Blog Notes d'Alain Juppé

Regina

Publié le 30/08/2005 par Alain Juppé

L’Institut d’Administration Publique du Canada m’a invité à ouvrir son colloque annuel qui se tenait, cette année, à Regina, capitale de la Saskatchewan. Thème du colloque: l’administration publique dans un monde sans frontières.

D’abord, prendre l’habitude des distances: Regina est au coeur de la grande prairie canadienne, ce qui veut dire, de Montréal, 6 à 7 heures de vol ( avec escale à Calgary) et 2 heures de décalage horaire.

Le temps est somptueux. Le bleu du ciel est presque entêtant, car l’horizon est vide : des champs de blé à l’infini. Un ami nous conduit dans la campagne: les fermes s’étendent sur des milliers d’hectares, les silos à grains sont nombreux, la conversation roule vite sur l’Europe et le Canada, la Politique Agricole Commune et les négociations commerciales à l’OMC.

Au milieu de la ville, basse et verdoyante, une énorme bâtisse: le Parlement, édifié il y a un siècle, au moment où la province et la ville ont été créées de toutes pièces.
Nous nous initions au fonctionnement des gouvernements provinciaux.

A la MacKenzie Gallery, le musée des Beaux Arts, l’accueil est comme partout chaleureux et attentif.

Dimanche matin, je regarde « Meet the press » à la télé. Plusieurs généraux américains à la retraite débattent de l’Irak.
La controverse est feutrée mais tranchée : il y a le camp des pro Bush et ceux qui considèrent que l’intervention américaine a été une erreur. Question dure du journaliste qui anime le débat: « Aujourd’hui, la majorité du peuple américain désapprouve l’intervention américaine. Peut-on gagner une guerre quand elle n’a pas le soutien de l’opinion publique? » La question reste sans réponse.
L’émission accroît ma perplexité:
– d’un côté les optimistes qui soutiennent que l’intervention américaine apporte plus de sécurité à l’Amérique et la démocratie aux Irakiens; que les élections législatives se sont bien déroulées; que la constitution va être soumise à referendum, et que sur ces bases, les autorités irakiennes vont être en mesure de faire fonctionner leur pays, ce qui permettra, le moment venu, le retrait des troupes américaines.
– d’un autre côté, la violence, le terrorisme qui ne faiblissent pas; et le risque d’un véritable éclatement de l’Irak: les chiites se combattent entre eux (radicaux contre réalistes); les sunnites dénoncent le diktat dont ils se sentent victimes; les kurdes ne renoncent pas à leur rêve d’autonomie, voire de séparation. Bref une poudrière.
De quel côté va basculer l’Histoire? Bien audacieux qui peut le dire.

La séance inaugurale du colloque démarre par une prière, récitée dans sa langue par la représentante d’une Nation autochtone (= amérindienne). Toute la salle se lève et se recueille. On me dit que d’ici peu, les autochtones reprèsenteront 30% de la population totale de la Saskatchewan.
Au titre de ma conférence : « Un monde sans frontières », j’ai ajouté un « ? »
J’essaie de montrer que certes, la mondialisation tend à gommer les frontières et à uniformiser les comportements, mais qu’à l’heure actuelle, on constate un retour de balancier et un fort « besoin de frontières », sous l’effet de trois phénomènes : le terrorisme et la guerre que les démocraties lui livrent; les mouvements migratoires qui conduisent les gouvernements à durcir leurs politiques d’immigration; le retour d’une tendance au protectionnisme économique face à l’émergence de nouveaux géants industriels. Ce retour de balancier n’est pas sans risques: le protectionnisme peut contrarier la croissance; les nécessités de la lutte contre le terrorisme, la répression de l’immigration illégale peuvent grignoter nos libertés individuelles et tracer de nouvelles frontières idéologiques ou politiques entre les peuples.
Au total, on ne peut éviter de répondre à l’attente de nos opinions publiques; annoncer la disparition des Etats-Nations me semble pour le moins prématuré. L’essentiel est de veiller à ce que ces Etats soient des Etas de droit, respectueux des valeurs la démocratie.
Bonne discussion avec la salle.

De retour à Montréal,je pars à Gatineau pour mon premier cours.
30/08/05

Partager cet article

11 commentaires pour « Regina »
  • Isabelle LE CHAFFOTEC
    Le 04 Septebmre 2005 à 11 h 50 min
    Monsieur,
    De retour d'un séjour de 21 jours aux E.U. et excédée par l'actualité politique française, j'ai "zappé" sur CNN,où j'ai découvert malheureusement un bilan catastrophique, suite au passage dévastateur de Kathrina. Les secours semblent trop restreints, et un vaste sentiment d'impuissance nous envahit face à un tel désoeuvrement.
    J'ai donc décidé de parcourir rapidement votre blog sélectionné depuis 3 ou 4 mois par mon époux.
    Je recherchais cette autre conception des événements propre à ceux qui prennent un peu de recul.
    C'est avec plaisir que j'ai retrouvé votre analyse de la situation et vos commentaires.
    Je m'arrêterai cette fois au texte du
    mardi 30 Aout.
    La question irakienne. Elle reste très préoccupante. L'Irak est un véritable bourbier où la superpuissance américaine semble peu à peu s'enferrer.Je comprends le désarroi de ces mères, de plus en plus nombreuses, qui pleurent leurs fils, leurs enfants morts pour un idéal si fugace.
    L'édification d'une démocratie est-elle encore réellement plausible ?
    En dehors du contexte irakien, il est aussi inquiétant de voir s'accroître les attentats contre la population occidentale.Depuis 2001, le fanatisme religieux et l'obscurantisme déployés par les extrémistes islamistes font de nos démocraties des cibles de choix.Des milliers d'innocents périssent régulièrement à la plus grande satisfaction des terroristes.C'est édifiant et révoltant.Aucun terme n'est assez fort pour qualifier cette injustice.
    Pourquoi un tel fléau ne peut être jugulé efficacemenT ?
    Début Aout, je suis allée avec mes enfants sur le site de ground zero.Je suis toujours autant bouleversée par cette image apocalyptique.Dernièrement les attentats de Londres et Charm El Cheik nous ont à nouveau rappelés ces sinistres réalités.

    Afin de ne pas sombrer dans le pessimisme le plus absolu, je vais aborder le 2nd point de votre texte qui a particulièrement attiré mon attention.J'espère ainsi peut-être vous faire sourire.
    Passionnée par les AMERINDIENS, j'ai découvert que la séance inaugurale de votre colloque a été ouverte, selon vos termes, par une "autochtone".Disons
    Native American ou Amérindienne.
    Personnellement, je trouve cela génial pour une cérémonie d'ouverture.
    Je me permets de rappeler que le nom Canada est issu d'un mot amérindien.
    Précisément, un terme laurentien: kanata.
    C'est notre compatriote, Jacques Cartier, qui l'a choisi en 1535, après avoir accosté sur le territoire.
    Quoi de plus logique pour un explorateur que de sélectionner ce terme signifiant campement.
    Internet a ses limites, je ne peux donc joindre l'image du tableau de Théodore Gudin montrant l'accueil chaleureux des Amérindiens à l'arrivée de J. Cartier.
    D'autre part, j'étais très heureuse d'apprendre qu'au Canada, les traditions et les coutumes amérindiennes ont été mieux préservées qu'aux U.S.
    Après avoir parcouru plusieurs fois le grand ouest U.S., dont le parcours de Lewis and Clark; j'ai cherché vainement cet été des souvenirs des populations Cherokee dans les Appalaches, Séminoles et Miccosukee dans les Everglades. Il ne reste rien ou si peu que c'est insignifiant. Le Folk art, très kitsch, s'est substitué à toute preuve d'existence des Natives Americans.
    Fort heureusement, des artistes éclairés du 19ème siècle, dont 2 de nos compatriotes, Chateaubriand (les Natchez),1 Delacroix (exposé au M.E.T.), et plus particulièrement l'américain Georges Catlin ont décrits et peints des toiles de chaque tribu, afin de laisser à la postérité une mémoire de ces populations originelles de tradition orale.
    Des tableaux magnifiques, hauts en couleurs.
    Fin 19eme, début 20eme siècle Edward Curtis a eu la lucidité de silloner l'Amérique pour phographier les différentes tribus. Il existerait environ 20 volumes de souvenirs photographiques.
    Ma très large parenthèse s'arrêtera là.

    Pour conclure, je tiens à préciser qu'unanimement le Canada est réputé magnifique, et Montréal est très jolie.
    Il ne faut surtout pas regretter Paris.
    Je pense pouvoir dire que les Canadiens ont beaucoup de chance de vous compter parmi eux.
    Bordeaux en est la preuve. Votre ville est toujours resplendissante. Elle témoigne de votre efficacité, et de vos grandes compétences.

    Très respectueusement

    Isabelle Le chaffotec
    Isabelle LE CHAFFOTEC
  • David PINO
    Le 03 Septebmre 2005 à 15 h 16 min
    Monsieur le premier ministre, Monsieur Juppé,

    Je visite frequemment votre blog; avec intérêt et curiosité.

    Plutôt enclin à des idées de gauche (mais après tout nous sommes d'abord tous de gauche et ensuite nous fixons nos limites entre le souhaitable et le possible?), je voudrai vous dire que je souhaiterai que vous reveniez en politique.

    J'ai 34 ans et une certaine curiosité politique, assez pour connaître votre travail au ministère des affaires étrangères (il y a quelques années!), votre travail de premier ministre (après tout on vous a reproché votre style pour nier la nécessité du fond de vos réformes), votre travail de Maire et Président de la CUB (je suis né à Bordeaux et y ai mes attaches familiales. [Pour la petite histoire vous avez, il y a quelques années, salué ma maman qui travallait à l'époque dans un petit magasin de chaussure rue Fondaudège: seul, déambulant dans votre ville, en toute simplicité. Elle en parle souvent!]

    Nous (le plus grand nombre je le souhaite et à mon niveau j'y travaille!) savons que vous assumez aujourd'hui ce qui était habitude à l'époque [concernant vos responsabilitées au RPR].
    Intérêt à eliminier un candidat légitime, bouc emissaire??
    Vous avez certainement beaucoup réfléchi à cela.

    Je suis de ceux qui pensent que la politique (lorsque elle s'exerce au plus haut niveau) est affaire de femmes et d'hommes de grande envergure.

    Sachez (en doutez-vous?) que des femmes et des hommes de votre pays ont conscience de la nécessité de vous voir revenir en politique, simplement parce que notre pays a besoin de personnes en capacité d'assumer les plus hautes responsabilités et de tracer des perspectives.

    Aujourd'hui Monsieur Juppé, et en attendant votre retour dans le paysage politique Français, mon choix se porte sur le moins pire.

    Recevez mes respectueuses salutations.
    David PINO
  • P Leclercq
    Le 01 Septebmre 2005 à 23 h 55 min
    Mr le premier ministre
    Cher alain

    C’est un plaisir de continuer a lire votre blog note par delà l’atlantique.

    L’émission meet the press est effectivement riche en arguments et apres l’avoir vue, un certain septicisme concernant une
    issue favorable se dégage de la part des généraux retraites …


    Retired Gen. Wesley Clark donne selon moi la meilleure analyse stratégique :

    On a pas atteint en irak. les gens qui avaient attaque le 11 septembre …
    C’est devenu un camp d’entraînement pour les gens qui veulent atteindre les USA …
    les problèmes du Pakistan n’ont pas étés traites ? il faut réussir la bataille idéologique ! ….

    Retired Gen. Wayne Downing se plaint que les médias concentrent le débat sur le nombre de victimes américaines 1800 … et oublient les but de l’intervention qui sont selon lui la réussite du political process et du développement économique ..
    Mais je trouve ces objectifs bien vagues et peu crédibles …
    Un état islamique peu il être structure suivant des règles de vie politiques de démocratie a l’occidentale ?
    De plus ces buts ne sont pas vraiment mesurables ce qui fragilise son argumentation.

    Il déclare que le D Day de 1945 ne pouvait pas etre juge au nombre de victimes sur une journée et avait des buts stratégiques supérieurs … ( la comparaison selon moi ne tiens pas )


    Retired Gen. Barry McCaffrey ancien du Vietnam rappelle les 1600 cassualties and 200 billions $$ tout ça pour être maintenant dans une (Very difficult position) et même (serious difficult position ) .
    armies don’t fight wars , countries fight war …



    Sen. Joe Biden (D-Del.) semble réclamer 130 000 hommes de plus pour stabiliser la situation qui n’est pas contrôlable avec les 170 000 hommes actuellement déployés …


    Sen. Trent Lott (R-Miss.) lui est partisan de partir quand toutes les écoles seront en train de fonctionner correctement (?? )

    Souhaitons quand même que la région se stabilise a la fin de l’intervention américaine, c’est aussi l’intérêt général de l’Europe.

    L’émission est effectivement intéressant et riche en arguments qui sont rarement développes dans les médias français …

    Amicalement
    P Leclercq
  • Pierre-Yves R
    Le 01 Septebmre 2005 à 22 h 30 min
    Levy-Strauss décrivait dans un petit ouvrage appelé "Race et Histoire" le même phénomène de balancier, appliqué aux différences culturelles : celles-ci s'estompent en s'entremêlant lorsque les "frontières culturelles" sont ouvertes, mais le besoin de se différencier resurgit dès que l'homogénéité devient trop importante : de nouvelles singularités culturelles se reforment, sans reprendre pour autant la trame précédente. Europe, région d'origine, corporation, religion, club sportif : Ces nouvelles "cultures" (ou appartenances identitaires, si l'on veut) ne sont pas dénuées de richesses, mais elles peuvent aussi s'accompagner de peurs et de repli sur soi.
    D'où l'attente de "leaders" qui sachent rassurer les foules et leur forger un destin commun.
    Pierre-Yves R
  • Marguerite Le Goff
    Le 01 Septebmre 2005 à 19 h 21 min
    je viens de lire quelques réactions et je suis étonnée par le message "Quand même!!!". Pourquoi exprimer ainsi tant de haine ? Ce n'est pas parce qu'on ne partage pas ses idées que l'on peut se permettre de l'insulter gravement.Le justice a tranché et laissons cet homme intelligent qui a sûrement fait des erreurs mais a aussi souvent montré du courage, mener sa vie professionnelle et sa vie de famille. N'ayez pas de nostalgie M. Juppé, quand vous reviendrez en France peut-être qu'alors vous en éprouverez en pensant à la longue rue Sainte Catherine à Montréal avec des gens qui, disons -le, sont tout de même bien gentils, moins teigneux que beaucoup de nos concitoyens.
    amitiés.
    Marguerite Le Goff
  • Nicolas Carrier
    Le 01 Septebmre 2005 à 13 h 42 min
    Le commentaire de M. Senelet me paraît bien alarmiste et surtout très peu fidèle à la réalité ! Il y a encore en France et en Europe de belles perspectives pour notre économie et notamment dans l'industrie automobile, les résultats de mon entreprise le prouvent ! Concernant, le marché de l'emploi, 2 mois m'auront suffi pour trouver un emploi dans ma région (Rhône-Alpes) en sortant d'une Ecole de Commerce. L'herbe n'est pas forcément plus verte ailleurs. Il faut cesser de se lamenter en pensant -à tort- que tout est plus facile à l'étranger.
    Il ne tient qu'à nous de bousculer les "archaismes" auxquelles M. Senelet fait allusion !
    Revenez-vite sur la scène politique intérieure, M. Juppé, la France a besoin d'esprits brillants !
    Nicolas Carrier
  • Marcel-Jacques Bernier
    Le 01 Septebmre 2005 à 03 h 20 min
    Voici un poème adressé à nos frères africains concernant les tragédies vécues à Paris lors des incendies.

    Un temps pour se recueillir

    Se mettre dans la peau du père, de la mère, du frère, de la sœur, du fils, de la fille, du
    parent proche et du parent lointain
    Avec, comme seul but, compatir à la douleur de celui qui a été affligé, de celle qui a
    été affligée
    Redresser la tête, se regarder dans les yeux, debout, la main dans la main, une chaîne
    humaine de quelques kilomètres de solidarité pour seul message : jamais plus ça
    Oser quand même croire aux lois sacrées de l’hospitalité
    Se sentir solidaires des Droits de l’homme, de la femme, du citoyen et de la citoyenne
    Y mettre tout son cœur, en ne cherchant pas à faire de la démagogie et de la petite
    politique pour trouver un coupable à ces infâmes conditions de logement…
    Mais laisser la sagesse d’un peuple faire son œuvre

    Marcel-Jacques Bernier
    Marcel-Jacques Bernier
  • Hugues de Fombelle
    Le 31 Aout 2005 à 20 h 05 min
    J'ai par hasard regarde egalement cette emission.

    Remarquons les propos pleins de sagesse du Gen. Clark (anti-Bush):

    - l'imperatif d'inclure tous les pays environnants (Iran, Syrie, ...) dans la solution du probleme Irakien pour ne pas transformer l'Irak en champ de bataille d'interets divergeants.

    - la reconnaissance que la guerre en Irak a occulte les vrais problemes: l'Afghanistan qui n'est toujours pas stabilise (la plupart du pays n'est pas sous controle meme si le regime en place fait des progres), le Pakistan (cf. les attentats de Londres qui ont confirme l'influence de certains centres de formation la-bas), le Wahabism Saoudien (financement, ideologie ...) qui demeure un sujet tabou aux US.

    Notons le commentaire du Gen. McCaffrey (pro-Bush): "armies don't fight wars, countries fight wars" !
    A bon entendeur salut, concernant l'imperatif d'avoir le support populaire pour gagner cette guerre.

    Soulignons les incongruites que certains de ces "experts" peuvent formuler: "la Turquie est un etat Islamique" (Gen. Downing (pro-Bush) pour justifier les references Islamiques du projet constitutionnel Irakien). En entendant ces propos, Ataturk doit se retourner dans sa tombe ... et nous de nous poser bien des questions. La Turquie, membre de l'OTAN, voisine directe de l'Irak, qualifiee d'etat Islamique par un general a la retraite Americain invite comme expert sur NBC ! "Voyons donc" comme disent les Quebecois.

    Hugues de Fombelle
  • francois senelet
    Le 31 Aout 2005 à 18 h 01 min
    Bonjour,
    heureux d'apprendre que les grands espaces ne vous étourdissent pas!
    mon fils a 27 ans, ingenieur recherche et developpement, quitte definitivement la france pour partir à Montreal Canada.
    les raisons sont multiples, et commencent probablement par l'ambiance deletere supportée plusieurs années dans un lycee de montargis,et causée par des élèves d'ailleurs!qui passaient leur temps à projeter leur nevrose sur ceux qui n'etaient pas comme eux, c'est à dire des voyous redoutés bénéficiant de la clémence angélique d'enseignants( et d'autres! )bien pensant!
    bac+7 avec dess 3 cycle + diplome à coventry stages à madrid, budapest, montreal, travail d'un an à barcelone,
    il parle anglais, espagnol, moyennement allemand.
    il est revenu en france en mars 2004, avec l'espoir ( que nous partagions ) de trouver un emploi...que nenni!
    les bons souvenirs canadiens hantaient son esprit!
    il a passé son temps de cabinet de recrutement en cabinet de recrutement, qui soignent plus leurs fichiers humains ( leur carte de visite au niveau d'une industrie bien diaphane...)qu'ils ne permettent aux jeunes de bien démarrer dans la vie!
    tout est marchandise...l'esclavage moderne en quelque sorte!
    faut dire qu'on vit depuis des lustres des archaismes mortels en France!entretenus souvent par ceux qui se disent forces de progrès.
    faut dire qu'on continue à ne pas vouloir aborder efficacement des problèmes qui deviendront s'ils ne le sont pas dejà ,ingèrables!
    La précarité est je crois un mode de fonctionnement , progressivement admis par tous ( les jeunes aiment changer..quelquefois zappent un peu promptement, et les employeurs s'attachent à la notion de mission )les politiques dix métros de retard!!!,
    mais il n'y a pas que celà.
    Le résultat est que beaucoup de jeunes valables quittent l'hexagone ,convaincus ( ils peuvent souvent comparer )qu'ils s'accompliront dans un autre pays que le leur! on les comprend d'autant que l'ambiance dans ce pays n'est pas à plus d'un titre saine.
    Sur ce triste constat, que va devenir la France,qu'en pensez-vous?
    la différence entre le Canada et la France, en terme de précarité, est que vous pouvez changer d'emploi ( pour des raisons variées ) et en retrouver un autre facilement au Canada, ce qui est quasiment impossible chez nous!
    Je ne vous cache pas, et vous avez senti que mon message était quelque peu teinté d'amertume, que j'ai moi-même de plus en plus de mal à me persuader d'un redressement de la situation,comptant sur l'Europe !!
    soyez heureux
    et peut être à bientôt à Montréal
    sinceres salutations













    francois senelet
  • Maurice Bouchet-goodman
    Le 31 Aout 2005 à 17 h 07 min
    Je suis désolé de le dire mais M. Juppé n'est qu'un repris de justice. Oui une fois qu'il aura repris ces droits on pourrait dire qu'il a purgé sa peine...
    Mais bon sang!!! on ne peux pas pardonner les gens qui jouent avec la démocratie qui est une chose pour laquelle beaucoup de personnes sont mortes.
    Bref disparaissez SVP
    Maurice Bouchet-goodman
  • Michel MACHAULT
    Le 31 Aout 2005 à 15 h 31 min
    Bonjour Monsieur Juppé,

    c'est la 1° fois que je lis un blog et par le hasard des propositions d'un moteur de recherche, je prends connaissance du vôtre

    je le trouve passionnant à la fois par le nombre de thèmes abordés et surtout par la façon de le faire ; c'est un peu de vos réflexions personnelles que vous livrez ; finalement c'est un autre regard sur l'actualité, avec, en filigranne, votre vie

    Respectueuses salutations


    Michel MACHAULT

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux