Blog Notes d'Alain Juppé

Rentrée des classes

Publié le 04/09/2005 par Alain Juppé

J’ai envoyé ce petit texte au Journal du dimanche à Paris, qui me demandait de raconter ma rentrée:
« Eh ! bien, c’est fait ! Premier cours à Gatineau (près d’Ottawa, côté Québec) mardi ; premier cours à Montréal mercredi. Chaque fois trois heures, ce qui demande de l’énergie. J’avais le trac, comme toujours quand je dois m’exprimer en public. A Gatineau, le groupe comprend une très forte proportion de fonctionnaires de l’administration fédérale qui souhaitent approfondir leurs connaissances sur les questions internationales. A Montréal, les étudiants qui ne sont pas encore engagés dans la vie active sont en majorité.
Après les présentations d’usage, j’ai plongé dans le vif du sujet : les conséquences de la mondialisation sur le rôle des Etats-Nations.
J’ai prévu d’organiser le semestre en trois périodes : la première consacrée à l’impact de la mondialisation sur les identités nationales.
On y traitera d’abord de la diversité culturelle et de la situation actuelle de la francophonie. Mais aussi des politiques d’immigration et d’intégration, ainsi que des questions de développement et de lutte contre la pauvreté, seule réponse efficace à long terme aux mouvements de population.
Dans la deuxième période , ce sera le rôle de l’Etat, pris en tenailles entre les progrès de la gouvernance mondiale ( politique et commerciale) et l’affirmation des solidarités infranationales (minorités nationales, décentralisation…).
Enfin, deux études de cas, si je puis dire : la Chine, Etat non démocratique engagé dans la mondialisation, et l’Union européenne, tentative originale pour concilier le respect des Etats-Nations et un degré élevé d’intégration de politiques communes. Inutile de dire que, sur ce dernier sujet, nous serons en situation tout au long du semestre et même au-delà.
Bref, il y a du pain sur la planche !
Je travaillerai le plus étroitement possible avec le GERFI, le Groupe d’études, de recherches et de formation internationales qui fonctionne à l’intérieur de l’ENAP.
Et puis, je vais continuer mon blog bien sûr.
Je me suis pris au jeu. Pourtant, je n’étais pas spontanément porté à devenir un accro du Net. J’y suis même allé à reculons. Petit à petit, au fil des semaines, mon « blog-notes » a pris une place croissante dans ma vie quotidienne . Il est devenu une sorte de compagnon des heures tranquilles, au petit matin ou tard le soir. Journal intime ? Pas tout à fait, car la confidence est immédiatement répercutée à des milliers d’internautes. J’y parle néanmoins sans fard, librement. Cela prend du temps. Mais c’est du temps gagné ! Pour l’amitié d’abord et le lien étroit qui se crée avec des correspondants connus ou inconnus , souvent bordelais et fidèles, qui me parlent du travail accompli au fil des dix dernières années, et de ce qui nous attend ensemble.
Et puis, pour la réflexion car le débat est riche. Je lance une idée, j’exprime une opinion et dans la foulée je reçois de nombreuses réactions, souvent très argumentées, d’accord ou pas d’accord. Le public est plus diversifié que celui que je rencontrais dans mes réunions politiques : forte proportion de jeunes, opinions politiques de droite et de gauche. Je vois apparaître de plus en plus de correspondants canadiens. Le blog va donc m’accompagner dans ce voyage au long cours. Surtout cet hiver… »
4/09/2005

Partager cet article

6 commentaires pour « Rentrée des classes »
  • Bruno LE COTTIER
    Le 07 Septebmre 2005 à 14 h 48 min
    Monsieur,
    Aujourd'hui l'Etat français est représenté par les 3 ordres suivants:
    - les énarques
    - les syndicats
    - les fonctionnaires
    Ces différents corps pour préserver leurs privilèges n'hésitent pas à écraser les forces vives de la Nation,par un excès d'impôts,de taxes,de réglementations privant ainsi les français de leur liberté et de leur pouvoir d'achat donc du chômage.
    (A tout fonctionnaire son chômeur dirait Bernard Zimmern.)
    Les français du privé avait une grande confiance en vous en Juin 95 et vous avez laché devant ces privilégiés et nantis par un manque de courage politique en allant même leur proposer de mettre le service public dans la constitution !
    C'est vrai que vous étiez sous les ordres d'un Président( qui ne mérite plus d'être Président) dont la caractéristique est d'avoir la trouille dès qu'il y a une manifestation dans la rue.
    Bon séjour au Québec qui vous permettra peut-être de réfléchir à cette fameuse réforme de l'état que vous n'avez jamais faite. Mais les Canadiens eux ont eu le courage de la faire.
    C'est un Pays que je connais bien pour y avoir été plusieurs fois pour business.
    Quand je pense que vous allez leur enseigner les bienffaits de l'administartion française ! On rêve
    Cordialement
    Bruno LE COTTIER
  • Alain Badonnel
    Le 05 Septebmre 2005 à 23 h 03 min
    Cela fait plusieurs semaines que l'actualité ne cesse de sommer des crashs d'avion, des incendies, des catastrophes naturelles. S'agit-il de coïncidences ou d'une sélection des médias ? Le nombre ne banalise t-il pas le fait ?
    Quoiqu'il en soit, ces séries me laissent froid dans le dos et je ne peux m'empêcher d'avoir une pensée pour toutes ces victimes qui nous ressemblaient beaucoup.
    Alain Badonnel
  • Didier Bévant
    Le 05 Septebmre 2005 à 17 h 37 min
    Monsieur Juppé,

    Bonjour.

    Ne croyez-vous pas qu'il serait grand temps de reparler du Plan en France - non pas comme l'entend M. Balladur, pour qui Plan rime avec privatisations, mais au sens d'une raisonnable programmation globale des investissements publics (c'est le minimum)? Transports, santé, etc. On dirait que le groupe X-Crises se reconstitue, en quelque sorte (?).

    Avez-vous relu récemment le chapitre XII et la conclusion de la "Théorie générale" de Keynes? Indispensable, n'est-ce pas? Le keynésianisme n'a rien à voir avec une infantile apologie des déficits publics.

    Ne souffrez-vous pas lorsque les grandes sociétés françaises utilisent leurs bénéfices pour racheter leurs actions, alors que General Electric, par exemple, investit massivement dans les énergies renouvelables?

    Acessoirement (si j'ose dire!), que lisez-vous de beau en ce moment?

    Très cordialement

    Didier Bévant
    paléo-gaulliste de l'école des services publics
    Didier Bévant
  • Maurice Marouani
    Le 05 Septebmre 2005 à 10 h 32 min
    Monsieur,

    Celà fait quelques messages que je dépose sur votre Blog...

    Si aujourd'hui je me permets de vous contacter, c'est pour vous faire part d'un agacement qui frôle le découragement total.
    A 40 ans, en France, j'ai l'impression d'avoir les pieds dans le béton.

    L'élément déclencheur de ma colère, justement le béton, et plus particulièrement celui du pont d'Aquitaine que j'emprunte chaque jour pour gagner ma vie.

    Celà fait 5 ans que ce pont est en travaux. Les cables ont été changés, le tablier renforcé, les rampes d'accès élargies... aujourd'hui, les travaux du pont sont terminés. Mais le pont est toujours à 2x2 voies. Pourquoi ? Parce que les aménagement des échangeurs de la rocade ne sont pas faits. Si en tant que novice je peux comprendre que les travaux sur les câbles et le tablier ont nécessité d'être réalisés dans un ordre bien précis, ma logique de citoyen a du mal à comprendre pourquoi il n'a pas été possible d'anticiper ou à tout le moins de mener de front les travaux sur les rampes d'accès et les aménagements routiers d'accès au pont...

    J'ai bien compris que les financements et les marchés sont surement responsables d'une bonne partie de l'étalement des travaux mais le résultat est là : Il a fallu 6 ans pour construire le tunnel sous la Manche, 5 ans pour le pont de Normandie, 3 ans pour le viaduc de Millau ... il aura fallu 5 ans (au moins) pour que le pont d'Aquitaine passe, lui, de 2x2 à 2x3 voies.

    Lorsqu'il a fallu aménager le trajet Langon-Toulouse pour le passage du fuselage de l'A380, tout c'est également déroulé en un temps record.

    Mais pendant que l'on inaugure le Viaduc de Millau ou que l'on s'enthousiasme devant l'A380, le pauvre bordelais est LUI toujours forcé de perdre entre 1 à 2 heures de trajets quotidiens pour aller travailler à 13km de chez lui, selon qu'il pleut ou qu'il fait beau, ou bien qu'un tas de ferraille est en panne sur la rampe d'accès du Pont d'Aquitaine (parce que bien entendu on a préféré faire une piste cyclable qui sera emprunté par 4 personnes par jour plutôt qu'un voie d'arrêt d'urgence. Mais je conviens que c'est un autre débat...)

    J'entend parler d'un pont à Bacalan pour accéder à la zone industrielle du Lac, à l'horizon 2010 et d'un grand contournement à l'horizon 2012 ... qui est prêt à prendre date là dessus ?

    Pas moi...
    Maurice Marouani
  • christian pellmont
    Le 04 Septebmre 2005 à 22 h 14 min
    je lis vos mails comme ceux d'un ami parti pour un an enseigner au Canada, çà fait drôle mais c'est chaleureux. Il y a quand-même quelque chose d'étonnant dans le net...
    christian pellmont
  • Grégory Portais
    Le 04 Septebmre 2005 à 19 h 58 min
    Monsieur,
    j'ai lu il y a quelques jours un article sur vous dans le figaro, je vous y ai vu, également.
    L'article du figaro, la photo et le ton de votre blog coincident: vous semblez serein et enclin à la réflexion. D'une certaine façon, tout ceci me fait penser à Marc Aurèle, je l'avoue, mais je ne saurais dire pourquoi.
    Enfin, venons en au principal: votre enseignement, le plaisir et l'appréhension que vous éprouvez. Je trouve touchant que vous fassiez part de ce sentiment que tout enseignant connaît (je suis ATER à Paris II et je ne connais aucun camarade qui n'ait pas connu ce sentiment!!) mais que l'on nous enseigne à ne pas témoigner. N'est-ce pas après tout la simple traduction de notre humilité face à nos "connaissances" en perpétuel mouvement?
    cordialement,
    Grégory Portais

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux