Blog Notes d'Alain Juppé

Solidarité ?

Publié le 31/03/2005 par Alain Juppé

Voici que la querelle sur le jour férié à supprimer rebondit.
Je lis que le gouvernement a fait le mauvais choix. Que le lundi de Pentecôte, ce n’est pas une bonne idée; que le 8 mai aurait été beaucoup mieux etc…
Ce débat me semble le type même du faux débat.
Il est clair qu’aucune date ne fera l’unanimité!
On se souvient que Giscard avait voulu supprimer le 8 mai et qu’il avait provoqué un tollé.
Je croyais, dans ma naïveté, qu’il y avait assez de jours fériés en mai pour que le lundi de Pentecôte qui n’est pas une fête religieuse (le dimanche oui, le lundi non) soit accepté.
La vraie question est de savoir si nous sommes réellement prêts à travailler un jour de plus pour contribuer au financement des dépenses de prise en charge des personnes âgées dépendantes ?
Sur le principe, sans doute. Mais quand il faut passer à l’acte…
31/03/05

Partager cet article

45 commentaires pour « Solidarité ? »
  • Gaël Péan
    Le 10 Mai 2005 à 00 h 40 min
    Monsieur,

    Je suis tout à fait prêt à travailler un jour de plus par solidarité avec les personnes âgées dépendantes.
    Fonctionnaire de l'Education Nationale je travaillerai le 16 mai dans le respect de la légalité républicaine, opposé à tout appel à la grève, mais sans me faire d'illusions sur l'efficacité de cette journée. Si beaucoup des arguments invoqués contre cette journée de solidarité sont non fondés, il faut bien reconnaître que d'autres semblent être dignes d'intérêt. Notamment ceux relatifs à l'aspect économique ainsi qu'à l'inéquité de cette mesure. Pour s'en faire une idée allez voir http://www.lesamisdulundi.com/

    Dans l'attente de lire vos réflexions à ce sujet.

    Sincèrement.
    Gaël Péan
  • Denis Belot
    Le 01 Mai 2005 à 17 h 39 min
    Pourquoi pas le lundi de Pentecôte ou le jour de Noël ?
    Il y a peut-être trop de jours fériés. Les jours fériés sont surtout calqués sur le calendrier chrétien. C'est sans doute regrettable.
    Il faut peut-être supprimer des jours fériés.
    Il est sans doute nécessaire d'augmenter les ressources pour les personnes dépendantes...
    Il existe de nombreuses formes d'impôts pour cela.

    Mais vouloir associer les deux démarches (ressources pour les personnes dépendantes et suppression de jours fériés) a quelque chose d'infantilisant.
    C'est un peu comme supprimer les bonbons d'un enfant afin de le sensibiliser aux économies nécessaires pour nourrir les petits africains...!
    La principale erreur est d'avoir voulu associer les deux démarches.
    Les citoyens ne sont pas des enfants.
    L'impression qui en ressort est une sorte de paternalisme qui n'est pas dans le rôle du gouvernement (Pétain n'est plus d'actualité)

    Je ne pense que quelqu'un comme De Gaulle n'aurait pas commis une telle erreur.
    Denis Belot
  • jacques deisting
    Le 25 Avril 2005 à 16 h 56 min
    Je suis pas contre la solidarité envers les personnes les personnes les plus fragiles de notre société et vous savez quand on a travaillé près de 40 ans on n'est plus à,un jour prés...; mais ce que je ne comprends pas c'est pourquoi seuls les salariés seraient solidaires et pas les agriculteurs, les professions libérales, les artistes, les footballeurs..etc.

    En matière de solidarité j'ai écouté avec plaisir le Directeur D'Emmaüs France qui propose afin d'inciter les Rmistes à accepter un travail de maintenir pendant quelques temps les compléments sociaux.
    Ainsi un ouvrier qui accepterait un travail payé au SMIG pourrait garder pendant quelques temps son RMI qui diminuerait au fur et à mesure que sa situation s’améliorerait.
    Ayant travaillé pendant quelques années dans un département d’outre mer ou sévissait un chômage de plus de 30% je me souviens de cet ouvrier du bâtiment au chômage qui touchait le RMI et à qui on proposait du travail sur un chantier à la ville.
    Se lever de bonne heurs, prendre le bus manger à la gamelle, pour travailler en plein soleil toute la journée pour le SMIG ou toucher le RMI et rester bien tranquille « la case » ? Les calculs étaient vite faits et ainsi le chantier manquait de main d’œuvre , tandis que le chômage continuait.
    Bien entendu cette proposition doit être mise en place avec intelligence afin que ceux qui travaillent au SMIG ne se découragent pas.
    Bien qu’ étant un très ancien militant de gauche je dois reconnaître que l’idée du RMI était très généreuse mais sa mise en place à créée des abus difficiles à corriger.
    Ceci étant entre un Président qui dit « contre le chômage on a tout essayé ».
    Un président qui dit « je ne vous comprends pas » il y a sûrement de la place pour ceux qui comme le directeur d’Emmaüs cherchent des solutions sans passion, sans idéologie, sans polémique.
    Cordialement.
    jacques deisting
  • pignot louis
    Le 23 Avril 2005 à 05 h 04 min
    le hic,c'est que la communication a été nulle.lorsque j'ai été désigné comme porte-parole dans 2 opérations africaines délicates (1995 et 1997),on m'a dit:parlez comme si vous vous adressiez à un vieux paysan de la Creuse!

    franchement,est ce que chaque français comprend qu'on peut aider les vieux en travaillant une journée de plus?

    moi-même,je croyais qu'on allait m'enlever une journée de solde en mai!!

    pignot louis
  • Jacques deisting
    Le 21 Avril 2005 à 11 h 27 min
    Pourquoi les agriculteurs, les commerçants, les artisans, les professions libérales, les parlementaires.. et j'en oublie sûrement; ne sont pas concernés par la journée de solidarité?
    La solidarité ne concerne dons ques les salariés ?
    Jacques deisting
  • Arthur Melkior
    Le 13 Avril 2005 à 15 h 05 min
    "La vraie question est de savoir si nous sommes réellement prêts à travailler un jour de plus pour contribuer au financement des dépenses de prise en charge des personnes âgées dépendantes ? "
    Il est clair que NON je ne suis pas prêt et je trouve que la question ne se pose pas ainsi. La vrai question ne serait-elle pas :"Comment ce fait-il que des personnes ayant elles même travailler pendant de nombreuses années posent un problème de prise en charge ?"
    Arthur Melkior
  • Antony VILLEGER
    Le 11 Avril 2005 à 13 h 16 min
    Monsieur Juppé,

    Tout d'abord merci pour ce merveilleux blog.
    Ces dernieres jours 1 idée a émergée pour relancer facilement l'emploi en france : pourquoi n'est il pas possible d'appliquer à la france métropolitaine ce qu'il se fait en outre-mer, c'est à dire l'éxonération générale jusqu'à 1,3 Smic. Actuellement, les entreprises jusqu'à 10 salariés inclus sont exonérées de toutes les cotisations patronales sur les rémunérations atteignant 1,3 SMIC maximum. Cette mesure est maintenue. Plus encore : au-delà de 10 salariés, les entreprises conserveront le bénéfice de l'exonération pour les 10 premiers salariés.
    Plus concretement, je suis actionnaire d'une société d'import/export et depuis 5 ans notre croissance est exponentielle, cependant l'emploi s'avère trop couteux. Nous générons 1,3 Millions d'Euros de chiffre d'affaires et nous ne sommes "que" 5 Salariés dont 1 apprenti. Aujourd'hui si une loi comme celle-ci parvenait à étre votée, nous serions 10 !
    Antony VILLEGER - 25 ans
    Antony VILLEGER
  • JOHAN AYRES
    Le 10 Avril 2005 à 13 h 00 min
    La vraie question qui se pose est : comment faire pour financer la prise en charge des personnes âgées ? Compte tenu du vieillissement de la population, les besoins de financement ne vont faire que s'accroître ces prochaines années. Il faut donc bien trouver des moyens quelque part ! Il faut donc bien faire comprendre aux Français que si l'on veut conserver un haut niveau de protection sociale, cela impose quelques sacrifices. Or la France est déjà le pays d'Europe, avec la Suède et le Danemark, où le taux de prélèvements obligatoires est le plus élevé ! Je ne crois pas qu'il soit souhaitable d'augmenter encore les impôts. La solution me semble donc passer par travailler davantage et également réformer l'Etat pour dégager des moyens supplémentaires. Et forcément, tout cela impose de bousculer quelques acquis, et tous les Français ne sont sans doute pas prêts... La réforme oui, mais pour les autres, c'est bien connu...
    Ceci dit, le fait d'avoir choisi le lundi de Pentecôte me semble plutôt maladroit de la part du gouvernement Raffarin. Les Français ont l'habitude de partir en week-end au mois de mai, il y a de nombreux festivals le week-end de Pentecôte, en plus cette année, le 1er et le 8 mai tombent un dimanche, il était évident que le fait de supprimer le lundi de Pentecôte susciterait une hostilité importante. Il eût certainement été plus judicieux de supprimer un jour de RTT pour tout le monde, ou alors de supprimer le 11 novembre. Bien sûr, cela aurait également généré des oppositions, mais moins, me semble-t-il. De plus, on aurait pu justifier la suppression du 11 novembre férié par la construction européenne, ou quelque chose de ce genre...
    JOHAN AYRES
  • Coralie Espra
    Le 10 Avril 2005 à 11 h 10 min
    Complètement d'accord avec Boris Paris.
    C'est encore une mesure "rustine", marketing, court terme et sans aucun sens.
    Que cherchez-vous ? De la solidarité citoyenne ? Pensez-vous faire émerger ce sentiment chez les français par une mesure dans le cadre du travail ? La preception première est de donner un jour de plus à l'employeur.
    Et le problème de fond d'un mauvais pilotage d'ensemble de la redistribution de l'argent public, voire des choix faits de l'assistance publique, quand vous y attelez-vous ? Que les hommes au pouvoir commencent donc par gérer au plus intelligent l'immense masse d'argent que l'Etat collecte, et ce, au service d'une vrai politique consciente et psychologiquement pertinente d'aide aux citoyen et de gestion de la société. On verra ensuite s'il en manque vraiment.
    Coralie Espra
  • Michel Puech
    Le 08 Avril 2005 à 10 h 44 min
    "La vraie question est de savoir si nous sommes réellement prêts à travailler un jour de plus pour contribuer au financement des dépenses de prise en charge des personnes âgées dépendantes ? " dites vous.

    Je répond clairemens : NON !

    Je trouve absolument scandaleux que l'on procède ainsi pour financer des mesures (interessantes) en faveur des personnes agées et les handicapés, car cela s'apparente plus à la charité qu'a la solidarité.

    Faire bosser les gens un jour de plus pour les "vieux" et les "malfoutus" (j'en suis un), c'est faire peser un poid de plus sur leurs épaules. C'est les marginaliser un peu plus.

    La république s'honore quand elle ne fait pas de distingo entre ses citoyens.

    Je pense que ce jour là, beaucoup d'handicapés resteront chez eux pour ne pas croiser le regard de ceux qui vont aller bosser "pour rien" ce jour là !
    Michel Puech
  • Michel Simon
    Le 05 Avril 2005 à 08 h 18 min
    Que penser des syndicats qui prônent une grève le lundi de pentecôte prochain pour exprimer le désaccord de leurs adhérents sur la loi votée au parlement? Alors tous égaux devant la loi ou bien certains seraient-ils "plus égaux que d'autres?
    Michel Simon
  • Eliane GUILLEMINOT
    Le 05 Avril 2005 à 01 h 20 min
    Mais c'est bien là le problème des Français et par là même celui de la France. Réformer, oui, mais surtout ne changeons rien, en tout cas ne touchez pas à mes acquis, qu'ils soient sociaux ou d'autre nature.
    S'occuper des personnes âgées ? Bien sûr, mais je n'ai pas le temps, j'ai autre chose à faire, j'avais prévu de partir en vacances...
    Mais qu'est-ce qui ne va pas chez les Français (dont je suis, mais je ne me reconnais pas dans ceux qui râlent à longueur de temps) ?
    Parfois j'ai l'impression que tout le monde a perdu le sens commun. J'étais adhérente du RPR à l'époque où j'habitais Paris. Arrivée, dans l'Indre j'ai voulu poursuivre. Mais après avoir assisté à une réunion, je me suis demandée dans quelle galère j'étais tombée. Je me suis crue au FN...
    La politique m'a toujours intéressée, mais j'avoue qu'aujourd'hui je ne me retrouve dans aucun parti. Et je me dis qu'il faut avoir une certaine constance (ou une constance certaine) pour vouloir encore oeuvrer pour la France et je vous tire mon chapeau si je puis me permettre cette familiarité ! Surtout après tout ce que vous avez subi.
    A une certaine époque cela m'aurait plu d'entrer en politique et je me serais bien vue députée. Mais aujourd'hui je me dis que j'ai bien fait de n'en rien faire.
    Bon ! Je me rends compte que je suis hors sujet maintenant, sans doute parce que j'ai l'impression que plus rien ne va sous le beau ciel de France.
    C'était mon coup de gueule !
    Eliane GUILLEMINOT
  • Michelle Mollier
    Le 04 Avril 2005 à 15 h 21 min
    Bonjour, je partage votre avis. j'ajoute que si la santé coûte de plus en plus cher, c'est me semble-t-il parce que nous sommes de mieux en mieux soignés, que nous vivons plus longtemps (Dieu merci) et que si tout n'a pas un prix, tout a un coût : le temps passé chez le médecin, à l'hôpital, les soins, l'achat des appareils, leur entretien, la formation du personnel...Les Français veulent tout, mais combien se sentent concernés quand il faut soi-même donner de son temps, de son argent pour le bien commun ? Ce corporatisme national me désespère.
    Michelle Mollier
  • jean Bon
    Le 04 Avril 2005 à 15 h 18 min
    Personnellement je me moque de travailler un jour de plus ou de moins car je travaille depuis 40 ans.
    Ce qui géne je crois les gens c'est qu'ils ne sont pas certains que l'argent s'il y en a.. (on est mal partis) sera destiné aux personnes agés.
    Il se demandent pourquoi on prend une fois de plus l'argent du travail et rien sur le capital.
    Il se demandent si pour une autre cause on ne prendra pas un autre jour; puis un autre.
    Bref ce qu'il manque une fois de plus c'est la confiance.
    jean Bon
  • PIERRE BURON
    Le 03 Avril 2005 à 19 h 53 min
    Bon, Monsieur juppé, je vois que ma (double) réflexion bien explicitée sur l'opportunité de faire le choix du 8 mai n'a pas votre adhésion et bien tant pis c'était pour rendre service au gouvernement en place qui ne s'en sortira pas de cette galère, mais au fond de moi-même je suis content que personne ne trouve LA solution, car en fin de compte il était si simple de laisser la taxe différentielle ou vignette automobile en place alimenter les caisses pour les personnes agées, ce qui était prévu à l'origine mais qui a été scandaleusement très vite détourné à d'autres fins. Bizarrement, tout le monde est devenu amnésique et personne n'évoque cette opportunité de faire taire tous les griefs liés à cette journée car finalement les automobilistes n'ont pas encore perdu depuis très longtemps le réflexe d' aller en novembre chercher
    cette vignette. Quel gachis d' avoir arrêté cette taxe si peu de temps avant qu'il ne devienne indispensable de l' affecter à ce pourquoi elle avait été crée. Encore un fiasco de plus qui coûte cher avec tous les services de l' état que ça mobilise pour légiférer et faire appliquer ...à méditer pour les jeunes qui se lancent dans une carrière politique. Avec mes sentiments les meilleurs.
    PIERRE BURON
  • jacques Deliot
    Le 02 Avril 2005 à 23 h 13 min
    Que rapportera ce jour férié travaillé ? Peu ...Pourquoi ne pas utiliser les 6 milliard d'euros lancés pour Paris 2012 pour nos petits vieux...
    Aura-t-il une vocation sociale (ou sociétale pour faire parisien) en rendant aux personnes agées la place qui devrait être la leur ...? Non !

    Alors un coup de marketing politique supplémentaire, oui ...Pourquoi les députés n'offriraient-ils pas la seconde année bonus pour chaque année cotisée en vue de leur retraite ?
    jacques Deliot
  • sylvie bernasconi
    Le 02 Avril 2005 à 17 h 20 min
    bonjour Mr Juppe
    je ne suis pas contre la solidarité envers les personnes agées, bien au contraire, mais n'y a t'il une autre solution plutôt que d'imposer une pression supplémentaire sur les salariés, pourquoi faut-il que ce soit toujours les mêmes qui doivent faire des efforts, je pense qu'il ya beaucoup d'économies à faire au niveau de l'état, je ne suis pas contre que les hommes politiques aient certains privilèges, mais je trouve qu'il y a un peu d'abus dans ce domaine.
    sylvie bernasconi
  • Luc comeau-montasse
    Le 02 Avril 2005 à 12 h 31 min
    Cette mesure est une mesure de coin de table.
    Bien pensée, mais dans un monde sans frottement.

    Il faut tout simplement reconnaître que c'est une mauvaise mesure.

    Oui pour aider les vieux (pas de détour de vocabulaire)
    mais faisons le sérieusement et pas de façon précipitée avec des erreurs de conceptions indignes d'un tel projet.

    Les mathématiques
    Elèvent l’esprit

    Nul ne le contestera
    Ou
    Ne l’osera

    L’habitude a consacré
    Et gravé dans le métal
    Même leur froideur
    Pourtant il faut le reconnaître
    On vit ailleurs aussi.
    Riche de contour
    Tout ce qui est formel
    Est pauvre de substance
    Rappelons donc
    Auprès de nous, la joie
    Luc comeau-montasse
  • ERIC MOLLES-WINS
    Le 02 Avril 2005 à 10 h 45 min
    bonjour,
    je suis responsable de personnel dans une usine de 1350 salariés et dois mettre en oeuvre cette journée de solidarité.
    Bien sùr les syndicats sont contre parce qu'ils considèrent que c'est un cadeau pour le patronat sans contre parties pour les salariés. Je leur explique que l'entreprise cotise depuis mi 2004 à hauteur de 0.3% supplémentaires sur la masse salariale et qu'elle contribue elle aussi.
    Il y a quand même une difficulté d'application : pour la majorité de nos salariés qui travaillent en équipes successives et donc les WE et jours fériés, comment appliquer la journée de solidarité le lundi de pentecôte ?
    Ce jour là les ouvriers en équipe travaillent déjà et ceux qui ne travaillent pas ne peuvent pas revenir car leurs postes sont occupés !
    Nous allons donc devoir reprogrammer pour chaque ouvrier une journée de travail supplémentaire sur un jour de repos personnel, ce qui fait autant de cas différents qu'il y a d'ouvriers...
    Ce n'est pas une mince affaire !
    Enfin, de façon plus large, ce qui nous manque pour faire passer cette idée, c'est de voir la traduction concrête des actions de solidarité qui seront prises par le gouvernement grâce à cette mesure...
    ERIC MOLLES-WINS
  • Robert Cabane
    Le 02 Avril 2005 à 08 h 25 min
    Intéressante remarque. Mais laissons de côté cette question des jours fériés-chômés-non travaillés etc. En premier lieu Giscard s'y était mal pris, ayant voulu traiter les choses d'en haut sans s'assurer qu'il était suivi. En second lieu, il nous faut peut-être accomplir des actes pouvant être jugés positifs et pas seulement soustractifs.

    Pratiquement, il serait tout à fait envisageable de remplacer le 8 mai par le 9 mai: fête de l'Europe, fête de la paix retrouvée, fête des peuples. Ce geste serait tout à fait apprécié par nos voisins allemends. Nous sommes le seul pays d'Europe qui commémore autant ses événements guerriers. Quant à la commémoration des victimes des deux guerres mondiales, elle peut très bien s'accomplir le 11 novembre et au cours de la Journée nationale du souvenir de la déportation.

    Voila un geste courageux qui honorerait le responsable politique ayant l'audace de s'y mettre.
    Robert Cabane
  • Boris Paris
    Le 02 Avril 2005 à 01 h 18 min
    "travailler un jour de plus pour contribuer au financement des dépenses de prise en charge des personnes âgées dépendantes".
    En effet il faut assurer la prise en charge des personnes agées dépendantes. Travailler un jour de plus par an tout le monde en est capable. Mais le gouvernement nous présente les choses de la maniére suivante: pour aider les personnes agées vous allez travailler durant un jour férié, en pensant que la cause est tellement logique qu'elle ne sera pas trop discuté. Mais le gouvernement a un role de redistribution des richesses, et l'argent pour l'aide aux personnes agés il aurait pu le prendre sur les impots sur le revenu, sur les taxes salariales...
    Bien sur dans notre société axé sur les services sociaux, chacun doit participer mais dans quel mesure?

    Chaque gouvernement grignotte des fonds à doite et à gauche mais finalement n'apporte pas de solutions à long terme et viables qui donnent confiance aux travailleurs, citoyens et électeurs
    Boris Paris
  • Philippe Engrand
    Le 01 Avril 2005 à 17 h 43 min
    Bonjour,
    Je pense que l'on est tous (ou presque) d'accord pour être solidaire avec les personnes agées.
    La difficulté est la méthode choisie. Elle est inhabituelle (travailler gratuitement 1 jour + refinancement par les entreprises), en plus flexible (chacun choisit son jour), donc c'est le bazar.
    Philippe Engrand
  • Julien -
    Le 01 Avril 2005 à 16 h 37 min
    Rappelons que la France est l'un des pays où la productivité, la consommation d'anti-dépresseurs et les charges sociales. C'est aussi un pays où les grèves sont les plus nombreuses. Notons en outre que l'on commence à y travailler plutôt plus vieux pour s'arrêter plutôt plus jeune que dans le reste du monde. Enfin, c'est un pays où les perspectives de carrière sont, plus qu'ailleurs, étroitement liées au réseau (diplômes / connaissances). Peut-on demeurer compétitif en travaillant moins d'années et moins d'heures que le reste du monde, et ce, alors que les charges sociales sont plus pesantes qu'ailleurs, et les perspectives d'évolution sont trop rarement liées au mérite? En faisant porter aux travailleurs un effort plus intensif (productivité, manque de fluidité du marché de l'emploi, absence de perspectives de carrière, exploitation de contrats de type CDD renouvelés etc.), dépression, démotivation, et haine (cf. actes racistes de toutes sortes + discours pauvres vs """nantis""") apparaissent conjointement. Ce cercle est d'autant plus vicieux que, puisque les gens ne veulent pas travailler plus, la pression qu'on leur impose doit de fait encore augmenter... Juste un avis...
    Julien -
  • gobb gobb
    Le 01 Avril 2005 à 16 h 12 min
    Personnellement je serais d'accord pour faire un effort. Mais l'effort soutenu par les salariés doit être proportionnellement le même que celui soutenu par les actionnaires.
    Donc, sauf erreur nul dans l'immediat!
    gobb gobb
  • Pierre Bouchacourt
    Le 01 Avril 2005 à 15 h 49 min
    Ce mot a-t-il encore un sens en France ? Probablement a en croire le volume de dons pour le raz de marée asiatique, les "téléthon", les "piéces jaunes", etc, etc... Pas certain, a en croire l'application de la journée de solidarité pour les personnes agées dépendantes.
    Serait-il donc plus aisé aux français, d'ouvrir leur porte monnaie pour des causes qui leurs sont, globalement et physiquement, étrangéres que d'accepter un effort qui les implique directement et personnellement dans leur statut socio-professionnel public ?
    La cause serait-elle si mauvaise ? Ses promoteurs si peu explicites ? Ou si timorés qu'ils rechignent a assumer et imposer leur décision au prétexte de conciliation fallacieuse ? Ou si peu dignes de confiance aux yeux des citoyens sur la réelle destinée des moyens financiers supplémentaires produits?
    Ou bien, tout bonnement, serions nous devenus de tels consommateurs que nous préférons acheter, aussi ou encore, notre bonne conscience en payant en écus sonnant et trébuchant plutôt que de revenir a ce qui semble être la corvée des serfs du Moyen-Age, fut-elle pour le bénéfice de ceux a qui nous devons d'être ce que nous sommes?
    Certains enseignants, censés être gens d'exemple s'il en est, semblent avoir fait leur choix. Spécifique, incivil et irresponsable, comme souvent. Le plus gênant est que ce sont ces mêmes enseignants qui forment nos enfants a être, demain ou aujourd'hui, des citoyens responsables.
    Pierre Bouchacourt
  • Pauline Saint Lô
    Le 01 Avril 2005 à 15 h 05 min
    bonne reflexion...Cette année, les 1er et 8 mai sont des dimanches alors enlevé un lundi férié,personne ne le veut... Il aurait fallu imposer quelque chose de plus radical..oui peut-être comme un jour de rtt ou de congé en moins (et pourtant je n'ai pas eu de vacances depuis 5ans). Mais je suis d'accord avec une autre réaction, quand il s'agit de se remettre au boulot, il n'y a plus de français. Et on le voit malheureusement tous les jours. Et je pense (tant pis si certains ne sont pas d'accord) que si les lycéens gueulent autant contre le fait de bouger l'éducation nationale et notamment contre le contrôle continu pour le bac c'est parce qu'ils n'ont pas envi de bosser tt au long de l'année mais juste bachoter 1mois avant. On n'oublie trop la valeur du travail...moi on m'a toujours appris que tout travail mérite salaire mais que ss rien faire, on n'obtient rien... et je ne suis pas si vieille du haut de mes 24 ans...
    Pauline Saint Lô
  • agathe le bescond
    Le 01 Avril 2005 à 14 h 56 min
    Pourquoi Chirac choisit il de répondre aux questions des 18 25 ans (diplomés de grandes écoles je suppose) le 7 avril prochain? Ne pensez vous pas que les français dans leur globalité sont concernés par cette élection? Ce n'est pas très courageux, ni très démocratique, et le non gagnera.
    Par ailleurs, il est extrêment désagréable de voir les politiques faire leur show chez Fogiel, Ardisson et autres et ne pas être capables de s'affronter sur le terrain des idées.Je ne parle pas du pitoyable quart d'heure hier soir sur France 2.
    agathe le bescond
  • Alexis HARMEL
    Le 01 Avril 2005 à 13 h 41 min
    Comment ne pas accompagner Jean-Paul II dans les derniers moments de sa vie ?!

    Qu'importe que l'on soit chrétien ou pas, depuis ce matin des centaines de millions d'individus accompagnent celui qui incarne la paix, celui qui se se bat avec un acharnement extra-ordinaire au sens propre du terme, celui qui représente l'unité des peuples.

    Comment ne pas admirer cette force de vie, de caractère, cette intelligence, cet aspect visionnaire, mais surtout cette même vie mise au services des autres, de tout son être, de toute son âme ?
    Cet homme de la Liberté, pour qui maintenir la Vie est un combat permanent.

    Le pape est un athlète de Dieu, un marathonien de la Foi, et son pontificat montre son engagement total et sans détour à vouloir rassembler les hommes quelles que soient leurs conditions et leurs religions.

    Quoiqu'il advienne dans les heures qui viennent, je crois que son empreinte restera à jamais figée dans l'esprit du monde.

    Alors j'invite tous les hommes, femmes, enfants qui souhaitent participer à cet accompagnement à soutenir le pape mais aussi, à travers lui, les malades du monde entier, à allumer une bougie ce soir et ce week-end sur le bord de leur fenêtre, en soutien à un très très grand homme de paix. Allons-au delà de nos croyances, saluons par cette petite lumière la volonté de tous ceux qui veulent la paix dans le monde.

    Si vous faites passer ce message autant de fois que vous le pouvez, nous pouvons illuminer le monde ce week-end !

    Alexis HARMEL
    Alexis HARMEL
  • Nicolas Pollet
    Le 01 Avril 2005 à 12 h 56 min
    Comment notre réaction quant à la suppression d'un jour férié est vu dans les autres pays ?
    En effet, nous sommes dans les pays ayant le plus de congès payés, le plus de jours de RTT, le plus de jours fériés, etc.
    Avons nous perdu le sens du mot TRAVAIL !?! : je le pense.

    De plus nous sommes dans une République laique donc pourquoi garder tous les jours fériés issus de la religion catholique ? Pourquoi ne pas rajouter ceux des autres religions ?
    Je suis pour la suppression de tous les jours fériés "religieux" : Noel, la Toussaint, Paques, Pentecote, etc...

    Fini la France en congés, assitée, endormie. Debout la France au travail, ingénieuse, experte.

    Quel homme politique saura remettre la France au travail ?
    Nicolas Pollet
  • Alexis Moniotte
    Le 01 Avril 2005 à 12 h 45 min
    Je partage votre coup de gueule sur ce sujet, j'avoue que moi aussi, j'ai été sidéré par cette réaction...
    Tout ca pour un jour, je trouve ca pitoyable, cela n'augure rien de bon sur les changements que la france doit engager pour retrouver un dynamisme économique.

    Alexis, 23 ans

    Alexis Moniotte
  • Eric Gouazé
    Le 01 Avril 2005 à 10 h 38 min
    Concernant la journée pour les personnes âgées, cette journée est "offerte" par les salariés. Quand est-il des gains supplémentaires réalisés par les entreprises à cette occasion ?
    Eric Gouazé
  • Maurice Marouani
    Le 01 Avril 2005 à 10 h 27 min
    Le manque d'adhésion à cette mesure vient probablement en partie de son manque de visibilité. Comment faire comprendre simplement aux salariés que leur production du Lundi de Pentecote va permettre d'installer des climatiseurs dans les maisons de retraite.

    Pour finir, je reste sidéré par l'appel au boycott lancé par un syndicat d'enseignants. On a le droit de ne pas être d'accord, de faire greve, de faire pression pour changer les choses, de manifester mais de quel droit une organisation peut-elle appeler à la désobéissance civique ???

    A renoncer à son autorité, l'Etat s'ouvre à toutes les pressions de tous les lobbies
    Maurice Marouani
  • Pierre Nero
    Le 01 Avril 2005 à 09 h 46 min
    "raté" significatif (absentéisme quasi général) pour cette "exception culturelle" visant à ne pas semer la perturbation dans le lobby tauromachique : cela est revenu danq la région nîmoise à faire n'importe quoi (un jour de scolarité perdu par exemple) pour pouvoir continuer à assassiner des taureaux qui n'ont rien demandé, assassinats organisés par un groupe de prédateurs aux pratiques honteuses (à quand une enquête sérieuse sur ce que subit le taureau avant et pendant sa prestation dans l'arène ?) aux seuls bénéfices de ces organisateurs, des commerçants (essentiellement marchands d'alcool et de pacotilles pour touristes émêchés) et au nom d'une prétendue tradition.
    Pourquoi alors ne pas rétablir d'autres jeux du cirque ?
    Plus sérieusement, quand les hommes et femmes de bonne volonté, de droite comme de gauche, s'uniront-ils pour dénoncer cette barbarie d'un autre temps qui fait tant de mal à l'animal ... et à l'Homme ?
    Pierre Nero
  • Gaston POUPLIN
    Le 01 Avril 2005 à 09 h 26 min
    Le choix du lundi de Pentecôte est mauvais parce que ce jour fait partie d'un ensemble de 3 jours qi facilitent le départ en congés ou la mise en place de fêtes locales. Le choix du 8 mai ou de l'Ascension aurait été plus judicieux à mon avis. Ce dernier est certes d'origine religieuse mais, aujourd'hui, qui se préoccupe de cet aspect ? Je suis persuadé que les Eglises, après concertation, n'y auraient pas été opposées. Sur un plan économique, il fallait prendre ce jour en mai, qui est le mois où l'on travaille le moins.
    Puis-je rappeler qu'en Angleterre, il n' y a que 4 semaines de congés, dont sont déduits les jours fériés. Il est vrai que Tony Blair parle de supprimer ce dernier point !
    Gaston POUPLIN
  • Etienne Vergier
    Le 01 Avril 2005 à 09 h 07 min
    Je pense que vous faites fausse route en expliquant que le vrai problème est de savoir si les français sont disposés à travailler plus.
    Le vrai problème vient du manque de courage de nos politiques qui n'osent pas prendre les décisions necessaires.
    Supprimer le Lundi de pentecote pour financer les personnes agées est l'illustration de ce manque de courage Politique. C'est un "Gadget" médiatique.
    Toute personne doué d'un minimum de sens commun sait très bien ce qu'il convient de faire pour augmenter le temps de travail des français...
    Etienne Vergier
  • Bruno Edelist
    Le 01 Avril 2005 à 08 h 13 min

    Bonjour.

    Cette question de la journée de solidarité est une vraie bouteille à l'encre ! Appliquée comme elle risque de l'être, selon l'exemple récent dans le Gard (ou était-ce dans l'Héraut ?), cette mesure maladroite risque fort de coûter plus cher qu'elle ne dégagera de ressources au profit de son noble but.
    Cher en désordres publics et privés, en absentéisme pandémique, en désorganisations de tous ordres.
    A qui la faute ? ... A la maladresse de nos gouvernants : Pourquoi, une fois de plus, vouloir organiser, régler, imposer ? L'exemple des lois Aubry n'a donc apporté aucun enseignement ?
    Il suffisait de décider qu'une journée par an verrait son produit consacré aux mesures de prise en charge des personnes âgées dépendantes, et effectuer auprès des administrations et entreprises privées le prélèvement correspondant à une journée de travail. Pour le reste, aux entreprises privées de s'organiser en accord avec leurs salariés !
    Au lieu de quoi, on a voulu choisir la date… dont aucune, vous avez raison,ne fera l'unanimité.
    Une fois consultés les principaux représentants d'opinion et les instances représentatives adéquates (religions, syndicats, élus…) et en proposant de prélever, le débat serait clos et les ressources dégagées bientôt disponibles.

    Quand on a vécu de douloureuses années la dépendance d'un être cher, et que l'on a été privé de travail durant de très longs mois, le débat apparaît bien vain et futile ! La générosité, à laquelle faisait appel cette mesure, ne se discute et ne s'argumente pas ! Elle est ou elle n'est pas. Mettre son application en place publique et ratiociner sur les modalités de sa collecte m'apparaît vil et contraire à l'esprit de la chose.
    Bonne journée.
    Bruno Edelist
  • Jean-Michel LACOMBE
    Le 01 Avril 2005 à 08 h 04 min
    Monsieur Juppé,

    L’argumentaire d’Alain Lamassoure en 9 points que vous nous proposez appelle quelques modestes réflexions.

    Quel est le sujet qui nous préoccupe ?

    Convaincre nos concitoyens de voter OUI pour l’adoption de la nouvelle Constitution Européenne.

    Les sondages actuels disent que la majorité des intentions de vote se portent sur le NON.
    Plus encore, le pourcentage d’indécis et « d’abstentionnistes », la majorité des inscrits me semble tout aussi préoccupant.
    Hélas, trop iront à « la pêche ». Pourquoi ?

    Même si la prudence s’impose, ces sondages donnent une vue inquiétante quant à l’issue du scrutin.
    La raison, le cœur appellent à voter OUI et je voterai OUI.
    Si le OUI l’emporte l’avenir dira si j’ai bien voté, si le futur de nos enfants sera meilleur ou non car tel est l’enjeu.

    J’essaie de comprendre pourquoi pour la grande majorité des femmes et des hommes de France, l’institution Européenne est « une Usine à gaz » que le non initié ne perçoit pas, ne comprend pas.
    (Les « lapins » qui sortent du chapeau du prestidigitateur Europe, la directive Bolkenstein en est un bel exemple. Elle concourt, entre autres, à une perception négative, il y en a d'autres).

    Nos concitoyens on le sentiment d'être placés devant une situation de « fait accompli ».
    La campagne qui tarde à démarrer. On en connaît les raisons.
    Le Président de la République « étonnement » absent.
    Le Premier Ministre plus préoccupé par les problèmes de politique intérieure et de conserver « son bail » à l’Hôtel de Matignon (sa campagne pour le OUI qui sonne « faux »).
    Je ne parlerai pas du P.S où il règne une « belle cacophonie ».
    Au sein de la majorité, toute proportion gardée « des musiciens se laissent aller à des solos à contre temps ».

    Tout cela ne fait pas très sérieux.

    Cela démontre que beaucoup d’élus et hommes politiques n’ont pas prisou n'ont pas voulu prendre la mesure des enjeux du référendum. Par ignorance, par désintérêt ou pour des raisons plus « prosaïques » ?
    Aussi, d’autres paramètres entre en jeu.
    La croissance n’est pas au rendez-vous, que le chômage augmente, le prix de l’énergie, l’incertitude de l’avenir, le nombre de laissés pour compte qui augmente.
    Je vous renverrai à un éditorial récent de Jean Claude Guillebaud sur « Sud-Ouest Dimanche ». Il explique tout cela beaucoup mieux que moi. (J’aime beaucoup ce qu’il écrit.). Je ferai volontairement l’impasse sur la situation internationale qui y concourt également.

    Ajouté au doute de la majorité des Français (la proportion doit être la même chez les élus) et plus grave à mon sens l’ ENORME DEFICIT de communication.

    A qui la faute ?

    Continuez cette tribune.
    Bien à vous.

    Jean-Michel LACOMBE.

    PS : Je ne suis pas l’ambassadeur qui porte les mêmes prénoms et nom.
    Jean-Michel LACOMBE
  • Pascal brand
    Le 01 Avril 2005 à 07 h 27 min
    la solidarité nationale existait au titre de la vignette auto. le gouvernement l'a supprimé pourtant si l'ensemble de ses ressources avait veritablement étaient attribué pour la populations des plus de 60 ans cela aurait ete suffisant et en plus veritablement egalitaire. aujourd'hui seul les salariés participent a cette solidarité est-ce normal?
    Pascal brand
  • Christopher CRUEL
    Le 01 Avril 2005 à 00 h 52 min
    Monsieur,

    Je pense que les français sont de tels feignants de part la politique socialiste menée depuis des decennies qu'il sera impossible maintenant de les remettre au travail. Le goucernement donne trop aux feignants et évidemment il faut le prendre sur les impôts des gens qui travaillent. Je suis calédonien et vis en NC mais un jour je partirai en NZ ou Australie pour m'y installer. Pourquoi ?? Parce qu'aucune politique de développement des sociétés n'est réellement mise en oeuvre n'oublions pas que seules les sociétés font vivre la France alors que la main d'oeuvre peut venir de partout !!! Donc à la question faut-il supprimer un jour férié je dis bon courage au gouvernement et arrêtez d'assister les feignants et dieu sait qu'il y en a !!!
    Respectueuses salutations.
    Christopher CRUEL
  • Francois Dursin
    Le 31 Mars 2005 à 23 h 49 min
    En étant d'accord sur le principe d'un jour férié à supprimer en solidarité avec les personnes agées, il eut été plus facile d'imposer réellement une date plutôt que de laisser liber cours aux chef d'entreprises publiques ou privées. Ce qui vient de se passer à Nîmes est symptomatique de l'incompréhension de cette mesure.
    Et ces cotisations seront-elles réellement affectées aux dépenses envers les personnes agées ? Rien n'est moins sur. Rappelons-nous des vignettes automobiles.
    En tout état de cause, que M.Raffarin impose une fois pour toute une journée et qu'il arrête une fois encore de faire un pas en avant et deux en arrière.
    Francois Dursin
  • claire berne
    Le 31 Mars 2005 à 23 h 47 min
    je suis scandalisée par les positions de certains syndicats d'enseignants et associations de parents d'elèves au sujet du jour de solidarité : ne pas envoyer les enfants à l'ecole le lundi de pentecote : quelle lacheté de s'abriter ainsi derriere les enfants, quel egoisme, quel incivisme, quel exemple lamentable donné au reste de la société.
    Un peu moins d'egoisme, un peu moins de conservatisme, un peu moins d'agressivité et de defense systematique des cas indefendables, rendront les syndicats plus credibles et mieux acceptés dans la population : leurs effectifs augmenteront, ils deviendront plus adultes et la société entière s'en portera mieux . Je crains malheureusement qu'on en soit encore tres loin, constatant que plus les professions sont protégées ( enseignants, sncf,...) plus les syndicats sont conservateurs et egoistes .
    claire berne
  • Fabrice Amblard
    Le 31 Mars 2005 à 21 h 12 min
    Je suis entierement d'accord avec vous, c'est ici un faux débat.
    Je pense en revanche que le gouvernement aurait du empécher les dérogations qui ont eut lieu (dans le Gars je croie); on se sent plus solidaire dans des mesures unitaires: le lundi de Pentecôte n'est plus férié, nul part en France et pour personne en France, point.
    Respectueusement.
    Fabrice Amblard
  • Yves Choueifaty
    Le 31 Mars 2005 à 21 h 05 min
    Ne serait-il pas plus simple de supprimer un jour de RTT ou de congé payé? L'effet économique serait peut-être légèrement moindre mais ce serait nettement plus facile à faire admettre. Cela constituerait également un précédent en cas de besoin.

    (svp ne pas publier mes cordonnées. merci)
    Yves Choueifaty
  • franck f
    Le 31 Mars 2005 à 20 h 29 min
    Alors là je vais vous dire pourquoi supprimer le lundi de Pentecoste est une énorme passez moi l'expression connerie ! La pentecoste est le leancement de la saison touristique ! Tous les ans à la Pentecoste je vais avec ma famille dont mes grands parents mes 4 toujours vivant en Vendée. C'est le seul moment de l'annee ou je suis avec toute ma famille. Alors au lieu de supprimer cette journée si vous preniez l'argent de la TVA des cafés restaurants ou hotel qui font le plein en ce lundi est ce que il n y aurait pas plus d'argent à se faire?
    La question mérite d'être posé mais sachez que pour moi la Pentecoste restera férié et que si vous voulez retirere un jour férié prenez une date "moins touristique". J'espère de tout coeur que je serais entendu et que ma proposition sera au moins étudié. Je pense avoir raison
    franck f
  • Lacroix olivier
    Le 31 Mars 2005 à 20 h 20 min
    Bonjour,
    concernant ce fameux jour férié en moins, je pense que ce n'est qu'une question de temps, enfin si toutes les administrations jouent le jeu...
    C'est le prix à payer pour avoir choisi la solution la moins risquée politiquement parlant....

    Lacroix olivier

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux