Blog Notes d'Alain Juppé

Montmartre

Publié le 23/05/2005 par Alain Juppé

Hier, je suis allé en famille à la messe à Saint-Pierre de Montmartre.
J’aime cette belle église parisienne, l’une des plus anciennes (la plus ancienne), nichée au pied du Sacré-Coeur dont elle est d’une certaine manière l’antithèse, du moins architecturalement: romane,humble,intime et paisible.
Je la fréquentais volontiers quand j’étais élu du 18°arrondissement.
J’ai la joie de retrouver beaucoup d’amis qui viennent me saluer et évoquer avec moi ce que nous avions fait ensemble pour la rénovation des bâtiments.
A la fin de la messe, moment inattendu : Jeanine Charrat, la danseuse-étoile, rend hommage à Serge Lifar (ND de Montmartre protège les artistes…); puis on diffuse un enregistrement – vieux de 40 ans – de la voix de Carol Woityla entonnant l’Ave Maria de Gounod. Voix poignante de force et de grâce, de foi . Je ne m’attendais pas en venant ici à ce moment d’émotion.
23/05/05

Partager cet article

9 commentaires pour « Montmartre »
  • Mathieu Mangin
    Le 26 Mai 2005 à 19 h 35 min
    On a réellement l'impression que les défenseurs du "Non" sont des "has been" de la politique qui cherchent dans la voie de la dénégation à exister publiquement.
    Besançenot ? Qui connaitrait ce cycliste matinal et l'écouterait encore si il n'avait pris la position qu'il a prise. Il s'était même allié avec sa "maman" Laguiller durant un moment tellement son aura semblait s'être évanouie.
    Laguiller justement ? Une personne qui n'appelle pas à faire barrage à un extrémiste de droite ne peut espérer une quelconque crédibilité. Qui entendait encore parler d'elle avant sa prise de position ?
    Le Pen ? Peut-on penser un seul instant que ce vieilliard puisse élaborer une pensée réfléchie et structurée. Vociférer, oui, mais réfléchir, non. Il semblait proche de la maison de retraite quand le réferendum a pointé à l'horizon.
    Fabius ? Qui honnêtement pensait à lui il y a quelques mois ? Numéro deux du partie Socialiste il est vrai, mais avec quel pouvoir de décision ? Argumentation douteuse mais objectif clair : "Faire parler de lui à tout prix"
    Buffet ? Des idées aussi vieilles que son partie et tombées en désuétude depuis bien longtemps. Seul un petit séjour dans la ferme du "Non" lui permet d’exister. Ces convictions personnelles on sait tous où cela a mené certains pays de l’ancien bloc de l’Est.
    Mélanchon ? Personnellement j'avais vaguement entendu parlé de lui et connaissais tout juste le physique qui lui correspondait. Son argumentaire du "Non" est malsaine et dénote d'une personnalité douteuse. Tout simplement un manque certain de personnalité et de conviction.

    C'est le manque de notoriéte qui explique pourquoi ces candidats de la ferme célébrités s'agitent devant vous. Ils ne sont en rien convaincus que le "Non" a de l'avenir mais pensent plus que jamais à leur avenir et pas au notre.
    Le notre, nous les jeunes et les moins jeunes, c'est une constitution européenne qui nous protège contre les grands pôles économiques déjà présent et à venir. Etats-Unis, Chine, Inde se moquent de la France comme nous nous pouvons le faire avec Andorre. Mais l'Europe est un interlocuteur crédible face à leurs désidératas.
    Ne soyez pas aigri, raciste, nationaliste, obscurantiste. Réfléchissez à votre avenir et surtout à celui de vos enfants. Le déclin de la France, en cas de victoire du "Non", aura un un effet dévastateur sur l'emploi pour votre descendance.
    Ne soyez pas un spectateur passif comme peuvent l'être ceux plus ou moins lobotomisés qui regardent "La ferme célébrités" des hommes politique.
    Réagissez et votez "Oui".
    Mathieu Mangin
  • paul-eric HEUGAS
    Le 26 Mai 2005 à 10 h 17 min
    Après des semaines d'échanges entre les partisans du OUI et du NON le bilan est médiocre.
    Chacun déroule les mêmes arguments sans répondre à l'autre donc le dialogue ne progresse pas.
    Nous avons l'impression que les tenors politiques ont appris un discours par coeur et depuis des semaines ils les "récitent" a la virgule près.
    Car si l'on écoute quelques arguments du non je suis sidéré que le bon sens n'apporte des réponses concrêtes démontrant la faiblesse des tenant du NON.
    Un exemple, les fameuses délocalisations dont on parle depuis des semaines où comment une "niche" d'entreprises devient un des symboles d'une constitution.
    Arretons nous quelques secondes: qui délocalise? quelques dizaines de multinationales dont moins de 30% sont françaises.L'Europe n'a pas vocation a intervenir dans la stratégie d'une sté Australienne ou américaine par contre elle se doit de montrer qu'elle est compétitive pour les accueillir (qualités des collaborateurs européens, savoir faire technologiques etc..).
    Qui embauche le plus en france aujourd'hui? les PME/PMI.
    Combien d'entres elles délocalisent?quasiment aucunes.
    Arretons de brandir des peurs qui n'en sont pas pourtant cette démonstration qu'un lycéen pourrait tenir pas un seul homme politique soutenant le OUI l'a tenu.
    Les tenors du NON ont répété à l'infini 4 arguments:
    - La Turquie
    - les inégalités sociales (le fameux plombier polonais)
    - les délocalisations
    - Bolkenstein.

    Je suis surpris que face à des arguments aussi BASIQUES 2 mois de débats n'ai pas permis de démontrer l'interêt de se prononcer pour le OUI sauf à ne pas vouloir sortir de son discours pré formaté.

    cdt

    PE HEUGAS
    paul-eric HEUGAS
  • denis mopin
    Le 24 Mai 2005 à 18 h 12 min
    Le PCF et les partis d' extrème gauche dénoncent " l' économie sociale de marché" du traité constitutionnel. Mais l' économie d' état qu"ils souhaitent à contrario, on en connait les effets en FRANCE depuis le gouvernement Maurois en 1981. Mr Maurois qui depuis est un homme d' expérience ne s' y trompe plus, il appelle à voter OUI.
    denis mopin
  • Constance Perthuis
    Le 24 Mai 2005 à 15 h 07 min
    Cher Monsieur,

    vous faites preuve là du plus flagrant élitisme... Et si nos éclairés ancêtres avaient tous réagi comme vous, notre bonne vieille Terre serait dans nos manuels toujours plate!! Depuis quand le diplôme et la position sociale font foi?

    De plus, que l'étudiant E.S. existe ou on, je vous trouve un certain culot de justifier votre position par la déontologie!!! Où est passée celle du professeur qui tout aggrégé de philosophie qu'il soit fait passer ses propres convictions politiques en cours, profitant de l'audience qui lui est accordée par son travail, en s'appuyant de surcroît sur des mensonges?!!

    Enfin, il me semble que cet endroit est un blog privé, dans lequel l'auteur est supposé pouvoir marquer ce que bon lui semble, et exprimer ses coups de gueule comme ses coups de coeur... surtout quand le coup de gueule est provoqué par un mensonge, et le coup de coeur par un moment de convivialité et d'émotion personnelle...
    Je ne vois pas bien ce que la déontologie ("Théorie des obligations morales qui régissent une profession") vient faire là dedans.

    Cordialement.
    Constance Perthuis
  • anne prodhomme
    Le 24 Mai 2005 à 13 h 16 min
    Monsieur le 1er ministre

    Dimanche la france votera et votera non.
    un traité que seuls moins de 1% des francais ont réussi à déchiffrer , une conjoncture économique des plus mauvaise ,des leaders du non particulierement efficaces , le non doit gagner dimanche.
    Mais tous ces arguments ne sont pas les seuls qui permetront au non de gagner.Je note autour de moi , cette envie irrésistible de voir jacques chirac mordre la poussiére.
    Ce communiste déguisé avec les horipeaux du gaullisme , cet opportuniste qui manie la contradiction comme d'autres manient la truelle , je vous l'avoue nous seront tres nombreux et tres heureux de voir le grand mufti mordre la poussiére.
    Un petit plaisir que pour rien au monde je ne raterai, meme si cela va à l'encontre des intérets de la france.Mais quel bonheur de voir cet imposteur sombrer!

    anne prodhomme
    anne prodhomme
  • jean-michel vignes
    Le 23 Mai 2005 à 17 h 12 min
    "un élève pése peu face à ce qu'incarne,dans les fait ,un professeur agrégé de philosophie"..
    Cher lecteur du blog d'alain juppé,cette reflexion qui termine votre ecrit tombe sous le sens.Il y a de quoi etre incredule face au temoignage de cet etudiant ..et sauter au plafond ..
    Ceci dit,lorsque j'etais en classe de 4eme dans un college de l'aglomeration bordelaise,mon prof principal ,agrégé lui aussi de philo,nous tenait des propos à longueur de temps que ne renierai pas arlette laguiller ou le jeune olivier besançenot...c'etait proprement hallucinant !! il avait par exemple organisé un vote à blanc de tous les elèves de la classe pour l'election presidentielle de 1974 ;je ne vous apprendrai pas que les enfants reproduisent ,à cet age là,ce qu'ils entendent de la bouche de leurs parents...et que cet humaniste comme il disait de lui nous avait fait voter "à voix haute"..Autre exemple qui suivi ce "vote" mes parents,etant adherents de la peep,et ce professeur militant de la federation cornec m'avait carrément exclu des travaux pratiques litteraires sous ce seul pretexte...j'avais 13 ans..
    Ce professeur agrégé donnait aussi des cours au lycée MONTAIGNE aux prepas ..KHAGNE...Etcomme il avait bcp d'energie il militait dans un parti de gauche(il en avait parfaitement le droit).
    J'ai 41 ans,j'ai à peine plus de cheveux qu'Alain Juppé,je ne suis pas rancunier,mais pas amnésique non plus.
    Imaginons simplement qu'il ait agi de la sorte durant 20 ou 25 ans aupres des classes dont il avait la charge depuis 1974....(je serai meme tenté de citer son Nom voyez vous...)J'espere que chez vous comme chez monsieur Juppé les plafonds sont tres hauts ,ainsi ,votre cuir chevelu sera preservé.
    Bien Amicalement.Jean-Michel VIGNES
    jean-michel vignes
  • François BESSON
    Le 23 Mai 2005 à 16 h 22 min
    Montmartre est un haut lieu de la martyrologie parisienne. C'est là que fut sacrifié Saint-Denis. C'est aussi le centre de cet arrondissement où Alain Juppé fut envoyé en mission par Jacques Chirac pour se tanner le cuir au contact des classes populaires. Que d'épreuves endurées !...

    Alain Juppé qui vient encore de se sacrifier sur l'autel de la chiraquie sans trahir son maître a bien mérité de ce lieu. On comprend qu'il aime à s'y recueillir.

    Certains disent même que son spectre hante les lieux : on peut le voir les soirs de pleine lune descendre la butte, la tête sous le bras, allant d'un pas lent mais sûr vers le palais de l'Elysée, la déposer sur le perron. Comment ne pas admirer le symbole d'une allégeance toujours renouvelée et du vœu d'un silence perpétuel ?....
    François BESSON
  • Philippe LANOIR
    Le 23 Mai 2005 à 14 h 38 min
    J'ai eu le ,privilège de participer jeudi 19 à un colloque au Sénat sur le Caucas. Accueil remarquable du Président Poncelet et intervenants passionnants. Au déjeuner, j'étais à la table de trois diplomates de l'un des pays concernés. je tais son nom pour ne pas les gêner...
    Timidement, ils ont évoqué notre référendum. Ils expliquent que la Russie revient en force. Que les USA cherchent lourdement à s'implanter. Puis les yeux dans les yeux: "surtout, ne faites pas de bêtises, nous avons besoin de vous".
    L'angoisse m'a pris: nous n'avons pas le droit de les décevoir!
    S'il vous plait, exprimez vous, certains gaullistes sont prêts à voter non, dites leur "de ne pas faire de bêtise"!
    Fidèlement
    Philippe LANOIR
    Sénior bénévole qui travaille à développer notre commerce extérieur.
    Philippe LANOIR
  • Bernard-Henri Bernard
    Le 23 Mai 2005 à 13 h 02 min
    Le parallélisme qui résulte de la superposition de vos deux derniers messages ne laisse guère la place à l'équivoque :l'école endoctrine et l'église émerveille. L'étudiant E.S. existe t-il seulement, et son témoignage est-il fiable? Faut-il que vous rappeler certains impératifs déontologiques?
    Le poids du témoignage d'un élève pèse peu face à ce qu'incarne, dans les faits, un professeur agrégé de philosophie.
    Bernard-Henri Bernard

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux