Blog Notes d'Alain Juppé

Polémique bien gauloise

Publié le 13/04/2005 par Alain Juppé

C’est entendu, à en croire le microcosme: le Président de la République aurait dû choisir l’autre chaîne, débattre avec des ténors politiques partisans du NON (Fabius? Emmanuelli? Villiers? ), répondre aux questions des journalistes politiques spécialisés et détenteurs d’un monopole en la matière, et bouder les jeunes qui, après tout, ne sont pas plus concernés que les autres par l’avenir de leur pays et l’avenir de l’Europe…

Cette capacité qui est la nôtre de nous enflammer pour des polémiques d’un instant me fascine.
On pourrait faire remarquer que:
– dès lors qu’un plus grand nombre de téléspectateurs regardent le journal de TF1, il n’est pas absurde
de choisir la chaîne de plus grande audience sans que cela doive « humilier » les autres
– pour expliquer la Constitution, le meilleur moyen n’est pas d’organiser un de ces matches de catch politicien dont on nous dit que les Français sont las
– les tenants du NON seront évidemment très largement présents dès le soir même et le lendemain sur toutes les stations de radio et de télévision pour critiquer la prestation du Président, ce qui est parfaitement normal et utile
– les jeunes sont particulièrement concernés par ce qui va se passer dans les 15 ou 20 ans qui viennent;ils se posent d’ailleurs et poseront des questions qui nous intéressent tous
– il n’est pas interdit de renouveler le « stock » des interviewers en s’adressant à des professionnels qui ont renouvelé le genre
– etc…

Mais au fond, il faut prendre les choses du bon côté : cette tempête dans un verre d’eau fera peut-être monter l’audimat…
13/04/05

Partager cet article

28 commentaires pour « Polémique bien gauloise »
  • gérard Boudon
    Le 17 Avril 2005 à 11 h 17 min
    DE GAULE avait dit (les Français sont des veaux)il ne s'était pas trompé,le comble c'est que 50 ans plus tard on vient de le nommer le plus GRAND de tout les Français! !et bien oui on a l'inconvénient d'être un vieux pays et celà nous donne une toute petite ouverture d'esprit.J'aimerais que l'on pose a ceux qui veulent voter non pourquoi? et qu'est-ce qu'ils nous proposent,en donnant les réponses sur la contitution européenne uniquement,là je vous assure que l'on va voir le petit esprit des gens du non,et vous verrez sortir des réponses qui seront loin du sujet.je suis allé 2 fois en Chine(1980 et 1987)ce que j'ai vu m'a fait peur,et 15% seulement des chinois ont un pouvoir d'achat!quand ils y seront tous on aura plus le temps de dire qu'il aurait fallu vôter oui,on existera plus n'y les entreprises,on rejoindra les pays sous-dévelopés,alors je me répète que l'on demande vite aux partisants du non se qu'ils veulent?j'attends la réponse.G.Boudon.
    gérard Boudon
  • dominique weill
    Le 15 Avril 2005 à 17 h 05 min
    Oui, l'écart risque de se creuser, l'écart entre deux ou plusieurs France, l'écart entre notre lenteur et la réactivité de l'Asie, l'écart entre une grande partie des "élites" et le "peuple" hostile massivement au projet européen. Une France rétrécie sur elle même, sans projet, fragilisée par d'interminables querelles idéologiques, qui nous minent.
    L'écart, parfois le goufre, entre ceux qui disent "oui" et ceux qu disent "non".
    Cette Europe qui gagne , les gens n'y croient pas, c'est trop loin, et pour beaucoup ils n'en veulent pas, car cela suppose qu'il y aura des perdants et que les perdants seront toujours les mêmes.
    Donc, à priori, c'est la méfiance qui fait son travail de sape, "l'ère du soupçon".
    C'est pire que les pires querelles familiales.
    Comment rassembler dans ces conditions, secouer cette apathie, bousculer les idées reçues, sortir de ce poujadisme de droite et de gauche et d'une certaine haine qui entre les partisans du "oui "et ceux du "non" ? Hauts les coeurs.
    Cordialement.
    DW
    dominique weill
  • Richard Bauer
    Le 15 Avril 2005 à 16 h 03 min
    Je me permet de vous placer ici une réflexion que je me suis faite sur mon modeste Blog: rich.blogmilitant.com J'espère que vous m'excuserez de vous avoir cité en fin de texte, en espérant ne pas trop avoir déformé votre pensée. N'hésitez pas à ce propos à me faire part de vos remarques si ce la ne vous convenait pas, je le retirerais alors.

    On aura donc assisté à un débat relativement pathétique. Non pas que notre président n'ai pas été à la hauteur, au contraire. Il m'a semblé que malheuresement il était peut-être même l'un des seuls à le connaitre. Mais parce qu'à mon avis cette émission aura encore cristallisé les passions et la méconnaissance du texte plutôt que la raison et la réflexion.

    Je ne rentrerais pas dans cette polémique où les tenants du Non se sont offusqué que l’on fasse appel à la jeunesse plutôt qu’à eux pour débattre. Nous en avons assez des débats de technocrates soporifiques à souhait. Monsieur Chirac a bien compris que c’est en allant vers les jeunes, en les écoutants et en répondant à leurs peurs comme à leurs désirs et espérances que l’Europe pouvait se construire. Et pour ce qui est de faire cela sur TF1, il me semble que le « service public » était bien représenté avec Delarue et Fogiel, non ?

    J'ai eu la surprise de voir que beaucoup des questions prouvaient simplement une grande méconnaissance du texte. En fait je ne suis même pas persuadé que cela doive surprendre, mais plutôt nous permettre une nouvelle fois de faire un constat sur notre comportement à tous. Une réflexion m’a interpellé, celle d’une personne ayant dit connaître la constitution grâce aux articles et aux argumentaires qu’elle a pu se procurer…Mais est-ce bien cela la connaître ? A droite comme à gauche, pour le Oui ou pour le Non, un commentaire est par essence subjectif. La pensée est donc orientée.

    Je suis d’accord que l’idée de lire ce texte d’un trait comme on lit un roman peut sembler rébarbatif, mais n’est ce pas là le seul moyen de réellement connaître ce texte et ainsi se construire une pensée réellement personnelle. Par cette réaction qu’a eue cette jeune personne je retrouve toute cette philosophie franco-française d’assistanat. Nous attendons constamment que tout travail nous soit mâché.

    On m’opposera à mes propos l’idée que ce texte est trop compliqué, écrit par les bureaucrates de Bruxelles ! C’est faux ! On y retrouve des personnes de toute origine sociales professionnelles, culturelles… Des politiques comme des professionnels, des citoyens tout simplement. La « Constitution Giscard » n’est qu’un nom qui lui a été attribuée et parmi l’ensemble des rédacteurs, 40% se réclament de la gauche européenne.

    Pour ceux ne pensant pas avoir le courage nécessaire pour la lire dans son intégralité, il suffit juste, je pense, de prendre le temps de lire la Charte des Droits Fondamentaux (1/2 heure !). Voila un texte se plaçant dans la droite ligne des droits de l’Homme. A travers elle transpirent toutes les valeurs humanistes et sociales que l’Europe cherche à donner à sa politique. A travers elle l’Union des 25 et peut-être dans l’avenir d’avantage fait le choix de placer l’humain en son centre et lui offre toute la force nécessaire pour peser de façon légitime à travers le monde tant dans la politique internationale que dans l’économie.

    Monsieur Juppé parle sur son blog d’un entretien avec Corinne Maier paru dans Le Monde, à propos de son livre « Bonjour Paresse ».
    J’espère qu’il ne m’en voudra pas de le citer :

    « "Moi je rêve à une Europe de la paresse, une sorte de contre-Europe, à la fois antinomique et complémentaire de celle qui nous est proposée. Une construction bâtie sur des relations non hiérarchisées, celle des gens qui ne sont pas d'accord, des gens qui font des farces, des gens qui fument."
    Ou encore:
    "A force de s'entendre répéter qu'il faut être adulte, on a envie de voir ce qui va se passer si cette fois on ne l'est pas. On se dit: Là haut, cela va les faire chier". Corinne Maier

    « Je me demandais quel projet alternatif la France pourrait proposer à ses partenaires si le NON l'emportait. Voilà une idée : l'Europe de la paresse.
    J'entends déjà les Chinois se marrer! Et ça fait du bruit, quand ça travaille, 1,3 milliard de Chinois... » Alain Juppé.

    Voulons nous réellement tomber dans cette Europe là en suivant le Non ? Personnellement, je préfère suivre la pensée de notre ancien Premier Ministre. Aujourd’hui la véritable question qui se pose est : voulons nous nous enfermer dans un isolationnisme destructeur, ou voulons rester dans la course ? Les Chinois et l’ensemble de la plaque asiatique on aujourd’hui toutes les armes entre leurs mains pour dépasser économiquement le reste du monde. Les américains même ne peuvent plus garantir leur suprématie sur le long terme. Voter Oui à la Constitution sera une façon de valoriser notre économie et notre influence sur le monde. Et c’est en votant Non que nos entreprises seront tentées d’aller voir ailleurs au détriment de nos emplois, de notre savoir faire, et de tout ce qui fait qu’aujourd’hui nous sommes admirés à travers le monde.

    Pour voir si vous connaissez bien la constitution (après avoir lu le texte, le vrai !!!) je vous invite à faire un petit test en allant sur ce lien : http://www.jeunespopulaires33.com/quizz/europe.php donnez moi vos résultats!!!
    Richard Bauer
  • mathias jalon
    Le 15 Avril 2005 à 15 h 17 min
    " On aurait dit ceaucescu à son balcon, ne comprenant pas que le peuple est en fait en colère"
    ( dixit un ami )

    NB je suis liberal, a droite, quasiment federaliste (mais je voterai non)et cet ami est aussi liberal( mais il est au chomage, ce qui peut expliquer sa reaction.. )

    franchement cette idée d'emission .....

    mathias jalon
  • gilles Lecannelié
    Le 15 Avril 2005 à 15 h 12 min
    Habemus papam...
    Quel sera le résultat de ce singulier exercice de communication présidentiel sur le vote des français: attendons le prochain sondage.Mais ce qui n'avait pas été prévu par les brillant(e)s conseillers , c'est ce hiatus manifeste entre les préoccupations des jeunes sélectionnés et le discours d'oligarque paternaliste qui a donné l'impression- toute la soirée -d'un dialogue de sourds.
    "N'ayez pas peur!": ce procédé dialectique bien rodé qui consiste à faire passer ses contradicteurs pour des trouillards et des imbéciles ("à votre age...") , utilisé déja lors de vrais débats depuis le début de la campagne ( y compris par des journalistes comme A. Chabot), cela ne semble pas entamer la progression du NON; alors n'est-ce pas contre-productif?
    A force de s'étonner que les questions de ses invités n'eussent rien à voir avec le traité constitutionnel,le principal intéressé a fini par donner l'impression q'il regrettait d'avoir organisé cette rencontre manquée.Et ce ne sont pas quelques envolées lyriques sur " la voix de la France dans l'Europe" qui peuvent remplacer des explications convaincantes .Encore moins d'agiter des épouvantails à propos de "mouton noir" . Pauvre V. Giscard d"Estaing qui s'est donné tant de mal à élaborer cette constitution: il mérite mieux que cela .
    Une petite reflexion sur les motivations du NON: ne fut-ce pas une erreur que de ne pas consulter les français sur l'élargissement à 25, et surtout à 27 ? Certains ne profitent-il pas de l'occasion pour le faire sentir? même si -bien sûr- cela n'a rien à voir ...
    gilles Lecannelié
  • Antoine Herzog
    Le 15 Avril 2005 à 14 h 31 min
    Bonjour,

    Je souhaitais vous dévoiler la petite tristesse qui m'est venue hier soir en regardant Monsieur le Président et les 80 jeunes sélectionnés.

    Je dis bien ma tristesse car j'ai bien vu que M. Chirac est animé des belles idées qui doivent construire la France mais je crois avoir noté qu'il se rendait compte que son public était bien plus terre à terre et perchés ailleurs. Comme si un père de famille se rendait compte après avoir habité pendant plusieurs années avec ses enfants d'une triste vérité : Peu des valeurs qui l'animent de tout son être seront transmises à la prochaine génération.

    "N'ayez pas peur" , c'était donc le dernier conseil qu'on pouvait dire face des enfants qui n'écoutent plus trop leur parents, si impertinents.

    Quel dommage que la rupture s'accentue !

    Je l'impute à l'absence d'une voix claire de la sagesse issu de l'état sur une culture d'excellence, de réussite et d'efforts.

    Cordialement,

    Antoine
    Antoine Herzog
  • kleber H
    Le 15 Avril 2005 à 14 h 22 min
    Après l'intervention du président de la République, nous devons nous mobiliser pour faire entendre la voix de la France en Europe et dans le Monde.

    Ne nous laissons pas intimider par les professionels de la polémiques et accélérons la campagne d'explication.

    Les étudiants se mobilisent. rejoignez les collectifs "étudiants pour le oui".

    http://www.etudiantspourleoui.com
    kleber H
  • Charles A
    Le 15 Avril 2005 à 10 h 52 min
    Cher Monsieur Juppé, je suis déçu par la prestation présidentielle. Notre Président nous prend pour des apeurés. On dirait qu'il ne s'adresse qu'aux assistés qui attendent tout de l'état. Il devrait leur donner le souffle de l'espérance en leur montrant que l'Europe va faire bouger la France mais au lieu de cela, il conforte l'idée d'une France protectrice et déresponsabilisante. Il explique que grâce à cette constitution, la France renforcera sa position...merci bien...bonjour l'Europe dans ce cas là...Avant hier j'étais pour la constitution, mais si elle anti-libérale à ce point, non merci. Le président tente de caresser les gens dans le sens du poil, il ne donne pas d'impulsion. Il joue sur les peurs en fait...en utilisant le modèle anglo-saxon comme épouvantail. C'est un peu -pardonnez-moi l'expression- cracher dans sa soupe, quand on a au pouvoir un gouvernement de centre-droit libéral sans le dire.Les Français ne sont pas dupes. Peut-être pourrait-on d'ailleurs retourner la formule...N'ayez pas peur Monsieur le Président...soyez fier d'être de droite, soyez vous même, soyez économiquement (au moins) libérale. Libérez cette énergie créatrice qui sommeille chez nous Français. Notre Président n'a jamais été meilleur que lorsque il était en campagne...mais même en campagne aujourd'hui il a perdu de sa superbe.
    Charles A
  • sébastien dussart
    Le 15 Avril 2005 à 10 h 17 min
    Si je conviens tout à fait que le choix de "discuter" avec de "vrais" personnes et pas avec des politiques était judicieux, le résultat est plutot décevant, pour les jeunes comme pour le président.

    Cela à montrer en effet le manque flagrant d'information et de connaissance des français, jeune de surcroit, sur le fonctionnement de nos institutions européennes. La faute à qui ? En partie aux politiques qui ont volontairement présenté le débat sous le mauvais angle et amalgamé beaucoup de sujets avec la ratification de la Constitution.

    Quant au Président, j'ai été peu convaincu. Ayant revu la veille sur la chaine Public l'intervention du Président Mitterrand en 92 pour la ratification du traité de Maastricht, je dois avouer qu'il fut bien meilleur (sans aucun partis pris politique). Il aurait fallu apporter des réponses simples aux interrogations et craintes "simples" énoncées hier.

    Mais que font les conseillers en communication, justement un peu trop de communication...dommage

    sébastien dussart
  • Jean Pierre Varaine
    Le 15 Avril 2005 à 08 h 48 min
    Cher monsieur Juppé,
    C'est si simple : il y a trois réponses au référendum : oui à la constitution, non à la constitution, non à Jacques Chirac.
    C'est fabuleux de voir un homme agé croire pouvoir prendre un public de jeunes pour faire sa démonstration. Il y avait deux générations de différence entre le Président et les jeunes !
    Les jeunes parlent de problèmes de jeunes et les vieux parlent de problèmes de vieux.
    Les enfants de ce millénaire n'ont pas d'avenir avec ceux de l'ancien.
    Comme disait A Duhamel ce matin sur RTL, c'est le Président qui en fait a peur.
    Il est consternant que les conseils en communication du Président n'aient pas compris qu'il falait dévier la contestation de la population pour garder un référendum sur la constitution et non sur autre chose.
    C'était pourtant FACILE !
    Depuis 25 millions d'années les conseillers des chefs leur disent qu'ils sont les plus beaux et qu'ils les plantent.
    Confucius disait : celui dont la pensée ne voit pas loin, verra ses ennuis de près!
    Alors, pas facile à rattrapper, quelques jours seulement.
    Demandez ... on vous dira.
    Meilleure considération.
    Jean Pierre Varaine
  • anne dupuis
    Le 15 Avril 2005 à 07 h 40 min
    monsieur

    La prestation télévisée de votre ami chirac restera comme un grand moment d'ennui et de vacuité.
    A t il conscience de la médiocrité de sa prestation ?.face à des jeunes aux questions pertinentes et incisives , chirac n'a pas fait le poids et le mot est faible.
    Armé de son sourire mécanique (trahissant son embarras) de ses gestes larges , insuffisants pour cacher la médiocrité de son propos , il fut totalement transparent...
    Comment comvaincre les partisants du "non" avec une impréparation aussi caractérisée?Aucun exemple concret pour étayer les bienfaits de la constitution , rien , à part de la bouillie verbale...
    Il y a une semaine j'ai assisté à un débat dans ma ville de Rennes , avec jm cavada.Celui ci , brillant ,pédagogue était largement au dessus de celui qui a rendu , hier , une bien pale copie.
    Mr juppé , nous courrons , apres ce triste spectacle à voir le "non " l'emporter , alors de grace , dites à votre ami chirac de disparaitre du paysage jusqu'au 29 mai , ou nous courrons au fiasco

    bien à vous

    anne dupuis (militante ump)
    anne dupuis
  • Marc Chiappero
    Le 15 Avril 2005 à 00 h 40 min
    Désespérance! C''est le sentiment qui m'a envahi tout au long de la soirée.
    Je ne sais si vous avez pris connaissance de mon dernier message. J'espérais beaucoup de cette émission et la redoutais à la fois car elle révèle le formatage des cerveaux de notre jeunesse par notre système éducatif et l'Etat providence. Elle est médiocre notre jeunesse, égoïste,ignorante, incapable de discernement,et surtout incapable de proposer, uniquement revendicative.
    Plus de 100 milliards d'euros par an, plus d'un million de fonctionnaires affectés à son éducation pour en arriver là!
    Pauvre Jacques Chirac. Pauvre France.
    La mobilisation de la jeunesse en faveur d'un grand dessein aurait pu inverser la tendance. Médiocre, elle se joint à la cohorte des médiocres qui ont peur, peur de tout et incapables de se prendre en main.
    Le non surfant sur la démagogie et l'ignorance a devant lui un boulevard.
    Seule une évidence perceptible par tous
    est désormais à mettre en avant.
    Concrètement ce référendum c'est un examen,
    ne pas participer parceque l'on n'y comprends rien c'est rendre copie blanche et ça vaut zéro.
    Voter non ne résoudra aucun des problèmes que recontrent les Français,n'améliorera en rien leur situation mais en posera un nouveau: l'impossibilité de faire fonctionner ce qui existe depuis l'élargissement à 25 bientôt à 27.
    Le simple bon sens dicte le choix: l'union fait la force et un compromis vaut mieux que rien,n'ayons pas peur! mais je l'écrivais naguère, sommes nous encore au pays de Descartes?
    Cordialement
    Marc Chiappero
    Marc Chiappero
  • Quentin MATILLON
    Le 15 Avril 2005 à 00 h 38 min
    Je tiens à vous faire part d'une remarque quant à votre article sur les polémiques concernant la diffusion du débat sur TF1. Outre toutes les très mauvaises réactions que vous nous avez citées, vous en avez oubliée une: les questions sont formatées, soufflées et vérifiées par les conseillers de Mr Chirac.
    Or (hors de moi!) les questions posées n'ont été pour la plupart que de vulgaires idées préconçues sur la constitution. Questions auxquelles notre cher président répondais que cela ne dépendais pas de l'Europe mais de la seule compétence nationale... Prenant soin néanmoins d'enrober sa réponse et d'y ajouter un argumentaire fort et convaincant. (bien que je l'étais auparavant!)
    Tout cela pour conclure que le problème de cette constitution est l'ignorance du peuple. Et pourtant il suffit de lire les parties I et II du traité pour avoir les réponses à TOUTES les questions posées sur TF1!!! Quelle patience a su nous montrer Mr Chirac.

    L'Union fait la force et Nous ferons l'Union

    Quentin MATILLON 20 ans Rambouillet
    Quentin MATILLON
  • Mathieu Pellerin
    Le 15 Avril 2005 à 00 h 18 min
    bonsoir,
    vous avez bien entendu suivi le débat sur le referendum...je pense ne pas me tromper en supposant que vous setimez la prestation de Mr Chirac honorable. Pour ma part je ne vous cache que je suis un électeur UMP mais là en toute honneteté je suis affolé...
    Je suis tout d'abord atterré par l'auditoire proposé au président de la République... cela me confirme dans l'idée que j'ai des français: ils ne s'informent pas, ne comprennent pas et ne prennent pas la peine de poser des questions sur l'essence même du débat!!
    Je suis plus jeune que la plupart des jeunes citoyens présents et pourtant bien plus informé. Certes mes études m'y incitent mais tout de même!! lorsque l'on pose des questions au chef de l'Etat il faut se renseigner un minimum. Pour ne citer qu'un exemple l'un des derniers intervenants qui pensaient que Javier Solana (quand il sera Ministre des affaires étrangères) remplacera le représentant français au Conseil de Sécurité...mais où sommes-nous????
    D'autre part je vous avoue que je suis interloqué par les propos du chef de l'Etat...Aucun pragmatisme, des réponses approximatives (les valeurs, les valeurs et les valeurs...), et surtout l'impression d'une méconnaissance du traité constitutionnel. Je ne comprend pas et je suis très inquiet; car si je suis un fervent défenseur de la Constitution, nul doute que si je n'étais pas informé, à la fin d'un débat tel que celui-ci, je voterais NON sans hésiter.
    Je ne suis sas doute pas le seul à redouter à l'heure actuelle une victoire du NON. Que faire?
    Pour ma part je vais dans mon entourage manifester en faveur du OUI car si celui-ci ne peut pas être défendu par le représentant de l'Etat c'est à nous, citoyens français et bientot européens je l'espère de nous mobiliser pour préserver la France d'une reculade en queue de train européen.

    Une dernière protestation à l'égard de ceux qui se trouvaient sur le plateau et d'autres qui peut-être me liront: il est facile de critiquer le manque d'information sur la Constitution et de mettre la responsabilité de l'Etat en jeu mais c'est au citoyen de faire ne serait-ce qu'un pas minime en direction de la Constitution. Les journaux, internet, la télévision, les multiples livres, la radio, et la poset ne suffisent-ils pas comme moyen d'information?? comment vous-êtes vous informés pour savoir que Lyon avait été injustement éliminé par l'incompétence d'un arbitre? pour savoir que nathalie simon avait gagné la première compagnie etc...?
    Prenez vos responsabilités!!!

    et surtout VOTEZ OUI!!!!!!

    publiez moi s'il vous plait car je suis très attaché au message que je souhaite faire passer. Merci

    Mathieu Pellerin



    Mathieu Pellerin
    Mathieu Pellerin
  • Francis COUTY
    Le 14 Avril 2005 à 23 h 15 min
    Renouveler le stock des interviewer, pourquoi pas. Mais quand pensera-t-on à renouveler le stock des hommes politiques ?
    Francis COUTY
  • Olivier Lacroix
    Le 14 Avril 2005 à 22 h 40 min
    Bonsoir,
    je suis devant mon poste de tv à regarder TF1.
    Je souhaitais faire partager un retour d'informations sur mon ressentiment au sujet de l'intervention de monsieur Chirac.
    Je vous avais fait part de ma crainte d'avoir un panel d'intervenants peu représentatif : J'AI ETE VRAIMENT RASSURE.
    Concernant la polémique, la preuve en a été faite que 83 jeunes sont bien mois avenants que quelques spécialistes de la politique.
    Le seul petit bémole serait vis-à-vis de la qualité de certaines questions(questions sans rapports avec la CONSTITUTION).
    Sinon, il est dommage que ce type d'échanges ne soient pas plus réguliers(une fois par an ce serait vraiment bien je trouve).
    Olivier Lacroix
  • Laurent Barthélemy
    Le 14 Avril 2005 à 19 h 37 min
    Le débat sur le débat est en effet un travers bien gaulois, source de discussions à n'en plus finir, et donc d'inefficacité redoutable.

    Attendons de voir la prestation du président pour la commenter, même s'il peut paraître, disons, inopportun, d'avoir semblé vouloir favoriser les jeunes au détriment des autres.

    Espérons, en l'occurence, que cette intervention permettra de rehausser le débat en expliquant les vrais impacts de ce texte.

    Car aujourd'hui, peu de gens connaissent réellement et en profondeur le sujet sur lequel ils doivent se prononcer le 29 mai. Moi y compris, bien que passioné par la politique - au sens étymologique du terme -.

    Laurent Barthélemy
    Laurent Barthélemy
  • Christophe Merlen
    Le 14 Avril 2005 à 18 h 16 min
    La démocratie est le choix des Peuples à disposer de son destin par les urnes.
    mais dans un Peuple il y a trois fractures nettes , le jeunes qui regardent l' avenir ( 20-40) , les 40-60 qui regardent le présent et les anciens qui regardent le passé.
    Il n' y a qu' a écouter les discours de nostalgie de nos anciens qui avec charme nous décrivent la France des 30 glorieuses oubliant de mentionner qu' à cette époque ils travaillaient 6 jours par semaines , 8 heures mini par jours et avec 3 semaines de congées payées.
    Les 40-60 qui sont aujourd' hui obsédés par leur retraite et leurs RTT et qui vivent dans la nostalgie entretenue par leurs ainés.
    Reste les jeunes , qui sont les premiers concernés par l' Europe qui se prépare et la constitution.
    Alors il me semble légitime que la plus hautorité de notre Nation aille vers ces jeunes en l' absence d' interférence journalistique , j' ai une très grande estime pour nos journalistes politiques mais je pense que ce débat n' est pas pour eux ,et instaure un échange .
    Pour ce qui est des critiques , seul celui qui ne fait rien n' est jamais critiqué , le Chef de l' Etat ne doit pas débattre avec des Chefs de partis , c'est le job des Chefs de partis de débattre entre-eux avec les aiguilleurs remarquables que sont nos journalistes politiques .
    Amicalement.
    Christophe.
    Christophe Merlen
  • Sylvain Pailleret
    Le 14 Avril 2005 à 11 h 42 min
    Moi-même pouvant me considérer comme jeune, en effet je suis un étudiant en droit de 24 ans, je suis sceptique non pas sur le concept mais sur la forme. Qu'un Président de la République soit interrogé par des jeunes sur un tel sujet (le Traité constitutionnel), je trouve cela audacieux voire même risqué pour autant que ces jeunes soient rééllement représentatifs. Je me méfie toujours des sondages, des panels représentatifs, on connait leurs valeurs. Qui seront ces jeunes? Nul ne le sait vraiment et génère une fois de plus la suspicion sur l'honnêteté politique. N'auraient ils pas été choisis par casting? Le doute subsiste toujours. Espérons qu'au moins cette émission-débat donne les réponses aux nombreuses interrogations soulevées par le Traité constitutionnel et qu'il ne s'agit pas uniquement d'un énième opération de communication mais d'un véritable travail et intérêt pédagogique utile aux destinées de l'Europe.
    Sylvain Pailleret
  • gérard pinston
    Le 14 Avril 2005 à 09 h 53 min
    Les voilà de retour sur la scène ces gaulois (journalistes, politologues, et autres soit disant spécialistes de la politique ) qui réagissent forcément mal à cette nouvelle forme d'intervention du président de la république. Ils auraient tous préférés une autre forme de débat, une de ces formes dont les français ne veulent plus et qui ont fortement contribuées à cette désafection, voir rejet de la politique.

    Arrêtez de débattre sur la forme, et montrez votre intérêt pour l'enjeu qui est beaucoup plus important et jouez enfin votre rôle sans craidre "Messieurs les gaulois " que le ciel ne vous tombe sur la tête.









    gérard pinston
  • annick cousseran
    Le 14 Avril 2005 à 09 h 37 min
    Autre polémique franco-française d'une France sous hypnose d'un climat politique et d'une presse sussurant aux oreilles des français-dépendants tout le risque du changement....J'ai l'image d'une France tel Mowgli hypnotisé par le boa!!Pourquoi..?LE POUVOIR!!
    Qui sortira de la mêlée?Qui réveillera les français?Qui les mettra devant la REALITE?Qui les fera vibrer?Qui leur donnera un sens,une vision pour relever la tête? En,effet,ils se moquent de tous ces avantages "démocratiques"!!Ils ont besoin d'un REVE,d'un BUT!
    annick cousseran
  • Mathieu Pellerin
    Le 14 Avril 2005 à 09 h 11 min
    je partage en tout point votre vision des choses. Il n'y a qu'en France où des choses aussi futiles peuvent créer un débat. Tout d'abord je ne vois pas dans quelle mesure les présentateurs désignés ne seraient pas aptes à interroger le président de la république, mais ce qui se vérifie encore dans cette histoire c'est que dès lors que les français voient leurs petites habitudes bouleversées la crise couve...
    En Grande Bretagne, Tony Blair a été, sur un plateau de télé, confronté à des citoyens mécontents qui n'ont pas machés leur mots et ca n'a pas fait de bruit...c'était "normal".
    De toute manière, si l'émission avait été différente, d'autres critiques tout aussi regrettables seraient apparues. Je commence à avoir honte d'être des francais...ca me fait mal au coeur de dire ca mais c'est le cas.
    Cette "tempete dans un verre d'eau" est malheureusement bien trop fréquente...
    Mathieu Pellerin
  • Philippe Thiébaut
    Le 13 Avril 2005 à 23 h 48 min
    Lamentable Mr Chevenement hier soir devant Mr Barnier (trés precis dans ses explications)qui a essayé de répondre aux questions du débat sur cette constitution .Ce traité a demandé beaucoup d'heures de travail en aval ...ou beaucoup de représentants Europeens des différents pays ont travaillé subtilement pour élaborer ce nouveau cadre pour les années à venir.Ce n'est peut etre pas parfait mais on n'a jamais réalisé une chose pareille ailleurs au monde(25 pays tentent de se trouver un cadre commmun)
    Visiblement les partisans du non souffrent de beaucoup de démagogie avec ces insupportables trémolos dans la voix pour prononcer le mot "peuple" - pour le défendre- Scandaleux!Ca sonne faux s'en est révoltant! Faudrait arreter ça maintenant!
    Philippe Thiébaut
  • Hélène FOURCADE
    Le 13 Avril 2005 à 20 h 15 min
    Vous avez bien raison, Monsieur le Premier Ministre, très cher Alain, d'évoquer une "polémique bien Gauloise".
    Alors que les média jouent les Cassandre à grands coups de sondages prédisant la victoire du "Non", doit-on laisser tous ceux qui se sentent vexés d'avoir été écartés au profit d'animateurs plus "jeunes", plus accessibles au grand public, plus populaires, tenter de couler d'avance le grand débat de Jacques Chirac avec des jeunes gens de tous bords et de tous horizons ?
    Je ne cherchais pas vraiment de réponse à cette question, tant elle est simple. L'évidence s'est imposée à moi pendant un cours de maths, hier matin, lorsque, à la faveur d'un exercice de calcul des pourcentages obtenus par différents candidats imaginaires à une élection parfaitement virtuelle, l'un de mes apprentis s'est soudain inquiété de savoir : "au fait, à quoi faut-il qu'on dise "OUI", ou "NON" ?"
    Je n'aurais jamais cru qu'un garçon de 20 ans, nanti d'une intelligence normale et en passe d'obtenir un diplôme lui permettant, dans un futur poche ou lointain, de devenir artisan, puisse IGNORER ce qu'était une constitution, qu'elle soit Européenne ou tout simplement Française...
    On pourrait s'apesantir longuement sur les carences de l'Education Nationale en matière d'instruction civique, puisqu'il ne garde aucun souvenir d'un quelconque cours qui aurait pu lui être dispensé à ce sujet par le passé.
    Mais là n'est pas la question. S'il existe, dans notre pays, un seul jeune de son âge qui, à la suite du débat programmé pour jeudi soir, saura ENFIN quelle est la question posée, et pourra alors se faire une idée de la réponse à donner, alors oui, bien sûr, il fallait imaginer cette émission, avec la participation des animateurs qui ont été retenus.
    Sans vouloir vexer les habituels interviewers politiques, mes jeunes apprentis comprendront mille fois mieux ce que Messieurs Delarue, Fogiel et autres diront, avec un langage "courant", que les phrases alambiquées que pourraient leur servir des spécialistes qui "les gavent" et les font inévitablement "zapper" dès leur apparition.
    Et tant pis pour tous ceux qui n'ont pas obtenu le droit de mener ce débat. Il était temps que quelqu'un, enfin, pense à exercer un peu l'art de la pédagogie dans un domaine citoyen et politique...
    H. FOURCADE
    Hélène FOURCADE
  • Olivier Lacroix
    Le 13 Avril 2005 à 19 h 54 min
    Bonsoir,

    à dire vrai je ne qualifierait pas cette polémique de "bien gauloise" mais de "bien superficielle", les français n'ont que faire de savoir qu'un tel ou un tel va faire l'interview d'un tel, ces questions futiles ne font débat que chez les journalistes et les politiciens.

    Par contre vis-à-vis de cette rencontre avec les jeunes, si j'ai bien compris, ce vont être des jeunes de "la France d'en haut" qui vont être invités à "discuter" avec monsieur Chirac.

    Sont-ils réellement plus concernés que les autres jeunes ?

    Aurons-nous droit à une question de
    Barnier junior (ou un autre junior) ?

    Si la rencontre se déroule ainsi je dois avouer que je serais vraiment déçu.

    Olivier Lacroix
  • Michel Boullé (33120)
    Le 13 Avril 2005 à 19 h 19 min
    L'essentiel n'est-il pas à ce stade qu'on en parle... pour entretenir le suspense! Sans doute la discussion prendra-t-elle une autre tournure lorsque le texte sera rendu dans les boites aux lettres... Je crois qu'on aurait du le diffuser plus tôt...
    Michel Boullé (33120)
  • Vicnent PINTE
    Le 13 Avril 2005 à 18 h 16 min
    Monsieur le premier Ministre,

    je suis votre Blog quotidiennement. Votre discours est souvent posé et réfléchi, c'est agréable à lire.

    Pour réagir à votre pensée du jour, je voudrais juste dire ceci :

    Je ne suis pas sur que le Président de la République soit à même de répondre à toutes les questions les plus techniques qu'un bon professeur de droit constitutionnel ayant 30 ans de bouteille aurait posé... Alors imaginez la lecture que va en faire un simple citoyen...

    J'aurai aimé pour ma part, avoir deux partisans du oui, hommes politiques, (Hollande et Sarkozy), deux partisans du non (Emmanuelli et Villiers), et puis un public qui posent des questions, même naïve, car ce sont souvent celles du peuple...
    une première partie avec les ténors du oui, contre celles du non, avec pour chacun, quelques juristes qui auraient préparé des réponses intelligibles pour nous, et puis, par la suite, le public s'adressant à nos hommes politiques...
    Mais non, là, on va avoir le droit a des gens selectionnés, aux questions selectionnés, avec des journalistes de talk show...
    La vie quotidienne, l'Avenir de la France est elle un talk show ?
    [accord de diffusion]
    Vicnent PINTE
  • Philippe Engrand
    Le 13 Avril 2005 à 17 h 58 min
    Puisque le titre de votre message est "polémique bien gauloise", j'en profite pour réagir en sortant du cadre du débat sur la constitution et de la prestation de M. Chirac.

    J'ai quasiment toujours voté socialiste, et/mais je suis de plus en plus séduit/convaincu par certaines idées dites "de droite".

    J'ai toujours pensé que les gens de gauche étaient des gens bien, et ceux de droite des pourris. Je pense maintenant que les gens de droite sont plutot responsables, et que les gens de gauche plutot utopistes bien qu'avec un bon fond.

    Pourquoi ce "revirement" ? parce que le 21 avril 2002 a été un choc. Parce que je prend du recul sur la politique, sur les hommes politiques, sur le débat politique, et sur les idées pour ne pas dire sur les idéologies.

    Mon constat est que dans la grande majorité des cas, ce débat n'est fait que de "garbage" : mensonges, idées reçues, procés d'intention, batailles de chiffres, .... et ce de tous bords.

    Et là je reviens sur la "polémique gauloise". Effectivement, je le constate, et je le déplore. Les hommes politiques français s'opposent les uns aux autres, avec une violence, une tradition et une habitude partisanes profondément regrettable car inefficace.
    Alors que, et c'est vraiment dommage, bien souvent ils sont d'accord sur l'essentiel, et ils s'opposent sur des détails, avec la conséquence de bloquer la plupart des réformes dont on a besoin.

    Je regrette que la plupart des forces politiques se déchirent plutot que de construire ensemble un monde meilleur.

    La démocratie, c'est le droit d'expression, c'est à dire, le droit de parler. Je pense que c'est aussi le devoir d'écouter et de comprendre. Et ça, c'est (presque complétement) absent de la scène politique française.
    Philippe Engrand

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux