Blog Notes d'Alain Juppé

Plaidoyer pour l’excellence

Publié le 23/04/2010 par Alain Juppé

Visite, avant-hier, à l’Ecole Normale, rue d’Ulm.

Emotion d’abord : je retrouve, dans un battement de coeur, le bassin aux Ernests (surnom ineffaçable des poissons rouges…), la cour paisible dans le tumulte du quartier latin, la bibliothèque  certes agrandie mais dont les rayonnages n’ont pas changé…  Quatre années passées dans ces murs, à l’âge où tout était possible…

Enthousiasme surtout : c’est le sentiment que m’inspire le parcours, même rapide, de plusieurs laboratoires,  lettres et  sciences, sous la conduite des chercheurs, parmi les doctorants venus de tous les points cardinaux de la planète. L’Ecole a profondément évolué : l’interdisciplinarité s’y vit au quotidien ; l’ouverture internationale est physiquement perceptible ; la recherche de partenariats avec d’autres établissements d’enseignement supérieur est en bonne voie, avec par exemple la création de Paris Lettres Sciences qui va regrouper le Collège de France, l’Observatoire de Paris, l’Ecole supérieure de physique chimie… en une Fondation de coopération scientifique d’excellence

Quand je demande à un chef de département venu de l’étranger pourquoi il a choisi de venir travailler ici, il me répond en souriant: « Pas pour l’argent! (et pour cause, les salaires proposés ailleurs en Europe ou en Amérique sont bien supérieurs). Mais parce qu’on trouve ici parmi les meilleures équipes du monde, notamment en mathématiques et en physique. »

Nous qui nous complaisons tant dans la morosité, avons-nous assez conscience de détenir là une richesse inestimable : celle de l’intelligence et du savoir?  Installée, il faut le dire, dans des conditions à peine décentes. Il suffirait de quelques dizaines de millions d’euros pour donner à cette élite de la science mondiale des locaux convenables. J’espère qu’une petite partie des fonds du « grand emprunt » servira à cela, comme nous l’avons proposé.

Mais j’ai écrit « élite »! Quelle imprudence dans un temps où il vaut mieux vilipender l’élite, plutôt que de lui demander de nous tirer vers le haut.

Partager cet article

4 commentaires pour « Plaidoyer pour l’excellence »
  • Lucrèce
    Le 25 Avril 2010 à 15 h 20 min
    Tympanisons l'élu.
    Souffrez que je vilipendasse votre emploi du terme "élite"...Pour souligner d'abord que vous vous gardez bien du pluriel, à connotation négative...Les doctorants d'aujourd'hui,futurs éléments des professions intellectuelles supérieures(enseignants des derniers cycles titulaires des diplômes de docteur ou d'agrégé) ne sont plus considérés comme une élite (ainsi que sous la III° république).Ils sont devenus des "prolétaires systématiques" (J. Julliard):ce qu'ils savent, ils le partagent immédiatement avec le plus grand nombre;encore plus depuis l'avènement des nouveaux médias.Leur champ de recherche et de connaissance est souvent très restreint,au dépens de la large érudition.Comme le disait G. Bernanos :" je tiens l'intellectuel moderne comme le dernier des imbéciles jusqu'à ce qu'il ait prouvé le contraire"...
    L'élite -l'idéal d'un honnête homme,l'idée d'excellence( kalos kagathos ) de l'Athène du V° qui vous est chère- est bien éloignée de ce travailleur,cet homo economicus,producteur et éditeur obligé de travaux scientifiques très spécialisés.
    Loin de dénigrer ces prolétaires ,nécessaires à notre pays,soutenons votre proposition d'affecter une part du grand Emprunt à la modernisation de la Rue d'Ulm,mais -entre nous-fallait-il attendre l'accouchement de la Commission Rocard et Pécuchet pour ce qui semble à la portée de n'importe quel ministre en place?Il y a là un achoppement pour l'esprit...Vilipendé soit qui mal y pense!
    Lucrèce
  • fronsac
    Le 25 Avril 2010 à 15 h 09 min
    toujours l elite , encore l elite ,ce discours n est il pas obsolete? examinez d autres voies et faites en sorte que chacun trouve la serenité et le respect de soi
    Des reformes, encore des reformes, des credits ,toujours des credits , nous avons vu les grandes reformes du second quinquenat ...... je vous en laisse libre arbitre , respectons ce qu il y a d abord , et avant de refaire des reformes nettoyons nos ecuries, le depot de Paris , en autre.
    combien d'etudiants s'arretent à la premiere annee? combien manque t il de medecins, d infirmieres , cela ne peut etre l oeuvre d'un seul homme dans le detail, mais celui d equipes.....
    serez vous candidat? je le souhaite car votre predecesseur lui, ne se representera pas, et si vous avez besoin de fous , nous examinerons les diagonales
    bonne chance et n oubliez pass: tout desespoir en politique est une sottise absolue.............
    fronsac
  • manganu
    Le 24 Avril 2010 à 18 h 10 min
    Monsieur Juppé,
    On ne peut que souscrire à ce que vous écrivez à propos de votre visite rue d'Ulm. Mais comment ne pas regretter que vous le fassiez presque en vous excusant?
    manganu
  • Thomas
    Le 23 Avril 2010 à 21 h 02 min
    Monsieur le Maire,

    Je suis d'accord avec vous, les elites doivent tirer le peuple par le haut. Mais ceux qui les vilipendent n'ont objectivement pas tort. Depuis une vingtaine d'annees, les elites ne jouent plus leur role:

    - les entrepreneurs, essentiels a la richesse du pays, ne pensent plus a la reussite de leur entreprise mais a gagner toujours plus: le differentiel des salaires entre tres riches et tres pauvres est en hausse constante depuis 1989, meme dans des pays traditionnellement vertueux dans ce domaine comme la Suede;

    - la classe politique a baisse de niveau. Vous etes sans doute parmi les derniers d'une generation d'hommes politiques qui parlait correctement francais et refusait la logique d'inclusion dans le star-system. Il n'en reste plus beaucoup. Quand les elites vont chez Drucker, meritent-elles encore leur nom?

    - la haute administration n'est pas enreste, helas. Le lamentable episode de la prefete kleptomane Mme Debaisieux n'est pas un phenomene exceptionnel.

    - quand a nos intellectuels de valeur, et il y en a, ils sont scandaleusement neconnus. Tout le monde encense BHL ou Bruckner, et qui connait Marcel Gauchet?

    Nos elites sont en train de faillir, a l'image de ces jeunes polytechniciens qui choisissent d'aller exercer leurs talents dans la finance. Dans ces conditions, comment ne pas les vilipender?
    Thomas

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux