Blog Notes d'Alain Juppé

Mémoire

Publié le 29/11/2005 par Alain Juppé

J’ai rencontré aujourd’hui les représentants de la communauté juive de Montréal.
Ils me reçoivent dans leur centre communautaire où nous commençons par visiter le musée consacré à la Shoah.
J’ai gardé en mémoire d’autres visites identiques, à New York, à Paris ou à Jérusalem. Pourtant celle-ci me bouleverse à nouveau et me laisse sans voix.
Une grande partie de la présentation est consacrée à la décennie 1930, de la conquête (démocratique!) du pouvoir par le parti nazi jusqu’à la Catastrophe.
On y redécouvre la montée en puissance progressive des humiliations, des brimades, des violences faites aux Juifs.
C’est, par exemple, l’interdiction de s’asseoir sur les bancs des jardins publics. Puis celle de participer aux activités des clubs de sport. Puis celle, pour les médecins juifs, de soigner d’autres patients que des Juifs… Jusqu’à la Nuit de Cristal et aux premiers « camps de travail ».
Et devant cette menace qui se resserre, face à l’étau qui les étouffe peu à peu, il y a cette confiance que les Juifs gardent dans leur patrie allemande: « Nous nous étions battus pour défendre l’Allemagne pendant la première guerre mondiale; nous étions des citoyens allemands; nous pensions que les choses allaient s’arranger. »
Ces phrases reviennent souvent dans les témoignages des rescapés des camps de la mort.

Pendant le déjeûner, la conversation vient sur la France et sur la montée de l’antisémitisme qui la frappe.
Je sais qu’il faut ici parler vrai et ne pas chercher à minimiser la situation.
Je mets toute mon énergie à dire ce que je crois vrai:
– oui, il y a de l’antisémitisme en France, et le nombre d’actes antisémites a même augmenté depuis quelques années; on peut faire la même constatation ailleurs en Europe et aux Etats-Unis;
– mais les autorités françaises ont fait preuve d’une détermination absolue poir combattre ce fléau.
Le Président de la République a déclaré que « toute attaque dirigée contre un Juif était une attaque dirigée contre la France tout entière ».
Notre législation réprimant les actes de racisme et d’antisémitisme a été considérablement durcie.
Une action pédagogique en profondeur a été développée dans nos établissements scolaires.

Les premiers résultats sont au rendez-vous puisque le nombre d’actes antisémites a baissé de moitié depuis le début de l’année 2005.
Ariel Sharon lui-même, en visite en France en juillet dernier, a déclaré que l’action de notre pays était exemplaire.

Je sens qu’il faudra encore beaucoup de force de persuasion pour apaiser les inquiétudes de mes interlocuteurs. Comment ne pas comprendre leur extrême vigilance quand on vient de revoir l’extrêmité de l’horreur où le racisme peut entraîner les hommes?
28/11/05

Partager cet article

10 commentaires pour « Mémoire »
  • Éric Le Ray
    Le 04 Décembre 2005 à 20 h 26 min
    Bonjour Monsieur juppé,

    J'habite comme vous Montréal mais je suis en post-doct à l'Université de Sherbrooke et je travaille sur la place de l'imprimerie, de la presse et du livre dans la construction de la société québécoise... je suis un français catholique d'origine bretonne et je milite au sein de divers associations comme les chrétiens d'orient et l'association des juifs francophone de montréal...je suis toujours président de l'Association des anciens élèves de l'école Estienne à Paris (une des écoles de la villes de Paris). Les imprimeurs, par tradition, sont toujours des militants pour les libertés individuelles. Je sais que vous n'avez pas toutes les responsabilités que l'on dit dans ce qui vous arrive. je suis très inquiet par la monté de l'islamisme militant à travers le monde et en particulier en Europe et en Amérique du Nord. Au Canada l'ontario et le Québec ont du faire face aussi à la monté de l'intégrisme islamique lorsque cette mouvance à voulu appliquer la charia...J'ai été très content de voir la réaction du premier ministre de l'Ontario et celle du parlement du Québec qui ont rejeté clairement ce projet...pensez vous que malgré l'intérêt d'un vote musulman de plus en plus important en France vous serez avec d'autres faire face dignement à cet enjeux en réaffirmant clairement les valeurs de la république autour des libertés individuelles et de la laïcité ?.
    Éric Le Ray
  • Elsa SImeone
    Le 02 Décembre 2005 à 23 h 31 min
    J'ai oublié de vous parler de l'importance du maintien des équipes .
    Nous avions un prof à tiers -temps pour la section d'allemand ; juste le temps d'enfourcher son vélo pour apporter la bonne parole en d'autres lieux , jamais le temps de " prendre langue " avec les élèves ou les profs .
    Arrivent enfin des profs d'allemand à mi- temps et puis surtout ce petit bout de femme extraordinaire qui crée des élèves motivés , des échanges , des voyages : nous avons tout fait pour la retenir: elle, avait demandé sa mutation chez nous , la principale avait écrit un courrier au recteur , accompagnant sa demande .
    Elle est partie pour un collège voisin, pire! elle a reçu comme ses collègues enseignants d'allemand une proposition
    de "reconversion professionnelle ".
    Dans l'Académie de Bordeaux 1 an ou 2
    de "vacance de poste" du poste d'Inspecteur :des dégâts considérables .
    Cette année , notre collège n'a que 8 élèves en allemand .La section ne sera pas réouverte, l'an prochain, il en faut 15 .
    Evidemment , réunion syndicale pour enfourcher le problème !Ils auraient mieux fait d'essayer l'an dernier d'aider la prof nouvellement nommée à recruter de futurs élèves !
    Nous allons perdre les élèves de bon niveau , la section ne sera pas ouverte
    pour les futurs 4ème ! Pourquoi ne pas
    dessiner d'autres critères pour les ZEP : Donner sur un plus long terme la possibilité aux sections qui favorisent la mixité sociale de se développer : 8 élèves , c'est bien ! l'an prochain il y en aura peut-être 15! Pourquoi ne pas écouter l'avis du chef d'établissement qui recommandait le maintien dans son poste d' une prof motivée , cultivée , dynamique, qui enseignait merveilleusement bien , s'impliquait , motivait ses élèves , avait organisé un voyage en Allemagne , une correspondance ...et souhaitait rester dans l'établissement!
    Au delà de ça , je suis attristée de la politique d'enseignement des langues !
    le gâchis à vouloir enseigner l'anglais en primaire : 2 mois suffisent à de "bons apprenants" de6ème , pour rattraper "l'avance " et ne me parlez pas de l'accent ou de la familiarité avec la langue , commençons par le français et par développer en primaire les compétences qui permettent de maîtriser cette langue .
    N'êtes vous pas effrayé de savoir que l'on en arrive à une régionalisation de l'enseignement des langues?: sud- ouest espagnol, sud-est italien , nord-est , allemand et nord- ouest , anglais .Et Paris toutes les langues !
    Ne trouveriez -vous pas ça bien que les profs d'allemand de l'académie restent profs d'allemand , enseignent l'allemand développent des échanges culturels privilégiés avec notre partenaire européen privilégié ?
    Je tremble à l'idée que Bordeaux ne sorte pas de son enclave :mes enfants iront chercher sous des cieux américains ou européens des "jobs" à la mesure de leurs compétences .
    En attendant , les ciels bordelais sont magnifiques !
    Sur le pont de Pierre, il y a des paysages à la Turner .
    Puisque pour la patinoire , il y a en vous de la frilosité , dites -moi quand même que vous vous êtes mis à la luge , que je ne désespère pas trop de vous !
    Et puis partagez sur le blog vos impressions de la découverte des sculptures sur glace , ... et des balançoires les jours de neige !
    Avez-vous assisté à l'illumination du sapin ?.
    Elsa SImeone
  • Philippe Lanoir
    Le 02 Décembre 2005 à 21 h 38 min
    Je ne suis pas certain qu'il y ait une montée de l'antisémitisme. je crois qu'il y a chez nous une montée de l'hostilité contre les autres; Contre tous les autres qui ne sont pas exactement comme nous. les riches, les chomeurs, les arabes, les américains, les homosexuels, les juifs, les parisiens depuis la province, les pompiers dans les cités etc.
    Bien entendu, lorsque cela s'applique aux juifs cela rappelle une immense honte, et cela se remarque d'autant plus. Mais cette hostilité généralisée grandissante est très grave. Quoi faire? Le citoyen que je suis est un peu désarmé, et il attend des directives de ceux en qui il a confiance.
    Fidèlement vôtre.
    Philippe Lanoir
  • jean luc richard
    Le 02 Décembre 2005 à 16 h 42 min

    monsieur juppé
    « Un vif incident » selon la terminologie usitée, beuglements et claquements de pupitres, a éclaté mercredi à l’Assemblée nationale lors de la séance des questions au gouvernement sur le dossier de l’immigration. Ce sont les propos du Député maire UMP de Woippy en Moselle, François Grosdidier, soutenu en l’occurrence par ses homologues UMP, qui ont déclenché ce tollé. Jugez-en plutôt celui-ci s’est contenté de déclarer : « Dans ma commune, lors d’un mariage sur deux, l’Hôtel de ville résonne des you-you » Pas de quoi fouetter un chat à l’évidence, d’autant que le citoyen Grosdidier poursuivait en déclarant, la suite de sa phrase ayant été couverte par les clameurs du PS et de l’UDF, que ces mariages maghrébins en question étaient de « formidables moments de bonheur, de chaleur humaine que nous partageons avec les familles, mais pour près d'un mariage sur cinq, il n'y avait que les futurs époux et les témoins qui ne se connaissaient manifestement pas ».L'objectif de cette povocation: obtenir le renforcement des moyens pour lutter contre les mariages blancs en France.. Mais la première partie de sa déclaration lui a valu de se faire traiter de « facho » et de « raciste » par ses frères ennemis socialistes mais aussi de l’UDF, le président du groupe parlementaire du parti de François Bayrou, l’ex communiste Hervé Morin, évoquant pour sa part une déclaration (allant) « dans le sens du racisme , de l’anathème, de la xénophobie ». La palme du grotesque ayant été gagnée haut la main par le député-maire PS de Saint-Jean (Haute-Garonne) Gérard Bapt qui a brandi dans la direction de M. Grosdidier une feuille sur laquelle il avait rageusement tracé une croix gammée.

    Voila le ce qui arrive quand un politique commence a dire la vérité sur ce qui ce passe en France , alors, tous les collabos se désignent...
    jean luc richard
  • didier girsch
    Le 29 Novembre 2005 à 17 h 47 min
    oui,la visite d'un musée ou la lecture d'un livre renvoie de temps en temps au présent;j'ai lu ,il y a quelques jours:bourreaux,victimes,témoins de R.Hilberg,au mème moment le président iranien exprime son souhait de la destruction d'Israél...que faire,que dire,que penser?
    didier girsch
  • Ahmed REZGUI
    Le 29 Novembre 2005 à 13 h 30 min
    Monsieur le Premier Ministre.

    Un immense travail dans ce sens a été
    fait dans le cadre de l'exposition
    "DU REFUGE AU PIEGE" à la Mairie de Paris, les interventions de Monsieur
    le Président de la République à diverses occasions. Vous pouvez rassurer
    vos amis canadiens que l'esprit républicain veille et en éveil. Le terrain le démontre.
    Amicalement.
    Ahmed REZGUI
    WWW.CULTURE.FR Calliraphie/typographie
    Ahmed REZGUI
  • thibaut grapton
    Le 29 Novembre 2005 à 11 h 48 min
    Bonjour M Juppé,

    cela est sur que cela touche tout le monde ce genre de mémorial.
    on ne doit pas oublier le passé surtout les jeunes générations qui ne savent pas ce que a été la guerre, l'enfermement, l'extermination.

    quand on voit des tombes profannées, des saluts nazis dans nos stades de football, des insultes envers des communautés, on a la mémoire bien courte.

    L'annee derniére plutot en début d'annee 2005, j'avais regardé avec attention et émotion les céromonies de la libération des camps et surtout le témoignage de MME simone VEIL.

    quelle femme formidable avec tout ce qu'elle a vécu ,revenir sur les traces de la mort de ses parents,quel courage!!!!

    chacun devrait méditer son témoignage;dimanche soir sur france 2, il y avait le magnifique film de Roman Polinski, le pianiste , sur le ghetto de Varsovie.quel magnifique chef d'oeuvre qu'on devrait faire visionner dans toutes les écoles de France et de Navarre.

    Pour ma part, je conseille aux jeunes (quoique je suis pas si vieux que cela)d'aller au moins une fois visiter un camp ,meme en France,(il y en a un dans le jura je crois);moi ce fut le camp de Buchenwald en ex-allemagne de l'est.
    j'y suis allé car j'étais allé voir une amie a leipzig et ce n'était pas si loin que cela.

    je suis revenu tout retourné
    quelle horreur ont conduit des hommes a tuer et détruire d'autres hommes tout cela pour la victoire d'un homme et de sa folie!!!!

    a mediter!!!

    thibaut
    thibaut grapton
  • Paul-Eric HEUGAS
    Le 29 Novembre 2005 à 11 h 07 min
    Thierry BRETON a annoncé hier que le montant de l'endettement de notre Pays etait de 2000 milliards d'euros soit 120% de notre PIB.
    Le seul interêt de cette dette représente aujourd'hui 100% du montant perçu par l'Etat au titre de l'impot sur le revenu en une année.
    Ce constat nous amène a prendre d'urgence des mesures pour juguler cette crise mais la France en a t-elle les moyens aujourd'hui?
    Pour rembourser cette dette il n'y a malheureusement pas 150 remèdes, l'Etat doit se désengager des entreprises dont il est actionnaire, l'Etat doit espérer un retour très rapide de la croissance qui dopera la consommation et donc les rentrées fiscales , l'Etat doit réduire le train de ses dépenses et nous pouvons esperer via nos exportations l'entrées de devises etrangères.
    Concernant le point sur l'actionnariat de l'Etat au sein des entreprises malheureusement nous ne disposons pas à ce jour de "x" EDF capable d'intéresser plus de 2 millions de français (plus de 20 milliards de rentrées)en conséquences même s'il ne faut pas occulter cette voie cette dernière ne pourra être redemptrice a elle seule de la dette.
    Le point concernant la reprise de la croissance n'est pas qu'une affaire "nationale" mais répond aujourd'hui aussi a des critères qui sont internationaux et pas tous maitrisables.
    De plus près de 20% des ménages en France consomment via le crédit ce qui aujourd'hui avec un pouvoir d'achat en baisse hypothèque par le biais du remboursement de crédit la consommation de ces mêmes ménages à moyen terme.
    Le sempiternel débat sur la réduction des dépenses de l'état qui dure depuis près de 20 ans semble lui aussi hypothéqué par des investissements aujourd'hui indispensables au maintien de la France dans les premiers pays industrialisés en matière d'infrastructures, d'éducation et de recherche et comme nous l'avons vu il y a quelques semaines avec les incidents des banlieues un investissements urgent de structures et d'aides sociales aux plus défavorisés.
    Même si il faut aujourd'hui louer les performances de nos entreprises exportatrices l'émergence de pays comme la Chine ou l'omniprésence des Etats Unis rend la compétition internationale féroce avec des prix tirés vers le bas et donc des entrées fiscales qui suivent ce mouvement de balancier.
    Que faire donc?
    L'augmentation de la pression fiscale est aujourd'hui difficilement réalisable car elle aurait pour effet mécanique de stopper la consommation .
    Quelques idées:
    Favoriser fiscalement la création des PME aujourd'hui premier recruteur d'emploi en France, sortir du remboursement des frais médicaux universel en proposant un barême de remboursement proportionnel aux revenus du ménage,possibilité de repousser l'age de la retraite pour ceux qui le veulent, redynamiser en matière d'emploi la tranche d'âge 50/60 ans, obligation pour l'etat de vendre 30% de son parc immobilier, contrat d'objectif budgetaire pour chaque ministère (si l'année 1 un ministère dispose de 100 de budget et en dépense 120 automatiquement son budget pour l'année 2 sera de 80),refondre les orientations scolaires pour diriger les futurs actifs dans des domaines d'activité porteur et non pas dans des voies de garage synonymes de chomage, refondre le système universitaire qui propose des filiaires existantes depuis des décennies et qui pour certaines n'offrent plus de débouchés versus la création de nouvelles filiaires en adéquations avec le marché aujourd'hui...
    Nous avons des atouts mais il conviendra de mettre en oeuvre des mesures concrêtes très rapidement car chaque jour qui passe l'intérêt de la dette progresse..
    Paul-Eric HEUGAS
  • Matthieu HAEGEL
    Le 29 Novembre 2005 à 10 h 22 min
    Vous me reprochez une vision caricaturale quand je vous écris que notre pays n'a touché à rien :

    Je ne parlais pas de la société civile, je parlais de l'action publique
    et de l'organisation de l'état, donc de l'organisation de la vie
    politique et sociale. Ce n'est pas l'état, ni le gouvernement qui ont créé,
    développé, et structuré l'industrie ou le tertiaire. Tout au plus l'état
    a pu créer des conditions favorables.

    Le marché, la société, les citoyens poussent, bougent, et avancent
    plus vite que l'état (la nature a horreur du vide), et l'action
    politique, menée par les hauts fonctionnaires, aussi sédimentée soit-elle,
    constitue plus un frein qu'un facilitateur.

    Je ne sais pas ce que veut dire déboucher sur l'action, en revanche
    je sais ce que veut dire passer à l'action. Vous ne serez sûrement pas
    d'accord mais les politiques qui ont essayé des réformes de fond de
    l'état ou de nos systèmes de solidarité ont échoué, et la plupart s'est
    contentée de "faire fonctionner la machine", de gérer le quotidien, sans
    mener de réformes d'adaptation. Tétanisés, paralysés par la sanction
    électorale de ces réformes forcément impopulaires, l'inaction a primé.

    Des réformettes, des mesurettes, des habillages mais pas de
    refondation de l'état, passant tout à la fois par une redéfinition des missions
    de l'état, la réorganisation des méthodes et des modalités de
    fonctionnement, l'ajustement des moyens et des effectifs. Par exemple, le
    présent gouvernement, abusivement brocardé comme "libéral" ne profite pas des
    départs en retraite pour mener les ajustements nécessaires, ce qui
    m'apparaît dans l'ordre naturel des choses si effectivement on n'a pas
    d'abord mener ces réformes d'organisation. Le privé, guidé par la
    nécessité, sait l'importance des restructurations et des réorganisations de ses
    structures, visant en général à retrouver des marges de manoeuvre pour
    investir, ou préserver ses marges bénéficiaires.

    Vous me semblez accessoirement concerné, votre réforme en 1995 était
    courageuse et marquée du sceau du réalisme, qu'en est-il advenu ?. La
    réforme des retraites, enfin le simple alignement des durées de
    cotisation du public sur le privé, somme toute quelque chose de très
    républicain, et dont beaucoup s'accorde à penser qu'elle ne résout que 40 % du
    problème du financement des retraites, a engendré près de deux mois de
    suspension de l'accueil parfois, de l'enseignement souvent à l'Education
    Nationale. Et le problème reste quasi entier.

    Force est de constater donc qu'entre des centrales syndicales à forte
    teneur idéologique, peu représentatives (plus faible taux de l'OCDE) et
    des hommes politiques frileux, le "statu quo" s'est jusqu'ici imposé au
    chapitre des réformes de structure. Sans avoir fait l'Inspection des
    Finances, je ne peux que constater en tant que citoyen de base, malgré
    les alternances, une tendance lourde baissière des moyens de l'action
    publique, caractérisée par une dette colossale accumulée depuis 1980, un
    différentiel annuel entre les recettes et les dépenses de 20 %. Sans
    réformes de structure de la dépense publique, ce "trend" reste la donne.
    Comparée à plusieurs membres de l'Union Européenne, il y a, oui, un
    "immobilisme" pesant.

    Matthieu HAEGEL

    Matthieu HAEGEL
  • Pascal TIERCE
    Le 29 Novembre 2005 à 08 h 31 min
    Le 2 décembre prochain est programmé sur la chaîne publique France 3 un téléfilm retraçant les principaux débats à l’Assemblée nationale qui ont précédé l’adoption de la loi de séparation des églises et de l’Etat. Michel Lonsdale, Claude Rich, Pierre Arditi, Pierre Santini sont au générique de cette émission qui promet certainement d’être un grand moment de télévision.

    Mais alors pourquoi diffuser ce téléfilm un vendredi, et de surcroît à 23h20? Il paraît en effet curieux qu’au moment où la laïcité est tant d’actualité, et pas seulement en raison de la célébration du centenaire de la loi de 1905, cette émission soit reléguée sur une chaîne publique en fin de soirée. Formons cependant le vœu que les enseignants sachent se saisir de cet outil pour en faire un instrument d’éducation civique et citoyenne des jeunes. Quant à France 3, elle aura perdu une occasion de manifester sa vocation de service public.
    Pascal TIERCE

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux