Blog Notes d'Alain Juppé

Réformes hospitalières

Publié le 01/05/2009 par Alain Juppé

En tant que maire de Bordeaux, je préside le conseil d’administration de notre CHU (centre hospitalo-universitaire). C’est un bel établissement, classé dans les tous premiers de France pour la qualité des soins. Grâce aux crédits des différents plans gouvernementaux, il a pu se doter de nouveaux locaux, à la pointe du progrès technique. C’est aussi, avec ses 10 000 salariés environ, le premier employeur de la région. Il est bien géré et se comptes sont proches de l’équilibre.

J’ai voulu, en interrogeant ses responsables, médicaux et administratifs, tenter de comprendre le malaise qui se développe en ce moment dans l’hôpital public.

Il y a d’abord une sorte d’overdose de réformes. Celles-ci se succèdent à un rythme soutenu. La création des pôles qui regroupent les services, la mise en oeuvre de la nouvelle tarification (T2A: tarification à l’activité)… sont à peine achevées que de nouveaux changements sont annoncés.

Mes interlocuteurs reconnaissent que le dernier projet comporte des aspects très positifs, par exemple le regroupement des établissements en « communautés hospitalières de territoire » ou la transformation des agences régionales de l’hospitalisation, qui remontent à mon plan de 1996, en agences régionales de santé, garantes d’une meilleure synergie entre public et privé. Ce qui fait problème, c’est la gouvernance et plus particulièrement le renforcement des pouvoirs du directeur.

L’idée qu’il faut un « patron » à l’hôpital n’est pas contestable (encore que le terme, dans le milieu hospitalier ait une résonance particulière…) Mais le directeur a évidemment besoin de travailler en accord avec le corps médical représenté par la commission médicale d’établissement (CME). J’ai pu constater à Bordeaux combien l’harmonie entre la direction générale et la CME était essentielle. C’est sans doute sur ce point que des amendements au texte initial du projet de loi gouvernemental seraient bienvenus. Ce ne devrait pas être insurmontable.

Comme souvent, le désaccord se transforme, dans l’esprit de certains, en polémique globale et en contestation radicale. Je ne crois pas, pour ma part, que notre hôpital public soit au bord de la catastrophe. Les quelques expériences que j’ai pu faire à l’étranger m’ont au contraire convaincu que, grâce à la qualité des personnels qui y travaillent, nos hôpitaux comptent parmi les meilleurs du monde, et notre système de santé parmi les plus justes.

Partager cet article

1 commentaires pour « Réformes hospitalières »
  • JL
    Le 02 Mai 2009 à 00 h 20 min
    Le CHU de Bordeaux bénéficie d'une gestion harmonieuse tant mieux. Corps médical et direction ne devraient pas se trouver bouleversés par les modifications de la gouvernance que porte ce projet.

    Il est par contre bien des endroits où des situations de bloquages et d'obstructions (motivées par d'autres considérations que le soucis de l'intérêt général) devraient prendre fin.

    Travailler en accord est préférable c'est sûr, mais, parfois il faut arbitrer ou simplement (ça peut suffire) avoir le pouvoir de le faire.

    Alors je crains un peu que sous les fortes pressions internes et externes, le résultat de "l'enrichissement" sénatorial sur la cohérence d'ensemble du texte ne soit un renoncement. Particulièrement dans le domaine de la gouvernance.
    JL

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux