Blog Notes d'Alain Juppé

Retour de Chine

Publié le 13/09/2010 par Alain Juppé

J’ai conduit, la semaine dernière, une délégation d’élus, d’universitaires, d’entrepreneurs et de responsables de la viticulture bordelaise à Pékin, à Wu Han et à Shangaï.

Je n’étais pas revenu en Chine depuis 2007. Je m’attendais au choc dont parlent tous les visiteurs d’un pays en constante transformation, qui est devenu, cette année, la deuxième puissance économique du monde. Je n’ai pas été déçu!

Comment résumer en quelques lignes les impressions que nous laisse un voyage particulièrement riche en contacts de tous ordres?

Les responsables politiques de haut niveau qui nous ont reçus    ( à Pékin, par exemple, le Président de l’Assemblée Nationale que j’avais accueilli à Bordeaux il y a quelques semaines; le ministre des Affaires étrangères; le ministre de l’Environnement)   ont tous souligné la qualité des relations franco-chinoises qui sont revenues au grand beau temps après les turbulences de 2008/2009.

Le plus fascinant, c’est le prodigieux dynamisme qui s’étale partout. La ville de Wu Han, au centre du pays, que j’avais découverte en 1998 à l’occasion de la signature de notre charte de jumelage, est un gigantesque chantier. Lignes de métro, gare TGV, immeubles de bureau ou d’habitation, réhabilitation des lacs, aménagement de nouvelles zones d’activité… on en a le tournis. Le plus spectaculaire, c’est la vitesse d’exécution. Entre la décision de faire une ligne à grande vitesse de 1 000 km et sa mise en service, il s’écoule cinq ou six ans; chez nous il faut le double de temps… pour une distance trois fois plus courte. Et tout à l’avenant! Le parc industriel spécialisé dans les biotechnologies, BIOLAKE, lancé il y a moins de cinq ans, accueille déjà plus de 200 entreprises… etc…

A Shangaï, l’exposition universelle aura sans doute reçu, lorsqu’elle s’achèvera fin octobre, 70 millions de visiteurs. Dans le pavillon de la Chine, qui domine tous les autres, on assiste à la projection, sur grand écran circulaire, d’un film qui retrace en quelques minutes l’histoire des générations qui se sont succédées depuis la révolution de 1949: de l’arrière grand-père paysan au collégien citadin, c’est un prodigieux souffle de fierté et de confiance en soi qui emporte les spectateurs. De nombreux sondages montrent qu’en France, les adultes d’aujourd’hui sont une majorité à penser que leurs enfants auront une vie moins bonne que la leur. Je suis sûr que le doute n’effleure pas la masse des Chinois. « Better city, better life »… le slogan de l’expo éclate sur tous les murs.

Que faire  devant cette montée en puissance de la Chine qui bouleverse tous les équilibres   de la planète?

Faut-il en  avoir peur? Ce serait, à mon sens, une erreur stratégique. Certes, la puissance a sa logique, qui peut nourrir l’esprit de domination. Mais la Chine affirme sa volonté de paix et rappelle que jamais, au long de son histoire bimillénaire, elle n’a agressé quiconque. Pourquoi ne pas lui faire confiance? D’autant qu’elle doit consacrer encore beaucoup d’énergie à régler ses problèmes internes. Les dirigeants chinois font remarquer que leur pays est certes, globalement, la deuxième puissance économique du monde, mais que le revenu par tête de chinois (il faut diviser par un milliard trois cents millions…) reste celui d’un pays en développement. Et les tensions sont fortes dans la société chinoise: déséquilibres géographiques entre les villes côtières et le centre ou l’ouest du pays; inégalités sociales qui se creusent; défis environnementaux multiples (dépendance énergétique, stress hydrique, pollutions des villes…). Sans oublier l’aspiration à plus de liberté et à une meilleure protection sociale qui s’affirme dans une classe moyenne de quelques trois cents millions de personnes. Les responsables chinois sont conscients de l’ampleur de la tâche qui attend le pays; ils en parlent spontanément.

Il faut donc prendre le pari d’un partenariat étroit et confiant avec la Chine. C’est d’ailleurs dans les périodes de confiance que l’affirmation de notre attachement aux doits de l’homme est le mieux acceptée et écoutée.

Nous pouvons  trouver à ce partenariat un intérêt économique évident. La Chine est un gigantesque marché sur lequel nous pouvons exporter. La France a des progrès à faire en ce domaine: sa part de marché est trois fois moindre que celle de l’Allemagne. Nous avons des atouts. Nos grandes entreprises mais aussi nos PME ont une carte à jouer.

On me pardonnera de prendre l’exemple du vin, mais pour l’économie de Bordeaux et de sa région, c’est important. Les Chinois découvrent le plaisir de déguster un bon vin et nos exportations explosent. Le tourisme viti-vinicole voit s’ouvrir devant lui des perspectives considérables. Nos producteurs et nos négociants l’ont compris, qui sont très présents sur le terrain. J’ai été heureux de leur apporter le soutien qu’il souhaitait.

La compétition, ne nous voilons pas la face, sera rude. Dans les secteurs où l’industrie française avait traditionnellement des positions fortes (filière électronucléaire, transports terrestres à grande vitesse, construction aéronautique, construction automobile…) les Chinois sont désormais capables de faire aussi bien que nous. Seule la recherche et l’innovation peuvent nous permettre de conserver un temps d’avance. Il nous faut aussi aller plus loin dans la voie du partenariat avec les entreprises chinoises, y compris sur certains marchés extérieurs comme le marché africain.

Il est un domaine où les autorités chinoises ont décidé de mettre le paquet: c’est celui du développement durable. Elles ont bien compris que, si leur économie continue à croître au rythme de 10% l’an, ce qui est indispensable pour donner des emplois aux centaines de millions de Chinois qui végètent encore en milieu rural, la Chine doit adopter un modèle de développement qui ne soit pas calqué sur celui des pays européens au XIXème et au XXème siècles. Pour la bonne raison que la planète Terre, qui nous est commune, n’y résistera pas. Le gouvernement chinois a donc fixé, dans son plan quinquennal, des objectifs de qualité environnementale très élevés. Je cite, en désordre, quelques-unes des actions entreprises: plan de re-forestation colossal (des millions d’arbres à planter); amélioration de la qualité des eaux et lutte contre les gaspillages; généralisation des vélos et des motocyclettes électriques ( notre stupéfaction dans les rues de Pékin!) . Et surtout politique énergétique tous azimuts: amélioration de l’efficacité énergétique, développement de la filière électro-nucléaire et des équipements hydro-électriques, investissement massif dans l’éolien et le solaire, programmes de recherche pour mettre au point des centrales électriques au charbon de nouvelle génération (technologie du charbon propre, capture et stockage du CO2… )

Ne ratons pas le coche! Dans tous ces domaines des technologies vertes, nous avons des compétences. Il faut foncer!

Une anecdote pour terminer: sur la nouvelle autoroute qui relie le centre de Wu Han et le site de BIOLAKE (20 à 30 km), chaque réverbère d’éclairage public porte un panneau photovoltaïque … et une petite éolienne. Le spectacle m’a fasciné. Je n’ai pas été le seul: le lendemain, je découvrais une photo de cet étrange mobilier urbain… à la une du New York Herald Tribune, qui titrait sur l’engagement de la Chine dans les technologies vertes.

Partager cet article

14 commentaires pour « Retour de Chine »
  • Julien
    Le 26 Septebmre 2010 à 17 h 52 min
    Partageant ma vie entre la Chine et la France, j'ai eu la chance d'être éduqué en Chine et en France, puis être basé en Chine pendant plus de 10 ans, avant de voyager régulièrement entre Pékin et Bordeaux.
    Cette opportunité me permet d'observer les évolutions différentes et très contrastées des deux vieux continents.
    Monsieur, je partage votre analyse sur une des raisons essentielles de la croissance chinoise. L'optimisme omniprésent dans ce pays, malgré tous les problèmes et tous les challenges que l'on peut rencontrer, constitue une confiance de l'avenir qui conduit ce peuple à avancer.
    Par ailleurs, comme vous l'envisagez, un des relais de croissance de demain restera-t-il bien dans les secteurs de l'énergie nouvelles ? Pour moi, cela est une réalité inévitable pour les Chinois comme pour les Américains. Cela nécessitera une collaboration, et non une confrontation internationale. En tout cas, pour les Chinois la réponse vraisemblablement est un oui, car le prix d'une confrontation est bien plus élevé que celui d'une collaboration.
    La construction des centrales de charbon en Chine est issue d'une déficience énergétique chronique d'une part, et le résultat d'une économie de planification quinquennale d'autre part. Si nous constatons la croissance rapide de la part de l'énergie renouvelable dans l'ensemble de l'économie chinoise, on comprendra la volonté et les efforts engagés dans ce domaine. D'ailleurs les acteurs français sont assez dynamiques dans ce domaine en Chine, mais doivent faire face à une concurrence toujours plus virulente.
    Julien
  • Loïc Harriet
    Le 23 Septebmre 2010 à 15 h 15 min
    Les perspectives de développement sont immenses et profitables à tous. A la Chine d'abord, en matière de développement, à la France ensuite en termes d'opportunités.
    Peur des chinois? Aucune crainte, des partenariats institutionnels, diplomatiques, industriels ou économiques seraient le cadre adéquat pour une croissance partagée.
    Un regret: la sous-médiatisation, en France, de l'exposition universelle et l'absence d'offre économique concernant des voyages organisés pour les jeunes étudiants (dont je fais parti...).
    Merci pour cet article !
    Loïc Harriet
  • Aurélien
    Le 23 Septebmre 2010 à 12 h 08 min
    Merci... maintenant j'ai du boulot avec les importateurs chinois qui me font filmer notre patrimoine viticole... sympa :)
    Aurélien
    Aurélien
  • viv
    Le 22 Septebmre 2010 à 23 h 55 min
    dommage vous ne parlez pas du peuple tibétain, ou vous perdez la mémoire ou l'argent n'a vraiment pas d'odeur
    viv
  • edouard selit
    Le 22 Septebmre 2010 à 12 h 41 min
    Juppé, faire galoper des filles nue avec leurs clitoris de 3 metres pour leur faire défonçer des gens dans la rue en 2002 et leur voler de l'argent et les faire descendre dans les petites écoles pour défonçer les enfants, ce sera a nouveau ton prochain programme pour les présidentielles de 2012 comme en 2002 avec chirac , heureusement il y a l'antidote, lepen!!!va t'en espèce de vampire !!! décidement avec la droite tout devient possible.....
    edouard selit
  • Eco-raisonnable ?
    Le 21 Septebmre 2010 à 23 h 34 min
    Oui, vous exagérez...
    Ce soir à la CCI vous avez présenté un tableau presque idyllique de la Chine du Développement durable championne du photovoltaïque et bientôt de l'éolien, en disant que vous exagérez un peu et tout en rappelant plus tard les fondamentaux (à bon entendeur, salut !) énergétiques chinois : l'électricité provient 70 % de charbon, en croissance de 10% par an.

    Lorsqu'on connait le sujet, on peut lire entre les lignes, mais décrire la Chine, devenue premier émetteur mondial de CO2, comme champion du développement durable, c'est délivrer un message erroné et ne pas tenir compte des ordres de grandeur.

    1400 centrales à charbon en fonctionnement, 1 à 2 centrales qui ouvrent par semaine ! Face à ces centrales, toujours plus nombreuses, qui accompagnent la croissance chinoise, la production éolienne et photovoltaïque tient dans l'épaisseur du trait (comme partout ailleurs, puisqu'on parle toujours de puissance installée et jamais de consommation de cette forme d'énergie). On peut aussi s'interroger sur le caractère "durable" du barrage des Trois Gorges avec ses millions de personnes déplacées et le dégagement de méthane des plantes des vallées noyées.

    La Chine est peut-être en train de devenir le champion des énergies renouvelables, en tout cas, elle est en train d'installer sa vitrine pour pouvoir nous les vendre à nous, "vierges effarouchées" qui ne voulons pas de l'éolien parce qu'il est intermittent, donc peu utilisable et couteux.
    Les 20 Mrd d'euros planifiés pour l'éolien off-shore, les milliards que coûtera le photovoltaïque, payés par le contribuable, serviront à acheter des machines et panneaux chinois et non à installer des réseaux de chaleur, des EPR ou à réhabiliter des logements pour éviter aux Français la précarité énergétique...
    Dommage en ces temps de crise où l'on cherche de l'argent partout. Mais il faut faire de la croissance verte à tout prix et à n'importe quel prix.
    Eco-raisonnable ?
  • thierry
    Le 21 Septebmre 2010 à 12 h 55 min
    M. Juppé

    Bravo pour l'article, ayant été allé en Chine tout récemment j'ai eu les mêmes ressentis.
    Au sujet des lampadaires acec des panneaux photovoltaîques et des éoliennes, nous avons de semblables en France et de plus fabriquées par Nexster pour la marque Windella.

    Cordialement
    thierry
  • Missan
    Le 19 Septebmre 2010 à 22 h 10 min
    Merci pour cette analyse objective et sereine de l'économie d'un pays qui peut faire peur quand on ne le connaît pas et qu'on se laisse impressionner par la vitesse de son développement. C'est rassurant en cette période où on peut être tenté de douter de la politique française, de s'inquiéter de la volonté d'hégémonie des pays arabes, de désespérer du progrès des pays d'Afrique. Il est des jours où l'envie de couper radio et télévision est forte...
    Missan
  • Mikael
    Le 17 Septebmre 2010 à 11 h 34 min
    Mr. Juppé,

    Merci pour cet excellent article sur la Chine, réaliste et non cliché. Je vis moi même en Chine (Canton) depuis presque 2 ans et je pense que vous ne faites pas les erreurs ici des personnes qui ne connaissent pas la Chine et se permettent de critiquer. Je vous invite la prochaine fois a venir dans le sud à Canton et surtout Shenzhen.

    Bonne continuation,

    Mikael
    Mikael
  • Michel Castan
    Le 16 Septebmre 2010 à 16 h 10 min
    Belle synthèse d'un voyage mémorable.
    Longtemps considérée comme l'atelier du monde, la Chine est désormais l'un de ses laboratoires : zones de développement de haute technologie, centres R&D, start-up s'y déploient. L'affirmation de la puissance de la Chine repose désormais sur son rapport au futur, avec une multiplicité de grands projets à rentabilité non immédiate. L'innovation chinoise n'est pas seulement technologique, elle réside dans ses capacités stratégiques et managériales (conception et mise en oeuvre concrète d'une vision à long terme).
    Les entreprises françaises qui réussissent en Chine sont celles qui nouent des partenariats industriels équilibrés fondés sur le partage d'expérience et une approche intelligente des transferts de technologie.
    Une déception à Shanghai : le pavillon France, certes romantique, mais tourné vers le passé et dépourvu de messages en direction des générations chinoises futures, au coeur de la capitale mondiale de l'optimisme.
    Better city, better life ?
    Michel Castan
  • vianney
    Le 16 Septebmre 2010 à 08 h 39 min
    Bonjour monsieur Juppé,

    Merci de nous faire partager vos impressions de voyage en Chine, qui nous permettent de nous éloigner un peu du spectacle affligeant de la vie politique Française, de voir le monde avec un peu de hauteur et de réaliser combien il est important de prendre la mesure de sa diversité et de s'adapter à sa rapide transformation.
    Bien cordialement.
    Vianney Roger.
    vianney
  • Philippe
    Le 15 Septebmre 2010 à 15 h 21 min
    Bonjour mr Juppé

    concernant le vin, il faudrait que se développe le vino-tourisme dans votre belle région. La découverte de domaines vinicoles . cela peut constituer une forme nouvelle et enrichissante de découvrir un patrimoine riche et varié. Et les Chinois sont un public á conquérir. A propos d'énergie proprem, j'ai découvert un projet chinois pour la Capitale Beijing, engorgée par le trafic routier.: un immense tramway surélevée, alimenté aux extrémités des grands axes et surplombant les-dits axes routiers. Ainsi la voie routière n'est pas plus embouteillée et 5000 usagers, à une fréquence réguliére se déplacent sans difficultés, sans ajouter à la circulation. Mais ce procédé ne pourra être développé que dans les grandes agglomérations, suceptibles d'accueillir des tels équipements. Mais c' est une idée intéressante à approfondir. Qu'en pensez-vous ?
    Philippe
  • fred
    Le 15 Septebmre 2010 à 11 h 28 min
    Bon, on commence à comprendre que la droite a décidé de bazarder son héritage humaniste...mais entre la droite qui court après le FN, et celle qui ne pense qu'au commerce, je pensais que Monsieur Juppé aurait incarné une droite qui nous parle aussi des droits de l'Homme ...
    Dommage et inquiètant
    fred
  • 34130sinonrien
    Le 15 Septebmre 2010 à 10 h 00 min
    La Chine, c'est super. D'accord. Maintenant, il faut s'occuper de l'Hexagone.
    34130sinonrien

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux