Blog Notes d'Alain Juppé

Noblesse et vérité

Publié le 11/03/2007 par Alain Juppé

Il y avait de la noblesse, ce soir, dans le propos de Jacques Chirac. On sentait que l’homme était ému et son émotion gagnait, j’en suis sûr, tous ceux qui l’écoutaient. En tout cas, modestement, je la partageais.
Je répondrai, demain matin, sur les ondes d’Europe 1, aux questions que J.P. Elkabbach me posera sans doute sur la portée politique de cette déclaration.
Ce soir je voulais seulement dire combien j’avais été touché par la vérité humaine de ces quelques minutes de télévision. La déclaration d’amour de Chirac à la France et aux Français sonnait juste. Amour de toute une vie.

Partager cet article

22 commentaires pour « Noblesse et vérité »
  • francoise goudeneche
    Le 19 Mars 2007 à 18 h 03 min
    C'est avec grand plaisir que j'apprends par la presse votre prochain voyage en Lettonie.
    J'affectionne particulièrement ce pays pour y avoir deposé un dossier d'adoption pour un enfant de 4/5ans..Bientôt un an, le 17 mai 2007..l'attente est longue, la procédure est limpide..Les enfants de l'orphelinat de Tervete se souviennent de moi, j y suis allée pour m occuper d'eux cet été durant quelques jours...!L'accueil a été particulièrement chaleureux ! J'ai hâte de recevoir une proposition d'un enfant, futur Bordelais..!
    Je vous souhaite un agréable voyage à Riga ! Bien cordialement!
    fg
    francoise goudeneche
  • Philippe Dahbi
    Le 18 Mars 2007 à 10 h 16 min
    mr Juppé,

    Les propos de J.Chirac ont ému nombre de nos concitoyens qui ont bien senti qu'avec le départ de J.Chirac, une ère se terminait : celle des combats d'idées, de luttes pour mettre l'homme à sa vraie place, au coeur de la politique. C'était la guerre froide, le duel des idéologies. C'était hier. Jacques Xhirac a sans doute failli aux commandes du pays, un pays paradoxal mais un pays attachant.Sans doute cette crainte d'ouvrir plus encore ces plaies béantes de la fracture sociale et du désenchantement. Mais au nivea interantional, il fût le grand continuateur d'une politique étrangère rangeant la France au rang des nations dont la voix comptait. Son refus des injustices, du mépris de l'autre l'ont amené à prendre des décisions courageuses, délaissées par ses prédécesseurs comme al reconnaissance de la responsabbiltié de la France durant l'ère de Vichy. Pour Clémanceau, la Révolution était un bloc, pour J.Chirac, la France est une continuité de hauts faits et d'heures moins glorieuses. De l' Afrique au Liban, de l'Amérique latine au monde arabe, nombreux sont ceux qui vnt regretter ce départ. Qu'il puisse encore servir notre pays. Tout comme je souhaite que vous soyez son continuateur en politique étrangère, vous qui avez été un grand ministre durant votre passage au Quai d'Orsay.
    Philippe Dahbi
  • patrice gibertie
    Le 16 Mars 2007 à 22 h 46 min
    Jean-Louis Borloo propose à Nicolas Sarkozy , la création d'une Ecole nationale supérieure réservée, , aux jeunes des zones urbaines sensibles. 2.000 personnes y seraient accueillies chaque année, selon des critères de sélection (logique, leadership, maîtrise de soi) qui n'ont pas cours dans les grandes écoles « classiques ». Après deux ans d'études, les diplômés pourraient accéder à la catégorie A des trois fonctions publiques (Etat, hôpitaux, collectivités locales

    Les centaines de milliers d’étudiants ordinaires qui étudient laborieusement apprécieront à sa juste mesure la proposition de M BORLOO… Ils seront concurrencés par d’autres qui passeront d’autres concours, jugés sur d’autres critères…
    Malheur à celui qui étudie dans un lycée ordinaire, pas assez pourri pour bénéficier de places à l ‘IEP ou de quota en cpge…
    Malheur à celui qui étudie dans un lycée ordinaire et ne bénéficiera pas des critères d’entrée dans la future école à Borloo
    Malheur à celui qui a des parents qui travaillent et gagnent plus de 1600 euros par mois , ils sont trop riches pour être boursiers et bénéficier de la « discrimination positive »
    Malheur aux classes populaires qui travaillent et aux classes moyennes, elles n ‘intéressent pas les politiques…elles sont au dessus des seuils
    La gauche caviard et la droite saumon des beaux quartiers s’achètent une bonne conscience en prenant ce que les Etats Unis ont abandonné, la discrimination positive
    Qu’importe à ces amateurs d’effets d’ annonce si leurs quotas passent à côté de l essentiel, si leurs « filières » sont injustes, ils se font plaisir et font plaisir aux médias
    La France , notre vieux pays avait un modèle d’intégration, celui de la République et du Mérite, il ne demande qu’à être renforcé
    Pour cela il faudrait élargir les critères des bourses, créer des classes prépas dans les lycées ordinaires, rétablir la transmission des savoirs dans ces lycées ordinaires, ceux des Français ordinaires
    Inventer pour ceux qui sont « en dessous des seuils » des concours bis, des quotas c’ est faire injure à la France ordinaire, c’est faire injure à tous ceux , issus de l ‘immigration ou non, s’accrochent pour dépasser les fatalités par leur travail
    Je ne veux pas des effets d’annonce de M BORLOO, je ne veux pas de la discrimination même rebaptisée positive car elle réveille les communautarismes et nourrit le racisme
    Il y a quelques années un très grand monsieur, Aissa Dermouche fut nommé prefet du Jura .Ses qualités personnelles et professionnelles le plaçaient largement au dessus des qualités nécessaires pour être préfet du Jura… De petits esprits évoquèrent cette nomination au nom de la discrimination positive…
    Demain la « « discrimination positive » peut entacher la réussite de tous ceux qui sont un peu plus bronzés que les autres, elle peut laisser croire que leur réussite s’explique non par leurs qualités mais par des filières de sélection au rabais
    S’ il y a encore quelques gaullistes et quelques républicains en France ils ne voteront pas pour les candidats de la « discrimination positive »
    Comment Michèle Alliot Marie, Alain Juppé ou Dominique de Villepin réagiront ils ? Ils avaient en leur temps dénoncé la « discrimination positive »
    Pour le moment un seul des grands candidats, Français Bayrou à le courage de défendre notre modèle français ;
    Nicolas Sarkozy peut gagner le soutien de M Borloo mais dans cette affaire il peut aussi perdre les suffrages de « la France qui se lève tôt »
    En attendant pour la première fois depuis que je vote, depuis 30 ans donc, je suis désorienté. Auparavant pour moi tout était simple, je votais Chirac, je faisais campagne pour lui et je pestais ensuite contre lui
    Mais en 2007 pour qui voter?? Pas pour celui qui vendra notre Pacte Républicain au Bernard Tapie de Valencienne
    patrice gibertie
  • anny bey
    Le 16 Mars 2007 à 20 h 21 min
    Merci à Jacques CHIRAC pour tous ces merveilleux souvenirs engrangés avec ce grand Homme d'état. Je garderai au fond de moi en héritage, son humanisme, son mépris du racisme et de l'intolérance, son amour de la France, du Liban et de l'Afrique. Je transmettrai cet héritage à mes enfants. Vous êtes fait du même bois et à ce titre je vous serai toujours fidèle.
    anny bey
  • Julien P.
    Le 16 Mars 2007 à 19 h 58 min
    Je viens de prendre connaissance de votre réaction et de quelques autres de vos "bloggeurs". La chaleur et la sincérité dégagée par le président de la république lors de son allocution de dimanche soir fait du bien et lui donne si cela était encore nécessaire une véritable humanité. A l'heure du bilan, nous pourrons nous rendre compte qu'il a fait plus pour la France que ne le laisse entendre une certaine intelligencia parisienne qui ne l'a, je crois, jamais compris.
    Je lis actuellement "vos lettres de voyageur" et me dis au fil des pages que j'aurai vraiment aimé pouvoir mettre dans l'urne le 22 avril prochain un bulletin portant votre nom. C'est la vie, regardons devant nous et les grandes échéances qui se préparent avec surtout la relance de la construction européenne et le développement durable partagé et raisonné.
    Julien P.
  • François Tournier
    Le 16 Mars 2007 à 19 h 29 min
    Ah oui vous avez trouvé de la noblesse dans ce message! Eh bien nous n'avons pas du tout les mêmes valeurs. Cela fait 40 ans que Jacques Chirac pratique la rouerie dans ses rapports avec les français, cela fait 40 ans qu'il confond les genres aussi sa sortie de la présidence sera à la hauteur des résultats de son parcours en politique , un beau trou dans l'eau ! Enfin une bonne chose pour notre pays que son départ, et il en faudrait bien d'autre
    François Tournier
  • Javed M
    Le 13 Mars 2007 à 14 h 26 min
    Me voilà parfaitement d'accord avec vous Monsieur le PM.

    Je ne suis pas encore français, je serai honnoré de le devenir un jour, mais mon Amour pour la France, ses populations, sa diversité, sa générosité et ses hommes et femmes qui luttent toute une vie pour rendre la France plus belle, plus juste et plus Noble dans le Monde.

    Quoi que l'on dise du bilan de Monsieur le Président de la République, je suis intimement convincu que Monsieur CHIRAC aime éperdument les Français et la France. Mais pour aller plus loins,je suis sur qu'il aime les gens dans leur diversités.

    Je n'oublirai jamais de ma vie le soir où Monsieur le Président de la République suite aux évenements des banlieux est apparu à la TV on disant: "Vous êtes tous des filles et des fils de la Républiques". Dieu que ces paroles étaient appaisantes et rassembleurs.
    Vive la République et vivre la France et vivement que j'appartiens à cette grande nation !
    Javed M
  • Philippe Thiébaut
    Le 13 Mars 2007 à 13 h 05 min
    Il est surtout le premier président de la cinquième a avoir pris de plein fouet la mondialisation et les changements démographiques qui ont touché note pays.
    Philippe Thiébaut
  • aze qsdfg
    Le 13 Mars 2007 à 10 h 48 min
    Et tes conneries... bande de menteurs
    aze qsdfg
  • Gilles Lecannelié
    Le 12 Mars 2007 à 23 h 57 min
    On est puceau de l'émotion comme on l'est de la volupté:il a eu beau s'efforcer, j'ai pas pu verser une larme; les déclarations d'amour sur prompteur, ça vous a quelquechose de libidineux, de malsain , de déplacé.On a déja subi la métamorphose de la présidence républicaine( ô vide de la fonction)en monarchie républicaine, ça ne va quand même pas finir en partouze! L'amour, c'est l'infini mis à la portée des caniches: non merci mossieur, on ne ronge pas de cet os là. A force d'autisme dans la cage dorée elyséenne( gardée par la communication filiale), pire qu'un chien, on n'imagine pas sa mort politique, on ne ressent même plus la sentence des urnes:avec des êtres semblables, cette imbécilité institutionnelle aurait pu durer indéfiniment; heureusement, même les règnes ont une fin au Pays des régicides.Alors adieu au serial killer des intelligences ( Chaban, VGE , Juppé), au Grand Dissolvant, au fossoyeur de l'Idée européenne, au Diafoirus de la fracture sociale et de la fonte du permafrost.Et prenons les chose avec philosophie, puisque le "mors finis ultima rerum" d'Erasme est traduit, en corrézien par " il reste une vie juqu'à la mort"...
    Gilles Lecannelié
  • Hélène LEHMANN
    Le 12 Mars 2007 à 19 h 12 min
    Cher Alain Juppé,
    J'ai 22 ans, suis étudiante et ai été profondément émue de l'allocution de Jâcques Chirac dimanche soir, tant il a marqué mon adolescence et mon passage dans l'âge adulte, je n'ai jamais pu voter pour lui (17 ans en 2002) et trouve qu'il manque un vrai gaulliste social comme lui dans cette campagne, bien que je soutienne Nicolas Sarkozy, le seul à avoir l'envergure d'un président et l'énegie pour s'attaquer aux réformes de fond dont notre pays a tant besoin et pour véhiculer une bonne image de la France dans le monde et s'occuper des problèmes libanais,iranien et israélo-palestinien et de la relance de la construction européenne. J'admire votre soutien à M. Sarkozy, vous qui auriez pu s'il n'y avait pas eu les circonstances que l'on sait également représenter l'UMP et la droite républicaine et gaulliste pour cette élection essentielle qu'est la présidentielle.
    J'ai lu avec plaisir votre récent ouvrage sur votre année au Québec ainsi que vos plus anciens livres (Entre nous et la Tentation de Venise) et ai retenu de ces derniers le slogan "Soyez jeunes, soyez anticonformistes, soyez gaullistes" que je trouve extrêmement optimiste et plein d'espoir pour la jeunesse.
    Avec toute mon admiration et mes respects, LH
    Hélène LEHMANN
  • Jacques Colomès
    Le 12 Mars 2007 à 19 h 04 min
    Je crois que l'intervention de J. Chirac a mis la campagne présidentielle au bon niveau. Il faut surtout ne pas avoir peur, ne plus avoir peur, et ne pas laisser cours à la morosité, la sinistrose, le pessimisme très français qui veut que chacun regarde dans l'assiette du voisin pour y picorer un peu sans chercher à savoir comment ce voisin a pu arriver à la remplir plus. Ou alors ce sont les accusations de mauvais français, non solidaire, gagnant illégalement en Bourse..... tous les poncifs qui attisent le militantisme de la gauche revencharde.
    Nous sommes face à de grands enjeux, auxquels j'espère bien que vous contribuerez activement, où il faut que nous nous unissions et que nous croyions que la France a conservé toutes ses chances pour retrouver son rôle de "leader" au niveau du "management" européen malgré la faiblesse de ces deux dernières années. D'autres ont été meilleurs que nous dans la maîtrise de la conjoncture, à nous maintenant d'oser et de croire en nous pour poser les vrais challenges de notre redynamisation économique.
    Dans le monde aussi nous sommes attendus avec des pôles de compétence à confirmer ou à reconquérir. Notre humanisme est aussi un passeport dans un certain nombre de pays africains par exemple comme vous l'écriviez. Le co-développement avec les nouveaux entrants en Europe ou avec l'Afrique, les synergies potentialisées dans les actions de développement durable, le soutien à l'innovation.... sont des bras de levier puissants et à notre niveau et créateurs de richesse et d'emplois. La croissance ne vient pas en se morfondant sur ses malheurs mais en remontant ses manches et en n'ayant pas peur de se donner de vrais challenges, ceux qui sont fédérateurs et épanouissants. Je crois dans les français qui attendent qu'on leur explique où on va, comment on y va, quels sont les enjeux et les résultats attendus, ce que deviendra alors la France car dans le fond il sont tous fiers de la France qui réussit et pas de la championne de l'assistanat.
    Mon cher Alain nous comptons sur toute l'équipe de soutien au candidat, et surtout sur vous dont les convictions et les idées, même nées de ce temps mort forcé, sont puissantes. J'aurais personnellement préféré vous voir à la place de Nicolas, mais un grand poste vous attend et ce n'est que partie remise.
    JC
    Jacques Colomès
  • Wyssam Mansour
    Le 12 Mars 2007 à 15 h 46 min
    Pour moi qui suis jeune (20ans), Jacques Chirac aura été, au moment de son départ, Président de la République plus de la moitié de ma vie.
    J'ai ressenti une grande émotion hier. Pour moi, il manque déjà à la France. Quoi qu'il arrive, aux yeux de beaucoup de francais de ma génération, Jacques Chirac restera pour longtemps "le président", celui que l'on a envi d'entendre lorsqu'il s'agit de parler de la France, de la défendre, de l'incarner. C'est une véritable autorité morale qui s'en va pour quelqun comme moi, qui s'est engagé en politique pour le soutenir.
    J'ai adhéré à l'UMP en 2005 noyé dans l'extraordinaire masse des adhésions Sarkoziennes. Pourtant, celui qui m'a fait croire en la politique et qui a constitué dés le début mon modèle, c'est bien cet homme, qui incarne si bien les valeurs de la France, humaniste, ouverte, tolérante, qui a une voie particulière de justice et de paix à porter dans le monde conformément à sa tradition. Cette France que j'aime, la seule France, la France éternelle, elle ne doit à aucun prix renoncer à ses valeurs si elle veut rester elle même.

    Aurevoir, et surtout... Merci M. le Président pour tout ce que vous avez fait pour ce pays à qui nous devons tous tant!!
    Wyssam Mansour
  • G. Müller
    Le 12 Mars 2007 à 13 h 56 min
    Les deux mandats de Jacques Chirac n’auront fait que pousser aux extrêmes une logique institutionnelle qui affranchit le pouvoir de toute responsabilité.

    La Ve République est bien sûr ce qu’en font ses dirigeants. Mais c'est aussi un système institutionnel qui empêche qu’ils soient comptables de leurs actes. En 2007, c’est donc moins le président de la République qu’il faut changer que la République elle-même.

    Voir: http://c6r-paris.blog.lemonde.fr/2007/03/11/de-gaulle-chirac-un-bilan-de-la-ve-republique/
    G. Müller
  • JEAN LOUIS OSSEDAT
    Le 12 Mars 2007 à 02 h 50 min
    Je partage tout à fait votre point de vue sur le message du Président
    JEAN LOUIS OSSEDAT
  • Pierre Archambeaud
    Le 11 Mars 2007 à 23 h 18 min
    Cher Alain Juppé,

    Merci pour ce bel et vibrant éloge à celui auquel vous devez tant !

    Merci pour votre fidélité totale et indestructible envers celui qui restera, avec Charles de Gaulle, le PLUS GRAND Président de la Nation Française, toutes républiques confondues.

    Ce soir, je suis en deuil. Jacques Chirac n'est pas mort, mais son prochain retrait de la vie politique m'affecte terriblement.

    Cher Alain Juppé, en 1995, après des municipales mitigées pour la droite à Paris, vous aviez déclaré : "Paris sans Chirac, ce n'est pas la même chose que Paris avec Chirac".

    Permettez-moi de vous paraphraser : La France sans Chirac, ce ne sera pas la même chose que la France avec Chirac !

    Ce soir, le Chiraquien-Juppéiste incurrable et insoignable que je suis depuis l'âge de 17 ans, pleure.

    J'ai 35 ans depuis le début du mois, je mesure 1m90 et ce soir, je pleure.

    Pierre ARCHAMBEAUD
    Pierre Archambeaud
  • Jenny et Jean Ducasse
    Le 11 Mars 2007 à 22 h 42 min
    En effet ,beaucoup d'émotion partagée ce soir et beaucoup d'admiration pour l'allocution de Jacques CHIRAC pleine de sagesse et d'amour pour notre belle France.Aujourd'hui une lourde tâche nous attend:Il faut gagner ces élections et nous vous faisons confiance pour votre engagement auprès de Nicolas Sarkozy .Nous avons besoin de vous.
    Jenny et Jean Ducasse
  • Pierre Hauptmann
    Le 11 Mars 2007 à 22 h 04 min
    1) Une proposition : pourquoi ne limiterait-on pas le nombre de fois où l'on pourrait se présenter comme candidat à la présidentielle : seulement deux fois ou trois fois ; (fini les 5 x le Pen ); 2)moi ça me suffit qu'un Président soit bon en politique extérieure, en politique intérieure c'est l'affaire du gouvernement 3) Dernière question pourquoi avons-nous plus de 900 parlementaires - aux USA 500 seulement pour 5 x plus d'habitants ?

    Bravo Jacques Chirac pour son action et son discours de ce soir (ce n'est pas vous qui l'avez écrit ?) - vous êtes très fort tous les deux.

    Un admirateur. Salutations P. Hauptmann Mulhouse
    Pierre Hauptmann
  • Claude Simonnet
    Le 11 Mars 2007 à 22 h 03 min
    Déclaration de Jacques Chirac du dimanche 11 mars 2007.
    Depuis quelques semaines, des indices s'accumulaient, des petites phrases, le départ du fidèle des fidèles du "perchoir" vers un nouvel horizon... On pouvait imaginer ce que serait une partie du contenu de la déclaration du Président de la République, c'est-à-dire, sa décision de ne pas se représenter.
    Je regrette cette issue qui est certainement raisonnable.
    J'avais toujours gardé un secret espoir de l'impossible.
    1995, un meeting de campagne à Rennes avec le Tee-shirt "Chirac Président"...
    Allez, il faut vivre avec l'avenir.
    Claude Simonnet
  • Thierry GOLFIER
    Le 11 Mars 2007 à 21 h 53 min
    Emotion et Vérité étaient effectivement au rendez vous ce soir à la télévision.
    Mais au delà je suis, comme vous j'en suis sûr, dans une moindre mesure trés fier d'avoir soutenu Jacques CHIRAC .
    Et je serais dans l'avenir à vos cotés pour mener avec lui les combats qu'il menera.
    Une page se tourne ce soir pour ceux qui depuis le QG la rue du Général Foy à ce soir l'ont soutenu et admiré. Je suis pour ma part vraiment fier d'être de ceux là.
    Fidèlement
    Thierry GOLFIER
  • Jenny TOMAS-GARCIA
    Le 11 Mars 2007 à 21 h 41 min
    Bonjour, cher Monsieur Alain JUPPE,

    Il m'a fallu quelques minutes d'esseulement pour faire s'estomper l'émotion face à la haute dignité de l'intervention venue de l'Elysée ce soir.

    Je ne sais pas pourquoi je sentis que
    vous aviez rédigé un message sur votre teclacharla... voilà.

    http://www.un.org/News/fr-press/docs/2007/SGSM10865.doc.htm

    http://www.socgeo.org/mars07.htm

    Permettez-moi de vous remercier, cher Monsieur Alain JUPPE : j'avais besoin, en ce moment d'émotion, de savoir que vous aviez le même senti de
    la fonction et de l'être.

    Bonheur(s) en compagnie de Madame votre
    épouse et tous vos êtres chers.

    Très respectueusement,

    Jenny.

    N.B. :

    L'exposition SOROLLA au Petit Palais
    est un délice : BENLLIURE est un nom
    ami et très proche de la famille de mon Papa.









    Jenny TOMAS-GARCIA
  • gilbert font
    Le 11 Mars 2007 à 21 h 30 min
    quel dommage que ce ne soit pas vous qui preniez le relais car vous avez aussi l'amour de la France et le sens de l'Etat !
    mais le temps va venir ou il faudra bien que ce grand pays appelle les meilleurs de ses fils pour le remettre dans son destin originel
    gilbert font

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux