Blog Notes d'Alain Juppé

Planète et confiance

Publié le 13/12/2006 par Alain Juppé

Bonheur de lancer des projets, d’écouter et de dialoguer. Envie de vous faire partager ma journée d’hier.
A 9h, le Président de la République lance, à l’Elysée, son projet de conférence internationale sur l’environnement. Date: 2 et 3 février prochains.
Objectif: dresser un constat partagé de la situation de la planète, notamment de l’évolution du climat; proposer un plan d’actions prioritaires; mobiliser les gouvernements qui soutiennent l’idée d’une Organisation des Nations Unies pour l’environnement.
Ce ne sera pas facile. Tous les Etats membres de l’Union Européenne marchent avec nous; une bonne vingtaine d’autres pays soutiennent l’initiative. Mais les résistances seront fortes, principalement aux Etats-Unis et surtout dans les pays émergents, tels la Chine, l’Inde ou le Brésil qui ne veulent pas qu’on bride leur croissance. Encore que, même dans ces pays, les opinions publiques évoluent; beaucoup de collectivités locales y sont en pointe dans le combat pour le sauvetage de la planète.
Un comité d’honneur a été constitué pour aider à la préparation de cette conférence. On y trouve Nicolas Hulot, le philosophe Edgar Morin, le climatologue Jean Jouzel, Bertrand Collomb, ancien président du Conseil mondial des entreprises pour le développement durable, Hubert Védrine, ancien ministre des affaires étrangères et Laurent Stéfanini, ambassadeur délégué pour l’environnement. La présidence de ce comité d’honneur m’a été confiée. La tâche est excitante.

Retour à Bordeaux en début d’après-midi.
Je reçois deux jeunes bordelais passionnés d’art lyrique, qui font merveille aux Etats-Unis en tant que directeurs artistiques de l’Opéra français de New York. Ils ont plein d’idées sur l’Opéra National de Bordeaux dont ils me vantent les capacités artistiques, tant celles de l’orchestre que celles du ballet, sans doute le meilleur ballet néo-classique de France après Paris. A suivre.

A 18h, débat sur l’architecture à Arc en rêve. On y discute de la relation entre l’architecte et le politique. Un des architectes présents donne cette définition de son métier: « provoquer une inquiétante étrangeté ». Stimulant. Nous nous accordons sur un point: le bon architecte doit allier la compétence technique ( il est d’abord « constructeur ») et la capacité d’émouvoir.
Nous avons en tout cas de la chance d’avoir à Bordeaux un lieu de réflexion, mais aussi d’exposition et de pédagogie d’aussi grande qualité qu’Arc en rêve. AGORA qui est organisé par ses soins est devenu un rendez-vous incontournable de l’architecture française et même européenne.

Enfin, en soirée, rencontre avec Jean-Claude Guillebaud, à l’invitation du journal La Croix et de la revue Etudes. La grande salle de l’Athénée municipal est pleine à craquer. Thème: retrouver la confiance.
Nous abordons de nombreux sujets. Nous nous retrouvons sur la conclusion: « N’ayez pas peur »!
J’insiste: « N’ayez pas peur de la mondialisation! » Ce n’est pas un tsunami qui menace de nous submerger. C’est un mouvement vieux comme le monde qui peut devenir une chance, pour peu que nous sachions l’humaniser et le démocratiser. Réminiscences de mon cours à Montréal…13/12/06

Partager cet article

1 commentaires pour « Planète et confiance »
  • eve s....
    Le 18 Décembre 2006 à 12 h 52 min
    monsieur juppé

    Je travaille dans un grand centre de distribution postal parisien (PARIS 10 CDIS).
    A notre grande surprise cette année le repas de Noël de la cantine a été remplacé par un "Repas de fin d'année" à la demande d'une délégation de quelques facteurs musulmans pour qui Noël était une fête religieuse qui violait les principes de la laïcité et insultait leur foi. Il était aussi question de retirer les sapins de Noël cette année (qui ne portent pourtant aucune croix et aucun personnage de la crêche).

    Une délégation de facteurs (athées et chrétiens) a protesté devant la directrice du centre (Mme Dudicourt). Le climat devient insupportable, certains rayant en rouge les affiches et les menus incriminés et ajoutant "NOËL", d'autres décorant tout le centre avec des guirlandes et des banderoles "JOYEUX NOËL" dans un esprit de résistance.

    Des collabos syndicalistes ont même soutenu la prohibition de cette fête qui est avant tout, pour l'immense majorité d'entre nous, (je suis athée) un moment de réjouissance, de partage, et de souvenirs de notre enfance.

    Noël n'avait jamais posé aucun problème jusqu'à cette année. C'est la première fois à PARIS-10, que nous assistons à une telle polémique. Cela ne fait qu'attiser inutilement, les tensions communautaires entre collègues.

    Avez vous remarqué que dans de nombreuses villes , les bandeaux municipaux "joyeux noel" ont été remplacées par "joyeuses fetes"... dans 5 ans les bus arboront "joyeux ramadan", je crains le pire.



    Où est passé l'esprit de Noël ?

    SOS SOS SOS

    Une factrice parisienne

    eve s....

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux