Blog Notes d'Alain Juppé

Ma déclaration du jeudi 14 février 2019

Publié le 14/02/2019 par Alain Juppé

Mon discours du jeudi 14 février 2019

A l’Hôtel de Ville de Bordeaux

Seul le prononcé fait foi

***

C’est avec une profonde émotion que je m’exprime aujourd’hui devant vous.

Quitter cet Hôtel de Ville est pour moi un crève-cœur.

Comme vous le savez, j’ai accepté la proposition de Richard Ferrand, Président de l’Assemblée Nationale, de me nommer au Conseil Constitutionnel. C’est pour moi un honneur et je l’en remercie.

Mon entrée en fonction devrait se faire début mars après mon audition la semaine prochaine par la Commission des Lois de l’Assemblée Nationale, puis ma prestation de serment.

A cette date, j’aurai démissionné de tous mes mandats électifs -maire de la Ville et président de la Métropole de Bordeaux.

Je ne m’attendais nullement à cette proposition. J’ai dû me décider en 24 heures.

Pourquoi ai-je accepté ?

Depuis plusieurs semaines, j’ai, en moi-même, pris la décision de ne pas me représenter en mars 2020 à l’élection municipale. J’avais prévu de l’annoncer après les élections européennes, à la fin de mai prochain.

Deux raisons m’ont conduit à cette décision :

  • La volonté de ne pas faire le mandat de trop.

Je suis fier du travail que j’ai accompli dans notre ville depuis près de 25 ans. Comme tout bilan, le mien peut prêter à critique.

Mais je suis heureux de l’attachement réciproque qui me lie aux Bordelais.

Il y a tant de choses à faire encore et j’ai tant de projets en tête !

Mais je sens aussi le besoin de renouvellement qui monte ici et là. Le temps est venu de nouveaux visages et de nouvelles équipes.

  • J’ai aussi une raison plus personnelle.

La vie politique est, comme toujours, un combat.

J’ai aimé livrer ce combat et je l’ai fait pendant plus de 40 ans avec des bonheurs divers mais toujours avec passion.

Aujourd’hui l’envie me quitte tant le contexte change.

L’esprit public est devenu délétère.

La montée de la violence sous toutes ses formes, verbales et physiques, le discrédit des hommes et des femmes politiques -réputés « tous pourris »-, la stigmatisation des élites dont un pays a pourtant besoin (pourvu qu’elles ne se reproduisent pas par cooptation mais qu’elles soient ouvertes à la société tout entière), bref dans ce climat général, infecté par les mensonges et les haines que véhiculent les réseaux sociaux, l’esprit public est difficile à vivre et lourd à porter.

Je souhaite continuer à servir notre pays et notre République dans un environnement de travail plus serein. Le Conseil Constitutionnel m’en donne la chance. C’est la clef de voûte de l’architecture institutionnelle de la République, le garant du respect de la Constitution et des libertés fondamentales de l’Etat de droit, de l’égalité des citoyens devant la loi et devant l’impôt, de la fraternité aussi et de l’humanisme qui l’inspire. Je mesure l’honneur qui m’est fait de pouvoir d’y siéger.

Je n’ai pas pris ma décision de gaieté de cœur. Avec Bordeaux et son peuple, nous sommes en quelque sorte un vieux couple.

C’est un arrachement que de me séparer de qui j’ai tant aimé, à qui j’ai tant donné et qui m’a tant donné en retour.

Dans mon « dictionnaire amoureux » qui porte bien son nom, j’ai voulu faire partager les sentiments que j’éprouve pour « ma » ville, notre ville, ses hommes et ses femmes.

Je garderai en moi sa marque indélébile. Nous ne la quittons pas vraiment puisqu’Isabelle et moi y garderons une résidence.

Mais je ne jouerai pas à la statue du commandeur ! Place maintenant à la relève.

Nous ne sommes pas en monarchie et il ne me revient pas de désigner un « dauphin ».

Je réunirai cette semaine la majorité municipale puis la majorité métropolitaine. C’est collectivement que nous choisirons celui ou celle qui se présentera ensuite aux suffrages du Conseil Municipal et du Conseil de Métropole. J’ai pleine confiance dans le sens des responsabilités de celles et ceux que j’appelle encore mes équipiers.

J’ai pleinement confiance aussi dans l’avenir de notre ville, aujourd’hui injustement abimée (une pensée pour ceux qui souffrent) mais qui s’épanouira demain, attractive et fraternelle.

Bordeaux la belle – tout court – je te souhaite bon vent.

Partager cet article

9 commentaires pour « Ma déclaration du jeudi 14 février 2019 »
  • Gaël Miramont
    Le 14 Février 2019 à 20 h 31 min
    Je vous souhaite une très bonne continuation et le meilleur à venir au côté de Jacques Mézard au conseil constitutionnel , Bienvenue dans le Cantal Cher Alain , sincères salutations entre Paris et l’acap Olmet à Vic sur Cere ( 15800) , Gaël Miramont sur facebook ( Interpol Acap Olmet ) .
    Gaël Miramont
  • Masmonteil Jacques
    Le 14 Février 2019 à 19 h 19 min
    Discours très émouvant de Mr Juppé. Un grand merci pour le travail fait pour Bordeaux. J’imagine que
    Mr Juppé a du être meurtri de voir les dégradations faites à sa ville lors des derniers samedis. Je comprend parfaitement ses deux raisons de quitter la politique. Un grand respect pour cet homme.
    Masmonteil Jacques
  • Vivi
    Le 14 Février 2019 à 17 h 26 min
    Nous sommes tristes .....Je comprends votre décision . Vois avez tant fait pour Bordeaux 🙏🏼 , vois allez nous manquer . Je vous souhaite le meilleur à venir .
    Vivi
  • Joce
    Le 14 Février 2019 à 16 h 35 min
    Vous êtes un homme d'exception heureuse d'avoir été votre déléguée pour les primaires pour être notre président infinis regrets
    Ne nous abandonnez pas
    Joce
  • Ali Alliouane
    Le 14 Février 2019 à 15 h 35 min
    Bon vent à vous aussi
    Ali Alliouane
  • Chriss05
    Le 14 Février 2019 à 15 h 29 min
    Monsieur le Maire,
    C'est avec émotion que je vous ai écouté. Je vous regretterai, vous avez donné une belle impulsion à Bordeaux et avez su, avec votre équipe, réveiller la "belle endormie", lui redonner son lustre, en faire une ville agréable pour ses habitants.
    Je vous souhaite de trouver une harmonie personnelle et en même temps (!) une nouvelle opportunité de travailler pour notre pays et de continuer à espérer pour lui, il en a bien besoin. Je suis bien d'accord avec vous, nous devons retrouver de la sérénité et de la convivialité ; la haine, nous le savons, nous mènerait à la catastrophe.
    Bon vent, Monsieur le Maire !
    Mes respectueuses salutations,
    Christine Dupont
    Chriss05
  • Véronique
    Le 14 Février 2019 à 15 h 07 min
    Félicitations et Merci à vous Mr Juppé !
    Vous êtes un homme d'expérience, qui a le sens de l'état, un gaulliste.
    Bonne chance pour la suite !
    Véronique
  • Tatiana F. Salomon
    Le 14 Février 2019 à 13 h 45 min
    Admiration, respect et immense gratitude pour l'humaniste et le grand serviteur d'État que vous êtes. Nous sommes très fiers de vous compter parmi les premiers signataires de #JamaisSansElles. Bon vent pour la suite, cher Alain Juppé. #NameAndHonour
    Tatiana F. Salomon
  • Mahy
    Le 14 Février 2019 à 12 h 53 min
    Merci monsieur Juppé
    J'ai le même âge. Je suis un bordelais . j'ai connu bordeaux du temps de Chaban-Delmas. Le soir et le week-end , bordeaux était une ville triste et salle de Mériadec jusque sur les quais .il n'y avait que la gare .maintenant la ville est une des première de France merci encore
    Mahy

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux