer, c'est dire...
    Heureusement, nous avons des raisons d'espérer :
    la réconcialition intercommunautaire, et l'attitude de la France et du Président Chirac, qui montre aux Libanais qu'ils ne sont, et ne seront pas seuls. Alors, comme vous le dites, ne relâchons pas nos efforts !
    Merci encore d'accorder au Liban une place importante dans vos pensées.
    ludovic labati
  • Marie Fidelle
    Le 02 Mars 2005 à 12 h 24 min
    Les méchants ont-ils plus de talents ?leur opinion, bien formulée je le consens, a votre faveur. A la lecture de votre Blog, j’ai le sentiment que toutes les réactions qui vous sont favorables sont écartées. Je comprends que vous ne reteniez que les messages porteurs d’idées, et il est plus facile d’empiler des phrases dans la haine, plus féconde que la sincérité. Détruire demande moins d’efforts que de construire. A l’avenir donnez moins la parole à ces « méprisants » laissez-les méditer sur leur action et faire leur examen de conscience
    Marie Fidelle
    Marie Fidelle
  • Hank Ullmoafor
    Le 01 Mars 2005 à 18 h 50 min
    Un message de soutien aux Libanais qui luttent pour leur liberte.
    Puisse ce pays vivre enfin independant et, pourquoi pas, en toute amitie avec la Syrie. En ces temps "obscurs", la lutte libanaise, apres l'Ukraine dans un autre contexte, apporte bien de la fraicheur !

    Hank
    Hank Ullmoafor
  • Sylvain de Mullenheim
    Le 01 Mars 2005 à 17 h 20 min
    Croyez-vous sincèrement que les résolutions de l'ONU peuvent rassurer les partis libanais ? Le chef druze Walid Joumblatt évoque plutôt les dizaines de milliers de soldats américains en Irak. Sans leur présence dans la région, témoignage de la résolution américaine de ne plus supporter différentes choses, je doute que la Syrie aurait longtemps hésité à réprimer le mouvement de résistance libanais. Rappelons nous du Rwanda, où l'abomination se perpétrait indifféremment de la pluie de résolutions onusiennes. Rappelons nous que le droit international est un concept creux dès lors qu'il ne s'appuie pas sur la ferme résolution de recourir au besoin à la force pour le faire appliquer. Rappelons nous de la Bosnie, et de l'artillerie des serbes locaux chassée des collines de Sarajevo par les canons français de 155. Rappelons nous de l'assaut du pont de Vrbanja.
    Sylvain de Mullenheim

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux