Blog Notes d'Alain Juppé

Taxe carbone et Grand emprunt

Publié le 10/09/2009 par Alain Juppé

Quel lien entre la taxe carbone et le « Grand emprunt »?  me direz-vous.

Je répondrai d’abord que j’approuve pleinement la création de la taxe carbone.

Il faut un peu de cohérence dans la vie, et notamment dans la vie politique. Nous sommes très nombreux à partager la conviction que la planète et l’espèce humaine (parmi toutes les autres) sont en train de jouer leur survie. Que le réchauffement climatique, s’il dépasse quelques degrés (2 sont déjà acquis!) est un péril mortel. Qu’il faut donc réduire les émissions de gaz à effet de serre qui aggravent ce réchauffement. Qu’il faut tenir l’engagement que nous avons pris de diviser par 4, d’ici 2050, nos émissions par rapport à leur niveau de 1990…

Et après avoir affirmé tout cela, nous resterions inactifs? Nous ne ferions rien pour inciter les uns et les autres à modifier leurs comportements?

Au delà des modalités techniques, voilà l’enjeu de la création de la taxe carbone. C’est donc un  devoir d’humanité de la soutenir et de l’expliquer.

14, 17, 32 euros… Le débat n’est pas là. Ce qui compte, c’est d’amorcer le mouvement et de monter peu à peu en puissance, comme beaucoup de pays l’ont fait avec succés autour de nous.

Bien sûr, pour être acceptée, la taxe doit être juste.

D’abord, ce ne doit pas être un impôt « en plus », mais un impôt « à la place » d’un autre impôt. Nos prélèvements obligatoires sont lourds. Ils pénalisent souvent l’emploi. Notre système fiscal mérite une remise à plat qui permettrait notamment de le « verdir » en remplaçant des impôts anti-économiques par des taxes pro-développement durable. Ce travail, compliqué, reste à faire. Dans l’immédiat, le gouvernement a raison de compenser la taxe carbone par une baisse de l’impôt sur le revenu, ou un  chèque vert pour ceux qui ne paient pas cet impôt. Ce sera, pour chacun, une compensation facile à mesurer.

Mais, tout en dissuadant les Français de consommer des combustibles fossiles, non renouvelables à vue d’humanité, et grands émetteurs de gaz à effet de serre, il faut aussi offrir aux mêmes Français des solutions alternatives. Principalement dans les deux domaines où les émissions sont les plus importantes: le logement et les transports.

Et c’est ici que je retrouve le « Grand emprunt ». Nous avons besoin d’investir massivement dans le logement neuf mais surtout ancien (qui représente 90% de l’habitat existant) pour en améliorer les performances énergétiques. Une bonne isolation, par exemple, permet de réduire de 30% et plus la facture de chauffage. Si l’on veut être juste et éviter l’apparition d’une nouvelle fracture écologique, un effort particulier devrait être engagé rapidement dans le parc social. Ces dépenses seront faites une fois pour toutes, elles ne seront pas renouvelables, elles génèreront des économies,y compris dans les charges des locataires, ce qui est dans la logique de l’emprunt.

Et puis le transport. Transports collectifs, en premier lieu: beaucoup reste à faire dans nos villes pour améliorer les transports collectifs. Beaucoup reste à faire aussi pour basculer une partie significative du fret routier sur le chemin de fer et le transport maritime. Voitures individuelles, en second lieu, qui ne disparaîtront pas mais qui doivent devenir propres: nos constructeurs ont raté le coche du véhicule hybride et du véhicule électrique. Il faut mettre maintenant le paquet dans la recherche sur le stockage de l’électricité, et toutes formes de véhicules propres.

Je souhaite que nous puissions explorer ces pistes, approfondir l’analyse, déboucher sur des propositions concrètes qui participeront de cette grande révolution qu’il nous faut accomplir: inventer un nouveau modèle de développement, plus sobre, et, pourquoi pas, plus équilibré et plus heureux.

Partager cet article

18 commentaires pour « Taxe carbone et Grand emprunt »
  • asterix
    Le 14 Octobre 2009 à 12 h 36 min
    Sur la taxe carbone.
    Encore un impôt de plus!S'il est compensé comment? et quelle sera son efficacité? Il va pénaliser les plus faibles, encore une fois.Qui se chauffe au fuel et n' a pas les moyens de renouveler son matériel ? Qui a une voiture polluante et n' a pas les moyens d' en acheter une neuve ? Qui habite la campagne parce que le logement y est moins cher et ne dispose pas de transports en commun à sa porte ?
    Est-ce qu' il ne serait pas possible,pour une fois en France d' inciter au lieu de sanctionner? Je suis injuste ne disant"pour une fois" car cela existe:bonus pour les voitures moins polluantes,prime pour les travaux d' isolement des logements. C' est dans cette voie qu' il faut aller pour inciter les français à accélérer l'usage des énergies renouvelables,pour choisir les installations et matériels qui consomment moins.L 'exemple des ampoules électriques est exemplaire: au lieu d'inciter les consommateurs à acheter des ampoules basse consommation d' énergie on a laissé celles-ci à un prix très supérieur aux anciennes ampoules et on réglemente pour en imposer l'usage .Qui est pénalisé sinon ceux qui ont le moins de ressources ?(j' en parle avec d'autant plus de force que je n' en fais pas partie).J' ai vécu 10 ans hors de France,et ce qui me frappe en rentrant c' est à quel point nous cherchons tjrs dans notre "cher" pays à sanstionner et à réprimer plutôt quà inciter et encourager(cf la politique de sécurité routière, entre autres).C' est le même comportement qui aboutit dans les entreprises aux excès que l' on constate.
    asterix
  • ANEL Bruno
    Le 28 Septebmre 2009 à 08 h 31 min
    Pourquoi l'impôt ? Pourquoi pas une carte à puce "énergie" qui comptabiliserait notre consommation de mètres cubes de gaz, de fuel ou d'essence et nous taxerait au delà d'un quota accordé à chaque citoyen ? Un peu d'imagination, que diable ! Ne pensez pas toujours "impôt"!
    ANEL Bruno
  • Johan
    Le 27 Septebmre 2009 à 21 h 22 min
    Mon avis est peut être très basic mais pour moi la taxe carbone n'est qu'un moyen de plus de prendre de l'argent aux français. De plus elle n'aura pas d'effet, les gens sont conscients des efforts à réaliser pour la planète, et cette mesure arrive plus comme un moyen de les obliger.. qu'ils n'apprécieront pas !
    Johan
  • ANEL Bruno
    Le 20 Septebmre 2009 à 19 h 07 min
    J'ai besoin de 2500 litres de fuel par an pour chauffer ma maison , sans alternative possible. Si on en augmente le prix avec l'impôt carbone, j'aurais toujours besoin de la même quantité : on ferait mieux de m'aider davantage à isoler. Je ne comprends absolument pas votre position, M.Juppé .Si on suit votre raisonnement il n'y a qu'à mettre en place l'impôt carbone et diminuer d'autant la TIPP : les engagements electoraux seront tenus, l'impôt etant mis en place. Et il y aura transfert de fiscalité, de manière tout à fait équitable.
    Si l'UMP persiste dans cette erreur, la réputation de "parti de l'impôt" lui collera longtemps dessus. Souvenez vous de la TVA sociale : elle vous a couté votre siège de député.
    ANEL Bruno
  • Georges
    Le 19 Septebmre 2009 à 18 h 34 min
    Monsieur le premier ministre,

    Pour éviter d’être fastidieux vous me pardonnerez le caractère succinct de quelques propositions que me dicte la réflexion quant à l’emprunt d’Etat dont l’étude vous a été confiée. Le contexte psychologique de la crise mondiale et que dégage aussi l’état des finances de la France contraint celle-ci, dans un souci de vérité, à présenter l’emprunt comme de “salut public”.
    L’incertitude étant de mise quant à la reprise socio-économique, qui ne sera certes plus telle que nous l’avons connue, l’Etat ne peut prendre le risque d’une charge qu’il n’assumerait qu’à très grave peine, peut-être risquée ou dangereuse même.
    D’autre part, il est certain qu’il existe de fortes liquidités, et un nombre considérable de citoyens, français, européens, voire internationaux qui ne sont pas à l’affût d’une rentabilité rapide, n’étant pas ou peu soumis aux nécessités du lendemain. Dès lors, un emprunt à taux zéro ne serait-il pas, émis par exemple à 10 ou 15 ans, à 45 ou 55 pourcents (des actuaires compétents existent) une excellente voie pour le pays qui pourrait ainsi décaler le poids de la dette et constituer le fonds nécessaire au remboursement sans être cependant annuellement étranglé par les annuités immédiates. J'imagine que la communauté internationale apprécierait cette sagesse.

    Je serais très heureux - et honoré - d’avoir, monsieur le premier ministre, votre ressenti à l’égard de cette vue.

    Georges L.
    Georges
  • PHP
    Le 18 Septebmre 2009 à 19 h 15 min
    Monsieur Juppé,

    Je réside à l'étranger mais je regarde de près l'actualité française.
    Bien que je ne sois pas (heureusement)régulièrement touché par cette taxe supplémentaire, permettez-moi, en tant que français, de monter également au créneau.
    Si, effectivement, il est de bon ton de verdir son discours, cette taxe reste à mon sens hypocrite et inégale.
    Certaines réponses précédentes reprennent déjà de nombreux arguments que je partage.

    Hyocrite puisque les plus gros pollueurs et émetteurs de CO2 seront compensés (transporteurs, agriculteurs, marins etc..) car ils ont le pouvoir de bloquer économiquement le pays. Les particuliers râlent mais ne savent pas (encore) créer des collectifs pour défendre leurs intérêts.
    Hypocrite encore, car aucune solution de remplacement (intéressante) ne sera commercialisée avant au moins 7-10 ans.
    Hyocrite toujours, car on ne peut demander aux salariés d'accepter la mobilité tout en taxant celle-ci.
    Ma belle famille est près de chez vous et j'ai donc 900 kms à faire pour les voir, sans TGV. Avec une voiture électrique et son autonomie de 150 kms, je ne suis pas arrivé. Nous en arriverons à moins nous voir, ce qu'il faudra mettre dans le nouvel indice de "bien être".
    Hyocrite enfin puisqu'aucun politique ne s'élève contre, par exemple, le nouveau circuit de F1 à Paris, contre les 24h du Mans etc.... Il faut savoir si l'on doit changer les comportements dans tous les cas.
    Inégale car dans toutes les compensations, je ne retrouve pas le problème climatique, à croire que la météo est égale sur tout le territoire.
    Frontalier avec la Lorraine, et ayant ma belle-famille en Charentes maritimes, croyez-moi les factures énergétiques pour se chauffer ne sont pas égalitaires.
    Enfin, la France étant le 1er pays touristique, chaque région se bat pour acceuillir les touristes (et le CO2), en favorisant les vols low cost qui se multiplient... A ne plus comprendre la logique, du point de vue CO2 s'entend.
    Pour terminer, je viens de lire votre article sur la TP. Je suis d'accord, les vieux impôts sont les meilleurs, pas la taxe carbone qui n'est qu'un impôt déguisé. Cela me fait penser à la vignette auto qui, avant de disparaître, était sensée être collectée pour aider les personnes agées....
    Cordialement
    PHP
  • Antoine, le vilain manant
    Le 18 Septebmre 2009 à 13 h 43 min
    Je propose de transformer la taxe carbone en contribution volontaire. Les personnes qui auront payé la contribution recevront un shampooing Ushuaia dédicacé par Nicolas Hulot et Daniel Cohen-Bendit.
    Antoine, le vilain manant
  • KIMALU
    Le 17 Septebmre 2009 à 17 h 25 min
    A propos de l’emprunt ….

    Compte tenu par exemple des propos suivants :

    « Mesdames et messieurs, le G20 ne doit pas rester une lettre morte.
    Ces efforts doivent déboucher, lors du sommet de Londres, sur des mesures concrètes : c’est-à-dire sur la soumission des activités de crédit aux réglementations définies à Bâle, c’est-à-dire sur la régulation des hedge funds systémiques, c’est-à-dire sur l’harmonisation des fonds propres des banques, sur l’encadrement de la titrisation, sur la lutte contre la procyclicité des normes comptables, sur la régulation des agences de notation et des pratiques de rémunération.
    Enfin, il faut que cette réunion soit l’occasion d’engager un combat sans merci contre les paradis fiscaux qui accentuent l’enfer de tous les autres.
    Il faut les soumettre aux mêmes règles que l’ensemble des places financières, ainsi qu’à des règles communes de coopération fiscale. »
    (Extrait de la conclusion de M. Le Premier Ministre François Fillon lors du colloque "Nouveau monde, nouveau capitalisme", vendredi 9 janvier 2009)

    Et que :
    Une somme estimée à 7 300 milliards de dollars (5 412 milliards d'euros) est dissimulée dans les paradis fiscaux du monde entier par des sociétés et de riches particuliers qui placent ainsi leurs opérations à l'abri, en diminuant la pression fiscale.
    (Source CHALLENGES du 04 04 2009)

    Et encore que :
    Pendant plusieurs décennies, les grandes puissances économiques ont fait preuve d'une extrême tolérance à l'égard des paradis fiscaux. Certaines, comme le Royaume-Uni, les ont même laissé prospérer sous leur pavillon, en Europe et dans les Caraïbes. Ce temps est révolu.
    Pour la première fois, sous le choc de la plus grave crise financière qu'ait connue le monde depuis soixante ans, les chefs d'Etat et de gouvernement partagent la volonté de mettre fin aux dérives des paradis fiscaux.
    Ces "zones grises" de la finance privent, en effet, les nations d'une part substantielle de leurs recettes fiscales, à un moment où l'effort de relance de l'économie mondiale assèche les finances publiques.
    Le manque à gagner fiscal est estimé à 100 milliards de dollars par an pour les Etats-Unis, à 30 milliards d'euros pour l'Allemagne et autour de 20 milliards d'euros pour le Royaume-Uni et la France.
    (Les "zones grises" en 9 questions /- Source LE MONDE – 24 03 2009)

    L’emprunt n’aura aucun mal à être souscrit….
    KIMALU
  • Dominique MICHEAU
    Le 15 Septebmre 2009 à 09 h 30 min
    Monsieur le Premier Ministre,

    Chaque soir, lorsque je rentre chez moi, je trouve dans ma boîte aux lettres des montagnes de publicités qui partent directement à la poubelle. Que d'énergie pour abattre les arbres, fabriquer le papier, l'imprimer, le transporter pour...rien ! Je ne prends que cet exemple, mais on pourrait très facilement le reproduire à l'infini. Dans notre société d'abondance, il y a trop de gaspillages dans tous les domaines. Avant d'instituer un nouvel impôt, ne devrait-on pas réfléchir à la manière de réduire et d'éliminer tous les gaspillages et de revenir à un peu plus de sobriété ?
    Très respectueusement
    Dominique MICHEAU
  • viv
    Le 14 Septebmre 2009 à 08 h 26 min
    pourquoi ne pas instaurer une taxe carbonne aux entreprises qui font fabriquer leurs produits en asie qui sont de grands pollueurs ou bien aux grands groupes qui font parcourir les marchandises( pourquoi sommes nous obligés d'acheter par exemple des tomates de marmande qui sont allées visiter la capitale ou les oeillets de nice qui ont visité la hollande?) pourquoi toujours nous simples particuliers ? rlb
    viv
  • GUYOMARC'H
    Le 13 Septebmre 2009 à 23 h 22 min
    Monsieur JUPPE
    Pourquoi seuls deux (ou trois)autres pays de l'union européenne ont -ils instaurés une taxe carbone et pourquoi ne deviendrait il pas possible à l'occasion de la future présidence de l'union par la Suède de la rendre obligatoire dans toute l'UE.
    Je pense aussi qu'il faudrait imposer une 'taxe carbone'aux frontières de l'Union.
    Cela aurait aussi le mérite de rendre l'Europe plus "sympathique" aux yeux d'une majorité d'euroseptiques.
    GUYOMARC'H
  • Denis
    Le 13 Septebmre 2009 à 23 h 09 min
    Bonjour,

    Juste en passant, une réaction concernant ce que l'on a pu entendre concernant l'application ou non de la taxe carbone à l'électricité; certains préconisent son extension sous le prétexte qu'EDF est obligé de lancer des centrales à gaz ou au charbon pour les heures de pointe. Mais alors, c'est bien EDF - ou du moins j'espère - qui doit acquitter la taxe carbone dans ce cas ! et en bonne logique économique, EDF va chercher à répercuter vers ses clients le coût de ces kwh d'heures de pointe (c'est tout à fait possible techniquement, EDF proposait à une époque des contrats dits "EJP" pour effacement jour de pointe, mais EDF refuse d'ouvrir de nouveaux contrats de ce type !!!!).
    Par ailleurs, si un consommateur décide d'acheter ses kwh à une coopérative verte, pourquoi devrait-il acquitter une taxe carbone ?
    Bref, limitons la taxe carbone à celui qui réellement dégage du CO2 - consommateur final ou industriel - et laissons les logiques économiques faire le reste ..

    Cordialement.
    Denis
  • pivoine
    Le 13 Septebmre 2009 à 16 h 58 min
    La taxe carbone, finalement, je m'en fiche. Encore une taxe inefficace et injuste, mais nous avons l'habitude.
    Autre chose me choque profondément :
    - les Verts veulent que nous remplacionsles chaudières à mazout ou gaz par des chaudières à BOIS !
    - Nous importons déjà beaucoup de bois
    - il faudrait alors en importer beaucoup plus (les pays du Nord) venant des pays du Sud. Or on connaît les ravages provoqués par la déforestation en quantité de terres devenues inexploitables, et donc en nombre de sinistrés et en morts (pour mémoire je ne citerai qu'Haïti).
    - il y aurait donc encore une volonté de nuire, ruiner et finalement tuer. Ou alors de la pure bêtise. Mais ce sont les pays du Sud .........
    - il est parfaitement hypocrite de parler de développement de ces régions si on veut les exploiter un peu plus.
    Je n'ai pas la solution, je ne suis pas une spécialiste. Mais là, franchement, je me demande si l'écologie ne marche pas sur la tête !
    Je n'ai entendu personne réagir aux propos de Cécile Duflot. Et pourtant tout le monde n'ignore pas ces problèmes. Que faut-il en penser ?
    pivoine
  • Guillaume B.
    Le 12 Septebmre 2009 à 11 h 45 min
    Cher M. Juppé,

    Alors que la crise prendra prochainement fin, le monde retrouvera une demande de pétrole supérieure à l’offre, comme cela s’est produit début 2008, juste avant la crise financière.

    Le prix du pétrole va alors fortement augmenter (« le peak oil » étant très proche). Il sera de nouveau alors plus intéressant pour un agriculteur de produire des carburants (appelés « biocarburants ») que de la nourriture.

    Et nous allons à nouveau retrouver des pays en développement comme le Mexique, qui ne pourront plus s’offrir de quoi se nourrir, en raison de l’inflation ; les terres étant mises en concurrence pour produire de la nourriture ou de l’énergie.

    Au delà d’une taxation, alors que de toute façon les prix vont rapidement augmenter, il est urgent :

    - De développer les énergies renouvelables comme le fait actuellement le Chine à très grande échelle : développement massif d’éoliennes, et de panneaux solaires. En Chine, à noter l’utilisation depuis longtemps de l’énergie solaire en saison chaude par simple circulation d’eau en toiture, la production d’eau chaude étant ainsi « gratuite » !

    - De développer et généraliser les véhicules consommant moins de 3 litres au 100km, qui était un des objectifs fixés par le dernier gouvernement présidé par Jacques Chirac aux constructeurs français. Un constructeur allemand l’a réalisé sur un véhicule Volkswagen, la Lupo. A noter que les véhicules hybrides consomment plus de 3 litres au 100 km. Par ailleurs, aucune énergie connue à ce jour ne comporte autant d’avantages que le pétrole : fluidité, densité énergétique, caractéristiques physico-chimiques.

    - D’individualiser de toute urgence la consommation de chauffage dans les appartements. Je connais trop de personnes vivant en appartement contraintes d’ouvrir les fenêtres en hiver, car le chauffage collectif est réglé trop fortement.

    Bien cordialement,

    Guillaume Bourbon
    Guillaume B.
  • gilles
    Le 11 Septebmre 2009 à 22 h 43 min
    Cher Monsieur,

    Vos arguments ne résistent pas au simple bon sens. Le réchauffement climatique, admettons qu'il soit provoqué majoritairement par les humains, et ce n'est pas encore acquis, est un phénomène mondial.
    Pendant que vous infligez un nouvel impôt pour renflouer 30 ans de gabegies et de dépenses supérieures aux ressources à un des endroits de la terre où l'on pollue le moins, Chine, Inde, Asie, Afrique se couvrent d'usines toutes plus polluantes les unes que les autres. Si le moindre bon sens avait prévalu, il aurait fallu frapper également par une taxe carbone élevée les importations en provenance de ces pays. Car une fois de plus, vous livrez le pays sans défense aux importations massives d'Asie ou d'ailleurs, sous couvert de bons sentiments écologiques à la mode.
    C'est à dire que vous appauvrissez le pays davantage et enrichissez le reste du monde.
    C'est d'ailleurs la signature du politicien français: a voté d'imnombrables budgets en déficit structurels, toujours prêts à lever de nouveaux impôts au lieu de combattre les corporatismes et d'équilibrer dépenses et recettes, plus de 50 ans...Vous êtes parfaitement représentatif d'une génération qui a totalement sacrifié le futur ses enfants pour assurer son confort actuel.
    Nous ne voulons pas de cet impôt, nous voulons des économies, et la baisse de tous les impôts. Merci.
    gilles
  • Charlotte Namon
    Le 11 Septebmre 2009 à 18 h 05 min
    Monsieur Juppé,
    Comment soutenir une mesure qui au lieu d'être éducative est répressive ? N'est-il pas temps d'éduquer ? Peut-être serait-il temps d'expliquer l'implication de chacun de nos choix et de laisser aux gens la possibilité d'investir en ce qui leur paraît juste. Nous sommes devenus végétariens par convictions d'écologie soutenable. Nous aimerions acheter, restaurer ou faire construire une maison à énergie passive et bioclimatique, mais n'en avons pas les moyens. Nous ne pouvons pas vivre sans voiture depuis que nous sommes partis vivre dans le Loir et Cher; mais nous aimerions investir dans des véhicules électriques, bien trop chers et non utilisables partout (quel retard, nous avons pris par rapport à d'autres pays, alors que de cette voiture je rêve depuis bientôt 30 ans !). La taxe carbone est culpabilisante, elle ne rend pas imaginatif. Elle n'est que jeux d'argents: "nous prenons, puis nous redistribuons"... Elle n'incitera pas les propriétaires de notre appartement à améliorer l'isolation de celui-ci, alors qu'en baissant l'impôt foncier, ils auraient peut-être osé songer à le faire.
    Le monde change, mais les propositions des politiques ne sont pas innovantes. Quelle déception !
    Cordialement, avec toujours autant de plaisir à lire votre blog.
    Charlotte Namon
  • Adricube
    Le 11 Septebmre 2009 à 09 h 55 min
    Allons donc, M. le Premier Ministre ... comment pouvez vous justifier une démarche aussi éloignée du bon sens, de créer un impôt nouveau qui ne rapporte rien car il est compensé par une baisse d'un autre impôt ?
    Par essence -sans jeu de mot- c'est une mesure inefficiente parce qu'elle augmente la complexité de notre fiscalité. Et donc elle coutera plus cher qu'elle ne rapportera, nécessitera plus de fonctionnaires, plus de temps, plus de papier ... ou est le progrès là dedans ?
    Souvenez vous qu'un impôt, pour être accepté, doit être juste, simple, et efficace. La taxe carbone est peut être juste, elle n'est ni simple ni efficace et n'est donc pas acceptable.
    Vous évoquez très brièvement la nécessaire refonte de notre système fiscal : c'est pourtant là qu'est la priorité ! on n'ajoute pas à un étage à une maison alors que l'on constate dans le même temps qu'elle est branlante !
    Supprimons tous les impôts et simplifions :
    - un impôt sur le revenu simple (suppression de toutes les niches), efficace (prélevé à la source), juste (progressif, universel, et prélevé sur TOUS les revenus, du travail comme du capital, y compris les plus values)
    - la TVA, simple et efficace par nature, juste si l'on conserve une double taux pour les produits de première nécessité ; la TVA pourrait comprendre un certain nombre de points correspondant à la taxe carbone, aux charges sociales, etc.
    - l'impôt sur les bénéfices des sociétés sur le modèle de l'impôt sur le revenu ;: universel, progressif.
    Adricube
  • JLF 94
    Le 11 Septebmre 2009 à 08 h 17 min
    Bonjour,
    j'ai entendu votre commentaire sur la taxe carbone et la non taxation de l'énergie électrique car non d'orgine fossile de l'uranium.
    Il est à noter que l'extraction et le retraitement de l'uranium consomme de l'énergie et cette énergie est souvent d'orgine fossile surtout pour l'extraction.

    Salutations
    JL F
    JLF 94

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux