Blog Notes d'Alain Juppé

N’ayez pas peur! Osez voter OUI!

Publié le 30/03/2005 par Alain Juppé

Le débat qui se développe dans le pays est passionnant. C’est un vrai débat démocratique. J’aurai la tentation d’y revenir souvent ici, car, après tout, c’est de notre avenir qu’il s’agit. J’espère ne pas vous lasser.

Trois ou quatre arguments aujourd’hui:

– Il y a peu , à la radio, j’ai entendu un important responsable politique partisan du NON affirmer qu’avec la Constitution, la Commission aurait le dernier mot. C’est inexact. La Commission propose. Le pouvoir de co-décision est partagé entre le Conseil des Ministres qui représentent nos gouvernements, et le Parlement européen dont les compétences sont accrues.

– Un correspondant m’écrit qu’il était prêt à voter OUI mais qu’il a pris connaissance de la partie III du traité et que sa complexité l’a convaicu de voter NON . C’est paradoxal : les grandes nouveautés sont dans les parties I (fonctionnement des institutions) et II (Charte des droits fondamentaux), alors que la partie III ne fait, sous réserve de quelques améliorations, que reprendre les traités existants. En votant NON, on gardera la quasi-totalité de la partie III et on perdra les parties I et II!

– Certains se plaignent d’être mal informés du contenu du projet et regrettent de n’avoir pas encore reçu le texte de la Constitution. Il est vrai qu’en démocratie, il incombe aux élus et aux gouvernants d’accomplir le travail d’explication nécessaire . Et il y a encore fort à faire! Mais en démocratie, le citoyen a aussi la responsabilité de s’informer et de consentir quelque effort en ce sens . Toutes les librairies de France, tous les points presse de nos gares, proposent le texte de la Constitution pour moins cher qu’un paquet de cigarettes…

A bientôt sur le même sujet.
30/03/05

Partager cet article

3 commentaires pour « N’ayez pas peur! Osez voter OUI! »
  • José RUIZ
    Le 30 Mars 2005 à 18 h 19 min
    Bonjour,

    Félicitations pour ce blog. Très belle initiative.
    Je me réjouis de cette nouvelle forme d’accessibilité : communiquer directement avec Alain Juppé aurait pu paraître totalement utopique quelques années en arrière.

    Simplement concernant votre commentaire sur la commission qui n'aurait pas le dernier mot.
    Selon l'article I-26, aucun acte législatif ne peut être adopté sans qu'il résulte d'une proposition de la Commission. Même si les fonctions législatives sont exercées conjointement entre le Parlement et le Conseil, la Commission reste toujours à l'origine (maintien nécessaire du lobbying).
    Sachant que les membres de la Commission seront sélectionnés selon un système de rotation égale entre les Etats, il paraît naturel de se poser des questions concernant le poids réel de la France dans cette nouvelle Europe durant certaines futures périodes de 5 ans (qui nous seraient défavorables en termes de représentativité).

    Fondamentalement, je suis pour le OUI, le OUI à l'Europe, même si de nombreux points de cette constitution m'apparaissent perfectibles. Voter OUI pour faire avancer l’Europe.
    De toute façon, rien n’est jamais figé indéfiniment. Il suffit d’observer l’adoption du pacte de stabilité et de croissance. Malgré le non-respect, nous n’avons pas subit les sanctions prévus dans les textes. Le dialogue reste toujours ouvert. Aujourd’hui, un début d’assouplissement le fait évoluer.
    J’ai donc la conviction que cette constitution évoluera également et naturellement dans le bon sens pour tous ceux qui y adhéreront.
    Les partisans du NON traduisent simplement un mécontentement de la situation économique et sociale actuelle. Ils sont un peu comme les syndicats, ils contestent pour exister.
    Vous avez donc parfaitement raison selon moi en évoquant un vrai débat démocratique.
    J’espère simplement que la raison l’emportera dans cette nouvelle étape européenne.

    Merci de m’avoir offert cette parenthèse d’expression.

    Cordialement,
    José RUIZ


    José RUIZ
  • Bruno Edelist
    Le 30 Mars 2005 à 18 h 03 min
    Bonsoir.
    Devant les hésitations et les incompréhensions, comme devant la progression du conservatisme aveugle (ou méconnaissant) des prosélytes du "Non", il n'y a plus maintenant de temps pour étudier et ouvrir tous les débats : il est urgent que les tenants du "oui" prennent le parti de l'action :

    - Que le Président de la République s'exprime rapidement, et si possible de manière didactique et concrète.
    - Que Monsieur Lamassour, aidé de quelques rédacteurs enseignés et habiles (Vous, par exemple...), rédige un document explicatif simple et vulgarisateur, présentant les conséquences concrètes de chacune des deux alternatives.
    - Que ce texte soit diffusé dans la presse, et soit porté au débat devant les media "chauds".(ça s'organise, non, quand on est aux affaires ?)
    => Les Français sauront alors et en connaissance de cause effectuer un choix lucide et adomagtique.

    Mais agissez, bon sang ! Le débat est une vieille habitude Gauloise (à vrai dire sans doute d'avantage latine), mais en fonction des enjeux, ne faut-il pas parfois écourter les palabres pour passer à l'offensive ?
    Les partisans du vote négatif ont pris quelques longueurs d'avance, et ils sont habiles à rebondir sur tout, sans aucune crainte d'amalgames ... audacieux s'ils n'étaient pervers.

    Les partisans du "oui" à l'avenir de l'Europe seraient bien avisés de refaire rapidement la distance, sans quoi la course sera perdue ! Qu'elle le soit de l'épaisseur d'un cheveu ou d'une foulée entière ne changera pas le résultat...

    Bonne soirée, et au travail : bougez les réseaux, secouez les gouvernants, servez selon votre vocation : vous en avez le goût, le pouvoir, soyez persuadé que vous en avez aussi le devoir!
    Avec ma fidèle estime.
    Bruno Edelist
  • Cécilie .
    Le 30 Mars 2005 à 17 h 21 min
    Le texte est disponible partout. Je l'ai trouvé sous forme de journal. Mais cela reste un texte compliqué. La compléxité du texte ne convaincra peut-être pas les hésitants, en tout cas ne les convaincra pas nécessairement à voter OUI. Certains passages peuvent être mal interprétés et les abus des médias qui diabolisent la constitution en exagérant sur la directive bolkestein n'arrangent pas les choses. N'y aurait-il pas fallu expliquer le texte de façon tout à fait objective, plutôt que de le faire lire à chacun, laissant libres les imaginations des personnes qui ne comprennent pas ... ?
    Cécilie .

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux