Blog Notes d'Alain Juppé

Mexico

Publié le 07/05/2006 par Alain Juppé

La mondialisation n’efface pas la diversité culturelle!
Si j’en avais douté, notre séjour au Mexique aurait dissipé mes doutes: partout, à Guadalajara comme à Mexico, nous avons senti la prodigieuse vitalité d’une société qui, certes, dépend étroitement de son voisin américain sur le plan économique, mais affirme sans complexe son identité propre. C’est l’un des pays d’Amérique latine, me dit-on, qui revendique le plus fièrement ses racines pré-hispaniques, tout en entretenant avec l’Espagne des relations presque intimes. L’extraordinaire Musée d’Anthroplogie montre l’immense richesse des civilisations pré-colombiennes, tandis que le tout nouveau Museo de Arte Popular témoigne d’une créativité féconde et d’un syncrétisme parfois troublant pour des Européens: la vie et la mort s’entremêlent, les figurines de « mariachi » en papier mâché exhibent leur crâne et leur squelette au beau milieu de la fête.
La diversité s’exprime jusque dans votre assiette où vous pouvez déguster, avec un peu d’audace, (clin d’oeil) des sauterelles frites (chapulines), des vers croustillants et plutôt fades (gusanos de maguey), et même des oeufs de fourmi (escamoles)…
En même temps, j’ai trouvé, auprès de mes auditeurs de l’Université de Guadalajara, du Colegio de Mexico, de l’ITAM (Instituto Tecnologico Autonomo de Mexico) et de l’Alliance Française où j’ai fait quatre conférences, une attention, un intérêt pour l’Europe et pour la France auxquels nous devrions mieux répondre. Nous aurions beaucoup à gagner, de part et d’autre, à intensifier notre coopération avec cette grande nation qui a réussi sa transition démocratique et qui, malgré des inégalités encore criantes, a rejoint le groupe des pays émergents.
Nous avons rencontré, dans les universités, d’assez nombreux étudiants français, y compris de jeunes et jolies bordelaises. Tous parlent avec enthousiasme de ce qu’ils apprennent au cours de leur séjour au Mexique et dont ils comptent bien tirer profit, une fois rentrés en France.

Atterrissage à Montréal. Ciel lumineux, mais 8° seulement…
L’article de La Presse qui m’a pris de court en annonçant mon « retour en France » alors que je souhaitais le faire dans Sud-Ouest, a été, semble-t-il, commenté.
Eh! oui, nous avons décidé de rentrer au pays dès la fin de l’année scolaire, à Bordeaux, chez nous, tout simplement. Pour y vivre, en famille, tout simplement…
Je n’ai aucune intention de reprendre des responsabilités politiques nationales.
Je crois qu’il y a bien d’autres manières de servir le bien public. J’ai pris goût à l’enseignement. J’aime écrire, dialoguer, écouter et parfois convaincre. Et puis, les belles causes à servir ne manquent pas, dans le champ social, national ou international.
Nous en reparlerons sur ce blog-notes.
A bientôt.

Partager cet article

92 commentaires pour « Mexico »
  • Djamila Maréchal
    Le 16 Mai 2006 à 18 h 30 min
    Il y a quelques mois, j'avais par hasard feuilleté votre blog, et à ma grande surprise j'avais découvert derrière l'homme politique "droit dans ses bottes", un homme sensible, fait de certitudes mais aussi de doutes, qui semblait donner l'impression de prendre de la distance pour mieux voir, mieux comprendre, mieux analyser. Depuis, je viens régulièrement lire vos écrits. Et bien que je sois plutôt d'une sensibilité de gauche, je pense que votre retour en France, à des fonctions politiques nationales, pourrait être très bénéfique pour notre pays. Si vous saviez naturellement ne pas retomber dans les mêmes pièges et chasser les vieux démons du microcosme politique francais. Apparemment, vous ne le souhaitez pas, mais la vie réserve plein de surprises...
    Djamila Maréchal
  • Florence Lamothe
    Le 16 Mai 2006 à 13 h 44 min
    Comme beaucoup de Bordelais j'ai appris avec plaisir votre retour à Bordeaux,nous vous attendons avec impatience, les travaux se poursuivent, nous sommes toujours patients ce qui continue de m'étonner...Mais vous allez certainement partager notre déception, l'alimentation du tramway sur les quais va être aérienne nous avons eu beau protester, rien n'y a fait.Quel dommage!De retour de Florence, je réalise à quel point nous avons de la chance d'être débarrassés des voitures dans le centre ville. C'est un bonheur de vivre à Bordeaux et c'est à vous que nous le devons. Mes respectueuses amitiés à vous deux.
    Flo Lamothe
    Florence Lamothe
  • Damien GIGNOUX
    Le 14 Mai 2006 à 20 h 14 min
    Nous avons apprécié votre conférence sur les forces et faiblesses de la France face à la mondialisation.
    Permettez nous simplement de vous dire que vous avez oublié de citer quelques faiblesses qui nous semblent majeures:
    - la dette de la France
    - le déficit permanent du budget de l'état
    - le poids de notre fonction publique
    - nos pratiques politiques, et notamment le cumul des mandats et la possibilité d'être reélu indéfiniment, ce qui empêche le renouvellement de la classe politique. Le Mexique est un bon exemple de démocratie sur ce point (un seul mandat consécutif)

    Cordialement
    Damien GIGNOUX
  • Alain Mayné
    Le 13 Mai 2006 à 19 h 16 min
    Cher Monsieur Juppé,

    Est il possible de se procure le texte , le syllabus ou les notes de votre cours "l'état et la mondialisation" ? Et si oui, par un moyen informatique, comme un site ou un blog ?

    J'ai beaucoup aimé votre vison saine de la politique, telle que décrite dans l'article du monde 2. La "joie d'inaugure une école ou une rame de tramway"... Ces mots là m'ont fait trembler au fond de mon être et m'ont fait ressentir cette "émotion collective" qui manque tant à nos contemporains, si ce n'est en cas de grands périls, de sport (je pense au football) au niveau national ou régional, ou d'indignation.

    Je suis extrêmement heureux de lire un homme politique comme vous dire enfin ces choses là, oser affirmer que le sens de l'intérêt général, et pour cela d'exercer les responsabilités - souvent ingrates - qu'il implique est d'abord la joie d'apporter queqlues choses à la société. Et le fait de lire cela en qulques mots, quelques images très simples...est un exemple à suivre ou à donner. Puissent vos collègues vous emboîter le pas, les journalistes vous suivre et les peuples redécouvrir ce que l'ambition du service général cache de profondément humain....

    Quelque chose qui s'appelerait simplement "de l'utilissation bénéfique du pouvoir" !

    C'est en termes simples et concrets, comme vous l'avez fait dans cet article, que la politique pourra retrouver de son indispensable éclat.

    Du moins, je l'espère, car le poids des peurs dissimulées et de l'individualisme atendance à ramener chacun dans sa cellule et à faire porter le poids de ses incertitudes par les autres, par la collectivité et donc par les politiques....

    Je vous souhaite de garder cette sérénité canadienne lors de votre retour en France et de la partager avec qui bon vous semblera le plus longtemps possible, quel que soit le métier que vous exercerez.


    Alain Mayné
    Bruxelles
    Alain Mayné
  • Franck MARQUIS
    Le 13 Mai 2006 à 17 h 42 min
    Bonjour,

    Pour moi 1995 reste un mauvais souvenir. La justice a été clémente pour vous, alors ayez la décence de ne plus revenir sur la scène politique. Vous et vos potes, vous nous prenez vraiment pour des "jambons". Totalement déconnecté du terrain et de la réalité. Mais qu'attend le gouvernement pour redonner une seconde au MILLION DE FRANCAIS QUI LE MERITE, c'est le prix qu'il faut payer pour ne pas faire basculer la France à Gauche. Ras le bol des alternances. Laissez la place à une 3ème voix puisque ça fait 32 ans que vous ne faites rien, vous et vos potes ainsi que Yoyo et sa bande ! J'ai honte d'avoir vu sur le sold e mon pays des immigrés périr dans l'incendie d'hotels et cela à quelques kilomètres de l'Elysée !!! Pauvre France ! ET AUSSI 1995-2001 : Budget de L ELYSEE + 406 % source Le Monde (Normal ??????). Je na'i aps peur, je suis honnête, je signe de mon vrai nom.
    Franck MARQUIS
  • gaël turpo
    Le 13 Mai 2006 à 17 h 28 min
    Bonjour, citoyen français, électeur perdu (mais de sensibilité de gauche), j'ai lu avec beaucoup d'intérêt l'article vous concernant paru dans le Le Monde 2. Journaliste, je sais a quel point il faut être prudent avec ce genre d'article. Mais, je dois avouer, que les propositions retranscrites rapidement sont plus qu'intéressantes. Je crois que tout homme à besoin à un certain moment de remettre les choses à plat et votre sincérité se ressent. Une sérénité retrouvée qui manque à bien des hommes politiques aujourd'hui. Je ne peux que vous souhaitez un bon retour en France et c'est avec beaucoup d'intérêt que je vais prendre le temps de découvrir votre blog.
    Cordialement
    gaël turpo
  • paul-andré sagel
    Le 13 Mai 2006 à 17 h 10 min
    la politique est l'art de vivre et faire vivre la cité des hommes aussi faut-il pour se faire une ethique sereine pour ne pas tomber dans la démagogie et l'oligarchie dont souffrent nos démocraties. Souhaite que votre exil québecois vous a donné une distance philosophique qui offre l'audace des actes citoyens proches des hommes de vie.Le retour en France sera une épreuve de lucidité et d'humilité. bonne Chance!
    paul-andré sagel
  • Pierre Bothorel
    Le 13 Mai 2006 à 15 h 57 min
    Le hasard a voulu que, revenant d'une réunion de DSK, je lise le dossier que vous consacre le supplément du Monde cette semaine. Et je retrouve en echo chez vous deux, avec vos mots propres, le même choix de réformes prioritaires ; rendre l'Etat plus souple et plus efficace, investir massivement dans l'enseignement supérieur et avoir le courage d'aller chercher des références à l'étranger, y compris dans de "petits pays" comme la flexi-sécurité" chère à Nyls Rasmussen. Il est vrai que vous en parlez plus librement, DSK plus prudemment pour ne pas heurter la gauche du PS. Ce souci de s'inspirer de la politique social-démocrate des pays nordiques se retrouve aussi dans le blog Segonordic, un des réservoirs à pensées de Ségolène Royal. Je ne pense évidemment pas que vos positions politiques se rapprochent, mais j'observe avec satisfaction que vous souhaitez ces mêmes réformes fondamentales . Ces remarques personnelles ne me rendent cepandant pas optimiste pour 2007 et au delà. Je crains terriblement que les vainqueurs des futures élections, qu'ils soient de droite ou de gauche, ne partagent pas ces idées qui vous sont communes et que je voudrais tant voir mises en oeuvre pour l'avenir de mas petits-enfants.
    P.B., un ancien conseiller communautaire proche d'Alain Rousset, quand vous étiez le président de la CUB
    Pierre Bothorel
  • Laurent Buchon
    Le 13 Mai 2006 à 14 h 19 min
    Bonjour,
    Je viens de lire l'article que Le Monde 2 vous consacre. J'adhère aux propos que vous y tenez et à la nécessité de valoriser le travail, d'investir dans le savoir et d'exploiter les opportunités formidables qu'offre les TIC en matière d'individualisation du contact et du service. Avec une toute petite équipe, c'est ce que nous essayons depuis trois ans de mettre en oeuvre au Cnam Aquitaine dont le siège est à Bordeaux. Avec 1800 adultes (dont 1000 en Gironde) qui à leur propre initiative suivent une formation professionnelle supérieure, le Cnam est le 1er établissement pour la formation tout au long de la vie mais aussi un lieu d'échanges entre professionnels. Sans jouer les opportunistes ou les publicitaires de leur boutique, je serai heureux de vous montrer nos réalisations et nos projets qui je le crois rencontre un certain nombre de vos convictions. A bientôt.
    Laurent Buchon, directeur du Cnam Aquitaine
    Laurent Buchon
  • patrick roue
    Le 13 Mai 2006 à 08 h 31 min
    bien venu en france
    patrick roue
  • Philippe Reignault
    Le 12 Mai 2006 à 22 h 59 min
    Monsieur le Premier Ministre,

    Votre décision de ne pas rechercher de responsabilités nationales à l'issue de cette année canadienne ne devrait pas susciter autant de commentaires : elle ne peut être que la bonne, puisque c'est la vôtre, tout simplement. Pourquoi devrait-on réagir comme si votre liberté de choix n'allait pas de soi ?
    Le reste, considérations diverses et variées sur le caractère soit-disant actuel de l'état désastreux de la vie politique française, entre autre, me laisse songeur : depuis quand a-t-on connu autre chose qu'une vie politique à la dérive, dans son esprit et dans son fonctionnement ? J'ai voté pour la première fois lors de la ré-élection de F. Mitterrand en 1988 et je n'ai connu que ça de la politique, ou presque : ses soit-disant scandales, sa perte d'influence sur la vie et le fonctionnement de la société et son rôle d'exutoire aux mauvaises humeurs de consommateurs trop occasionnellement citoyens ... C'est sûr, au bout de quasi 20 ans, un tel contexte, réel ou supposé, honnêtement analysé ou délibérément entretenu, c'est lassant ...
    Alors, pas d'issue ? Suis-je condamné à mijoter dans l'agnosticisme politique ? Voire ... Car votre annonce me procure pourtant comme un sentiment de frustration. Mince ! Et si cet homme, si décrié en général, si facile pour certains à cantonner dans une caricature, si peu dans la mouvance actuelle de la vie politique (un "ovni" politique d'un nouveau genre, comme l'avait très bien souligné l'un de vos interlocuteurs) avait été le seul à me faire aimer réfléchir sur les affaires de la Cité ? Je ne suis pas bordelais, et je devrais donc me contenter de lire les notes laissées de temps en temps sur votre blogue. Et cette poignée de main, aurais-je l'occasion un jour de l'obtenir ? Non, plus sérieusement, nous avez réussi ces derniers mois à convaincre certains de vos lecteurs, dont je suis, de la sincérité et de la crédibilité de votre humanisme de droite, de la maîtrise de principes exigeants et d'une solide fidélité à leur égard. Et puis vous êtes également apparu comme un homme de votre temps et de notre monde, bien en phase avec eux. Pourtant, il m'est arrivé de lire des critiques à votre égard d'une violence terrible. Comme celles de personnes autorisées sur votre attitude lors du drame Yougoslave et même sur votre responsabilités dans la disparition des moines français en Algérie. Pour revenir à votre blogue, certaines de vos analyses à chaud sur l'actualité française (non au référendum sur la constitution et crise des banlieues) m'ont laissé bien perplexe. L'éloignement, peut-être ...
    Mais ne prenez pas tous ces commentaires, mêmes sincères, sur votre décision comme autant d'oraisons funèbres pour votre carrière nationale. Pour les anonymes comme moi, vous n'êtes jamais apparu aussi "vivant" que maintenant, sur votre blogue. Vous semblez apprécier la joie de tous les possibles. TOUS les possibles.
    Une dernière remarque sur le Mexique. Il est en effet passionnant de constater que plusieurs observateurs constatent dans ce pays un intérêt très vif pour la France, alors que la partie la plus remarquable de l'histoire commune des deux pays a constitué l'un des pires drames du règne de Napoléon III. Comme si, même dans de telles circonstances, quelque chose de positif et d'irréversible s'est produit, toujours palpable aujourd'hui visiblement. Ca fait du bien de le savoir, à une époque où l'on rame si souvent pour montrer que les français ne sont pas que des donneurs de leçon arrogants, où il arrive d'étonner des étrangers en tentant de se montrer simplement courtois et ouvert, bien que français ...
    Bien cordialement,
    Philippe Reignault
  • Ben Bensaid
    Le 12 Mai 2006 à 21 h 33 min
    Monsieur,
    Je suis partagé entre le mépris et la consternation après avoir lu les commentaires laissés par certains.
    Comment peut on vous critiquer après ce que vous avez fait de positifs pour votre ville, en particulier, et votre pays en général.
    Il est vrai que critiquer est bien plus facile que donner une analyse objective, et impartiale.
    Votre pays à besoin de vous aidez comme vous l'avez toujours fait, et que ceux qui critiquent se souviennent de ceci:"Admire la personne qui te critique,car prisonnière de sa propre jalousie, elle ne fait que t'admirer"
    Ben Bensaid
  • François Leterrier
    Le 12 Mai 2006 à 19 h 16 min
    Bravo pour votre ouverture d'esprit. Dommage que vous ne reveniez pas sur la scène politique française : vous étiez mon préféré à droite et Jacques Delors mon préféré à gauche... Je vais avoir du mal pour voter ! Cependant, votre grand talent trouvera certainement de nombreuses autres manières de s'exprimer.
    Bonne continuation et surtout soyez heureux.
    François Leterrier
  • Bernard ABBADIE
    Le 12 Mai 2006 à 17 h 24 min

    Cher Alain,

    BORDEAUX la métamorphosée vous attend.
    Depuis plusieurs semaines, je n'avais vu la ville la nuit. Les quais, le tramway qui avance, les quartiers qui explosent, la Bastide bien sûr, Bacalan, Belcier, Ravezies ...le Bordeaux de demain.
    Quand vous êtes arrivé, rappelez-vous, la rive droite avait des allures de Berlin-Est. Aujourd'hui, cette ville redevenue sublime grâce à votre volonté doit perpétuer son rêve.
    Vous l'avez laissée entre les mains d'exécutants fidèles.
    Il faut refermer la parenthèse.
    Bordeaux a besoin d'un nouveau souffle, de vos visions, de votre imagination.
    J'ai sous les yeux le papier du Monde sur votre hiver Québécois. Je pense que c'est une traduction assez fidèle de votre volonté « d'une grande respiration » pleine d'envies,
    S'il vous plaît, dans un premier temps, faites profiter Bordeaux de votre énergie et de vos visions d'avenir.
    Elle le mérite et elle en a le souhait.
    Tout comme votre expérience Québécoise vous a ouvert plein d'horizons, le retour à Bordeaux vous démontrera que les rives de la Garonne ne seront jamais un carcan pour votre talent et vos rêves,
    Bien au contraire.

    Avec ma fidèle amitié.

    Bernard ABBADIE

    Au pied de l'église TABANAC
    Entre vignes et Angélus.
    Bernard ABBADIE
  • François Costa de Beauregard
    Le 12 Mai 2006 à 14 h 17 min
    MERCI DE NE PAS PUBLIER CE MESSAGE SUR LE BLOG

    -------------------------------

    Bonjour Monsieur,

    Pendant longtemps j’ai souhaité que vous soyez élu président de la république. Vous aviez mené une politique courageuse et sembliez avoir une véritable vision de la France ainsi qu’un sens élevé de l’Etat. Mais la politique étant ce qu’elle est, les affaires ressortant injustement, certains s’imposant comme candidats naturels, force était de constater qu’il n’était plus évident pour vous d’être président. Tant pis.
    Et puis, votre blog est arrivé et je l’ai suivi avec intérêt avec sans doute au fond de moi-même l’espoir qu’il serait la première pierre de la reconquête du pouvoir. Et maintenant ressort cette terrible affaire qui risque de finir par renvoyer dos à dos les deux seuls candidats potentiels de l’UMP. Peut-être n’en fallait-il pas moins pour justifier votre retour, pour le rendre légitime aux yeux de tous. Peut-être faut-il que la droite soit laminée pour que les épreuves que vous avez traversées ne puissent plus constituer un obstacle « médiatiquement pénalisable » à votre retour ? Je le souhaite pour vous et pour nous.

    Pardonnez-moi d’avance de vous envoyer ce message. Vous savez ce que vous avez à faire et n’avez certainement pas besoin des conseils ou réflexions d’un gamin de 25 ans. Mais il s’agit surtout d’un message d’encouragement ! Je pense que l’envoyer ne fera pas avancer les choses, mais ne pas l’envoyer est pire. Je préfère tenter le coup et espérer que cela puisse vous parler ou au moins vous toucher. Je pense que nous sommes nombreux à vous attendre et que le pays a besoin de gens comme vous dont la vision n’est pas polluée par l’ego.

    Merci pour votre blog,
    Amicalement
    François Costa de Beauregard
    François Costa de Beauregard
  • yves martin
    Le 11 Mai 2006 à 18 h 35 min
    Bonjour Mr Juppé; votre retour n' est pas un evènement car votre avenir politique de leader operationnel est derrière vous ,vous le savez et vos projets sont ailleurs; ce qui m' attriste c 'est de voir que l' individu se nourrit toujours d' idoles esperant en des solutions pour sortir la france du bourbier . avec tout ce bazard de clearstream et autres affaires on en oublie que la france n' a plus de projets et que pendant un an au moins on expediera les affaires courantes en attendant un sauveur politique s' il y en a un !
    Yves Martin
    yves martin
  • jérôme adam
    Le 10 Mai 2006 à 20 h 17 min
    Bonjour, je suis un fidèle "lecteur" de votre blog : très bien fait, intéressant, et j'avoue que j'adore lire les réactions des internautes, je ne suis jamais déçu ! C'est parfois touchant, arrogant, détestable, amical, mais c'est la Démocratie.
    Pour revenir à l'actualité politique française actuelle, je ne vous cache mon dégoût, mais surtout ma grande peur pour 2007. Les extrêmes se taisent, se cachent, mais sont bien présentes, et ATTENTION aux mauvaises surprises des isoloirs.
    Pour finir, Monsieur Juppé, je partage certains avis et réactions publiés sur votre blog : COME BACK !
    Sincèrement.
    Jérôme, Paris.
    jérôme adam
  • françois desmazière
    Le 10 Mai 2006 à 10 h 02 min
    Cher Alain,

    Depuis les premiers jours de votre blog et de votre départ pour le Québec, j'attends cette nouvelle de votre retour en France.

    Ce que je n'imaginais pas, c'est que ce retour s'accompagne d'un refus de replonger dans les responsabilités nationales.. il y a deux ans cela m'aurait profondément déçu.. aujourd'hui je ne peux que vous approuver.
    A travers cette expérience et la profondeur de champ que vous avez su donner, vous avez acquis une place unique dans notre paysage social et politique : celle d'un homme libre, qui réfléchit plutôt qu'il ne réagit, qui inspire plutôt qu'il ne conspire.
    Surtout ne changez pas.. l'UMP ne ressemble plus à ce que nous avons créé en 2002.. votre mission (si vous l'acceptez -;) : la rencontre d'un homme libre et du peuple français en 2012..
    En attendant, petit clin d'oeil à votre voyage au Mexique et à l'amateur de cinéma que vous êtes : avez-vous vu "Que viva Mexico" d'Einsenstein.. tout y est sur la force des identités et des peuples.. des images d'une force inoubliable !

    http://www.desmaziere.com/blog



    françois desmazière
  • Frédéric DREAN
    Le 09 Mai 2006 à 23 h 07 min
    pharmacien, 30 ans, futur marié, 1 enfant.
    je profite de mon passage sur votre blogue (1ere fois) pour partager une pensée qui vous concerne :
    il m'arrive assez souvent de penser à l'état de la France si vos reformes, notamment sur le système de santé, avaient pu se concrétiser en 95. Je ne peut m'empêcher de croire qu'elles auraient pu apporter beaucoup. Déjà 11 ans se sont passés et les tentatives de "réformettes" sont loin d'aboutir à l'assainissement de notre situation. Quelle est votre position sur ce sujet à ce jour? quelle serait votre autocritique (le fond, la forme) ?
    Frédéric DREAN
  • P de Mornas
    Le 09 Mai 2006 à 22 h 35 min
    Je comprends que vous hésitiez à refaire de la politique. Je viens de lire tous ces encouragements qui vous sont adressés pour que vous repreniez des responsabilités nationales. Pourquoi pas en effet. Mais premier ministre de J Chirac dans l'état actuel de son non-programme démagogique et de sa très décevante non-performance, alors là bravo, ce serait vraiment de l'abnégation! Bon retour de la part d'un plus que déçu de la droite (mais que faire l'année prochaine?)
    P de Mornas
  • Yves Lusignan
    Le 09 Mai 2006 à 21 h 25 min
    L'entrevue que vous avez accordée au journal La Presse de Montréal nous apprend que vous aller publier un livre sur votre expérience nord-américaine. Bonne idée! Il y a certainement des choses que vos compatriotes doivent savoir et apprendre à propos des façons de faire au Québec, même si elles sont imparfaites. Des façons de faire qui peuvent être agréables ou déplaisantes, selon le point de vue. Je constate en lisant votre blog que les Français qui vous écrivent sont nombreux à réclamer un leader et sont désespérés de leurs politiciens. Plusieurs vous lancent un appel du pied. Je me permets de me mêler de ce qui ne me regarde pas en vous conseillant vivement de suivre votre instinct et de regarder passer le train. Au Québec, nous savons depuis longtemps que les sauveurs n'existent pas en politique et que la popularité des politiciens est généralement proportionnelle à leur éloignement des affaires. Votre décision de vous tenir en retrait est sans doute la bonne. Pourquoi gâcher son été à plonger dans le bourbier de la politique française? L'action peut se faire en dehors des cercles politiques, comme vous semblez l'avoir compris durant votre séjour parmi nous. Un dernier mot. Je constate aussi que certains de vos compatriotes rêvent tout haut de foutre le camp et d'émigrer, telleemnt ils sont déçus de leur pays. A ceux et celles qui rêvent du Québec et de l'Amérique, je dis attention! Si vous rêvez à la semaine de 32 heures, aux nombreux congés fériés, aux cinq semaines de vacances assurées, à un emploi bétonné à vie à l'âge de 25 ans, à la gratuité en éducation, à un extraordinaire système de santé et de sécurité, bref si vous rêvez de retrouver la France en Amérique, si vous rêvez à l'Eldorado sans efforts, sans perdre quelques illusions au passage et sans vivre parfois quelques cruelles déceptions, ne venez pas! Ce pays n'est pas pour vous!
    Yves Lusignan
  • nicolas vincent
    Le 09 Mai 2006 à 19 h 52 min
    C'est dommage que vous ne revenez sur la scène politique, à vrai dire vous avez sans doute raison ily déjà assez de monde qui se querèlent pour ça. Mais ça serai sympa de vous revoir maire de bordeaux vous nous manquer
    nicolas vincent
  • max CESAIRE
    Le 09 Mai 2006 à 15 h 23 min
    restez au canada§,vous etes detestés ici vous avez été jugé, vous avez piquer ds la caisse,l'argent des contribuables
    Vous ne servez a rien restez donc dans la glace ou alors vu n'avez aucune morale mais ca quand on appartient à cette majorité politique de nobliaux autistes on fait la morale aux Francais pour mieux couvrir votre impuissance Aller faire de la politique chez les américains ,ils sont suffisament incultes pour croire en des moribonds de votre espèce
    max CESAIRE
  • Philippe LANOIR
    Le 09 Mai 2006 à 15 h 06 min
    Cher Monsieur Juppé,
    Je comprends bien que vous n'ayez pas trop envie de revenir dans la politique au vu de ce qui s'y passe! Mais voyez-vous, je suis convaincu que vous vous sentirez obligé de reprendre du service et de faire bloc contre les extrémistes! Tous les jours qui passent, entre le CPE et Clearstream (je dirais "sale courant "...) tous les jours apportent des électeurs au Front National entre autres.
    Pour moi ce serait inacceptable de voir cet individu au pouvoir, et le serais prêt à entrer en dissidence.
    Donc, je compte sur vous pour vous allier, le moment venu, aux vrais républicains dont je suis et qui sont prêts à se ranger derrière vous.
    Fidèlement vôtre
    Philippe LANOIR
  • je te le dirai pas tu veux aps mon adresse aussi
    Le 09 Mai 2006 à 14 h 40 min
    franchement ,bien!
    on est deux étudiants , on galère dans la vie et on cherche du taf.Grâce à toi on a trouvé:faire du biz sans se faire pécho grâce à la politique.Comme toi, on a détourné du gen_ar,on a pris les pigeons que toi:des pauvres.Le problème ,c'est que notre tête n'est pas passée,trop basanée apparemment,donc on a fait un peu de tole contrairement à toi qui s'en est mis pleins les poches sans rien à redevoir,mais bon!on est des débutants.Voila pourquoi on t'envoie ce mail:donne nous des conseils, fait pas ton crevard.Si ça marche,t'aura le droit à 10% du butin.je me frotte déja les mains et même les pieds. Vazy réfléchis, tu me donnes la réponse demain au bar du football devant le café où ilya pleins d'alcoolo comme toi non pardon comme vous(faut qu'on fasse genre on se connait pas des maintenant)
    P.S.:on sera habillés avec des vêtements de bagnards verts et roses
    je te le dirai pas tu veux aps mon adresse aussi
  • Jacques DEISTING
    Le 09 Mai 2006 à 10 h 38 min
    de ce blog ou vous ne mettez que les flatteries d'une cours qui vous prend pour Louis 14.
    si ça vous fait plaisir de ne pas regarder la vérité en face c'est- à dire :
    Que les français ne veulent plus de vous. Les bordelais passent encore car une chèvre de droite serait élue à bordeaux.
    Les français ne vous aiment pas.
    "le meilleur d'entre nous" disait Chirac ! Qu'est ce que ça doit être les autres?
    Allez restez avec les caribous il y a suffisamment de bordel en France sans que vous veniez en rajouter.
    Jacques DEISTING
  • francois xavier roux demare
    Le 09 Mai 2006 à 04 h 54 min
    Je me pose une question. Votre volonté de ne pas reprendre des responsabilités politiques nationales a été largement commentée dans les médias. Je m'intérroge sur cette décision. Je rappelle de suite qu'elle vous appartient et que je n'ai aucun commentaire à faire sur ce choix (comme personne d'ailleurs). Cependant, je voudrais simplement savoir si c'est le climat politique déplorable actuellement qui vous a poussé à cette décision!
    A bientôt... et bonne continuation dans vos projets!
    http://fxrd.blogspirit.com
    francois xavier roux demare
  • constant nemale
    Le 09 Mai 2006 à 03 h 14 min
    Cher Alain,

    J'ai lu avec une attention particulière l'ensemble de votre Blog. pour ne rien vous cacher au départ, avant votre exil Canadien, je vous détestais. car à mes yeux vous étiez l'incarnation type de ce que peut-être le français de l'élite. imbu de sa science infuse, méprisant de la diversité de ce pays, borné dans des certitudes qui n'ont jamais eu pour seule conforontatio que les ors dorées des palais de la république.

    Pourtant vous voilà de retour en France. Heureux d'avoir plongé dans la découverte du monde. Divers et varié. Heureux de voir que si la France n'est plus le nombril du monde, elle aspire encore à être sa bonne conscience. Car première nation Européenne à proclamer la une journée de commémoration pour l'exclavage.

    Alain, je suis noir, africain, et surtout responsable du second média "Français" le plus regardé au monde après TV5: 3A TELESUD. (www.telesud.com). diffusé sur quatre continents, leader du monde afro, devinez ou nous avons le plus de mal à faire reconnaître notre utilité : en France Hexagonale.

    de cette ferveur qui ressort de votre blog, de l'éventualité de votre retour en France, de votre envie de servir des causes nationales, je me dis que je me dois par acquis de conscience vous denadez votre aide. 15 minutes, trente minutes, pas plus. Juste un premier entretien. Libre à vous de décider.
    Je suis heureux de savoir que de votre exil vous avez enfin découvert la plus belle richesse de l'homme politique : la liberté.
    courage,
    constant nemale
  • Joel Blasizzo
    Le 09 Mai 2006 à 02 h 52 min
    Mr. le Premier Ministre,
    Je vous adresse ce message tout simplement pour vous remercier de votre passage à Mexico. J'ai assisté à votre conférence à l'Alliance Francaise et je suis encore plus convaincu maintenant que la France a besoin de quelqu'un comme vous à sa tete. J'espere tout simplement que vos déclarations de ne pas reprendre d'activités politiques sont ponctuelles et circonstencielles mais que vous changerez d'avis très bientot. La France a besoin d'hommes intègres et honnetes. De plus vous avez une expérience de l'étranger et de l'expatriation comme personne et cela serait un grand atout afin de relativiser nos problèmes franco-francais.
    J'espère réellement avoir l'occasion de pouvoir voter pour vous très prochainement.
    Très sincères salutations
    Joel Blasizzo
    Joel Blasizzo
  • Laurent LATOUR
    Le 08 Mai 2006 à 23 h 25 min
    Bonsoir Alain,
    Alors là, « Chapeau bas! », c’est du grand art…, quand l’Artiste est là.
    Pour quelqu’un qui passe aux yeux de certains pour ne pas savoir communiquer, on pouvait difficilement mieux faire….
    Pour faire partie de ceux qui ne doute pas de ton « destin » national, et te présente depuis plusieurs mois comme le « futur Président de la République » (mais pour l’instant restons couverts), et qui reçoit les objections constructives avec plaisir et intérêt, j’avais souri à ton sourire sous le titre de Sud Ouest du 3 mai « Un étrange retour »
    Les yeux trahissaient les intentions, il était donc prudent et urgent de « démentir ».
    Résultat: une pub pour ton blog ce soir sur Antenne 2, et les réactions qui se sont succédées.
    Ça, c’est de la Com !

    Profites bien de tes derniers mois de repos au Canada, car on aura besoin de tes talents pour « écrire, dialoguer, écouter et parfois convaincre »
    Juste ce dont la France a besoin, ni plus, ni moins.

    « On ne se refait pas. »

    Amitiés
    Laurent
    Laurent LATOUR
  • jean pierre vaillant
    Le 08 Mai 2006 à 23 h 04 min
    Monsieur
    J'avais vingt ans en 1968.J'etais à l'époque infirmier de la marine nationale en poste à l'hopital Ste Anne de toulon.J'ai suivi le évènements de l'époque avec une certaine incompréhension due sans doute à mon "jeune âge" et sans doute aussi au moindre développement de l'information qui était aussi plus encadrée.
    Malgré tout grand admirateur du général De Gaulle,je croyais dur comme fer en l'avenir,à l'ascenceur social,à la récompense du travail accompli.Tout cela fut vrai jusqu'à la fin des fameuses trente glorieuses ,il faut bien le reconnaitre.
    Si j'admets aisément la situation difficile qui a suivi,j'ai du mal à comprendre la déliquescence de notre société,le laisser aller apparent de nos institutions et le sentiment très net d'une faillite inéluctable.Que se passera- t- il lorsque nous ne pourrons plus assumer nos échéances?Je pense qu'en l'état actuel des choses ma petite fille agée de huit mois travaillera touts sa vie pour payer nos déficits actuels.
    Ma sensibilité politique n'a cependant jamais varié mais j'ai trouvé choquant la façon dont sont traités certaines personnes de valeur (dont vous) et la méfiance qu'inspire d'autres personnes à la compétence reconnue.
    Pourquoi ne peut-on pas réunir autour d'une table tous ceux et celles désireux de faire évoluer les choses dans le sens d' une amélioration.Ces personnes ne seraient pas forcément du même bord politique.Je pense que personne ne détient la vérité,alors pourquoi tant de haine dès que l' on affiche des idées différentes de la majorité bien pensante.Tout est conçu comme si nous étions un état collectiviste.Sous des apparence de libéralité,rien ne peut se faire en accord avec le politiquement correct.La gauche,quand elle était au affaires a noyauté tous les rouages et l'action de la majorité en place s'en trouve enrayée pour n'avoir pas contré ce problème à temps.
    Monsieur le premier ministre,je vous prie de bien vouloir excuser ces élucubrations qui vous aurons fait perdre votre temps mis je n'ai jamais osé jusqu'à présent m'exprimer à ce sujet.Je vous prie de croire Monsieur à l'assurance de ma très haute considération.
    jean pierre vaillant
  • cédrick enjary
    Le 08 Mai 2006 à 22 h 47 min
    Monsieur Juppé,

    Je crois que la politique n'est plus... Dans le passé (pas si lointain que cela), faire de la politique, c'était partager des idées, convaincre avec ses idées et réussir à les appliquer. Cet "art" s'accompagnait de valeurs comme l'honneur et l'intégrité. Ce n'est pas un "vieux loup de mer" qui vous adresse cette note mais un enseignant de 34 ans qui était passionné de politique (j'enseigne les SES) et qui est profondément désabusé par ce triste et navrant spectacle qu'offrent nos représentant de l'executif actuellement.
    J'ai apprécié le contenu de votre note où je ressens une certaine quiétude. Dommage que vous ne reveniez pas car vous faisiez parti des "hommes d'honneur" auxquels je faisais allusion. Bonne continuation dans vos entreprises. Cédrick
    cédrick enjary
  • Gérald B.
    Le 08 Mai 2006 à 22 h 09 min
    Monsieur Le Premier Ministre, la France est dans une telle situation de confusion, d'incertitude et de fragilité, qu'il est peut-être temps qu'elle soit sérieusement reprise en main. Pour cela, il parait indispensable que des hommes de caractère disposant d'une expérience et d'un certain recul "maintenant" se mettent à la disposition du pays pour le faire repartir. Il est peut-être enfin temps que les forces "vives" et "intelligentes" de ce pays s'unissent pour redresser cette situation. L'heure n'est plus ou pas à la discorde, bien au contraire. Vous avez tord de laisser tomber vos compatriotes, votre pays, d’abandonner la vie et le combat politique, pour le laisser à des hommes ou des femmes sans projet pour le pays mais pour la une des journaux people. La classe politique française est devenue triste et sans intérêt. A quand les grands projets et les grandes perspectives pour le pays...A quand enfin un peu de lisibilité sur notre avenir...pourquoi une coalition d'union nationale est elle possible en Allemagne pour sortir le pays de la crise et pourquoi pas en France...Doit on laisser le pays au mains d'homme comme Bayrou...qui se félicite de la grève de la fin d'un député pour sauver doit disant quelques emplois avec des conséquences désastreuses de dégoûter les investisseurs étrangers de venir s'installer en France...est-ce cela que vous souhaitez? laisser la France à ce type d'homme politique?...nous avons besoin d'homme de caractère, sachant prendre des décisions et si tenir, AYANT UNE "AMBITION" ET UN "PROJET".
    Pour toutes ces raisons et bien d'autres encore, je suis de ce qui pense que votre retour sur le plan nationale est nécessaire...les vérités étant successives et éphémères, je souhaite alors vous voir changer d’avis …A très bientôt et bon retour
    Gérald B.
  • Jean-Luc DARRAS
    Le 08 Mai 2006 à 21 h 54 min
    Je fais parti des disparus de la democratie.J'ai vote 2 fois en 30 ans
    Le monde politique est un monde de gestionnaire carrieriste.
    Cependant, sans aucune ideologie politique, je fais parti des gens qui voterait pour vous si vous vous presentiez aux prochaines elections presidentielles; au meme titre que mon vote pour charles Hernu d'il y a quelques decennies. Vive l'homme !!
    Assez de bavardages, de la logique, de la verite.
    Je suis etabli a l'etanger, en europe centrale depuis 8 ans; la vision de la france vu de l'exterieur est desastreuse.
    Il est temps que ce beau pays retrouve sa place et regarde son avenir en face.

    Jean-Luc
    Jean-Luc DARRAS
  • David Barthe
    Le 08 Mai 2006 à 21 h 25 min
    Face à la menace du gouvernement mexicain de Benito Juárez de ne plus payer les dettes mexicaines, les gouvernements français, espagnol et britannique envoyèrent une force expéditionnaire occuper l'État de Veracruz.
    Mais il s'agit d'un prétexte, car les Européens (surtout Napoléon III) souhaitent profiter de la guerre de Sécession américaine pour se réimplanter sur le continent américain. Les Anglais et les Espagnols traitèrent rapidement par la Convention de Soledad (février 1862), mais les Français décidèrent de se maintenir.
    Répondant aux requêtes des conservateurs, l'archiduc autrichien Maximilien de Habsbourg se proclama Empereur du Mexique.
    Les troupes françaises sont dirigées par François Achille Bazaine de 1863 à 1867. Après le difficile siège de Puebla - 63 jours de siège avant de tomber en mai 1863, les Français parvinrent à Mexico en juin. Il ne réussirent jamais à contrôler le pays et Juárez parvint à se réfugier à Paso del Norte, à la frontière des États-Unis.
    Avec la fin de la guerre de Sécession, les États-Unis, favorable à Juárez font pression pour le départ des forces françaises. Confronté à l'accroissement de la puissance prussienne en Europe, Napoléon III accepte le retrait des troupes françaises.
    Après le départ des Français, et la défaite des impériaux lors du siège de Querétaro, l'empereur Maximilien est fait prisonnier par trahison, jugé et puis fusillé le 19 juin 1867 à Querétaro avec ses généraux Miramon et Mejia.
    David Barthe
  • Christian Jaworski
    Le 08 Mai 2006 à 20 h 41 min
    Bonjour M.Juppe.
    C'est pas top ce que vous annoncez.Ne pas reprendre de responsabilité nationale?Non mais savez dans quel "bordel" nous vivons aujourd'hui en France?(excusez ce mot)Et là,nous risquons de laisser notre pays au mains d'un petit arriviste qui a les dents qui raillent le carrelage(Sarko) ou à une femme qui ne serait élue que parce qu'elle est une femme,parce que pour ce qui est du programme,y'en a pas(Segolene).Et vous,vous voudriez nous laisser comme ça?Non,désolé,j'ai pas pour habitude d'ecrire aux Hommes publiques ou politiques,mais là,je me le permets.Je ne suis pas une grande lumière.Je ne suis qu'un employé chez castorama logistique à St Martin de Crau(13)à 1200€/mois.J'ai 45a et j'aimerai vivre autrement desormais.J'ai souvent lu votre blog.J'y ai trouvé un homme libre,sincère et aussi honnète.Restez le même et aidez-nous svp.Je n'avais pas particulièrement d'affinité avec vous,il a fallu que je vous lise et je pense avoir découvert quelqu'un de bien.Et c'est maintenant que vous laisseriez tomber?Non,il ne faut pas!Je pense que chez nos amis Quebequois vous aviez des nouvelles de la France.Monsieur Juppé,c'est presque dramatique.On s'y appauvrit en travaillant chaque année.Il faut que ça change,mais pas avec ceux qu'on nous promet en 2007.
    Je m'excuse d'avoir eu le culot de vous parler peut etre comme au café du commerce,mais croyez-moi je suis sincère.
    En tout cas,quelque soit votre decision,sachez que je vous apprécie depuis peu en vous lisant,que je vous avais ecrit à l'époque à la mairie de Bordeaux pour vous dire combien je trouvais dégueulasse votre linchage public,et je vous souhaite aussi d'ètre très heureux avec votre famille et votre vie.Mais pensez un peu à des gens comme moi qui n'ont plus guère d'espoir.
    Cordialement
    Christian Jaworski
    Christian Jaworski
  • Gaetan FROUIN
    Le 08 Mai 2006 à 20 h 28 min
    Et à Bordeaux aussi monsieur Charlebois! Revenir à Bordeaux sans intention de prendre des responsabilités politiques au niveau national, je le comprends. Cela effectivement, n'empêche aucunement de s'engager socialement, politiquement à une autre échelle, locale, voire internationale. Je suis partisan du principe qui consiste à faire moins pour faire mieux, tout en sachant que la charge de travail et l'engagement ne sont pas moindres parcequ'ils ciblent une localité. L'administration de la cité de Bordeaux, l'engagement social, l'enseignement, l'écriture, le dialogue et le soutien d'échanges culturels intenationaux, voilà effectivement, des occupations qui, si elles étaient complétées par une responsabilité politique au niveau national, deviendraient moins efficaces. Bon retour à Bordeaux monsieur Juppé, je vis en Alsace pour des raisons professionnelles, et lors de mes visites régulières j'entends dire souvent que les bordelais vous attendent, j'en fais partie de ces gens. Sincèrement.
    Gaetan FROUIN
  • philippe Dujeantet
    Le 08 Mai 2006 à 19 h 52 min
    Même si votre travail a été remarquable sur Bordeaux (du moins en terme d'image... pour le fond c'est une autre affaire), il est clair que - j'en suis désolé de le dire aussi cruement - vous manquez clairement de talent - et aussi de manque d'écoute, encore que j'aurais tendance à dire "en progrès mais peut mieux faire" - pour avoir des responsabilités nationales.

    Bref, bon retour sur Bordeaux, et faites ce que vous avez prévu de faire, pour le bien des français !

    Philippe

    P.S : mon message sera-t-il publié...
    philippe Dujeantet
  • .................. ....................
    Le 08 Mai 2006 à 18 h 23 min
    Lâcheur
    .................. ....................
  • jean OPPERMANN
    Le 08 Mai 2006 à 17 h 42 min
    je vois certains de mes contemporains devenir des extra-terrestres qui ne se rendent pas compte de la chance que nous avons de vivre dans notre pays et de la relative fragilité de notre situation.
    la présentation de la situation hexagonale et mondiale par les médias complique et amplifie les problèmes de notre société et j'ai l'impression que ce ne sont que les plus excessifs qui s'expriment.
    Est ce que vous ne seriez pas tenté de promouvoir une série d'émissions qui permette d'analyser les faits de société en profondeur avec l'expérience et le détachement qui sont les votres aujourd'hui.
    Si la majorité ou tout au moins une partie significative de la population qui travaille sans idéologie et trop de préjugés ne peut s'exprimer ou se rattacher à des valeurs communes, j'ai peur que la cristallisation des extrêmes ne se développe.



    jean OPPERMANN
  • Arnaud Lambert
    Le 08 Mai 2006 à 17 h 38 min
    Voilà une bonne nouvelle!

    La droite a besoin d'hommes de charisme et d'hommes d'actions. Laissons celui qui, bien qu'imparfait, se dirige vers la magistrature suprème et qui a su, comme nul autre depuis Pompidou, infliger une correction sérieuse au politiquement correct en général, et à nos énarques en particulier. Vive la France de demain!

    A Lambert / chef d'entreprise
    Arnaud Lambert
  • Anne Marie COCHET
    Le 08 Mai 2006 à 17 h 33 min
    Ne sucombez pas à la tentation de Venise! On vous attend et plusque vous ne pensez! Mais la liberté a du bon quand on peut aussi penser aux occupations choisies..; Pour le moment les Français sont dans l'insertitude et iront peut-être en ballade certains dimanches d'avril mai 2007... De toute façon vos lumières donneront peut-être un sens à ce que est vraiment obscure maintenant!AMC.
    Anne Marie COCHET
  • André SAISSAC
    Le 08 Mai 2006 à 17 h 28 min
    Monsieur Alain Juppé
    Je suis heureux que vous rentriez en france apres ce long sejour.
    Je suis d'accord avec vous , de vous tenir en retrait pour le moment de la vie politique ( eloignez vous de ce panier a crabes).
    Un jour viendra ou la France aura besoin de vous et je sais que vous aavez tout les atouts et la capacité pour gerer ce pays qui part à la dérive.
    Sincères salutations.
    André SAISSAC
  • Michel Le Bras
    Le 08 Mai 2006 à 16 h 48 min
    Monsieur le Premier Ministre,

    Sans appartenir à la catégorie des "déclinologues" l' observation réaliste nous conduit à constater la dégradation rapide de l' image et de l' influence de la France à l'étranger.
    Les crises sociales successives ,la présentation faite par les médias et la classe politique-de droite comme de gauche de l'affaire "clearstream" contribuent à accentuer cette tendance.
    Tout se passe comme si aucune autorité ,aucun pouvoir -celui des clercs ,des patrons ,des politiques- ne méritait le respect.
    Le fait n'est pas nouveau ,il n'est pas spécifique à la France mais notre pays pour des raisons qu'il serait sans doute facile d'expliquer est plus réactif ,donc sensible et vulnérable.
    Les révoltes sociales et les bulles médiatiques ne traduiraient-elles pas un profond malaise:la perception que depuis quelques décennies nous (l'humanité) ne maitrisons plus notre HISTOIRE?Nous sommes embarqués dans un train fou conduit par l'automatisme du développement technologique que ne contrôlent plus ni les patrons de l'industrie ,ni les décideurs politiques et que comprennent encore assez mal les intellectuels.
    Nous avons donc besoin d'hommes politiques de grande envergure pour tenter de redonner un sens à notre développement et nous aider à reprendre le contrôle de notre histoire.
    Ces hommes politiques d'expérience et bénéficiant d'un point de vu "élargi" sur le monde sont rares donc précieux.
    Il est vrai que les français n'ont jamais reconnu les porteurs de projets d'envergure ( Mendès- France ,peut être Rocard à gauche ,Valéry Giscard d'Estaing et ,si vous le permettez vous même à droite)
    Nous pouvons donc vous comprendre lorsque vous envisagez de rester ,lors de votre retour en France,à l'écart de la vie Politique Nationale et internationale.Sans doute allez -vous à court terme reconquérir la Mairie de Bordeaux et l'ancien bordelais que je suis ne peut que s'en réjouir mais est-ce suffisant?
    Certes l'échéance des présidentielles de 2007 est prématurée et à hauts -risques mais pour l'avenir ,je vous en conjure,n'abandonnez- pas.La France va mal .Son pronostic n'est pas désespéré mais vous êtes le praticien qu'il nous faut pour la sortir de son marasme.
    Vous ne serez pas seul,vous avez contribué à créer la fondation pour l'innovation politique qui alimente richement le débat et certainement des clubs qui sauront mobiliser et dynamiser les clercs.
    Avec mes respectueuses et cordiales salutations.
    Michel Le Bras
  • benoit dunesme
    Le 08 Mai 2006 à 16 h 38 min
    je suis ravi de savoir que vous retrouverez bientot le sud ouest.Bazas vous attend pour re decouvrir son celebre boeuf.Je vous invite un samedi à midi à la maison pour le deguster
    Bien amicalement
    benoit dunesme
  • sdd zdz
    Le 08 Mai 2006 à 16 h 31 min
    tu es le meilleur
    sdd zdz
  • Francois de Beaune
    Le 08 Mai 2006 à 16 h 17 min
    Monsieur le Premier Ministre,

    J'apprends avec plaisir votre retour a Bordeaux, confiant que votre experience Canadienne vous aura enrichi. J'ai meme l'impression, si vous me permettez d'etre direct, que vous avez ameliore vos capacites a communiquer, qui constituaient votre talon d'Achile a mon humble avis.
    Je suis tres heureux pour Bordeaux et j'espere que vos amis sauront vous montrer a quel point vous pouvez enrichir la France avec des responsabilites nationales. Franz-Olivier Gisbert dit dans son livre que vous etes l'un des seuls hommes d'etat en France. Comme c'est vrai!
    Je vous souhaite un retour aussi agreable que possible.
    Cordialement,
    Francois de Beaune
    Francois de Beaune
  • Bruno Bartolotta
    Le 08 Mai 2006 à 15 h 47 min
    J'ai lu et relu votre intervention et celle des autres. ca me fatigue, même la mienne me fatigue. "La mondialisation n'efface pas les différences culturelles" vous dites. Ce qui me choque c'est que vous semblez le découvrir ! Est-ce que vous cvous rendez seulement compte que pour la plupart des managers du privé ceci est une évidence que nous ne questionnons plus depuis très longtemps ?

    Vous me faites penser à ces cadres Espagnols de la multinationale française dans laquelle je travaillais qui s'offusquaient de l'attitude arrogante des administrateurs français qu'ils avaient cotoyés. Lorsque l'on passe par Paris et que l'on y a trop appris, j'ai pu constater qu'en général on n'est plus capable de s'adapter et de travailler dans un contexte international.

    Ceci dit je loue vos propos qui semblent indiquer que la France en particulier a beaucoup à partager avec le Mexique. Je trouve qu'il y a effectivement beaucoup à faire avec ce pays qui jouit d'ailleurs d'une position geostratégique exceptionnelle. Pays d'AMérique Latine dans l'ALENA.

    Ceci dit ne sous estimez pas les Mexicains ... Ils sont remarquablement accueillants mais à moins de pénétrer leurs réseaux par le sang, il est très difficile de se mêler à eux ...

    Bruno Bartolotta
  • jean-pierre Pinet
    Le 08 Mai 2006 à 15 h 40 min
    A vrai dire, je ne crois plus aux politiques et encore moins à leurs convictions électorales...mais plus aux médias.
    L'ère de la communication et des médias a t'elle été fatale à nos politiques qui marchent à l'audimat constant.
    Comment les médias pourront elles sauver notre société puisqu'elles (les) gouvernent...
    jean-pierre Pinet
  • herve laviale
    Le 08 Mai 2006 à 15 h 23 min
    monsieur, revenir a Bordeaux pour y revenir vivre oui je peux comprendre, revenir a Bordeaux sans revenir dans le jeu politique national, je le comprends moins bien...vous constatez comme tout le monde que l'electorat de droite n'a actuellement au sein de l'UMP qu'une fausse alternative entre deux hommes certes peut etre differents sur quelques points de temperament, mais qui ne donne pas l'impression de se preoccuper du destin du pays autrement qu'a travers le prisme de leurs seules ambitions personnelles et des ralliements de X ou de Y a leur cause. Faire passer des idees oui mais pour aussi les faire approuver par d'autres et donc les conduire au nom du pays ne serait il pas plus profitable ?
    herve laviale
  • ernest roy
    Le 08 Mai 2006 à 15 h 15 min
    ce qui "paraitrait" se passer en france,représente assez bien l'état dans lequel certains s'archarnent à nous cataloguer!! je suis comme vous un ami de longue date des Québécois, avec lesquels nous échangeons nos biens: camping car et maisons, nous y serons du 10 08 au 20 10 08 à Sherbrook pendant que nos amis (prof en universitaires en retraite) seront chez nous. Avec mon amitié et bon courage,nous avons besoin de gens comme vous
    ernest roy
  • rene Dallot
    Le 08 Mai 2006 à 14 h 44 min
    J'approuve votre décision de conserver le recul actuel vis à vis du monde politique.actuel Vous y avez cru et vous vous êtes fait berner. Espérons que vos successeurs sauront tirer les enseignements des présidences Mitterrand et Chirac et saurons repartir sur d'autres principes. Beaucoup de choses sont à changer et il nous faut des personnages neufs qui soient au service du pays et non de leurs intérêts personnels. Si les turpitudes actuelles des politiques parviennent à faire crever « l'abcès »? Alors, malgré eux ils auront rendu un grand service aux français.
    rene Dallot
  • Norbert Clément
    Le 08 Mai 2006 à 14 h 33 min
    Rien de tel que l'éloignement pour remettre les idées en place et les choses en perspectives, en somme, faire retraite.
    Norbert Clément
  • Jean Claude Gabilan
    Le 08 Mai 2006 à 13 h 55 min
    1995 plus de 10 ans,déjà!
    Une victoire dans les urnes,suivie d'une défaite dans la rue.
    "Tu sais vaincre,mais tu ne sais pas utiliser ta victoire"disions nous dans la lettre qui vous a été alors adressée,plagiant la célèbre harangue faite à Hannibal par l'historien romain(Tacite ou Tite Live?)après sa victoire dans la montagne des Alpes et sa défaite dans la plaine de Capoue, 2 ans plus tard...Et nous vous souhaitions de vous ressourcer à Bordeaux et en Aquitaine et d'y démontrer tous vos talents
    d'initiatives et de gestion,ce que vous avez fait au delà de toutes nos espérances.A Bordeaux,vous faites (presque!)l'unanimité.
    Depuis,après de nouvelles épreuves,imméritées,vous vous ressourcez dans cette autre grande province francophone du Canada,si proche et cependant si originale,ce dont les blogs que vous nous avez adressés témoignent,pleins de nouvelle fraicheur,d'enthousiasme et de vision renouvelée du fait politique.
    Vous dites que vous n'avez aucune intention de reprendre des responsabilités politiques nationales.
    Je suis assez d'accord avec les premières réactions communiquées.
    Marc Chiapparo dit:"Dommage,car nous sommes en pleine anomie.Mais je vous comprends!"Bernard Lorriaux pense que "vous ètesla solution...nul futur candidat n'a de vision ni pour la France,ni pour une certaine Europe".Pour Jacques Coudol"il est clair que votre décision est, pour l'instant,la seule valable"
    Mais faut-il que votre role et votre impact sur les affaires de la France ne s'exerce ultérieurement qu'à titre d'observateur ,de critique,de conseil...
    Plus tard ,vous serez ,je l'espère,aux affaires au niveau national.
    Mais il faut d'ici là que les Français apprécient, en politique,les vraies valeurs ,rigoureuses et non démagogiques.
    Est ce utopique que de le penser?
    ou réaliste,compte tenu des désillusions qui devraient.. dessiller les yeux?
    Et vous donner au niveau national la popularité qui est la votre au niveau de votre ville et de votre région!
    Jean Claude Gabilan
  • Didier Barbe
    Le 08 Mai 2006 à 13 h 03 min
    Cher Alain Juppe,

    Je vous comprends....

    Cependant la France a besoin d'homme comme vous, alliant la competence, l'experience et plus encore les epreuves: les cicatrices de la vie qui font les grands destins. Dommage que l'on ne sache pas valoriser dans notre pays ces parcours!

    Il y a tant de chose encore a inventer pour faire de la France un pays ou tout sera de nouveau possible.

    C'est un militant UMP de la premiere heure, elu de la circonscription de Boulogne Billancourt, et dirigeant au sein d'un grand groupe international qui partage cela avec vous.

    Je vois la France a la fois de l'interieur et l'observe aussi beaucoup de l'exterieur. Elle est a la fois fascinante et decevante, porteuse d'esperances et de regrets, de rendez-vous rates avec son avenir. Elle merite l'engagement de tous, a sa place, la vrai celle de l'action.

    Revenez et contribuez a votre facon.

    La France vous connait mal, elle doit vous redecouvrir! Nous avoins besoin de vous!

    Pardonnez les fautes, c'est un clavier qwerty! anglo-saxon :-(
    Didier Barbe
  • Jean-Pierre Garcia
    Le 08 Mai 2006 à 12 h 43 min
    Au secours Juppé reviens, Bordeaux et l'Aquitaine ont besoin de toi !!!!
    Jean-Pierre Garcia
  • jean RAVET
    Le 08 Mai 2006 à 12 h 26 min
    Ancien membre du RPR, actuellement membre de l'UMP, je souhaite de tout coeur que vous repreniez la direction du gouvernement. Ce choix est vital pour la France et les prochaines échéances électorales.
    jean RAVET
  • Patrick Cavoue
    Le 08 Mai 2006 à 11 h 57 min
    Monsieur Juppé,

    Je ne sais si ce message parviendra à vos yeux, mais je voudrais m'adesser à vous, simplement, comme je pense beaucoup de gens ici le souhaitent. Adhérent UMP, 43 ans, je suis consterné par le climat politique actuel, et plus encore par l'image détestable de notre pays, à la lumière des récents évènements (banlieues, CPE, Clearstream...). Sans être d'un patriotisme caricatural, je souhaite sincèrement que notre pays reprenne sérieusement sa marche vers l'avenir, avec à sa tête un homme pour lequel l'intérêt général reste primordial. Sans me répandre sur vos qualités, ou du moins ce que j'en pense, je trouve que vous avez aujourd'hui un rôle à jouer, et plus que celui du "sage de la montagne". Votre engagement politique, à mon sens, vous interdit de tenir durablement une place d'observateur. J'ai beaucoup discuté avec des amis, de droite comme de gauche, et il ressort que parmi l'ensemble du "personnel" politique actuel, vous, et vous seul, avez une image de probité, de sérieux et d'ambition raisonnable pour notre pays. De grâce, ne tirez pas un trait définitif sur la vie publique, je crois que la France a plus besoin de vous, que vous de calme et d'apaisement. Les conditions sont à la fois plus graves et plus favorables, à mon sens, qu'en 1995. Je ne m'exprime pas au nom de votre "camp", mais je pense, au vu des conversations que j'ai, que vous existez plus qu'au simple titre d'observateur éclairé... C'est la première fois que j'ose un tel message. Ne nous oubliez pas. Sincèrement vôtre.
    Patrick Cavoue
  • hamid rezki
    Le 08 Mai 2006 à 11 h 41 min
    votre retour parmi nous, va redonner des couleurs et de l'oxygène à notre démocratie.
    nous avons besoin d'Homme de votre charisme et de votre honnêteté pour donner un sens à nos valeurs.
    merci pour votre altruisme et votre sens de l'Humain

    Bien cordialement
    hamid rezki
  • nicolas albrespy
    Le 08 Mai 2006 à 11 h 41 min
    Auriez vous pu?...la grande question est là. Comme beaucoup, je suis quelques peu déçu. Non pas de vous en soit, simplement de cette nouvelle de votre non-retour en politique nationale française. En tant qu'observateur de la politique, je sais bien que certaines déclarations n'ont qu'un temps et se trouvent parfois chamboulées par des actualités inattendues. Quoiqu'il en soit, un homme politique devrait être jugé sur ses réalisations, ceci est le moindre des pragmatismes. Or lorsqu'il fait renaitre une ville, cet homme mérite que l'on s'attarde sur ses qualités évidentes en matière de prises de décisions et de gestion, (ainsi qu'une certaine proximité humaine pour parvenir à avancer à l'échellon local). Mais si je sais bien que le national n'est pas le local, cela n'enlève pas l'idée à beaucoup que l'expérience et la capacité politique serait très bénéfique pour un pays quelque peu tourmenté ces temps ci.
    Alors y a t il des places disponibles? Y a t il une vraie alternative dans les choix politique?y a t il une vraie attente?...je ne sais pas, mais il va bien falloir qu'un homme s'y attele, ce ne sera pas vous, soit! Beaucoup pourront le comprendre...
    Je sais cependant qu'à Bordeaux on vous acceuillera avec beaucoup de chaleur, alors bon retour dans notre beau sud ouest.
    nicolas albrespy
  • Francine Ramstein
    Le 08 Mai 2006 à 11 h 39 min
    C'est la première fois que je viens sur votre blog. Avant tout pour lire directement votre démenti aux supputations médiatiques franco françaises.
    C'est votre épouse et vos enfants qui doivent être heureux de cet homme guéri de son passé politique récent.
    Je regrette votre décision pour une seule personne : Villepin.
    Peut-être est-ce une chance à terme pour lui, d'avoir subi un tel lynchage.
    Oui, vous avez raison. la vie est belle quand on est pas bloqué par des frontières artificielles.
    Il n'y a pas plus enrichissant que de se frotter aux autres cultures, de s'y plonger. La mondialisation peut devenir une excellente chose, et sans que l'on y perde ses racines, ses traditions.
    Vous avez un boulevard devant vous, et il est très juste que des livres, des passerelles qui touchent à l'humain, sont productives et vous apporteront une liberté de vie.
    A près de 52 ans, la politique franco-française n'avait pas grand intérêt
    jusque-là : durant 20 années épouse d'un réfugié politique syrien d'origine tcherkesse, portant le prénom d'un oncle mort sous la torture de médecins nazis le 14 juillet 43 parceque dauphin d'undéputé alsacien, il refusait d'endosser l'uniforme d'officier ss, un père qui a été incorporé de force à 17 ans comme mécanicien de char dans la Wehrmacht, a fait Stalingrad et terminé chez les Russes, idem pour les autres oncles. Un beau-frère pilote syrien abattu pendant la guerre de 67.
    Moi, je n'aime que la paix, toutes les cultures, respecte toutes les religions modérées. Seulement depuis 2002, avec Le Pen puis Sarkozy à la tête de la droite républicaine, des voyants rouges se sont mis à clignoter dans ma tête, et
    ne sont pas prêts de s'arrêter.
    Les extrêmes, partout dans le monde, se sentent à nouveau pousser des ailes, et il faut leur racourcir les plumes pour les empêcher de voler.
    Une femme est espérée en France,
    fatiguée de ses politiques, et Ségolène répond le mieux à cet espoir : si l'alternance doit se faire avec elle, voyons ce qu'elle arrivera à imposer !
    Peut-être enfin une véritable sociale démocratie ?
    Peut-être prendra-t-elle un premier ministre tel que Bockel, et cela ne serait pas un drame du tout !
    Sarkozy, même de droite, est le choix impossible, pour moi.
    Tout le monde n'a pas votre capacité au sacrifice.
    L'important est de savoir d'où l'on vient, d'avoir des racines quelque part,
    et l'on peut essaimer ses branches partout ailleurs.
    Le Juppé nouveau est très riche, et on le sent très bien dans sa vie, et surtout délivré, délesté des valises plombées des autres !
    Les Français vont devoir apprendre à vivre avec un peu de moins de sécurités moins d'argent, ainsi que tous les pays privilégiés. Le reste du monde évolue,
    va vivre un peu moins mal, et d'ici deux générations, nous devrions tous nous rejoindre, et le monde n'en sera que meilleur, à condition que l'on maintienne à l'écart les vieux démons.
    Des personnes telles que vous et Villepin sont indispensables, pour faire avancer et créer des passerelles entre les peuples, les droits et devoirs.
    On a la vie que l'on mérite, et vous méritez votre choix de vie. Votre épouse ne doit pas y être étrangère.
    Les hommes qui restent droits dans leur bottes, contre vents et marées, sont une denrée rare, mais cela existe.
    Surtout continuer à nous écrire,

    Francine Ramstein
    Alsace

    Francine Ramstein
  • Bruno Bartolotta
    Le 08 Mai 2006 à 11 h 38 min
    J'ai étudié au Mexique et j'ai suivi avec quelques années à y travailler pour une multinationale Française.

    C'est une pays très particulier et une particularité qui tient du métissage de ses habitants plus présent que dans les autres pays d'amérique Latine puisque la plupart des civilisations précolombines étaient concentrées sur le territoire du Mexique actuel et de l'amérique centrale.

    Le mexique a un patriotisme puissant c'est un pays qui dispose d'institutions fédérales très forte, l'illétrisme y est très limité, la santé y est bonne, il existe des universités publiques ouvertes à tous. Même si ce pays a connu 70 ans de parti unique ils ont toujours eu une conception paternaliste du pouvoir finalement qui présente des ressemblance avec le Gaullisme. Les Français s'y sentent bien.

    Si l'on considère que l'altermondialisme a trouvé un corps dans la musique de Manu Chao, sachez que l'album tant chéri de ce musicien (Clandestino) a été fait presque entièrement dans ce pays dont il chante la culture profonde.

    Ce que vous avez ressenti comme puissante inspiration pour un monde multiculturel frappe tous les voyageurs qui découvrent ce pays le plus métissé d'amérique Latine. Je suis revenu en France avec cet héritage et espoir profondément ancré.

    La France a beaucoup d'atouts pour réussir un tel métissage. Son école républicaine malgré l'évidente faillite du projet à produire une population adaptée au monde du travail aujourd'hui a néanmoins des effets secondaires très intéressant du point de vue du métissage. Le modèle black blanc beur sans discrimination y est très fort. Les groupes de jeunes errants et irrespectueux sont très hétérogènes si vous regardez bien.

    La France présente de nombreux avantages et celui-ci n'est qu'un exemple. Son problème c'est que tout se décide depuis Paris selon une hiérarchie si rigide que toutes les décisions sont sorties du chapeau et ne reposent pas sur le Rélité, forces et faiblesses du terrain. QUi plus est la culture bureaucratique est tellement développée que les forces de terrain sont contraintes de fonctionner dans un carcan de règles si rigides qu'elles interdisent toutes actions sont vouées à l'échec.

    Si bien que l'on peut dire que la France est aujourd'hui un fossile administratif qui TUE tout le dynamisme de notre pays. Face à un changement de société majeur il détruit tous les efforts de la société française à évoluer et fait régner un ordre dans lequel plus personne ne se reconnait.

    Si bien que nous sommes aujourd'hui engagés dans le dangereux rejet de notre identité faute d'avoir un état dans lequel nous nous reconnaissons les français sont engagés bien malgré eux dans une entreprise de rejet systématique de notre pays.

    Vous etes un énarque écouté, vous semblez vouloir vous tenir à distance du pouvoir central, vous positionner comme libre. C'est peut-être à vous de commencer à regarder d'un oeil critique l'oeuvre de vos pairs et de constater qu'elle n'est aujourd'hui plus qu'une mécanique folle sans tête et sans capacité d'adaptation. A vous de dénoncer que dans notre pays et malgfré une population bien disposée, l'ordre administratif a consacré la disparition de l'initiative au profit de la machine.

    Toute oeuvre et oeuvre humaine. Rien ne se fait sans initiative. ET si le mexique est riche de sa diversité c'est parce quil n'existe aucune bureaucratie dans ce pays qui ait détruit l'élan créatif des mexicains, aucune culture nationale qui ne se soit décrétée comme autorité unique...

    Vous allez revenir en France. J'espère que les forces du changement pourront compter sur vous et que vous n'allez pas perpétuer les erreurs du passé.

    La pratique se trompe en France il est temps de redonner le pouvoir aux hommes et non plus aux administrations d'un autre age.
    Bruno Bartolotta
  • laetitia ouais
    Le 08 Mai 2006 à 11 h 33 min
    c'est plutôt une bonne nouvelle que vous nous annoncez en précisant que vous ne comptez pas reprendre de responsabilités politiques en France !
    merci encore...
    (peu de gens aiment être gouvernés par des malfrats... et puis, vous êtes inéligibles, n'est-ce-pas ?)
    laetitia ouais
  • Isabelle Le Chaffotec
    Le 08 Mai 2006 à 11 h 28 min
    Monsieur,
    Effectivement les Mexicains ont su préserver une partie du patrimoine précolombien, notamment exposé au musée de Mexico. Plus particulièrement, la péninsule du Yucatan recèle de nombreux trésors architecturaux de cette époque pré-hispanique.
    Pour ma part, ma connaissance de ces lieux est malheureusement assez restreinte. Lors de deux escales au Mexique, nous avons seulement découvert Cozumel, où les vestiges précolombiens sont plutôt rares, et Playa del Carmen. Cette dernière étape nous a permis de pousser notre visite jusqu'au superbe site de Tulum. On est alors époustouflé par la pureté et la beauté du site. Quant au génie scientifique de ces civilisations, plus précisément mathématique, il ne manque pas de surprendre et de laisser coi les néophytes. Ensuite un détour par le lagon de Xel-Ha, sans rapport avec une quelconque quête historique vaut le détour.
    J'aimerais préciser qu'il y a deux ou trois ans, une exposition très intéressante sur ce thème a eu lieu en France. " Symboles sacrés - Quatre mille ans d'art des Amériques ". J'ai beaucoup regretté que Bordeaux ne participe pas à cette exposition. J'ai donc profité de notre séjour estival en Bretagne pour aller au musée des Beaux-Arts de Rennes, et découvrir ces objets d'art précolombien. L'été dernier à Washington DC, j'ai redécouvert avec bonheur les collections pré-hispaniques dans le nouveau musée amérindien de la ville. Ce lieu situé près du Capitole est à mon avis incontournable, si on s'intéresse un peu à l'histoire de l'Amérique. Tout y est parfaitement bien pensé et structuré. J'y aurais volontiers passé plusieurs jours.

    Concernant Mexico, quelques fresques symboliques des civilisations précolombiennes sont particulièrement remarquables. J'avoue ne pas partager l'idéologie politique de l'artiste que je vais vous citer, mais ses fresques, sur le thème pré-cité, m'apparaissent magnifiques. Bien sûr, cela concerne Diego Rivera. Vraisemblablement, ces chefs-d'oeuvre sont visibles au Palais National de la " ciudad de Mexico ". L'une concerne les Totonaques, l'autre la grande cité de Tenochtitlàn - " La gran Tenochtitlàn ". Personnellement, j'avais sélectionné, sur photo, une fraction de cette fresque illustrant un enfant dont la cavité buccale était examinée par un chaman. Une manière d'illustrer un travail sur le thème de l'implantologie, afin de montrer le chemin parcouru depuis ces temps reculés, où l'on semblait déjà "maîtriser un peu" la trépanation et peut-être une approche de l'implantologie, à l'aide de substituts en jade, pour remplacer l'élément odontologique déficient ( ? ). - à prouver -

    Sur Internet, le site Artcyclopedia permet de découvrir quelques artistes, tels Diego Rivera, Georges Catlin, les photos d'Edward S. Curtis, des tableaux de Karl Bodmer, Thomas L. McKenney et James Hall. La fondation Smithsonian est également une source de découvertes intéressantes dans ce domaine.
    Très respectueusement
    ilc
    Isabelle Le Chaffotec
  • Philippe Raimondi
    Le 08 Mai 2006 à 11 h 27 min
    Bonjour,
    vous avez raison de ne pas reprendre dans l immdiat de responsabilités nationales.Votre année au quebec m a donné l idée de passer mes vacances au moi d Aout au canada. Sans vouloir vous embeter, que conseillez vous à part la ville de quebec`dans la region. Que faut il ne pas manquer. Et qui peut aider un francais à trouver des B&B de qualité. Consillez vous la voiture ou le train pour visiter la region. Bon courage au quebec et bon retour en France
    Philippe Raimondi
  • Gilles Lecannelié
    Le 08 Mai 2006 à 11 h 09 min
    "On a chanté les Bordelaises, leurs cheveux noirs et leur sang chaud; que dire des Latino-américaines :les souveraines du Monde Nouveau..." Lyrique, notre Monsieur Dumollet! reviendra-il à Bordeaux-Mérignac avec un bonnet canadien ou un sombrero? nous entonnant la Ballade des plus-belles- causes:pas le cancer, les pièces jaunes , les arts premiers:refuges des incontinences d'un pouvoir déclinant.Non, à nous le champ social,les arts pré-colombiens, faisons profiter notre Ville, notre Région de cette expérience accumulée au cours de cette "cavale au canada".Cela est sage, exonérons-nous de toute duplicité ( le retour commenté...), et entonnons avec Luis Mariano " Mexico, Mexicooo, tes femmes sont ardeeentes hi..."
    Mais, pour ce qui est de "convaincre": votre participation au débat sur la Constitution Européenne -sur ce blog-notes-ne m'a pas laissé un souvenir éclatant.
    Gilles Lecannelié
  • antoine m
    Le 08 Mai 2006 à 10 h 59 min
    Je me réjouis que vous ayez décidé de revenir à Bordeaux, même en temps que simple citoyen. Vous avez tellement fait pour cette ville, qu'il est légitime que vous y passiez, en famille, quelques jours heureux.
    Mais n'oubliez pas, toute proportion gardée bien sûr, un certain joueur de foot, qui avait renoncé à l'équipe de France et qui est revenu sur sa décision... Peut-on résister à l'appel de la France? A.M
    antoine m
  • loic JOVET
    Le 08 Mai 2006 à 10 h 53 min
    exilé professionnelement à paris depuis des années(1992), je ne cesse de retourner avec plaisir dans cette ville, ma ville que vous avez réussi à me faire à nouveau aimer.je ne cesse d'en vanter sa beauté et son évolution dans les mentalités;fini la bourgeoise endormie, vous l'avez réveillée et elle en est que plus belle.merci encore à vous et votre équipe
    loic JOVET
  • louis Martin
    Le 08 Mai 2006 à 10 h 52 min
    Bonjour Monsieur Juppé,
    La France a un très grand besoin de
    vous s il vous plait revenez.
    Très respectueuses salutations.
    louis Martin
  • Michel BECK
    Le 08 Mai 2006 à 10 h 40 min
    Monsieur Juppé,
    Triste France qui refuse tout changement, et jette les hommes politiques courageux qui veulent faire les réformes indispensables pour que la France garde la tête hors de l'eau.
    Je suis heureux de vous savoir de retour en France et ne désespère pas que vous repreniez peut-être un jour des responsabilités nationales.
    Je pense qu'il faudrait redonner la parole aux Français.
    Face aux réformes urgentes à entreprendre il faudrait utiliser le référendum (pas occasionnellement car les Français l'utiliserait comme défouloir mais en en faisant un outil) les Suisses utilisent ce moyen depuis des années pour permettre à la majorité silencieuse de s'exprimer.

    Michel BECK 59 ans chef d'entreprise à la retraite de Mulhouse
    Michel BECK
  • Jacqueline Degrez
    Le 08 Mai 2006 à 10 h 37 min
    Monsieurle Premier Ministre, Je suis heureuse de découvrir votre blog et veux saisir cette occasion pour vous saluer et vous dire mon respect et mon amitié. La France aurait grand besoin d'un homme comme vous pour renouer avec un grand destin et retrouver le respect des autres nations mais vous avez tant souffert que je ne peux que vous souhaiter tout le bonheur du monde auprès des chers vôtres. Cela vous le méritez amplement. Bien à vous. Jacqueline.
    Jacqueline Degrez
  • viviane castede-couderc
    Le 08 Mai 2006 à 10 h 25 min
    il ne faut quand meme pas vous préparer vos charentaises...!meme si Clara compte beaucoup. Dans la cacophonie actuelle nous manquons "d'honnetes hommes" avec des tetes sur les épaules, et, lorsque je vois que la pression de la rue fait loi, je pense que les gens dit de droite sont beaucoup trop réservés...trop soumis.
    viviane castede-couderc
  • Philippe Gimenez
    Le 08 Mai 2006 à 10 h 21 min
    Bonjour Monsieur Juppé

    Landais d'origine ( Dax ) , je me permets de vous contacter seulement pour vous dire d' une part que je suis heureux que vous reveniez dans cette région qui a besoin de vous et plus globalement de ce pays et d' autre part pour vous signaler l'existence d' un blog qu' on crée mes élèves de Terminale au LFI de Hong Kong concernant une journée sur le thème de la Mondialisation. Il s'agit d'un travail d'élèves, certes modeste, mais qui je crois montre bien le dynamisme de ceux-ci et de leur vie au delà des frontières métropolitaines... Ce site est :http://yourvision.over-blog.com
    Ce serait une joie que vous y mettiez un commentaire et puis aussi une joie peut être de vous voir sur Hong Kong un jour et discuter avec nos élèves de Terminale. En fait, ce serait magnifique.
    Merci de votre attention
    Je vous souhaite un excellent retour sur Bordeaux et beaucoup de belles oeuvres politiques.
    Avec mes respects.
    Philippe Gimenez
  • David MINETTI
    Le 08 Mai 2006 à 10 h 11 min
    Monsieur Juppé,
    dernièrement, j'ai relevé une information dans la presse que personne n'a commentée à sa juste mesure.

    Je suis chef d'entreprise et ne vais pas vous faire l'éternel discours du haut niveau des charges. Je ne suis pas hostile aux charges mais je trouve que leurs utilisation est très mal gérée. Je vais même vous dire que je trouve que la France qui travaille paye beaucoup trop pour la France qui triche et profite.

    Je disais donc en préambule qu'une information, pourtant passée inaperçue (ou presque), avait retenu toute mon attention et m'a confortée dans mon idée que nous traversons une triste époque qui, je ne le souhaite pas, dirige la France vers le fond.

    En effet, pourquoi ouvrir nos frontières aux trvailleurs polonais pour les métiers comme la restauration, le commerce ou le BTP, sachant que nous avons 3 millions de chômeurs. Sans faire de protectionnisme primaire, ne peut-on pas faire travailler cette main d'oeuvre avant d'aller sonner aux portes des pays de l'Est. Ne peut-on pas traduire cette ouverture comme un laxisme des pouvoirs publiques ?
    N'est ce pas là la preuve irréfutable que les charges payées par le France qui travaille sert à entretenir la France qui profite.
    Je ne sais pas si je me suis fais comprendre mais j'aimerais avoir votre sentiment sur ce fait (si vous en avez le temps bien entendu)

    Je reste à votre disposition et espère vous rencontrer si par hasard vous faites escale à Nancy.

    Sincères salutations.


    David MINETTI
    David MINETTI
  • Christophe Blache
    Le 08 Mai 2006 à 10 h 10 min
    Bonjour Monsieur,
    J'ai découvert votre blog par hasard et je suis surpris par ce que j'y lis.
    Mon impression est différente de ce que vous représentiez à mes yeux.
    Vous avez l'air si simple, en fait un homme...
    Je ne vous connais pas mais je vous conseille de continuer votre exil doré il est vrai, car il y a tant de pays qui ont besoin de votre talent et de vos compétences mais sûrement pas la France...
    Si vous pouviez conseiller l'exil à tous vos amis du gouvernement actuel et toute la "Chiraquie" la France se porterait mieux sans aucun doute car ce système s'il n' a que trop perduré, a surtout affaibli une nation qui jadis brillait par sa vivacité et était un modèle pour une majorité de pays sur la planète. Au lieu de cela nous sommes la risée des autres nations et j'ai souvent honte d'être français. Je suis persuadé que l'image d'un pays est véhiculée par "ses chefs" et si l'image est "mauvaise" il faut penser à changer de "chefs".
    Une précision, je suis apolitique, surtout pas extrémiste, juste démocrate et à ce titre je pense représenter la majorité des français.
    Votre engagement en politique a été très mal perçu mais vous avez eu au moins le courage de vous retirer après votre condamnation et d'annoncer votre retrait de la vie politique à votre retour. Continuez dans ce sens et vous serez certainement le plus heureux des hommes auprès des votres.
    Recevez mes salutations.
    Christophe Blache
  • Jean VINCENT
    Le 08 Mai 2006 à 10 h 05 min
    Les médias tous azimuts français sont "incorrigibles", jusqu'à demain DECIDER en lieu et place de l'INTERESSE, je parle bien sûr de vous Alain JUPPE.
    Vous avez un self contrôle extraordinaire; BRAVO et merci de votre charisme.
    Cordialement et respectueusement vôtre.
    Jean VINCENT
  • H B
    Le 08 Mai 2006 à 09 h 59 min
    Article intéressant...il est dommage de constater que de l'autre côté de l'Atlantique, en France plus précisément, cette diversité culturtelle soit étouffée. Une partie de la population subit en effet une discrimination qui est pratiquement institutionnalisée, on l'a constaté lors des dernières lois: exclusion de jeunes filles des écoles pour "signes ostensibles" alors que la neutralité religieuse ne concerne pas les usagers de services publics, immigration jetable,...où allons nous?
    H B
  • Christophe Mut
    Le 08 Mai 2006 à 09 h 46 min
    Monsieur,
    Je vous écris de la manière la plus simple du monde pour vous dire combien j'ai apprécié votre action comme Député-Maire, et vous souhaiter un bon retour chez vous.

    Christophe Mut
    "Un bordelais à la Réunion"
    Christophe Mut
  • Jean Chenal
    Le 08 Mai 2006 à 09 h 46 min
    Monsieur Juppé,
    Je ne suis pas sûr qu'un homme puisse échapper à son destin.
    Votre éloignement politique vous a renforcé et si j'ose dire vous a assagi.
    Je suis de ceux qui pense que la France a besoin de changements profonds. Ces changements ne peuvent pas ce faire avec des hommes dont l'ambition politique est le seul vecteur.
    La France a besoin d'un chef humaniste qui sache faire taire les vaines querelles et étouffer les ambitions malsaines.
    Comme vous êtes un homme de courage et de conviction, je reste persuadé que vos réflexions vous conduiront à admettre votre destin.
    Les français vous soutiendront n'en doutez pas. Oubliez la passante.
    Cordialement
    Jean Chenal
    Jean Chenal
  • M.Th suchet
    Le 08 Mai 2006 à 09 h 30 min
    Bonjour Monsieur Juppé,
    Ce que vous dites du Mexique m'incite è aller y faire un tour car si je connais très bien l'Afrique, je ne suis jamais allée là-bas...
    Votre décision de ne pas reprendre de responsabilité nationale devrait bien être imitée par les Fabius, Emmanuelli, Barrot (pour l'Europe) Villepin père et combien d'autres!
    Je vous souhaite une bonne fin d'année au Québec mais je pense que vous devriez aller faire un tour au lac St Jean.
    M.Th suchet
  • Jo C
    Le 08 Mai 2006 à 09 h 05 min
    Chapeau,vous ne manquez pas d'air!
    Qu'avez-vous fait pour " Et puis, les belles causes à servir ne manquent pas, dans le champ social,..." (sic).
    Vous avez été certainement l'un des plus grand destructeur du social par votre entêtement pire que celui de Villepin , votre manque de communication et l'étroitesse de votre champ de réflexion (notamment sur les retraites et le chômage où il y avait bien d'autre solutions à mettre en place).
    Vous êtes allé enseigner au Canada parce que probablement pas capable de le faire en france, ou tout simplement pour en retirer encore plus de fric (le montant du cumul de vos retraites ne vous suffisait certainement pas !!!); vous avez déserté votre pays alors n'y revenez pas! et zou! place aux jeunes!...
    Jo C
  • bernard PRUVOT
    Le 08 Mai 2006 à 08 h 54 min
    Monsieur le Premier Ministre,
    Je me réjouis de vous revoir parmi nous, et surtout à Bordeaux, ville qui ne peut vous laisser indifférente et pour laquelle vous avez fait beaucoup, après le regretté Chaban Delmas.
    Vous l'avez repositionnée dans le peloton de tête des villes Européennes, il vous reste encore beaucoup à faire.
    Moi aussi je suis attiré par votre belle région, où il fait bon vivre, j'ai 58 ans et viens de prendre ma retraite après 38 ans de bons et loyaux services dans une filiale de la Sogerma à l'aéroport du Bourget. Je souhaite m'établir à Andernos, et recréer une Association patriotique (je suis président fondateur du Comité Charles de Gaulle de Seine Saint Denis), également coordinateur du Téléthon de ma ville, membre du bureau de la Légion d'Honneur de la Seine Saint Denis et m'occupe de Sécurité Routière.
    J'ai été également conseiller municipal.
    Je vous souhaite sincérement un bon retour sur vos terres et espére avoir l'honneur de vous revoir bientôt.
    Vous renouvelant ma profonde estime, recevez, Monsieur le Prémier Ministre, mes salutations les plus fidèles et les plus respectueuses.
    Bernard PRUVOT
    Chevalier de la Légion d'Honneur
    bernard PRUVOT
  • Claude Van den Broucke
    Le 08 Mai 2006 à 08 h 52 min
    "Je n'ai aucune intention de reprendre des responsabilités politiques nationales."
    Cher Monsieur,
    Voila un propos que j'aime.
    Vous m'aviez déçu à plusieurs propos et je vous l'avais fait savoir avec vigueur à quelques reprises.
    Voila une bonne décision.Donnez de la hauteur et du sens à votre vie en quittant le bourbier de la politique version nationale. En revanche, et puisque vous aimez cela, investissez vous à fond dans l'enseignement, et pourquoi pas sur des sujets économiques. Si vous pouviez participer à l'élévation du niveau de connaissance des Français en ce domaine, vous accompliriez la, une oeuvre de salubrité intellectuelle et morale.
    Je salue le bon sens et l'engagement.
    Bien àvous.
    C VdB
    Claude Van den Broucke
  • Jean-Claude GUILLOCHON
    Le 08 Mai 2006 à 08 h 23 min
    Monsieur Juppé,
    Vous nous indiquez que "vous n'avez pas l'intention de reprendre des responsabilités politiques nationales".
    Vous faîtes partie de ces hommes politiques qui ont une éthique, une vision, une conscience de la responsabilité, bref, vous êtes ce qu'on appelle je crois, un véritable homme d'Etat.
    Il y a peu d'hommes ou femmes, dans une nation qui ont cette capacité.
    Ne trouvez vous pas étonnant, que les hommes ou les femmes les plus susceptibles de guider, d'accompagner notre pays aujourd'hui, soient ceux qui sont les plus en retrait du coeur politique de celui ci après en avoir été très proches ?
    N'est ce pas un symptôme une fois de plus d'une inadaptation de notre système politique et de nos institutions actuels, qui fait que souvent l'ambition politique nécéssaire se tranforme en une quête d'un pouvoir absolu qui détourne son détenteur des réalités, de l'écoute de son peuple, d'une certaine humilité ? Et donc, N'est ce pas d'avoir vu de très près comment le système pouvait être à même de dysfonctionner que ces hommes de valeur préfèrent s'en éloigner, plutôt que de le réformer ?
    Qu'en pensez vous ?

    Très cordialement, Monsieur Juppé,

    Jean-Claude Guillochon



    Jean-Claude GUILLOCHON
  • patrick garnier
    Le 08 Mai 2006 à 07 h 32 min
    le retour du banni

    voici venu l'heure de la redemption
    alain le maudit
    d'exil
    fut revenu
    avec humilité
    il comprit
    la france ne se donne pas a n'importe qui
    alain le banni
    est de retour

    patrick garnier
  • Gabriel Gid
    Le 08 Mai 2006 à 06 h 55 min
    Bonjour Professeur,

    Sage ambition que de se tenir "loin" des ParisiannoFOLIES...........
    Vous aviez une ambition pour la France...Quelle France...?
    j ai 64 ans, j ai connu un certain De Gaulle...qui lui incarnait la France .
    Il avait un projet pour SA FRANCE !
    Je n ai jamais vraiment partage votre charisme, depuis votre declaration de vous tenir droit dans vos bottes...parfois on trouve de droles de choses dans NOS bottes......et le bruit des bottes.......merci !
    Vous avez voulu faire quelque chose ,certes.
    Je vous pense foncierement honnete,mais en politique...........
    faut il etre honnete pour percer....?
    Mon grand pere m a appris en 1956, que la POLITIQUE, c etait une sale boutique !
    Il en avait fait l experience avec Raymond Marcellin,depute Maire de Vannes et Ministre de l Interieur.....
    Je pense que VOUS, vous avez autre chose a faire, que de passer nettoyer les communs de la vieille 5eme ...apres Monsieur de.........Aide -Chimiste ,adepte de la dissolution des sels dans l eau bouillante et gazeuse.....
    Tout le monde ou presque vous dit "brillant", vous avez pris du recul apres votre exil chez les Caribous.......(deja dit..)
    vous allez nous revenir,revigore,depoussiere....Gardez vos distances d avec les "Dalton " et autres "Pieds Nickeles" actuellement sur le devant de la scene....de droite comme de gauche d ailleurs :ILS se sont trompes de Theatre, aujourdh ui on fait "RELACHE".
    Je pense sincerement que vous pouvez apporter "quelque " chose a la France, gardez votre recul, gardez vos distances, je serai de ceux qui vous soutiendront apres vous avoir critique, apres tout il n y a que les cons qui ne changent pas d avis.
    G.Gid
    Gabriel Gid
  • Marie-Christine BLIN
    Le 08 Mai 2006 à 05 h 59 min
    pourquoi tant de gens ne comprennent pas que vous avez envie de vivre, de musarder quand cela vous chante, d'aller et venir tranquillement sans qu'une meute vous observe ... je ne sais pas si Bordeaux vous paraitra aussi attrayant à votre retour qu'avant votre départ au Canada, où vous vous êtes manifestement beaucoup plu, mais je vous le souhaite et à votre famille.
    Marie-Christine BLIN
  • Jean-Christophe DELUMEAU
    Le 08 Mai 2006 à 04 h 24 min
    Cher Alain,

    Toujours les mots justes! Vos impressions rapportees du Mexiques confirment exactement celle de mon Pere (Jean Delumeau, toujours en activite a 82 ans) qui s'y est rendu en 2005 pour une serie de conference.

    Concernant votre intention de ne pas reprendre de responsabilites politiques nationales, je dirais que la France a amplement montre qu'elle ne vous meritait pas. A force d'aller dans le mur, le point de non-retour a ete franchi. Le refus de la flexibilite est enracine, le retard en terme d'innovation irratrapable, l'islamisation ineluctable et l'emergence d'un "probleme noir" inevitable... Just "non-recoverable"!

    Comme l'Iran de Mohammad Reza Shah ou la Rhodesie, la France peut encore survivre de maniere virtuelle grace a Internet a l'aide de sites "memoire" assurant la perennite de ce que fut la France: sa langue, sa culture, son bon gout etc...

    Jean-Christophe Delumeau
    Kobe, Japon
    Jean-Christophe DELUMEAU
  • charles KUINSI
    Le 08 Mai 2006 à 00 h 59 min
    Je suis camerounais et vous suis (journaux ,tv ) depuis des années .J'ai beaucoup beaucoup de choses grâce à vos écrit et vos différentes interviews . J'avais été très attristé par les évènements qui ont conduits à votre départ pour le CANADA .Je suis très fier d'apprendre que vous allez enfin retrouver le "chez vous " à BORDEAUX . J'en suis très heureux pour vous et votre famille .Je vous exhorte à être très courageux et de continuer de vous battre , vous méritez plus ...
    Sincères salutations.
    charles KUINSI
  • Marc Chiappero
    Le 08 Mai 2006 à 00 h 40 min
    Bonjour,
    Décidemment cher Alain Juppé,vous me rendez mélancolique. Il y a trente cinq ans déjà... moi aussi je découvrais le Mexique, et j'ai flané des heures dans ce musée. Mexico avait une odeur d'essence, et franchir un carrefour malgré les feux relevait de la roulette russe. Heureusement les gendarmes couchés- cuidado topes!- en forçant à freiner, réduisaient un peu les risques.
    En cas d'accident la police coffrait tout le monde. Du coup personne ne s'arrêtait pour porter secours!

    Merveilleux souvenirs de ces routes désertes à perte de vue où l'on se faisait doubler sur un dos d'âne.Le conducteur que l'on klaxone hilare. Effectivement audelà la route moutonneuse est vide aussi loin que porte le regard.Le plus dangereux, c'était les vautours surpris, risquant de s'écraser sur le pare-brise.
    Le parfun des gardénias dans la moiteur du soir sur la place d'Oxaraca,
    La stridulation des cigales dans les bois de Palenque, la fraicheur de la pastéque achetée à un maya attendant le chaland au bord de la route couché à l'ombre. Le marché indien de Cuernavaca et ses délicieuses petites bananes...
    Et le cratère du pic d'Orizaba -6000 m ètres-que le pilote d'un DC3 des lignes intérieures dont les moteurs crachent l'huile nous fait survoler à basse altitude parce que je lui ai dit que je pilotais moi aussi, avant de plonger sur Mexico 3000 m en dessous.
    C'était la belle époque.
    Je crois que Bordeaux vous attend. Hughes Martin se réjouissait de votre retour ce matin sur FI.
    Le Figaro qui sera dans les kiosques demain matin vous consacre un article. Alors c'est non?Dommage. je comptais sur vous car nous sommes en pleine anomie. Mais je vous comprends!
    Amicalement
    MC
    Marc Chiappero
  • bernard lorriaux
    Le 08 Mai 2006 à 00 h 18 min
    a 63 ans, il reste des souvenirs.
    1 en particulier: une émission de fr3 aquitaine sur vous, près d'une rivière, souriant, calme, serein, avec des idées mais rien à voir avec la seule image de l'homme d'état, un peu plus . à côté du politique, l'homme dans sa vie familiale.
    ce reportage donnait un éclairage différent, plus humain. j'ai, au début de ma carrière secrétaire d'un député udr, puis attaché de presse d'un secrétaire d'état avant de partir dans le privé américain et je fais partie de ceux qui pensent qu'une élection présidentielle c'est une rencontre entre un homme, une femme et un pays.
    pas un candidat désigné par un parti et plus je vois ce qui se déroule dans notre bon vieux pays, plus je pense que vous êtes la solution.
    difficile, peut-être pas tant que cela.
    aujourd'hui nul futur candidat n'a de vision, ni pour la france, ni pour une certaine europe!
    sincèrement vôtre
    b l
    bernard lorriaux
  • Jacques Coudol
    Le 07 Mai 2006 à 20 h 35 min
    D'abord sur le Mexique :

    Vous avez tout à fait raison : la France et le Mexique ont beaucoup à partager. Votre visite fut, toutefois, limitée à une petite fraction de ce beau et fascinant grand pays. Si vous aviez pu, en outre, parcourir les provinces, visiter les innombrables petits villages d'une richesse humaine aussi incroyable que leur pauvreté, alors votre Blog aurait pris l'allure d'un gros livre...

    Sur votre retour à Bordeaux:

    La cohorte des pleureuses (aux larles de crocodiles) se prépare sans doute à condamner votre décision ("Juppé abandonne la France!..."). Il est clair pourtant que votre décision est POUR L'INSTANT la seule valable. L'honnêteté et la droiture qui ont, de tous temps, caractérisé votre engagement politique n'ont, dans la triste situation présente, plus de place aux sommets. Il va falloir décanter tout cela, et cela va prendre longtemps. A titre d'observateur, de critique, de conseil, il ne fait aucun doute que votre role et votre impact sur les affaires de la France seront d'une bien plus grande efficacité. Plus tard, on verra...

    Nous vous attendons à Bordeaux avec espoir et amitié
    Jacques Coudol

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux